Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 décembre 2011 1 12 /12 /décembre /2011 15:25

Sous-titre:"Retourner l'Europe"(2)image-drole-4.jpg

 

   L'économiste allemand père du Zollverein,de 1834,  Friedich List, avait prophétisé ceci: " Avant d' exposer la Prusse aux marchés extérieurs, c'est à dire au Libre-échange, il faut renforcer son marché intérieur pour faire face à une future concurrence qui pourrait menacer sa santé économique."

   Le Zollverein est l'Union douanière entre la Prusse et les autres Etats de la Confédération allemande, datant de 1834, qui va conduire à l'Unité allemande et à sa Puissance économique, dans le dernier tiers du XIXe siècle.(3)

 

   Le Sommet  Européen du 8 Décembre 2011 vient de nous faire apparaître le "passager clandestin" du bateau européen: le Royaume Uni. Depuis trente huit ans, les Britanniques ont un pied en Europe, et un pied aux Etats-Unis, et ont tiré ce qu'ils ont pu de L'Union Européenne, tout en refusant, de dérogations en dérogations, les contraintes inhérentes à tout compromis, car l'Europe est un compromis, avant tout.

   Ce huit décembre, face à la proposition d'un peu plus de règlementation financière, d'un peu plus de collectif dans la marche de l'Union, ils tombent clairement le masque. Leur individualisme, leur passion frénétique du libre-échange, dont j'ai déjà beaucoup parlé, les contraint à se dévoiler. Comme le dit E.Todd, pour défendre le dogme du Libre-échange, ils sont prêts à sacrifier leur industrie.

   Attention, le compromis du 8 décembre ne va pas trés loin, les banques gardent leur monopole de création d'argent, donc de poursuivre l'endettement des Etats. Mais une meilleure coordination des politiques budgétaires et fiscales, un contrôle de celles-ci, leur fait craindre une tutelle sur le plus gros paradis fiscal au monde, La City de Londres, qui est le plus gros poste de leur PIB.

   Cela dit,  M.Cameron par sa décision isolationniste, peut provoquer un renforcement de  la place boursière de Stuttgart . En auquel cas, on verra trés vite nos amis Britanniques revenir vers le méprisable Continent.

 

   Vous l'avez compris, je trouve que pour la première fois, et la seule fois, N.Sarkozy a fait un pas dans la bonne direction. Une meilleure coordination politique, à partir d'un traité renégocié, peut conduire à une évolution à laquelle je crois, et dont je parle beaucoup, la mise en place d'un Protectionnisme européen.

   Attention, je dis cela parce que les bases d'un nouveau traité seront négociées par le nouveau Président de la République, en 2012. Mr Hollande, vous m'avez compris. Ne vous loupez pas sur ce coup. Ce traité va prendre de la place dans la campagne électorale, vous pouvez compter sur votre adversaire pour cela.

   Ce que je veux dire, aussi, c'est que cette situation inédite, exige des hommes et des femmes politiques de grande envergure: Mr Hollande, vous avez l'opportunité de rester dans l'Histoire, car l'Autre n'est pas à la hauteur.

 

   Il faut profiter de l'éloignement de la Grande Bretagne, trop égoïste, pour négocier un texte avec les Allemands, et les pays de l'Union , plus protecteur de nos productions. Si j'ai introduit mon texte par une citation de l'économiste allemand Friedrich List, théoricien du protectionnisme allemand,  c'est pour montrer que fondamentalement, quand leur intérêt est en jeu, les Allemands savent changer de stratégie. Si la France décide d'entrer dans ce jeu plus équilibré, l'Italie suivra, car elle est trop dépendante de l'avenir de la France. Les petits pays de l'Union, trés inquiets de leur avenir, sans l'Europe,  suivront également.

 

   J.Attali nous propose, pour éviter la catastrophe, une "gouvernance mondiale", des Institutions planétaires. Chacun sait bien que c'est impossible; depuis que nous évoquons la crise, le mot qui revient à chaque fois c'est" égoïsme", et l'égoïsme des milieux d'affaires Américains ou Chinois , c'est du premier choix. Pour les Américains c'est carrément vivre " au crochet de la planète", aurait dit ma grand-mère.

   Par contre, les Institutions existent déjà en Europe, c'est donc là qu'il faut agir.


  " Entre le déclin des Etats-Unis et l'arrivée à maturité de la Chine, il va se passer un laps de temps où l'Europe va rester la concentration la plus considérable de savants, d'ingénieurs et de techniciens, d'ouvriers qualifiés , de la Planète", nous dit E.Todd. Ne gaspillons pas ce potentiel sur l'autel d'une croyance maléfique.

   

 

   De quoi s'agit-il ? Que l'Europe devienne un "espace de régulation économique" se protégeant des importations et des délocalisations vers les pays à bas salaires.

   Techniquement, cela ne pose aucun problème?  Le commerce extérieur, au niveau de l'Union est en équilibre, l'Europe a donc de quoi financer ses importations d'énergie. Les Etats-Unis, pour financer leur lourd déficit, ont besoin du marché européen ,qui uni, ne permet pas aux Américains des mesures de rétorsion.

   La Chine, pour financer sa croissance a besoin du marché européen, et de nos techniques de pointe dans l'aéronautique ou le nucléaire. Elle ne va pas se couper de l'Europe comme voudraient le faire croire certains économistes.(2)

   En fait, le protectionnisme n'a pas pour but de repousser les importations venues des pays situés hors de la zone de préférence communautaire, " mais de créer les conditions d'une remontée des salaires, seule issue au désendettement. Tant que les frontières sont ouvertes, les salaires baisseront , la demande intérieure se réduira et la Dette augmentera.

   Le scénario vertueux est là:"la hausse des revenus implique une relance par la demande intérieure européenne, conduisant elle-même à une relance des importations."'(2)

 

   Saviez-vous que ce fut le Credo de toute une vie, du seul Prix Nobel d'économie français, décédé l'an dernier, Maurice Allais,  mais que les Institutions , et surtout les Médias, marginalisèrent car ses analyses n'étaient pas politiquement correctes. Qu'est-ce qu'on vous disait !

 

   NOTE: (1) titre emprunté au journaliste, Philippe Mabille, dans La Tribune du 12 décembre 2011.

                 (2) citations empruntées au livre d'E.Todd, "Aprés la Démocratie", qui inspire ce texte.

                  (3) Cf. Wikipedia: Friedrich List.

   

Repost 0
Published by regain2012 - dans Politique
commenter cet article
4 décembre 2011 7 04 /12 /décembre /2011 14:23

 "Que choisir? Toute la vie est affaire de choix , cela commence par la tétine ou le téton et cela s'achève par le chêne ou le sapin". ( Anonyme.)free-trade-cartoon.jpg

 

   Je viens de lire une information qui a transformé ma colère en rage. " La récession économique se fait sentir même au stade ultime de la vie: les enterrements en fosse commune sont en nette hausse au Royaume-Uni. Vingt et un mille Britanniques, faute d'argent, ont bénéficié cette année du service funéraire minimal. Soit une augmentation de quatorze pour cent dans certaines régions." ( Magazine Marianne No763 du 3 au 7 décembre 2011.)

   La fosse commune ou le "Carré des Indigents" où l'on vous garde cinq ans avant de vous incinérer et éparpiller vos cendres pour faire de la place, voilà ce qui attend les pauvres, dans des pays où la richesse coule à flots, pour certains. Je n'avais pas encore saisi cet aspect de la loi du marché.  Au passage, et comme clin d'oeil à mon article d'hier, sur Roland Barthes, je précise qu'on ne dit plus, aujourd'hui "fosse commune", on dit:"Division à caveaux de terrain commun."

   Quel que soit le nom dont on affuble le système, Barthes aurait dit, que le troisième terme du message était que même "un mort" n'a plus à être respecté!


   Je me souviens du temps où les Communes assuraient  , elles-mêmes, ce service, gratuitement, aujourd'hui elles n'en ont plus le droit. Cela donnait raison au vieil adage: tous égaux devant la mort. Mais voilà, Bruxelles est passé par là: les Lobbyes des "croquemorts" ont gagné, et notre mort est aussi devenue une marchandise. Ceux qui n'ont pas encore compris ce que c'est que l'économie de marché, vont peut-être ouvrir les yeux, devant cet exemple. Ajoutez-y les Assurances Obsèques que nous sommes régulièrement invités à contracter, et le commerce de la mort vous apparaîtra encore plus évident.

   Ce qui constitue notre essence d'être humain, ce qui nous est le plus intime, à savoir la conscience que notre existence a une fin, la seule chose à laquelle nul ne devrait pouvoir accéder, nous a été volé pour en faire quelque chose qui s'achète et qui se vend.

   Non seulement le Capitalisme nous vole notre vie, mais aujourd'hui, les Politiques lui ont donné le droit de nous voler notre mort.

   Je voudrais ajouter une autre information qui montre également  le "braquage" institutionnalisé sur la fin de notre vie: depuis 2004, en France, le nombre de refus d' un Héritage, d'une  Succession, a augmenté de 34%, parce que de plus en plus de défunts sont trop endettés, et que les héritiers ne peuvent pas assumer la Succession.

 

   Je crois qu'il faut regarder les problèmes en face. Les adeptes du "laisser-faire, laisser- aller", sont allés trop loin.

 

   Regardons les réponses , bien en face. Elles existent. Des Penseurs de talent nous les ont proposées, il faut que nous les remettions sur la table, et surtout sous le nez de nos Responsables Politiques, avec le message que, cette fois, ils ne s'en tireront pas "comme ça", avec quelques pirouettes.

   Sortons de la sidération dans laquelle la Chute de l'Union Soviétique a laissé les gens de gauche. Ce fut la "mascarade" sanglante d'une idée bien plus forte, et plus noble que cet épisode honteux.  Le Socialisme démocratique cela est possible.

   D'abord, soulignons avec fermeté, que les Principes démocratiques sont en danger dans la Société du Capitalisme financier. Le Capitalisme s'est développé sur les Principes démocratiques, je veux dire les Droits individuels, donc le droit d'entreprendre.

   Mais le néo-capitalisme n'a plus rien à voir avec ça. Il faut comprendre que l'ultra-libéralisme nous conduit à l'autoritarisme, il est devenu complètement contradictoire avec la Démocratie. Si nous le laissons prospérer plus longtemps, il va nous conduire vers de nouveaux fascismes.

   Nous avons bien vu comment la grande bourgeoisie européenne s'était accomodée, dans les années trente, de ce type de régime.

   Nous n'en sommes pas encore là, mais regardez comment fonctionne l'Europe, en ce moment, dans sa "lutte" contre la spéculation: avez-vous vu le Président de la République consulter une seule fois le Parlement, depuis des mois, sur les décisions financières qu'il prend toutes les semaines ?

   La lutte contre les spéculateurs sur les Dettes souveraines, est conduite par deux Etats, la France et l'Allemagne, les 25 autres pays n'ont qu'à suivre.

 


   Un Socialisme démocratique, décentralisé, autogestionnaire, ( pourquoi ne pas remettre le mot à la mode?), est une réponse à la folie des carnassiers de la finance. Un Socialisme associatif, coopératif , où ce qui est essentiel à l'existence de l'individu, à ses besoins premiers est protégé par la Loi: l'eau, la terre, la santé, l'éducation , la protection sociale, sont sortis du domaine marchand. 

   Je reviendrai sur les bases de cette autre société, fondées sur l'analyse politique de Karl Polanyi, Anthropologue et Economiste Hongrois,1886-1964, exilé aux Etats-Unis et auteur en particulier de "La Grande Transformation" en 1944. ( Voir le dossier de Marianne No 763- du 3 au 7 novembre 2011).

   Ses réflexions sur la capacité du Pouvoir politique à organiser les échanges économiques sont d'une brûlante actualité.

 

   " L' imagination politique de Karl Polanyi, en ces temps d'aplatissement du pensable et du possible, nous rappelle la dimension démocratique de nombreux courants socialistes: la Démocratie doit enfin oser paraître ce qu'elle est: un socialisme authentique." ( site: laviedesidees.fr/ Karl-Polanyi- le-marche-et-le-socialisme).

   

 

   

Repost 0
Published by regain2012 - dans Société
commenter cet article
28 novembre 2011 1 28 /11 /novembre /2011 14:09

Sous-titre:" Le Midi Rouge".0000001358P.jpg

   "Register" est l'inscription gravée sur un mur de la Tour de Constance, à Aigues-Mortes. Cette Tour fut la prison de dizaines de femmes protestantes qui refusaient d'abjurer leur Foi, tout au long du XVIIIe siècle. Certaines y passèrent jusqu'à quarante années de leur vie. "Register" a évidemment le sens de "Résister" en Occitan.

 

   "Notre étourderie vient du Midi, et si la France n'avait pas entraîné le Languedoc et la Provence dans son cercle d'activité, nous serions sérieux, actifs, protestants, parlementaires. Les gens du Midi n'ont apporté" qu'égoïsme, source du socialisme, jalousie, source de la Démocratie, défauts qui font les Nations faibles..." ( Ernest Renan. Journal des Débats. 1870.)

   Une intelligence, même des plus  acérées , ne protège pas de la stupidité la plus pitoyable. L' affirmation du monarchiste et germanophile Renan, me rappelant l'actualité que nous vivons, avec l'arrogance germanique envers les Pays du Sud, m'a donné envie de dire d'où nous venons, nous les Gens du Sud, nés dans ce que les Historiens appellent le" Midi Rouge", où l'on vote depuis un siècle,  Socialiste ou Communiste.

   L'Histoire du Languedoc, ou de l'Occitanie, c'est le Récit de dix siècles de Résistance. Résistance au Pouvoir Central Royal, Résistance au Pouvoir Romain du Pape.

 

   Le grand Languedoc naît de la Narbonnaise , province Romaine riche, et surtout riche du Droit Romain, Droit écrit donc non discutable, non négociable, creuset des futurs Droits Humains, par opposition au Droit Franc, Coutumier donc trés changeant et arbitraire.

   La chance du Midi sera que, quand Rome confie la gestion de la Narbonnaise aux Wisigoths, ceux-ci, respectueux des Us et Coutumes des Pays qu'ils occupent, laisseront les Galloromains garder le Droit Romain. Au VIe siècle, la Narbonnaise Wisighote, est une région trés civilisée, une société brillante.

   La naissance du Comté de Toulouse est à placer au moment où Charlemagne donne en apanage, à un de ses fils, la Région qui va de l'Atlantique au Rhône, limitée au Sud par les Pyrénées.

 

   L'histoire profonde du Languedoc commence au XIIIe siècle,alors que le Comté de Toulouse présente une civilisation trés avancée: richesse agricole, amour courtois, respect de la Femme, Troubadours. Les Comtes de Toulouse consentent aux villes des Franchises, c'est à dire des Libertés: ainsi Toulouse n'est pas gérée par le Comte, mais par des représentants de la Bourgesie marchande, les Capitouls.

   Le roi de France, les Barons du Nord frustres et brutaux sont attirés par cette richesse. L'Eglise Catholique va leur donner l'occasion d'y entrer. L'esprit ouvert de la noblesse languedocienne a laissé s'implanter une nouvelle religion, le Catharisme qui commet l'erreur de rejeter l'autorité du Pape.

   L'hérésie est patente. Le Pape prononce la Croisade, la fameuse Croisade des Albigeois, 1209. Il faut savoir que s'engager sous la bannière de la Croisade, signifie pour les Barons du Nord que tous les territoires conquis, tous les Biens volés, tous les titres subtilisés vous appartiennent, par volonté Papale.

 

   Les armées royales fondent sur le Sud. Exactions, bûchers, crimes, spoliations des biens vont se multiplier. Les Gentilshommes languedociens sont dépossédés de leurs titres et de leurs domaines. Ces" faydits, comme on les appelle vont organiser la Résistance à l'occupant nordique, qui en plus ne parle pas la même langue. C'est le début d'une lutte contre un occupant du Nord, contre un Pouvoir Central Royal installé à Paris contre Le Pouvoir religieux de Rome.

   La résistance religieuse est telle que le Pape envoie l'Inquisition régler la question, avec ses méthodes expéditives. Bûchers, à nouveau, spoliation des biens des hérétiques, torture. On va même jusqu'à exhumer les cadavres d'hérétiques pour les juger. Cela va parfois si loin, que le Roi est obligé d'intervenir pour calmer les ardeurs des Inquisiteurs. Même les évêques locaux s'émeuvent parfois. Et cela durera deux siècles.

   Pour apaiser les tensions le Roi accorde au Languedoc un Parlement et des Etats qui rendent la Justice, gèrent les Impôts. Les Languedociens auront le sentiment d'être un peu protégés de l'arbitraire royal.

   Puis vient la Guerre de Cent Ans? Avec l'Aquitaine anglaise proche, les Languedociens sont exposés  aux intrusions anglaises, aux razzias des mercenaires des Grandes Compagnies. Contre l'occupant étranger, ils se rangent du côté du roi de France et épousent la Cause des Armagnacs. Au contraire du Nord, le Parti  bourguignon, qui s'allie aux Anglais contre le Roi de France.

 

   Et c'est au XVIe siècle l'arrivée de la Réforme Protestante, les Guerres de Religion. La Saint Barthélémy n'a pas frappé qu'à Paris: on dénombre plusieurs centaines de morts à Toulouse.   

   Dans le pays qui a vu grandir  et se développer le Catharisme, la méfiance envers Rome, la Religion réformée va trouver un terrain propice. Ce n'est pas pour rien si les Rois de Navarre, se déclarent en faveur des Réformés.

   Malgré l'Edit de Nantes, Richelieu viendra faire la Guerre  aux Languedociens, du mois aux Protestants, pour leur retirer les Places-fortes qu'Henri IV leur avaient accordées. Destructions de villes, destructions de remparts, exactions de soudards, tout cela n'arrange pas les relations entre le peuple languedocien et le Pouvoir Central.

 

   Et puis ce sera, en 1685, La Révocation de l'Edit de Nantes. Louis XIV, n'a plus d'argent pour continuer ses guerres, pour maintenir le faste de ses fêtes, les Pensions à la Noblesse. La richesse des industriels, des commerçants protestants du sud, gens trés industrieux, trés travailleurs, est une aubaine.

   Et du jour au lendemain, reprennent les persécutions, les spoliations encore, les interdictions. Qui sait encore que les Protestants n'ont plus d'Etat Civil, les curés refusent de les inscrire sur les registres paroissiaux, ils n'existent pas, leurs mariages sont illégaux, ils ne peuvent pas se faire enterrer dans le cimetière de leur village. On leur enlève leurs enfants pour les élever dans la religion catholique... Beaucoup émigrent dans les pays protestants du Nord qu'ils iront enrichir de leurs savoir-faire.

   D'autres restent sur place et engagent la lutte. Répression, spoliations, même réponse: Résistance. C'est la Guerre des Camisards dans les Cévennes, qui fera 10 000 morts.

   Pendant un siècle, les protestants vont être , chez eux, dans la situation de ceux qu'on appelle aujourdhui "Les sans-papiers", et cela par la seule volonté du Roi. Qu'Ernest Renan s'étonne que les Protestants du Sud soient républicains est renversant. Ce brillant homme eût dû étudier l'Histoire de France, et non l'Histoire des Francs. Vous savez qu'aujourd'hui il est dans l'air du temps de parler des Francs, à propos du couple franco-allemand pour l'Europe.

   De la Croisade des Albigeois, nous voilà arrivés à la Révolution Française. Les Languedociens, les Protestants languedociens sont tout de suite favorables à celle-ci. Tout ce qui précède l'explique. Mais il y a une précision complémentaire trés importante à apporter. La mise au ban des protestants, durant le XVIIIe siècle , avait amené les jeunes pasteurs à aller se former en Suisse. Là, ils se frottent à la Franc-Maçonnerie et aux adeptes de l'Encyclopédie. Quand ils reviennent prêcher dans les Cévennes, et ils sont trés écoutés, leurs prêches sont trés marqués par la philosophie des Lumières.

   C'est un pasteur protestant Nîmois, Rabaut Saint Etienne qui rédigera l'article de la première Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen, portant sur la Liberté de Conscience. Cela ne se passera pas bien avec les Montagnards, Jacobins, Centralisateurs, les Languedociens , par héritage, nous l'avons vu, choisiront plutôt le Parti Girondin plus décentralisateur. Encore la Résistance au Pouvoir en place.

 

   De ces Languedociens, retenons encore les révoltes vigneronnes, et en particulier  celle de 1907,( 600 000 manifestants en Juin, à Montpellier),  qui eût pu être sanglante, si les soldats du 17e, face aux manifestants à Béziers,  n'avaient  refusé de tirer sur leurs pères et leurs frères. Clèmenceau ne le leur pardonnera pas.

   Rappelons enfin le rôle des maquis cévenoles durant l'Occupation allemande.

 

   Voilà ce qu'est mon" Midi Rouge": une Terre que tous les Pouvoirs Centraux ont  voulu asservir pendant dix siécles; une Terre dont les Enfants ont toujours dit non, et se sont toujours levés contre ces Pouvoirs.  Mon Midi Rouge, avec un R comme Résistance!

 

NOTE: -les citations de Renan sont empruntées au livre de Michel Winock," Les voix de la liberté".

            - le passage sur les Protestants au XVIIIe siècle s'inspire du site "Occitania.fr"

Repost 0
Published by regain2012 - dans histoire
commenter cet article
25 novembre 2011 5 25 /11 /novembre /2011 14:55

220px-Hugo-Europe.jpg"Aprés tout, estiment certains experts, il faut tout simplement qu'à certains moments la "main invisible " du marché distribue quelques paires de claques pour remettre le capitalisme à l'endroit, et c'est là la preuve que le capitalisme est bien vivant... 

   Ces crises sont au fond inévitables, comme des respirations du système capitaliste qui reprendrait son souffle, ajoutent ces mêmes experts..."

   ( Rapporté et dénoncé par l'économiste Patrick Arthus et la journaliste Marie Paule Virard, dans leur livre:"Globalisation, le pire est à venir", à La Découverte.)

   Oh! les gentils experts: mais qui prend les claques? Que dis-je:  les coups de massue ?

 

   Mercredi 23 novembre, le Trésor allemand essaie de lever un emprunt de 6 Mds d'euros sur les "Marchés". Il n'en trouvera que 3.6 Mds. Oh! la, la! Les " Marchés" commenceraient à douter de l'Allemagne ? Pourtant ne nous dit-on pas que depuis trois semaines les investisseurs ne cessent pas  d'acheter de la Dette allemande, signe imparable de la confiance des dits "Marchés".

   Les économistes parlent " d'un épisode de contagion" sans gravité. Soit!  Mais est-ce que l'économie allemande va si bien que cela? J'ai déjà abordé le sujet, mais j'y reviens car j'ai toujours "en travers" les images des "Fourmis du Nord" et des " Cigales du Sud"; je prends les images les plus courtoises.

   Avec ses 2000 Mds d'euros de dette, ( 83% du PIB), sa croissance de 1% pour 2012, ses 2.7 millions de chômeurs, ses retraités qui doivent reprendre leur travail ou rechercher des petits boulots, L'Allemagne n' apparaît plus autant comme le modèle de l'Union Européenne.

   Mais le problème majeur de l'Allemagne, c'est qu'avec son modèle exportateur, et 50% de son commerce extérieur lié aux pays de l'Union Européenne, son avenir immédiat s'assombrit. La crise de la consommation en Europe, due aux divers plans d'austérité "plombe" le commerce extérieur de ce pays. D'où la prévision de croissance de seulement 1% en 2012.

   Et pourtant, la vertueuse Allemagne, s'était lancée dans l'austérité dix ans avant tout le monde. Comme quoi, nous n'arrêtons pas de le dire, l'austérité ne solutionne rien, bien au contraire.

   L'accroissement de la dette allemande, nous dit l'économiste Sabine Le Bayon de l'OFCE, est due à l'aide apportée aux banques en 2008, et non pas à une mauvaise gestion de l'économie; mais elle s'empresse d'ajouter que " le système financier représenterait une menace potentielle si l'Etat allemand était amené à devoir à nouveau lui venir en aide."( Rapporté par le journal Le Monde du 24/11/11). Admirons la métaphore du danger potentiel.

   Ajoutons encore ces propos du Président de la zone euro, le luxembourgeois Jean Claude Junker:" L'Allemagne a une dette plus élevée que celle de l'Espagne, atteignant un niveau inquiétant, seulement personne ne veut le voir."( Le Monde du 24/11/11. Article de Pauline Turuban.)

   Des chiffres annoncent que l'Allemagne connaît le plus fort ralentissement depuis deux ans et demi de ses exportations, et "le pire est à venir."


   Et malgré cela, la Chancelière reste " droite dans ses bottes". Elle ne voit toujours pas que les difficultés de ses voisins pourraient ne pas s'arrêter à ses frontières.La première mesure à prendre de toute urgence, que la BCE achète de la dette aux Etats de l'UE et prête, à ces mêmes Etats directement, elle n'en veut pas. Alors, on nous explique qu'il ne faut pas lui en vouloir, que c'est un héritage historique. La crise économique des années 1930, avec l'inflatoin et le chômage, a provoqué l'accés d'Hitler au pouvoir; les Allemands ne veulent pas revoir cela. Je réponds: faux! Ce qui a amené Hitler au pouvoir ce sont les  Nationalismes des Pays Européens, de l'Empire Allemand, de l'Empire Autrichien, des dirigeants de la République Française, qui nous ont conduits à la "boucherie" de 14/18, puis à l'humiliation des vaincus, par l'aveuglement de Georges Clémenceau, et la stupide ampleur des Réparations de guerre exigées des Allemands.

   Non! je considère que la Chancelière est sur une position idéologique qui conduit toute l'Europe, Allemagne y compris, au pire.

 

   Personne n'étant capable de nous montrer la sortie, je me prends à rêver!

 

   Je reprends pour cela, une boutade de J.Attali, (quoique, peut-être était-il sérieux!)

 

   Qu'est-ce qui se rapproche le plus , aujourd'hui, des Etats Généraux que Louis XVI convoqua au printemps 1789, avec ses représentants élus par province? Pourquoi le roi les réunit-il ? Parce que le royaume est endetté et au bord de la faillite.

   Alors, rêvons ! Le Parlement Européen, devant l'impéritie des dirigeants des 27 Etats de l'Union, se réunit et se proclame tout de suite Assemblée Constituante. Il abroge le Traité de Lisbonne de décembre 2007 et met en place une commission de rédaction d'un nouveau Traité.

   Il replace, dans un Préambule, tous les droits de la personne, qu'il n'y a pas à toucher.

   Il proclame l'Indépendance de l'Union à l'égard de toute puissance financière, comme principe fondamental des futurs Etats-Unis d'Europe.

   Il reprend le Statut de la Banque Centrale Européenne dont le rôle est d'abord de créer la monnaie, et elle seule, et ensuite de soutenir l'Emploi et la croissance au sein de l'Union. La BCE est placée sous l'autorité du Parlement.

   Une banque publique d'investissement est crée.

   L'Union reprend à son compte la dette des Etats,( puisqu'elle n'est pas endettée), et lance un Grand Emprunt pour financer les Grandes Infrastructures de l'Union, complètement délaissées depuis dix ans.

   IL recrée des taxes aux frontières de l'Union pour les produits venant de  Pays qui ne respectent pas les normes de sécurité exigées dans l'Union, qui ne respectent pas les normes environnementales, qui n'ont pas un système de protection sociale minimal, qui n'ont pas de salaire minimal.

   IL refuse l'entrée de produits venant de pays qui pratiquent le travail des Enfants.

   Il prévoit une taxe sur les transactions financières de 0.5%, sur l'ensemble de L'Union.

   Il prévoit une mesure exceptionnelle: en prenant à son compte la dette des Etats, l'Union en efface immédiatement la moitié.( Ce n'est pas si terrible pour les banques.)

   La disparition des Paradis Fiscaux est inscrite comme une priorité de l'Union  dans le Traité.

 

   Bon, je m'arrête là, je manque d'idées! N'hésitez pas à m'en proposer d'autres.

 

   Nous avons tous besoin de rêver. Cela fait du bien! Et puis rêver en compagnie du Grand Hugo, ce n'est pas si mal!

 

   " Un jour viendra où la France, vous Russie, vous Italie, vous Angleterre, vous Allemagne, vous toutes Nations du Continent, sans perdre vos qualités distinctes et votre glorieuse individualité, vous vous fondrez étroitement dans une unité supérieure, et vous constituerz la fraternité européenne, absolument comme la Normandie, la Bretagne, la Bourgogne, la Lorraine, l'Alsace, toutes nos provinces, se sont fondues dans la France.

   Un jour viendra où les boulets et les bombes seront remplacés par les votes, par le suffrage universel des peuples, par le vénérable arbitrage d'un grand Sénat souverain qui sera à l'Europe ce que le Parlement est à l'Angleterre, ce que la Diète est à l'Allemagne, ce que l'Assemblée Nationale est à la France." ( V.HUGO. Discours du 21 août 1849, au Congrés International de la Paix à Paris.)

 

   V.HUGO y ajoutera cette superbe parole, lors de l'exposition Universelle de 1869 à Paris: " Elle s'appellera l'Europe au XXe siècle,et aux siècles suivants, plus transfigurée encore, elle s' appellera l'Humanité."

 

   Note: les citations de V.hugo sont empruntées au site wikipedia( fr.wikipedia.org)

             Illustration : Buste de V.Hugo, avec un extrait de son discours de 1849, à l'Assemblée Nationale( Wikipedia) 

 

   

 

   

Repost 0
Published by regain2012 - dans Politique
commenter cet article
24 novembre 2011 4 24 /11 /novembre /2011 13:55

   Sous-titre: Erreur ou faute politique!images.jpg

 

   "L'Organisation( le Parti) constitue la source d'où les courants conservateurs se déversent sur la plaine de la Démocratie et occasionnent des inondations dévastatrices qui rendent cette plaine méconnaissable... L'Organisation n'offre aucune garantie contre la formation d'un Etat-Major oligarchique." ( Robert Michels. Les Partis politiques. Sociologue italien, Michels a vécu longtemps en Allemagne où il a observé la formation du Parti Ouvrier Allemand.1876-1936.)

 

   Nous allons parler de la semaine du 14 au 21 novembre, car il est temps d'entrer de plain- pied dans la campagne électorale. Alors que Sarkozy se lance dans une "chasse" aux pauvres, aux démunis, par l'injure et la menace, par l'amalgame:" assistés, donc fraudeurs, donc voleurs, donc indignes" ; alors qu'avec son amie Angela, il parraine l'accés au pouvoir de techniciens de la banque Goldman Sachs, banque voyou, contre toute procédure démocratique; alors que la zone euro est au bord du gouffre; quel spectacle nous ont offert les ' Oligarques" du Parti Socialiste et de Europe Ecologie- Les Verts ? Un spectacle honteux, un spectacle que l'on croyait révolu: de scandaleuses "négociations" sur un nombre de sièges dans la future Assemblée Nationale, un partage ignoble de circonscriptions "gagnables",un accord sur des parachutages de dirigeants à promouvoir dans telle ou telle ville.

   Les problèmes du Nucléaire qui ont servi de prétexte, d'affichage pour camoufler la réalité des discussions, étaient loin des préoccupations des "Négociateurs".

   J'ajouterai même que pour certains il s'agissait de voir comment se positionner, en vue d'un prochain ministére, ou pour le perchoir de l'Assemblée Nationale.

   Que voulez-vous, il faut bien que certains "dinosaures" restent dans la course, et soient assurés qu'ils pourront continuer à hanter les plateaux télévisés, pour se sentir encore en vie.( Suivez mon regard!).

   Il y a eu même plus minable. Un paragraphe de l'accord , déjà signé, a été retiré en catimini, par les socialistes, parce qu'il posait un certain nombre de problèmes sur l'emploi dans la filière nucléaire: nous avons tous assisté à la cacophonie sur le sujet, vite étouffée, puisque l'important , c'est les circonscriptions.( Il s'agit du paragraphe sur le Mox, dont les négociateurs socialistes n'avaient jamais entendu parler , et nous non plus. Donc, passons! lls ne sont pas dénués d'humour, les Ecolos!)

   Il y a, en arrière fond de cette tragédie, un autre problème. EELV  est en grande difficulté financière. Le Parti a donc besoin , c'est obligatoire, de l'argent public que l'Etat donne chaque année aux organisations politiques, au prorata des voix obtenues aux élections législatives.( Rapporté par l'hebdomadaire Marianne et le Canard Enchaîné et non démenti.) Démocratie! Démocratie! Où vont parfois se nicher tes Valeurs!

   Pauvre Eva Joly qui, elle , s'est lancée dans la campagne avec ses convictions de Justice Sociale, sa foi dans la Vertu des êtres humains, sa rigueur nordique: elle a craqué, le week-end dernier. Elle a revu le  remake de la campagne de Dominique Voynet, en 2007, lâchée par la moitié du Parti des Verts, qui a soutenu José Bové. Ira-t-elle jusqu'au bout, la pauvre Eva ?

   Mais pendant ce temps, Nicolas reprend du "poil de la bête" dans les sondages, Marine progresse, et qu'on ne me dise pas que la semaine honteuse dont nous ont gratifié les Apparatchiks de ces deux partis, au demeurant démocratiques, n'y est pour rien!

   Cependant,  tout n'a pas été complètement noir dans cette semaine pitoyable. Il y a même eu un rayon de lumière: la jeune élue socialiste de Lyon, ex-porte-parole de Ségolène Royal, Najet Belkacem, a refusé une circonscription taillée sur mesure, à Villeurbanne, pour affronter l'ancien ministre Dominique Perben sur Lyon ville. Voilà qui réconcilie un peu avec la Politique.

   Je veux quand même rappeler à François Hollande l'image d'Epinal nous présentant le roi  Jean le Bon, à la bataille de Poitiers, à qui son fils dit: "Père, gardez-vous à droite, Père gardez-vous à gauche." Monsieur Hollande, gardez-vous de vos amis, comme de vos faux amis. La bataille est loin d'être gagnée. Je dirais même que votre entourage pourrait vous la faire perdre. N'oubliez pas ce qui est arrivé à Ségolène!

 

   Cette semaine là, m'a ramené à une série de réflexions que je me faisais quand moi-même j'étais militant, il y a bien longtemps, ou que la lecture de Robert Michels me suggérait.

 

   Les foules ont toujours besoin d'un Guide. " Le leader représente le père auquel chacun s'identifie. Il est le modèle, celui qu'on voudrait être...La foule est donc la somme des individus qui ont mis une seule personne, le chef, à la place de leur idéal du Moi", dira Freud. Elles ne peuvent s'organiser sans un encadrement. Que donnerait une manifestation sans organisateurs, une classe sociale opprimée sans cadres militants pour l'armer contre le pouvoir en place? 

 Mais ce besoin a un corollaire, négatif,  à savoir que la nature humaine pousse  les "chefs" dans une soif illimitée du Pouvoir. Je précise que je pense, ici, aux partis démocratiques, porteurs d'un projet d'émancipation de l'Homme, d'une Pensée progressiste.

  Au départ, le futur "chef" est sincère, est poussé par des convictions généreuses, altruistes, par  le souci de la Justice Sociale.

   " Tous ceux qui sont devenus les dirigeants des Masses n'ont pas commencé par aspirer à le devenir. Tous ceux qui sont"arrivés" ne sont pas nécessairement des "arrivistes." ( Michels). Mais celui qui est arrivé ne retourne pas volontiers à l'obscurité d'autrefois. "Celui qui a été élu une fois fera tout son possible pour être réélu."( Pio Valazzi, député républicain italien.)

   L'abandon d'une situation publique, obtenue au prix de grands efforts et de nombreuses années de travail demande une grande abnégation pour y renoncer.

   " La conscience du Pouvoir communique toujours à celui qui la possède la vanité de se croire un grand homme...  Le désir de dominer sommeille au fond de toute âme humaine." ( Michels).

 "  La conscience de sa propre valeur personnelle et du besoin qu'ont les hommes d'être guidés et dirigés ont pour effet d'inspirer au "chef" le sentiment de sa supériorité et la conviction qu'il est indispensable."

   Quand on a conquis le pouvoir, on cherche toujours à le consolider.

   Bakounine, le fondateur du socialisme anarchiste, considérait que la possession du pouvoir pouvait transformer en tyran l'ami le plus dévoué de la Liberté.

   Il y a même un auteur, peu connu pour sa passion du progrés, qui propose un portrait de l'homme politique, non dénué d'intérêt, c'est  Alphonse Daudet: " Bien vite , s'il s'agit de la  politique, nos qualités tournent au pire: l'enthousiasme tourne à l'hypocrisie; l'éloquence, faconde et boniment; le scepticisme léger, escroquerie; l'amour de ce qui brille, fureur du lucre; la sociabilité, besoin de plaire..."( J'appliquerais volontiers ce portrait à l'hôte de l'Elysée!)

 

   Comprenons-nous bien! Je n'ai pas voulu faire, ici, de l'anti-parlementarisme de bas étage, ni condamner la politique en général. Je sais que le besoin que les foules éprouvent d'être dirigées, leur impossibilité d'agir autrement que sur des initiatives venues du dehors, imposent aux cadres du Parti des tâches trés lourdes. Je ne veux que mettre en garde Socialistes et Verts. Les soucis des Français, au moment où j'écris, ce sont des inquiétudes pour demain: quel plan d'austérité nouveau nous prépare l'incompétent de l'Elysée?  de combien va baisser ma pension de retraite, demain? Puis-je me payer l'hôpital, moi qui n'ai pas réglé ma Mutuelle le mois dernier? Aurai-je du travail encore, demain ?

   C'est à ceux-la qu'il faut parler, c'est ceux-la qu'il faut rassurer, à qui il faut dire que la crise n'est pas une fatalité, qu'il y a des voleurs, et que ce ne sont pas ceux que Sarkozy montre du doigt. Et que c'est aux vrais voleurs qu'on va s'attaquer.

   Leur répondre par de la "tambouille" politicienne est donc une faute!

 

   

 

 

   


Repost 0
Published by regain2012 - dans Politique
commenter cet article
14 novembre 2011 1 14 /11 /novembre /2011 13:44

   " Le changement, voilà notre mot d'ordre...L'espoir a vaincu la peur, notre société a décidé qu'il était temps d'emprunter une nouvelle voie." ( Extrait du discours d'investiture du Président Lula. 1er janvier 2003.)oeil_bresil.jpg

 

 

   Le 1er janvier 2011, le Président Lula quitte le Pouvoir, au Brésil, dans une indifférence médiatique scandaleuse. Aucun bilan de l'action de ce dirigeant politique n'a jamais été fait par la presse inféodée.J'ai essayé de comprendre pourquoi. Je crois y être parvenu. Loin d'épouser la doxa ultra-libérale, cet ancien ouvrier syndicaliste a fait tout le contraire; il n'y a pas de place dans les médias de la pensée unique pour les iconoclastes. Même si Lula, sur deux mandats, hissa le Brésil, du sous-développement, au 8e rang mondial des puissances économiques.

   La première année, de son premier mandat fut difficile, car Lula dut affronter l'impatience et la colère des couches populaires, qui l'avaient élu, son premier souci étant de se libérer de la dictature du FMI. Il mit un an à accomplir les instructions de ce Fonds assassin.

   Une fois affranchi de cette tutelle, il put engager son propre programme . Un projet, dont le maître-mot est: cohérence, qui va sortir 50 millions de Brésiliens de la pauvreté, et qui aujourd'hui, est copié dans le monde entier, sauf en Europe ou aux Etats-Unis.

 

   Priorité aux plus démunis: mesures sociales.

 

   - Mise en place d'une" allocation pour les familles", qui va concerner 13 millions de ces familles, en échange de la scolarisation de leurs enfants et de l'acceptation d'un programme de vaccinations. Parralèlement, s'accélère le programme de constructions d'écoles.

   -Le " Programme Faim zéro": plan de sécurité alimentaire par la distribution de repas gratuits, dans les restaurants populaires, les écoles, les crèches, les banques alimentaires, les aliments étant obligatoirement fournis par l'agriculture locale, pour aider les petits paysans.

   -Le "Programme  Lumière pour tous", qui va permettre à 10 millions de foyers d'avoir l'accés à l'électricité.

   -Le" Programme citernes", qui permet d'amener l'eau potable au plus prés des zones rurales arides.

 

   Parralèlement, le gouvernement augmente le salaire minimum de 54% entre 2003 et 2010, et l'ensemble des salaires de 25% en moyenne.

   Le gouvernement exige des banques publiques qu'elles prêtent massivement aux entreprises et aux particuliers, puisque les banques privées refusent. Où l'on voit bien la nécessité d'un secteur bancaire nationalisé. Les taux d'intérêt diminuent.

   Au départ de Lula, 50 millions de Brésiliens sont sortis de la Pauvreté. Le taux de chômage est seulement de 6.5%.

 

   La Politique d'investissements , d'intervention de l'Etat, et le protectionnisme.

   Lula fait le pari en 2008 que le Brésil peut échapper à la crise, grâce au marché intérieur.

 

   Entre 2007 et 2010, le gouvernement injecte 260 Mds d'euros dans l'économie, en particulier sur la recherche; 400 Mds supplémentaires sont prévus d'ici 2014. Toutes ces mesures conjuguées, permettent au Brésil d'atteindre 21% de croissance en 2010.

  " Lula a fait de l'Etat le principal acteur de la croissance, comme en son temps Franklin Roosvelt" le fit, aux USA, avec le New Deal.( Marcus Figuereido, de l'Université de Rio.)

   Par ailleurs Lula ne va pas s'embarrasser du dogme ultra- libéral des frontières ouvertes toutes grandes. Il veut protéger son industrie. Ainsi, les fabricants étrangers se voient imposer, dans les produits qu'ils vendent au Brésil, la première année au moins 20% de composants fabriqués au Brésil, et 80% les années suivantes.

   Ou encore un relèvement de 30% des taxes sur les automobiles dont la fabrication n'est pas réalisée sur place, à hauteur de 65%.

 

   Le Président de l'Institut de Recherches Economiques Appliquées, Marcio Pochmann, résume fort justement le miracle brésilien, l'on a envie de dire, "Lulien":"Autrefois, à chaque fois que les Etats- Unis entraient en crise, le Brésil s'effondrait...Avec toujours le même cocktail: hausse des impôts et des taux d'intérêt,réduction des dépenses de l'Etat- sauf militaires( note de l'A.)-  réduction des programmes sociaux, car il fallait payer en priorité la Dette." Je crois que Marcio Pochmann aurait bien voulu ajouter, que grâce à Lula, le Brésil avait retrouvé son Indépendance.

 

   Alors, attention! Tout n'est pas réglé au Brésil. Il reste une grosse faiblesse, c'est le niveau d'instruction de la population: le taux d'analphabétisme est encore trés élevé.

   Ensuite, la crise qui s'aggrave en Europe et ses politiques d'austérité, de même qu'aux Etats-Unis, commence à poser des problèmes à l'industrie brésilienne.

 

   En tout cas, Lula nous a fait comprendre, et en a donné la preuve, qu'on sort de la crise par les augmentations de salaire et des aides sociales, pas par l'austérité.

 

 

Note: texte inspiré par l'article de l'hebdomadaire Marianne No:760 du 12 au 18 nov. 2011, sur le Brésil.

 


 

   


 

   

   

 


 

   

Repost 0
Published by regain2012 - dans Economie
commenter cet article
13 novembre 2011 7 13 /11 /novembre /2011 15:01

   " La violence: une force faible." ( Vladimir Jankélévitch. Le Pur et l'Impur.)Repression1.jpg

 

   Nous vivons des moments dangereux pour l'Humanité, disions-nous, hier. Ce constat exige que nous y ajoutions quelques précautions. L'accumulation d'humiliations dés notre plus jeune âge, notre dignité bafouée à longueur de journées, le sentiment d'être la victime permanente d'injustices sociales avilissantes, sont les ingrédients de la naissance en nous d'un désir de violence, qu'il peut paraître difficile de contrôler, le jour venu. Les blessures de la vie ne s'oublient jamais. Je renvoie au trés beau livre d'Amin Maalouf, sur ce sujet: "Les Identités meurtrières".

 

   Nous devinons tous l'étendue de la corruption et de l'inhumanité qui règnent dans nos institutions politico- financières et économiques, on sent qu'il faudrait couper les tentacules de la surconsommation- du moins dans nos sociétés occidentales- et l'on aurait envie de s'attaquer au monstre par la violence, tant notre envie est grande d'en finir avec l'ignominie.

   Et là, il faut faire attention!

   Quand vous commencez à utiliser l'attentat comme arme de guerre, les explosifs, les Kamikazes, les premières victimes sont toujours des innocents. Citer  Al Qaîda, l'Irak, l'Afghanistan, suffit comme démonstration.

   Ajoutons aussitôt, que cette violence, est presque souhaitée par les Puissants qui nous gouvernent, car elle va leur donner l'occasion de lancer une répression disproportionnée et impitoyable, pour faire peur, mais aussi pour frapper les résistances plus responsables, plus pacifiques, mais qui dérangent malgré tout le pouvoir.

   L'acte insensé d'Al Qaïda contre New York a déclenché deux guerres au Moyen Orient, dans lesquelles l'Occident est toujours engagé, il faudrait dire enlisé, avec un tribut de plusieurs centaines de milliers de victimes civiles. Quand je dis que la réponse des Dirigeants peut-être disproportionnée, je n'invente rien. Cette répression va alimenter la fureur des déshérités, et l'engrenage est lancé.

 

   Par ailleurs, l'usage de la violence soulève une autre question. Le journaliste Chris Hedges a suivi les évènements en Bosnie, dans les années 1990, et les massacres à Sarajevo ou Srébrénicza. Qu'a-t-il constaté? Les meilleurs défenseurs de ces villes provenaient  invariablement  des classes criminelles. Ils combattaient les assiégeants serbes, puis pillaient les maisons serbes, et  en exécutaient  les familles, au point de terroriser aussi les familles  musulmanes qu'ils défendaient par  ailleurs.

   Attention donc! Comme le dit Chris Hedges," lorsque vous ingérez le poison de la violence, même pour une juste cause, elle vous corrompt, vous déforme, vous pervertit. La violence peut devenir une drogue, elle est peut-être le plus puissant narcotique connu de l'Humanité. Les plus accrocs à la violence seront ceux qui ont accés aux armes et qui possèdent un penchant pour la force.

   Ces tueurs remontent à la surface de n'importe quel mouvement armé et le contaminent par l'énivrant et toxique pouvoir qui naît avec la capacité de détruire. Toutes les guerres donnent à voir cet attrait pour la destruction.

   Comme le dit encore Hedges, quand vous vous engagez dans cette voie, vous finissez  par opposer vos monstres aux monstres d'en face.

   Un autre danger de l'usage de la force, étant que les bons, les sensibles, les doux, ceux qui croient qu'il faut protéger la vie, sont marginalisés, et souvent éliminés.

   La réaction violente à la répression est et sera toujours tragique. Elle doit être évitée..."

 

   Il restera à voir si L'Hydre de Lerne de la finance mondiale nous laissera le choix!

 

NOTE: propos de Chris Hedges rapportés par le blog: les 7 du Québec. 13/07/2010.

Repost 0
Published by regain2012 - dans Société
commenter cet article
11 novembre 2011 5 11 /11 /novembre /2011 17:21

   "Toutes les fois que l'on verra tout le monde tranquille dans un Etat qui se donne le nom de République, on peut être assuré que la liberté n'y est pas."  (Montesquieu). 1755950-2382979.jpg

 

    La France ne bouge pas! Cette  tranquillité peut se payer cher!

   J'en ai assez des chiffres, des mots abstraits, de la dette , de la spéculation, des taux d'intérêt, de cette rengaine des pseudo-économistes, pour qui la crise se résume à des courbes et des graphiques.

   Je veux leur dire où elle se niche la crise. La crise, c'est les dégâts collatéraux humains, sur des personnes âgées, sur des enfants, sur des femmes isolées, que le cynisme et la cupidité de cannibales ont engendrés.

    La crise, ce sont ces gouvernements légitimes qui tombent les uns aprés les autres dans un déni total de démocratie.

   Mais c'est plus que cela.

   Voyez en Grèce,le spectacle d'un monde qui s'écroule.

   Cet enfant qui revient de l'école et qui dit qu'il n'a pas mangé à midi car il n'y a plus  de cantine scolaire, et qu'il a eu froid toute la journée, parce qu'on ne chauffe plus les classes: la mairie n'a plus de sous.

    Ce vieillard qui patiente dans la file d'attente d'une"soupe populaire", la honte inscrite sur le visage; les personnes âgées représentent aujourd'hui le tiers des bénéficiaires de l'aide humanitaire: leur retraite a été réduite du tiers.

     Cette enseignante, devant sa maison à moitié commencée, dont les travaux sont arrêtés, car la banque refuse de lui virer la deuxième part de son prêt, pourtant accordé, pour la raison que son traitement a été réduit d'un tiers, et certainement de moitié en 2012. Elle rembourse son prêt et doit rester en loyer.

    Ce taxiteur d'Athènes, qui a vendu son taxi car il n'avait plus de clients, et est revenu dans son village, pour s'improviser berger: tâche à laquelle il ne connaît rien. Beaucoup d'Atnéniens retournent au village, prés des parents qui ont un jardinet et quelques poules, pour manger.

    Aprés l'exode rural provoqué par la grande industrie, voici l'exode urbain provoqué par la grande finance.

    Et ce carreleur Albanais, excellent professionnel, qui n'a plus de travail, vu la crise du bâtiment, il va retourner au pays. Il est installé à Athènes depuis vingt ans, ses deux fillettes sont nées en Grèce, elles ne parlent que le Grec. Elles vont partir dans un pays qu'elles ne connaissent pas, et qui est pourtant le leur.

   Et ces étudiants qui ne mangent plus à leur faim.

    Et cette famille qui ne peut pas faire soigner sa fillette, n'ayant pas l'argent pour payer le médecin. C'est catastrophique.

 

    Si l'on prive les plus démunis de l'accés aux soins, nous allons assister à la recrudescence des épidémies, car les milieux pauvres , mal protégés, favorisent l'expansion des maladies. 

    Quel désastre humain!

    Avez-vous entendu ce que nous disent le Secours Catholique et le DAL? En France, 700 000 personnes vont passer l'hiver 2011 sans toit.

   Aux Etats-Unis, 900 000 familles ont perdu leur maison, expulsés par les banques, depuis le début de la crise.

 

   Tout au long du XXe siècle, lorsque le système capitaliste voyait ses profits stagner, ou tremblait devant "la menace communiste", il faisait appel à un Dictateur, le plus souvent par un coup d'Etat militaire, parfois à travers des élections, Hitler, Mussolini, Franco, Pinochet, Les Colonels Grecs. On finançait le coup d'Etat, et le Dictateur promettait de laisser la bride sur le cou aux exploiteurs.

 

    Aujourd'hui, les choses se sont simplifiées. On ne fait plus appel à des dictateurs, la dictature est directement assurée, grâce à l'arme de la Dette, par les financiers. Ils ont asservi nos dirigeants politiques ,qui sont à genoux, devant les dirigeants de "Goldman Sachs", Barack Obama le premier.

   Les dégâts humains que j'ai évoqués, plus haut, ne sont plus l'oeuvre des nervis d'un Général psychopathe, mais de Financiers cyniques, pires que les monstres qu'ils enfantaient, autrefois, et de leurs tueurs.

   C'est ce que le philosophe politique américain Sheldon Wolin appelle:" Le totalitarisme inversé". Dit autrement, les Dictatures à l'envers.

 

   Dites-moi! Comment s'y prennent les gendarmes du GIGN pour neutraliser un preneur d'otages? En le désarmant! Eh! bien ,décidons, nous-mêmes de désarmer Goldman Sahs et les Fonds d'investissement; obligeons nos dirigeants à prendre la seule décision qui s'impose, la seule qui peut nous éviter la catastrophe générale, désarmons les spéculateurs: il faut que nos dirigeants trouvent le courage d'effacer une partie de la dette européenne, et peut-être mondiale! C'est le seul moyen de faire repartir les économies, en désarmant la Finance spéculative.

   Et qu'on ne me dise pas que c'est stupide! Les Financiers savent qu'ils ne seront jamais payés pour une partie de cette dette. Les pays sont exsangues. Leur propre intérêt est de négocier ces créances! Et ainsi s'assurer de récupérer une partie de leur argent.

    Et qu'on ne me dise pas que ce n'est pas possible, parce que tous les pays vont demander la même chose! Et alors?

   Je dis tant mieux: les voleurs  paieront la crise, et l'on n'affamera pas davantage les peuples. Et puis un exemple récent de réponse à la Crise vient de nous être donné par l'Islande. Ce petit pays, a décidé de ne pas rembourser sa Dette aux banques anglaises et allemandes. Sa Cour suprême a Décrété ces prêts, trompeurs et illégaux. Le pays s'est ensuite doté d'une nouvelle Constitution anti-corruption. Les marges financières , ainsi dégagées, ont permis de relancer l'économie, la croissance est remontée à 2.5% et le chômage est passé de 10% à 6%

    De toute façon,solution consentie ou non consentie, c'est ainsi que tout cela va se terminer!

 

NOTE: Les exemples sur la vie en Grèce sont tirés d'un reportage du magazine "Envoyé Spécial", France 2, du 10/11/11.

 

 

 

 

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by regain2012 - dans Politique
commenter cet article
8 novembre 2011 2 08 /11 /novembre /2011 11:37

 6a0120a5a88f9d970b0120a6a01af7970c-800wi1.png  Le hasard surprend, souvent. Dans la même semaine j'ai abordé trois lectures, à priori différentes, qui toutes trois m'ont ramené à une même question, celle de notre identité personnelle, sur laquelle je m'interroge depuis longtemps à travers la formule du philosophe et écrivain espagnol, José Ortega y Gasset:" Je suis moi et ma circonstance."( Cette notion apparaît dans son premier livre: Méditations sur Don Quichotte.)

   Je viens donc de lire: " Les Identités meurtrières", de l'écrivain Franco-libanais Amin Maalouf; " La marche sur les cendres", de mon ami, écrivain randonneur Denis Boulbès et les Actes du colloque:" Journée des Doctorants du CRHT/ Paris Sorbonne, du 16 mai 2009, l'intervention de Maria Ortega Manez sur " Circonstance et perspective" chez Ortega y Gasset.

 

   Amin Maalouf nous propose une définition de ce qu'est notre identité personnelle trés complète, et trés riche.

   "Les éléments de notre identité qui sont déjà en nous, à la naissance, ne sont pas trés nombreux: quelques caractéristiques physiques comme la couleur des yeux, telle force ou faiblesse physiologiques, le sexe, la couleur...

   Ce qui caractérise l'appartenance à un groupe donné-  mon inclusion à un environnement, ma circonstance, aurait dit Ortega y Gasset,- c'est essentiellement l'influence d'autrui, l'influence des proches: parents, amis, compatriores, coreligionnaires, qui cherchent à se l'approprier, et l'influence de ceux d'en face qui cherchent à l'exclure. Chacun d'entre nous doit se frayer un chemin, entre les voies où on le pousse et celles qu'on lui interdit ou qu'on sème d'embûches sous ses pieds.- La notion de chemin est importante, aussi bien chez Ortega y Gasset que chez Denis Boulbès-.Il n'est pas d'emblée lui-même, il ne se contente pas de prendre conscience de ce qu'il est, il devient ce qu'il est; il ne se contente pas de prendre conscience de son identité, il l'acquiert pas à pas.- Ortega y Gasset dit: "je dois savoir à quoi m'en tenir"."

   L'apprentissage commence trés tôt, dès la première enfance; volontairement ou pas, les siens le modèlent, le façonnent, lui inculquent des croyances familiales, la langue maternelle bien sûr et puis des frayeurs, des aspirations, des préjugés, des rancoeurs aussi, ainsi que des sentiments d'appartenance, comme de non appartenance.

   Trés tôt aussi , à la maison, à l'école, dans la rue, surviennent les premières égratignures! Les autres lui font sentir, par leurs paroles, leurs regards, qu'il est pauvre, ou petit de taille, ou " haut sur pattes", ou basané ou trop blond, ou circoncis ou non circoncis, ou orphelin; ces différences innombrables, minimes ou majeures, qui tracent les contours de chaque personnalité, forgent les comportements, les opinions, les craintes, les ambitions, qui souvent s'avèrent éminamment formatrices mais qui parfois blessent pour toujours... Lorsqu'on a été humilié ou raillé à cause de sa religion, de sa peau, de son accent ou de ses habits rapiécés on ne l'oubliera pas...

   J'ai insisté jusqu'ici sur le fait que l'identité est faite de multiples appartenances, mais il est indispensable d'insister tout autant sur le fait qu'elle est une et que nous la vivons comme un tout...- Ortega y Gasset dit:" en moi sont entrelacés une vocation originale et une circonstance déterminée."

 

   Denis Boulbès, lance son héros sur les chemins de la Castille, terre de naissance d'Ortega y Gasset, sur la route de Don Quichotte; le philosophe médite, lui, sur le héros de Cervantés. Le héros de Denis Boulbès doit se reconstruire, aprés le deuil de l'être aimé et recherche une nouvelle personnalité. Il a une mission à accomplir, comme le Chevalier à la triste Figure, c'est la "raison vitale", dont parle Ortega y Gasset, "vivre c'est s'élancer vers quelque chose. Ce quelque chose" c'est le Projet Vital dont le profil surgit de la vocation et de la circonstance." Le projet vital de Don Quichotte.

  Le héros de Denis Boulbès a l'intuition de cela, quand il s'écrie à la fin du livre, de son parcours à travers la Castille: " Je suis Janus aux deux visages, maître des Portes. C'est à moi qu'il appartient de présider au passage entre hier et demain... Je suis moi et ma circonstance. En marchant et en trébuchant j'ai franchi le seuil ouvrant vers mon avenir. Ce n'est pas moi qui ai fait mon chemin, c'est le chemin qui m'a fait."

 

   Que veut nous dire Ortega y Gasset par ce concept: je suis moi et ma circonstance, selon Maria Ortega y Manez?

 

   " La circonstance désigne tout ce qui est autour de moi: "circum-stantia". Elle comprend tant le monde physique qui m'entoure que les valeurs historiques, culturelles et sociales. C'est le monde dans lequel le sujet est installé. La nouveauté, chez Gasset, consiste à établir que ce qui enveloppe l'individu l'intègre aussi métaphysiquement du fait qu'il a à faire à la réalité qui l'entoure.

   -Je crois que Maria Ortega y Manez a la bonne intuition quand elle choisit d'aborder son analyse par cette phrase des "Méditations"-: "Ma sortie naturelle vers l'Univers s'ouvre par les cols du Guadarrama. Ce secteur de réalité qui m'entoure forme l'autre moitié de ma personne. C'est seulement à travers lui que je peux m'intégrer et être pleinement moi-même." - Pour quitter Madrid, partir vers le Nord, vers la France, sa terre d'exil quand Franco s'en prendra à la République, passe par les cols de la Sierra de Guadarrama.- 

   Le "je" est inséparable de la circonstance, il n'a pas de sens en dehors d'elle. Mais inversement, la circonstance est toujours "ma" circonstance; elle comprend tout, mais par rapport à moi, tout ce qui me concerne. ( C'est, chez Amin Maalouf: notre identité est une, et nous la vivons comme un tout.)

   La vie, ou la réalité "radicale"- au sens de racines- nous est donnée à faire. Et vivre c'est essentiellement être en rapport avec le monde, agir sur lui, s'occuper de lui. C'est pourquoi il me faut savoir à quoi m'en tenir, c'est à dire être conscient de ma circonstance en même temps que de ma raison vitale, ma vocation:- la mission à accomplir pour Don Quichotte: Hidalgo, à la première ligne du livre mais qui ne veut plus être que Alonso Quijano à l'heure de sa mort, comme le dit si bien, Denis Boulbès.

   Pour Gasset, vivre ,c'est s'élancer vers quelque chose, ce quelque chose c'est le Projet Vital , la vocation originale... La circonstance suggère ce qui est à faire en fonction de la vocation pour, encore une fois, savoir à quoi s'en tenir."

   

   Mon identité personnelle, ce serait donc, savoir qui je suis pour savoir ce que j'ai à faire, dans l'espace" de ma circonstance, en ce qu'elle a de particulier et de limité", les deux faces du miroir étant intimement liées au point d'être inséparables.

 

N.B. Proche du mot situation, la notion de circonstance est souvent employée pour définir celle-ci dans des contextes différents.


   

   


 

   

Repost 0
Published by regain2012 - dans philosophie
commenter cet article
3 novembre 2011 4 03 /11 /novembre /2011 13:54

   "L'argent ne fait pas le bonheur ... des Pauvres." ( Coluche ).

   " Jamais je n'augmenterai les impôts ... des Riches." (N.Sarkozy).400_F_28345085_dQmhuleo4h0hiT93eMFPnBCq7awNQzSt.jpg

 

   Il est de notoriété publique que le Président français est fâché avec la langue française. Il le démontre, une nouvelle fois, dans un domaine où on ne l'attendait pas: la fiscalité. Il pense que Taxes ou Impôts sont deux choses différentes.

   Le taux des prélèvements obligatoires a augmenté de un point du PIB ces cinq dernières années.Et pourtant, N.Sarkozy n'a pas augmenté les impôts; et c'est vrai, grâce au bouclier fiscal, les impôts sur le Revenu et les Sociétés  n'ont pas augmenté, il a même baissé l'impôt sur la fortune.

   Alors, où est l'astuce? Il a tout simplement multiplié les Taxes, et augmenté celles qui existaient déjà. Voici une partie de la liste de ces prélèvements, sortis d'une imagination débordante.

   -Taxe sur les clefs USB.

   -Taxe sur les disques durs.

   -Taxe spécifique d'équipement pour le Grand Paris.

   -Taxe sur les nuits d'Hôtel, dépassant 200 euros.

   -Taxe sur les entreprises de réseau.

   -Taxe pour le fonds d'indemnisation de la profession d'avoué.

   -Taxe sur les appels aux émissions de jeux télévisés.

   -Taxe double sur les boissons sucrées et allégées.

   -Taxe sur la détention de véhicules polluants.

   -Taxe sur les loyers élevés de micro-logements.

   -Taxe sur les hauts revenus.

   -Taxe sur les plus-values en cas de transfert du domicile fiscal à l'étranger.

   -Taxe, dite droit de timbre, pour introduire une action en Justice.

   -Taxe sur le renouvellement de la Carte d'Identité, en cas de perte ou de vol.

   -Taxe sur la gestion des Cartes Grises.

   -Taxe sur la Taxe d'Habitation au-delà d'un certain revenu.

   Etc...

   Selon le Président de la Commission des Finances de l'Assemblée Nationale, toutes ces taxes ont rapporté en deux ans, à l'Etat, 50 Mds d'Euros. Ce que rapporte l'impôt sur le Revenu en un an, quand même!

   Et qu'est-ce qui "cloche" dans ce système? L'impôt sur le revenu est payé par ceux qui gagnent le plus- enfin presque-.  mais une taxe pèse aussi lourd dans la poche de la caissière d'un super-marché que dans celle du PDG de TOTAL.

   Attendez, je n'ai pas fini!  L' Assemblée Nationale discute en ce moment la mise en place de la fameuse TVA sociale. (Taxe à la Valeur Ajoutée.) On va diminuer de 10% les charges sociales des entreprises, et compenser la perte par des augmentations ciblées de TVA, que tout le monde paiera: pauvres ou riches.

   Décidément, le Président connaît mieux notre langue qu'on ne le dit:  impôts, taxes, racket ...Il sait ce qu'il fait.

 

(1), NOTE: Le titre et la liste des taxes, sont empruntés au Canard Enchaîné du 02/11/11, lui-même les ayant recueillis dans le journal Le Monde du 27/10/11.

   

 


Repost 0
Published by regain2012 - dans Politique
commenter cet article

Présentation

  • : Regain 2012
  • Regain 2012
  • : Pour un retour à la démocratie réelle où le citoyen redevient acteur de son avenir et cesse de déléguer son pouvoir à des partis ou à des dirigeants trop éloignés des souffrances des peuples.
  • Contact

Vous aimerez peut-être :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Recherche

Nuage de tags

Nombre de visiteurs en ligne

Il y a actuellement    personne(s) sur ce blog

Catégories

Liens