Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 octobre 2012 1 15 /10 /octobre /2012 13:58

" Daniel Cohn Bendit : le canada dry de la politique : ça a la couleur de la rébellion, l'odeur de la rébellion, le goût de la rébellion, mais ce n'est pas la rébellion ; c'est juste une idéologie capaitaliste classique sous une face souriante et décoiffée ... Un produit marketing redoutable ." ( Le mensuel - La Décroissance - ) .

 (1) Surnom de Daniel Cohn Bendit, auprés des partisans de la décroissance .

 ( Illustration : eco.europa.eu ) .

 

p-021078-00-29.jpg

 

   Qui ne s'est pas interrogé sur le comportement des écolos, ces derniers jours, à propos du Traité Européen de Stabilité Financière qui enlève aux Etats le droit de fixer, eux-mêmes, leur politique budgétaire et financière .

   Nous ne votons pas, ont-ils clamé haut et fort ,  le texte du traité signé par Sarkozy . Hollande a fait savoir qu'il n'en ferait pas  tout " un fromage " - donc pas de danger pour les ministres écolos :  Cécile Duflot, encore ivre de sa nomination, respire, elle qui  n'a pas été présente au Conseil Fédéral de EELV parce qu'elle avait trop de travail, le week-end où ses amis ont décidé de ne pas approuver le traité .

   Cohn Bendit claque la porte, pour quelques heures , fâché, car lui, le bon petit soldat de la finance, le défend ce texte .

   Mais, attention, Hollande a élevé le ton, en faisant savoir que le lendemain, il faudrait voter la Loi Organique, application française du traité, préparée par l'équipe actuelle . Sinon, plus de ministres écolos . On se souvient combien C. Duflot avait bredouillé au journal de 20H, sur France2, tentant en vain de justifier l'injustifiable . 

   Toujours est-il que le lendemain, les écolos ont voté la Loi Organique, la fameuse règle d'or chère à Sarkozy, copier-coller , en français, du texte de la veille . Comme ils voteront, ont-ils annoncé, le budget 2013, fils direct du contenu du traité .

   A la question d'un référendum sur l'approbation du traité, c'est l'improbable sénateur écolo, Jean Vincent Placé, qui n'hésite pas à reconnaître en public -  On n'est pas couché : France2, Laurent Ruquier, - qu'il se voyait ministre en mai 2012, qu'il en avait envie et que sa déception fut grande . Mais qui ajoute, et cela devrait en interpeller plus d'un, quant à la conception de la démocratie chez les écolos : pour les questions trés complexes, on ne peut pas faire appel au peuple qui n'y comprend rien . La démocratie a ses limites , en somme , pour M. le Sénateur .

 

   On pourrait ne rien comprendre à ce cirque, prendre les écolos pour des gamins qui ne deviendront jamais adultes - il y en a - sauf que si l'on met certains éléments de la politique européenne des écolos,  bout à bout, on peut s'apercevoir qu'il y a moins d'incohérence qu'il n'y paraît, dans leurs attitudes . Et pour cela, il faut revenir à l'article d'hier, à l'influence des idées de Denis de Rougemont, et des " Fédéralistes- Régionalistes " sur les institutions européennes, et sur le mouvement écologiste . 

 

   Depuis des années, les Verts Européens  et les Régionalistes Autonomistes de l'Alliance Libre Européenne ne forment qu'un seul groupe au Parlement de Strasbourg, dont le co-président est Daniel Cohn Bendit . L'Alliance Libre Européenne, elle,  est présidée par un Belge Flamand partisan de l'Indépendance de la Flandre .

   Ce que nous avons tous oublié, parce que on nous l'a en partie caché, c'est que le mouvement " Europe Ecologie Les Verts", de Cohn Bendit- Duflot, est un rassemblement de Verts et d'Autonomistes .

   Examinons les propos - sur son blog - du député européen d'EELV,  François Alfonsi, par ailleurs membre du Parti de la Nation Corse, à l'issue de la victoire , aux élections fédérales belges de juin 2012, du parti séparatiste flamand , N-VA , Nouvelle Alliance Flamande de Bart de Wever : " Ce succés éclatant ouvre la voie à l'élargissement intérieur de l'Union Européenne qui, à l'avenir, devra compter également sur de nouveaux Membres issus de l'intérieur même de ses frontières ... Bart de Wever a un objectif, faire reconnaître la Flandre comme une nation d'Europe et ouvrir aussi la voie aux autres nations que l'ALE réprésente, à commencer par l'Ecosse, la Catalogne et l'Euskadi ..."

   Depuis, crise aidant, les grandes manifestations pour l'Indépendance se multiplient à Barcelone, soutenues, entre-autres , par le Parti  " Initiative pour la Catalogne- les Verts " ; hier, aux élections municipales belges, le N-VA de Bart de Wever, a remporté une nouvelle victoire, largement en tête des suffrages, et surtout s'emparant de la plus grande ville du pays : Anvers .

   Il n'est pas inutile de rappeler ce que répète Bart de Wever : " Je ne suis pas un révolutionnaire, mon but est que la Belgique disparaisse sans qu'on s'en aperçoive ." ( Le Figaro Magazine, juin 2012 ) .

   Aux journalistes de Libération, Cohn Bendit n'hésite pas à répondre qu'il n'est pas gêné par cette cohabitation : " ce sont des européens ... " Et concernant la Belgique, il ajoute : " De toute façon le poids de la Belgique c'est zéro ... Barroso et les autres ne se tracassent pas face à une séparation ... Ce ne serait pas un problème qu'elle éclate ..." .

   Quel mépris pour les petits pays, mon cher Dany !

 

   L'influence de Rougemont, et son rejet de l'Etat Nation , ont continué leur chemin dans les milieux de l'écologie politique . Quand, en 1976, celui-ci fonde " Erocopa ", Action Ecologique Européenne, il a à ses côtés, le père de cette écologie politique, à la française, René Dumont .

   Quand, en 1995, un colloque européen honore la mémoire de Denis de Rougemont, on trouve dans le comité d'honneur, J.M. Barroso, D. Cohn Bendit et Brice Lalonde . 

   Barroso, Cohn Bendit, même combat ! Et leurs joutes au Parlement de Starsbourg, ne sont là, que pour donner le change .

 

   On peut comprendre mieux le parcours erratique des écolos, dans le monde de la politique, quand on connaît le grand écart auquel se livrent, au quotidien,  leurs figures emblématiques, entre une envie, plus ou moins réelle,  de protéger la planète et la nécessité de frayer avec des " Autonomistes , Régionaux- Nationalistes " , dont quelques-uns ne " toussaient " même pas, à l'annonce des attentats de l'ETA .

   On peut résumer l'idéologie de l'Alliance : " Technocrates, Financiers, Régionalistes, Verts ", par les mots suivants : " La réduction de la dette et le sauvetage de l'euro passent aujourd'hui par l'affaiblissement de l'Etat-Nation au profit d'une Europe des régions, verte et fédérale ."

 

 

   NB : d'aprés le billet du blog " Vivre est un village " sur le site Médiapart du 24 juin 2012 .

  

 

   

Repost 0
Published by regain2012 - dans Politique
commenter cet article
11 octobre 2012 4 11 /10 /octobre /2012 14:11

" Appuyons-nous sur les principes, ils finiront bien par céder ! "  ( Talleyrand . " Le diable boîteux " .)

 ( Illustration : livre.fnac.com ) .

 

 

9782213630939.jpg

 

   Hier, 10 octobre 2012, dans un billet du journaliste Ludovic Lamant, le site Médiapart, lançait une alerte, sur un projet de directive européenne, ouvrant la voie à la privatisation de la Sécurité Sociale des Etats membres de l'Union Européenne . La stratégie est digne de Talleyrand, et  émane du Commissaire français, Michel Barnier, ancien ministre de Jacques Chirac .

   De quoi s'agit-il ?  A l'occasion d'une mise à jour de la réglementation des marchés publics européens, en vue de faciliter la mise en place du " marché unique européen" , M. Barnier soumet un projet de directive au Parlement Européen, en décembre 2011 . Des mois passent et personne ne dit rien , car à la vérité, ces textes sont longs, fastidieux et complexes : des dizaines d'articles, et des dizaines d'annexes . Mais lors de l'étude en commission, ces jours-ci , au Parlement Européen, des spécialistes du secteur santé,  ont " soulevé le lièvre " auprés des députés, qui n'avaient pas pris la peine de lire les annexes .

   Aujourd'hui, certains députés font leur mea-culpa, sur leur légèreté .

 

   Explications ! Jusqu'à présent, les traités européens excluent la sécurité sociale du champ de l'économie, dans le sens où ils constituent la base de la solidarité à l'échelle d'un Etat, traités renforcés par un arrêt de la Cour Européenne de Justice, en date de 1993 . La Commission, elle-même, précisait en 2007  : " la sécurité sociale ne peut être soumise eux règles du traité relatives au marché intérieur et à la concurrence " . Dans le jargon communautaire, cela s'appelle " le régime du non arbitraire ."

   Mais le projet de directive Barnier, balaie ces précautions et , dans ses articles 74 et 75, requalifie la sécurité sociale sous un nouveau mode : " le régime allégé ". Que de circonvolutions sémantiques pour intrduire la privatisation dans nos protections sociales .

   Le biais trouvé est d'éviter l'affrontement avec les opinions publiques,  en faisant  passer, en catimini,  dans la réglementation des  marchés publics, le service public de santé . Et cela a failli marcher ! 

   L' objectif avait été fixé à l'annexe 16, de ce projet, annexe qui, comme on l'a vu, avait échappé à presque tout le monde . Comme le dit la réponse à Mediapart du porte-parole de M. Barnier, " l'annexe 16 inscrit donc la possibilité pour un Etat qui le souhaite - dans le cadre de son autonomie en la matière - d'organiser sa sécurité sociale à travers un contractant . L'annexe 16 ne fait que donner l'outil juridique à un Etat qui souhaiterait organiser sa sécurité sociale à travers un marché public ... Mais cela est trés peu probable ... " Justification en forme d'aveu ! On ne fait que prévoir, en somme !

   Cette explication n'est pas  convaincante surtout si l'on ajoute que la Commission de Bruxelles propose au Parlement, pour apaiser la polémique , d'introduire une sorte de préambule au texte initial précisant que la sécurité sociale n'entre pas dans le champ du texte, parce que son activité ne repose pas sur la signature d'un contrat . Un contrat cela se monte trés vite . Mais surtout, pourquoi refuser de retirer l'annexe 16 du projet ? Bonne question, n'est-ce pas ?

 

   A présent, examinons ce que donneraient les possibilités ouvertes par ces nouveaux textes, s'ils étaient adoptés . Certains pays de l'Est, enfoncés dans la crise, ne tarderaient pas à livrer aux assurances privées, leur couverture sociale, souvent mal en point . D'autres, étranglés par la dette, n'hésiteraient pas à en livrer quelques pans . Qui peut imaginer que ce projet, livré en catimini, est étranger à la situation financière de l'Europe , est étranger à la crise de l'euro, est étranger à l'idéologie dominante, néo-libérale, de Bruxelles ?

   Prenons l'exemple français ! On sait combien coûtent à la sécurité sociale les traitements longs et lourds de certaines maladies ; on sait combien coûtent certaines interventions chirurgicales complexes . Qu'est-ce qui peut nous interdire de penser, qu'un jour, face à un endettement intenable, la sécurité sociale ne sous-traite pas la longue maladie, les grosses interventions, les traitements lourds , par " appel d'offres ", à l'assurance privée : Axa, par exemple ? Cela pourrait rapportait gros : avec des côtisations trés majorées et, selon le modèle anglo-saxon, la possibilité de refuser des prises en charge trop coûteuses, ou de la discrimination en fonction de l'âge .

   Bien sûr, comme à chaque fois, ce qui ne rapporte pas, serait laissé au contribuable : la petite maladie ou la prise en charge de l'autonomie des personnes âgées .

 

   Ce sujet n'est pas anecdotique : il est peut-être l'amorce de combats acharnés pour notre avenir . C'est pourquoi un écho trés grand doit être donné à la dénonciation par Mediapart de cette forfaiture . Les " Talleyrand " , semble-t-il, peuplent les bureaux de l'Europe de Bruxelles . Et c'est avec des coups-bas de cette nature qu'on veut nous faire aimer l'Europe !

   

   

   

Repost 0
Published by regain2012 - dans Politique
commenter cet article
7 octobre 2012 7 07 /10 /octobre /2012 14:31

" Ce qui est simple est toujours faux . Ce qui ne l'est pas est inutilisable ." ( Paul Valéry ) .

 ( Illustration : automobile-magazine.fr ) 

 (1) George Sand .

 

 

3_4_ar_megane_g_image_photo_leader.jpg

 

   L'endettement de la France est abyssal . Il est nécessaire de réduire les déficits, dit la classe politique unanime . Par quelle voie, lui demande-t-on ?

   Il n'y en a pas cinquante , mais trois .

   On fait la révolution, on change de régime, on annule une partie de la dette : celle liée à la crise provoquée par ceux qui nous réclament aujourd'hui d'être remboursés . Trop tôt : le pays n'est pas mûr !

   On augmente massivement les impôts, et on fait payer les innocents : c'est la voie choisie par l'actuel gouvernement, maquillée derrière un slogan, bien arrangeant, d'une pseudo justice fiscale .

   On recherche trés soigneusement toutes les économies que l'on peut faire dans les montages gouvernementaux destinés à fluidifier la dépense publique, parfois à la maquiller souvent à la faire échapper aux contrôles des inspections de l'Etat .

   Des trois pistes, l'une , la troisième, peut apparaître comme évidente au Français moyen et même trés facile à mettre en oeuvre : c'est toujours, à l'évidence , facile de faire attention à ce que l'on dépense . N'est-ce pas la première chose que la Banque de France  demande à un ménage surendetté ?

   Eh ! bien, non !  Pour les politiques c'est non ! Trop facile, c'est trop simple . Il est bien plus élégant et rassurant, pour les marchés, d'augmenter les impôts . Je dirais volontiers, de rouler sur la ligne blanche, comme si l'on se refusait de choisir . Facile, mais dangereux , et surtout exigeant moins de courage .

 

   Et pourtant, des économies sont à notre portée, indolores, efficaces et morales !

   L'Inspection Génrale des Finances, la Cour des Comptes, les rapports successifs et trés sérieux du député  René Dosière, vont dans le même sens . Attaquons-nous à la gabegie des " Agences de l'Etat " , c'est moins compliqué, dans un premier temps, que de cibler les cinq strates administratives qui gèrent notre quotidien et le cumul des mandats .

   Nous avons en France, plus de 1200 agences d'Etat, qui emploient plus de 400 000 fonctionnaires ou assimilés, mieux payés que dans la fonction publique classique, nombre en augmentation de 6%,  alors que la fonction publique traditionnelle a perdu 6% de ses effectifs . Ceci expliquant cela, peut-être . On les appelle Haut- Conseil ou Conseil Supérieur, Etablissement Public Administratif ou Etablissement Public Industriel et Commercial, Groupement d'Intérêt Public ou tout simplement Agence Nationale .  Le train de vie de leurs dirigeants est proprement fastueux, jusqu'à cent vingt mille euros annuels, pour certains,  ce qui ne doit pas nous étonner puisqu'elles servent aussi à recycler les anciens ministres ou hauts-fonctionnaires en mal de statut social . En obtenir une liste exhaustive de la part des ministères de tutelle est paraît-il trés difficile , ce qui ne manque pas de sel , puisque les ministères sont , en principe chargés de les contrôler . Ce détail démontre en tout cas l'incohérence de cette organisation . L'efficacité de certaines est carrément douteuse .

   Le coût du fonctionnement de ces agences s'élève à plus de 50 Mds d'euros par an, deux fois l'effort fiscal demandé aux Français en 2013 . Les trésoreries de ces agences sont par ailleurs excédentaires, car tous les programmes ne vont pas jusqu'à leur terme, et donc exiger, tout de suite, qu'elles reversent ces excédents, à hauteur de cinq ou six milliards d'euros, à l'Etat pour alléger la dette, serait moral, puisque servant à alléger l'ardoise des Français .

   Ajoutons encore que le financement de ces organismes se fait par des subventions directes de l'Etat ou par des taxes parafiscales sur les jeux, les paris , les entrées au spectacle , etc . On compte pas moins de 40 taxes parafiscales .

 

   Soyons nous-mêmes sérieux et précisons que dans cette myriade - myriade signifie dix puissance quatre en grec -  d'officines parapubliques tout n'est pas à jeter à la rivière . Méteo France en fait partie, et l'on ne saurait se passer de ce service public, ne serait-ce qu'en matière de sécurité .

   Citons également Pôle Emploi, dont ce n'est vraiment pas le moment de se passer . L' Agence Nationale de Sécurité Sanitaire et Alimentaire, l'Institut National Géographique, l'Agence Française du Médicament, l'Institut National du Cancer , la mission de ces organismes est claire . Ajoutons-y les Musées Nationaux, les Universités, qui eux ont plutôt besoin d'être aidés .

   Pour d'autres, on peut discuter et convenir qu'elles peuvent avoir leur utilité, mais pas forcément au même niveau de moyens, en période de crise : Agence Française pour les Investissements Internationaux, Cinémathèque Française, Centre National du Cinéma, Centre National pour le développement du Sport .

   Par contre, qui peut m'expliquer à quoi peut bien servir le FNPCA : Fonds National de Promotion et de Communication à caractère National en faveur de l'Artisanat ?

   Par contre encore, qui peut m' expliquer pourquoi en matière d'environnement il y a cinq ou six agences chargées des mêmes missions ?

   En résumé, l'IGF constate que s'il y a environ 560 de ces opérateurs  bien repérés, dont la mission est clairement établie et suffisamment contrôlés, plus de six cents échappent à toute visibilité publique pour ne pas dire à tout contrôle .

 

   Ce court panoramique m'a interpellé sur les choix de facilités politiques . Aussi je soumets aux politiques la réflexion du philosophe Alain, sur la facilité, et dont je n'ai pas tout compris : " On demande pourquoi la facilité ne plaît pas, c'est qu'elle persuade trop, et surtout, c'est qu'elle ne persuade que la partie souple . Il est trop ordinaire que le comprendre ne change rien à l'homme et n'y remue rien " .

 

 

   NB : informations recueillies à partir d'une revue de presse : Le Monde, l'Expansion, Midi Libre ...

 

   


   

Repost 0
Published by regain2012 - dans Politique
commenter cet article
6 octobre 2012 6 06 /10 /octobre /2012 15:07

" Les pays les plus créateurs de richesse ont, paradoxalement, les charges sociales les plus élevées : Norvège, Suède, Finlande, Danemark ." ( Webmagazine économique : les quatre temps du management ) .

 ( Illustration : resultat.daily-bourse.fr ) )

 (1) . Titre d'un encadré de Marianne No 807 , page 20 ) .

 

Fort-rebond-de-la-production-industrielle-au-Japon.jpg

 

   Ne passons pas à côté du débat qui s'ouvre sur la compétitivité de nos entreprises . A coups de lobbying, de manipulations, de mensonges, on va , une nouvelle fois nous faire prendre des vessies pour des lanternes .

   Le projet gouvernemental sur la question est éventé, Le Monde du 4 octobre 2012 nous dévoile que F. Hollande s'échappe de la sacralisation de ses 60 propositions, pour aborder une question, dont il s'était bien gardé de parler pendant la campagne électorale .

   Emboîtant le discours du MEDEF, il convient que , la compétitivité de nos entreprises est liée à un coût trop élevé du travail en France, alors qu'au printemps, il n'acceptait de parler que d'innovation, de formation ou de production haut de gamme .

 

   Le projet prévoit le basculement de 40 Mds d'euros de côtisations patronales, sur la durée du quinquennat, car le choc sur le pouvoir d'achat des Français pourrait être mortel, vers la CSG, que tout le monde paie, retraités comme actifs - tout comme une TVA sociale - . Reprenant la logique sarkozyste, cette exonération toucherait les côtisations familiales sur les salaires allant de 1.6 à 2.2 du Smic . L'argument avancé étant qu'il s'agit de cibler les salaires d'ouvriers et de techniciens, salariés d'entreprises directement exposées à la mondialisation, essentiellement, l'industrie donc .

   Les entreprises ne participeront quasiment plus à la politique familiale du pays : adieu au programme du Conseil National de la Résistance .

   Ce projet ne touche pas le dispositif Fillon d'exonération des charges sur les salaires allant jusqu'à 1.6 du SMIC, qui coûte à l'Etat 30 Mds d'euros par an, et dont tous les rapports, Cour des Comptes y compris, établissent son inefficacité , sur la création d'emplois, et sa perversité sur le maintien de salaires bas, les patrons ne voulant pas dépasser le seuil et perdre le droit aux exonérations .

   Le MEDEF ne fait jamais allusion aux 172 Mds d'euros de niches fiscales offerts aux entreprises, dont 65 Mds sur le seul impôt sur les sociétés, dénoncés par la Cour des Comptes .

  

   Les étapes de la mise en oeuvre de ce plan sont les suivantes : à la mi-octobre, remise du rapport, sur la question, du commissaire à l'investissement, Louis Gallois, au gouvernement . On doit à Louis Gallois, ancien PDG de la SNCF et de EADS, la suggestion de ce plan . Dans la foulée, le Haut-Conseil de la protection sociale fera un état des lieux de ces constats, puis recevra une saisine du Premier Ministre pour examiner les différentes propositions de réforme .

   Au basculement des charges, on peut ajouter des propositions de taxes nouvelles : augmentations de TVA ciblées, " taxe écologique"  pour la Ministre de l'environnement, Delphine Batho ou " taxe comportementale " de Marisol Touraine, Ministre de la santé, sur la consommation du tabac et de l'alcool . ( L'Empereur Vespasien taxait les urines des citoyens romains ) .

 

   Le problème que pose ce changement de cap de la politique de François Hollande est que tous les chiffres circulant sur le coût du travail, sont faux, et au premier chef, ceux du MEDEF, voilà qui va de soi . F. Hollande avait raison, au printemps quand il évacuait la question, la situant davantage sur des questions de stratégie d'entreprise . Mais voilà, il a changé .

   Alors, soyons clairs ! 

   Un document de travail ( No 1208 ) du Cepremap - Centre de recherche pour l'économie et ses applications -   publié par l'économiste Philippe Askénazy, directeur de recherche au CNRS , nous avertit que les éléments servant à évaluer le " coût du travail " en France, sont fragiles, voire incohérents . Ainsi, l'organisme européen de la statistique, Eurostat, aurait tendance à surestimer de 10% le coût du travail en France, dans les comparaisons avec l'Allemagne . ( Marianne : No 807 du 6 au 12 octobbre 2012 ) .

   " Le travail est un objet contingent complexe qui mérite d'être analysé trés sérieusement ", lit-on sur le webmagazine économique " Les quatre temps du management ", animé par des universitaires et des chercheurs .

   Les baisses de charges significatives n'ont aucun lien direct avec l'emploi : il suffit de se souvenir des aides massives accordées à notre industrie textile, dans les années 1980, pour lutter contre l'arrivée des produits chinois : elles n'ont pas empêché le déclin, meurtrier pour l'emploi, de cette activité .

   La " valeur travail " n'est pas la même selon les secteurs et selon les formules stratégiques des entreprises, dit encore le magazine " les quatre temps du management " .

   Encore deux chiffres, qui font consensus chez les économistes , et qui contrecarrent complètement le discours du MEDEF, focalisé sur le concept du coût horaire . Dans l'industrie, exposée à la mondialisation, le coût horaire à l'unité, en France,  est de 33.8 euros . Il est de 35 euros en Allemagne .

   Et si l'on prend en compte la productivité de l'ouvrier français, ce que n'aime pas le MEDEF , l'économiste du Front de Gauche, Jacques Généreux avance : sur une base 100,  le coût horaire de l'ouvrier français est de 83.75/100 contre 96.33/100 pour l'ouvrier allemand .

   On peut ajouter encore que, sur le simple plan du bon sens,  on ne résiste pas à des coûts du travail 50 fois inférieurs aux nôtres .

 

   J'apporte donc ma contribution au débat qui s'ouvre, sous réserve, qu'on ne nous cache pas la nature du basculement de société qui se prépare .

   Ne parlons plus de " coût du travail " mais de " valeur travail ", car le sens du travail c'est de créer da la valeur, et une valeur trés sensiblement supérieure au coût qu'il représente, puisqu'en plus de la rémunération des salariés, des actionnaires - et oui, il faut bien - et des banquiers, il doit contribuer à la solidarité nationale .

   Cette dernière valeur, c'est l'apport du XXe siècle, malgré tous ses soubresauts , et ses capitulations . F. Hollande, vos choix à venir, vont être lourds de conséquences !

 

 

   NB : les informations sur le projet de réforme de la protection sociale sont empruntées au journal " Le Monde " du 4 octobre 2012 .


Repost 0
Published by regain2012 - dans Economie
commenter cet article
4 octobre 2012 4 04 /10 /octobre /2012 15:04

" Qui paie mes dettes m'enrichit " . ( Proverbe québécois ) .

 ( Illustration : archives.le-hiboo.com ) .

 

 

predictions_2.jpg

 

   Il est étrange que l'augmentation de la dette d'un pays, qui passe en cinq ans, de 1200 Mds d'euros à 1800 Mds, soit une augmentation de 600 Mds, ou encore de 50%, n'ait généré que des articles partiels, généraux, vagues, tronqués, ou n'allant pas jusqu'au fond de la question . Comme si des chiffres d'une telle ampleur faisaient peur à nos économistes . Comme si nos brillants spécialistes craignaient d'ouvrir la boîte noire d'un crash dont , de mon point de vue trés personnel, nous ne nous remettrons pas .

 

   Essayons quand même, malgré le brouillard entretenu, de trouver quelques repères, je veux dire quelques raisons d'écarter de notre route le pilote du crash, qui a trés envie d'être réembauché par la compagnie .

   Trés raisonnablement, car il n'y a pas plus raisonnable et orthodoxe qu'elle, partons du constat de la Cour des Comptes sur la gestion sarkozienne , en date du 8 février 2012 .

   Ce creusement extraordinaire de la dette française, sous Sarkozy, n'est dû que pour un tiers à la crise financière de 2008 . Les magistrats de la dite Cour, appellent  ce déficit , un déficit conjoncturel . Cela fait moins mal à entendre .

 

   Il s'agit de toutes les mesures prises par le gouvernement en 2008 et 2009 pour adoucir les effets de la crise .

   Il est question de toutes les dettes que nous avons contractées pour sauver beaucoup de monde dont vous n'êtes pas .

   D'abord renflouer les banques, qui avaient misé sur des produits toxiques qui ne valaient plus rien . Mais comme l'on ne nous a jamais dit à combien s'élevaient ces pertes, on peut supposer que les aides ont été distribuées, pardon pour le terme, au " pifomètre " . En tout cas, cela a représenté 38 Mds d'euros . Ne croyez pas le discours consistant à nous dire qu'elles ont remboursé, un an aprés, la France s'est endettée et paie des intérêts sur ces emprunts .

   Il a fallu racheter la banque franco-belge Dexia, banque de prêts aux collectivités qui depuis, a fait faillite, et a entraîné bien de ces collectivités dans une spirale de dettes, inimaginable : 6 Mds d'euros en 2008 et le trou a continué, jusqu'à la faillite .

   Il a fallu aider l'industrie automobile, 7 Mds d'euros pour Peugeot et Renault, plus 1 Md de prime à la casse, contre l'engagement de ne pas licencier . Ils remboursent, mais nos intérêts courent , et les licenciements annoncés, ne font pas dans la dentelle .

   On a fabriqué un plan de relance, à la hâte, pour la recherche et l'innovation, de 38 Mds d'euros . Etait-ce le moment, en pleine débandade financière ?

   On a dû emprunter pour prêter aux pays en difficulté , Irlande, Portugal, Grèce . La France a participé à hauteur de  15 Mds d'euros, pour chacun des deux premiers pays . La Grèce a coûté au contribuable français, déjà, 60 Mds d'euros , mais, attention, pour rembourser les banques créancières de ce pays, donc des banques françaises,  pas pour aider le peuple .

   A ce stade,  précisons que l'Allemagne n'est pas seule à porter le poids de la crise, comme tendent à le faire accroire certains économistes ou observateurs .

   A titre de digression, le Mécanisme européen de stabilité, qui va naître dés la ratification du traité de stabilité, qui bénéficiera de 700 Mds d'euros de moyens, coûtera à la France, 142 Mds de participation .

   Ajoutons à ce tableau la diminution des rentrées fiscales, liées à la récession, et à la baisse du PIB, difficilement  évaluable, de 7 à 10 Mds ou plus .

   Nous voilà au niveau du tiers en question : 200 Mds d'euros .

   Conjoncturel ne voulant pas dire incontournable, les décisions, in fine, restent fondamentalement politiques et pouvaient être d'une toute autre nature .

 

   A présent, il faut examiner le déficit structurel, autre usage pédagogique d'un mot, pour ne pas dire , les dépenses, en propre, d'un homme et de son gouvernement . Et là, c'est plus facile . Vous allez comprendre pourquoi ! 

   L'honnêteté exige qu'on n'attribue pas à César, ce qui ne lui revient pas . Des 400 Mds d'euros d'augmentation de cette dette, qu'il nous reste à disséquer, une partie revient à la Sécurité sociale et aux Collectivités Locales .

   La dette de la Sécurité Sociale a cru de 11.3% et celle des collectivités de 7.4 %, leurs recettes augmentant  parallèlement, bien qu' insuffisamment . 

   Mais celle de l'Etat, la part la plus importante, a augmenté de 15.3%, alors que dans le même temps les recettes baissaient, à cause des cadeaux fiscaux consentis, dés le mois de juillet 2007, aux plus riches : le fâmeux bouclier fiscal .

    Ainsi, l'Etat entre 2007 et 2011, a augmenté ses seules dépenses de fonctionnement de 62 Mds d'euros alors que dans le même temps, il consentait 4 Mds d'euros d'exonérations aux ménages les plus aisés et 7 Mds aux entreprises : suppression de l'imposition forfaitaire annuelle, la réforme du crédit impôt-recherche et la suppression de la taxe professionnelle .

   Et pourtant, dans la foulée, 100 000 emplois de fonctionnaires étaient supprimés . En fait 82 programmes ont vu leurs crédits augmenter, et notez bien le choix politique : l'un des rares programmes qui a vu ses crédits réduits, c'est le programme de retour à l'emploi . Par contre les crédits communication de l'Elysée étaient multipliés par dix . Dans le budget initial 2012, version Sarkozy, ces dépenses de fonctionnement augmentaient de 34% . Elections en vue , certainement .

   Tout cela nous donne une augmentation de la dette de la sécurité sociale , en cinq ans de 90 Mds d'euros ; une augmentation de la dette des collectivités, de 40 Mds d'euros et 62 milliards de l'Etat, soit : 192 mds .

   Si l'on ajoute encore 200 mds d'euros pour rembourser le capital d'anciens emprunts arrivés à échéance, nous arrivons , bout à bout, aux 600 mds de la dette Sarkozy .

  

   Voilà  " la boîte noire " sarkozyste, 600 Mds d'euros, livrés à l'inconséquence et l'incompétence d'un seul homme . Ne me dites pas qu'il va revenir !

 

   NB : chiffres recueillis sur les sites " Terra Nova ", Débats 2012 , l'Expansion, Le Nouvel Observateur .

  

   

Repost 0
Published by regain2012 - dans Politique
commenter cet article
2 octobre 2012 2 02 /10 /octobre /2012 14:28

" L'âge de pierre ne s'est pas achevé par manque de pierres . L'âge du pétrole ne s'achèvera pas par manque de pétrole ." ( Cheik Yamani , ancien ministre du pétrole , saoudien ) .

 ( Illustration : greennetvert.fr ) .

 

 

exploitation_petroliere_canada.jpg

 

    Repères : depuis le début du XXe siècle, le pétrole en tant que matière première hautement stratégique est associé à presque tous les affrontements internationaux . Regarder l'histoire du XXe siècle en ignorant la question pétrolière, c'est comme lire une vie de Jules César, sans Brutus .

   En 2008, sur les vingt premières entreprises transcontinentales, douze sont des compagnies pétrolières ou automobiles . 

   Le seul commerce du pétrole, sans compter les activités en aval de la livraison, représente 60 Mds de dollars , par jour .

   En 1900, la capacité de projection des Etats était réduite à la portée de leurs armes : d'où ce qu'on appelait alors " les politiques de la canonnière  ", particulièrement, en matière colonialiste .

   Aujourd'hui, 20% du commerce international, 40% des exportations de pétrole, empruntent le détroit d'Ormuz, sortie du Golfe Persique .

   La 5e flotte américaine navigue en permanence prés du détroit d'Ormuz .

   1918 : Chute de l'Empire Ottoman .

 

   L' Empire Ottoman eut grand tort de s'allier à l'Allemagne , lors de la première guerre mondiale : Britanniques et Français n' attendirent pas la fin de la " boucherie " pour  préparer le dépeçage de ce grand ensemble .

   Le 16 mai 1916 étaient signés, à Londres, les accords secrets " Sykes- Picot ", diplomates britannique et français, répartissant entre les deux puissances, le Moyen-Orient, à la fin de la guerre .

   Aux Français était échue une zone d'influence comprenant le Liban, le Nord de la Syrie , la province Irakienne de Mossoul et une partie de l'Anatolie .

   Les Britanniques s'octroyaient la domination du sud de la Syrie, la Jordanie, la Palestine et la plus grande partie de  l'Irak , dont on savait déjà qu'il détenait de grosses réserves de pétrole , à l'inverse de la Syrie .

   Accord secret, en totale contradiction avec la promesse anglaise, faite un an plus tôt, à Chérif Hussein, famille hachémite de la Mecque, de la création d'un grand royaume arabe, indépendant, dés la fin du conflit mondial . Le but étant que les arabes se révoltent contre l'Empire Ottoman, " le grand homme malade " , déjà trés affaibli .

 

   Octobre 1918, les Britanniques, mieux informés que les Français sur les capacités pétrolières, occupent la région de Mossoul, trés prometteuse, et donc ont la main-mise sur tout l'Irak, alors que le conflit européen n'est pas terminé : " business is business ! "

   En 1920, les accords de San Remo revoient  " Sykes-Picot ", Clémenceau n'est pas trés content du coup de Mossoul : la France reçoit 25% que la Deutsche Bank détenait dans la Turkish Pétroléum, saisie par les Anglais . La France devient ainsi un pays producteur de pétrole et crée à la hâte la Compagnie Française des Pétroles , future compagnie Total . ( On peut comprendre certaines rancoeurs allemandes ) .

 

   En 1928, les Américains font connaître leur mécontentement contre le monopole européen sur le pétrole du Moyen-Orient . Alors, le 31 juillet 1928, on va signer, - au cours d'une partie de chasse au coq de bruyère - et figer, les relations territoriales et commerciales de la Région, à quatre : Anglo-Persian of Company ( future BP ), Royal Dutch Shell , Française des Pétroles et Near East Development - consortium de cinq compagnies américaines - . Aucune compagnie ne peut exploiter pour son propre compte . Les Américains entrent dans le jeu, au détriment de l'Irak .

   On a appelé cet accord, accord de la ligne rouge , la ligne rouge encadrant tout le Moyen-Orient ottoman, dont la Turquie et la Péninsule arabique . Les Anglais se réservent tous les droits sur le Koweit . Ce " modus vivendi " va durer jusqu'en 1973,  date à laquelle les pays arabes vont faire valoir leurs droits sur l'établissement des prix du pétrole brut, l'OPEP ayant été créée en 1960 . Mais les accords passés entre les Etats et les compagnies, on s'en doute, même si elles ont un peu perdu, n'ont pas été dévastateurs pour elles .

   ( Pour la petite histoire, la France éjectée, toujours par nos amis anglais, de l' Irak Pétroléum Company, suite à la défaite de 1940, ne retrouvera que 6% de ses parts en 1945 .)

 

   Pour la grande histoire, rappelons que cet accord, fut également appelé " l'accord des sept soeurs " , du nom des Compagnies anglo-saxonnes signataires, une façon de dire que la Compagnie Française des Pétroles comptait " pour du beurre ", comme disent les enfants .

   Les " sept soeurs ", les voici : . Standard Oil of New Jersey  et Standard Oil of New-York( Esso,  Mobil,, puis ExxonMobil , propriétaires de l'Amoco Cadiz qui ruina les côtes bretonnes en 1978 ) ; Anglo Persian OIl Company ( BP : British Pétroléum, qui a empoisonné le Golfe du Mexique, il y a deux ans ) ; Royal Dutch Shell ( Anglo-Hollandaise ) ; Standard Oil of California , Texaco et Gulf Oil, ( toutes trois, aujourd'hui, Chevron ) .

   Elles étaient déjà là, au partage de la ligne rouge ces grandes compagnies prédatrices . ( Et tenez ! Je ne résiste pas à la livraison de ce détail : en 2000, Sadam Hussein exigea que le pétrole Irakien lui soit payé en euros, et non plus en dollars : imaginez la suite .)

 

   Alors, cher ami, si je t'ai ennuyé avec ces détails, et si tu es allé jusqu'au bout, sache que je ne recherchais qu'un seul but . Ne culpabilise pas ! Ce n'est pas toi qui, avec ta petite voiture, pour pouvoir aller au boulot,  traversant le centre-ville dans l'horreur de tes gaz d'échappement, mène la planète à sa perte .

   Avec ta petite voiture, clonée en centaines de millions, tu engraisses surtout des actionnaires exigeants, qui étaient déjà là, à la curée, alors que la " boucherie " se poursuivait encore, entre 1914 et 1918 . N'accepte pas les leçons de civisme de tous ces commentateurs asservis, qui n'ont pour idoles , que  les dirigeants de ces mastodontes de l'immoralité et qui n'ont, en tout cas, rien à voir avec " les petites soeurs des pauvres " . 

 

 

   NB : informations sur les Cies recueillies sur Wikipedia . " Géopolitique du pétrole " .

           Cf. également le documentaire de Frédéric Tonolli sur la même période, produit par Sunset Presse, diffusé sur France 5 .


   

  

 


 

   

Repost 0
Published by regain2012 - dans histoire
commenter cet article
1 octobre 2012 1 01 /10 /octobre /2012 14:09

" La structure possède une organisation logique mais implicite, un fondement objectif en-deçà de la conscience et de la pensée ."

 ( Illustration : graitec.com ) .

 

ImgInfo_Aciercon_Waste_01.jpg

 

   Comment les politiques, face à l'aggravation inéluctable de la crise, vont-ils réagir ? En démontant toutes les structures ?

   Aujourd'hui, tout le discours politique et économique se structure, l'aviez-vous remarqué, autour d'un seul mot : " structures " !

   " Les ajustements structurels " des économistes ; les " déficits structurels " des technocrates de Bruxelles " ; les " fonds structurels " de l'Union Européenne ; les " restructurations industrielles " des grands patrons ; les " infrastructures"  des géographes ;  il y a mêmes les " superstructures" des philosophes , ce qui découle des infrastructures, au sens marxiste du terme : les institutions politiques, les lois, les religions, la pensée ...

   L'idée qui me vient à l'esprit, c'est , pensant à la construction, qu'une structure, c'est solide, et même rigide, et surtout résistant .

   La pensée économique dominante est que pour s'adapter à la crise du capitalisme et à la globalisation,  il faut revoir les structures : salaires, code du travail, protections sociales,  les assouplir, introduire de la flexibilité, " dériveter"  certains éléments qui assuraient la stabilité de l'édifice, mais le contraignaient un peu trop .

   Imaginons un architecte, fanatique de modernité, qui viendrait nous dire que La Tour Eiffel, impose une trop grande rigidité à l'image de Paris, et qu'il faut donc l'alléger de quelques milliers de rivets, de quelques centaines de poutres d'acier et de trois ou quatre couches de peinture . Le premier touriste venu peut imaginer le résultat !

 

   Les ajustements structurels, chers aux économistes et aux grands patrons, ce sont les salaires, les fonctionnaires, les charges patronales, tous ces rivets qui maintiennent l'édifice social solidaire . Lois de protection du travail,  la sécurité sociale, ce sont les poutres de notre tour eiffel de la solidarité . Il y en a trop, dit l'économiste : donc , il faut alléger la structure, car voyez-vous, la Chine, l'Inde, la Russie arrivent, avec leurs salaires de misère et leur solidarité croupion, il est donc indispensable de mettre nos structures au niveau de celles de ces pays .

   Je pose une question : combien de temps faudra-t-il pour que nos salaires et nos protections rejoignent le niveau qu'ils ont dans ces pays ? Ma propre vie, celle de mes enfants et celle de mes petits enfants, à tout le moins ! Est-ce que les sociétés  française ou européenne pourraient résister à un tel déshabillage d'acier ? La réponse est non : pas plus que La Tour Eiffel !

   La Dette publique pose beaucoup de problèmes à notre structure économique et les allègements apportés par la disparition de rivets et de poutres ne suffiront pas à régler le problème . Alors, on se met à regarder la Tour Eiffel sous un autre angle .

   On ne parle plus de déficits mais de " déficits structurels " . N'oublions pas qu'à l'origine, " le structuralisme ", est une théorie linguistique . Le mauvais cholestérol, le mauvais déficit, c'est le déficit structurel : les fonctionnaires, les retraités, les malades, les chômeurs, les précaires . A celui-là, thérapie de choc, si j'ose dire ! " Dérivetage ", façon Tour Eiffel . Mais il y a un bon cholestérol, un bon déficit, celui des investissements publics lourds : rail, autoroutes, aéroports, ports, celui des profits majestueux,- à Bruxelles, on l'appelle " fonds structurels "-  et on va le transporter au " Trocadéro " car, entre-temps, la Tour Eiffel a commencé à vaciller .

   Les " restructurations industrielles " c'est deux couches de peinture durable en moins sur la Tour Eiffel, remplacées par un enduit d'origine chinoise, toxique , ou si vous préférez, l'hypermarché Leclerc qui vient remplacer deux hauts-fourneaux .

 

   Comment vouloir cerner la structure, si l'on n'évoque pas " la structuration de la pensée " ? Et alors, là, tenez-vous bien, il y a beaucoup à dire .

   Nos élites n'ont pas dit leur dernier mot . La Tour Eiffel vacille, elle manque de rivets et de poutres, mais économistes, politiques et intellectuels rémunérés ont dans leur sac de farces et attrapes une colle de substitution : " la pensée structurée " .

   Il s'agit tout simplement, grâce à la puissance de feu médiatique à leur disposition, de nous inculquer une seule idée . Face à la grande instabilité du monde, il n'y a qu'une seule réponse, une seule, pas deux, qui est de pousser, encore plus loin, la loi du marché, non entravée, non rivetée .

   Une seule voix, un seul refrain !

   Une pensée structurée était, autrefois, une pensée cohérente construite à partir d'idées diverses, pluralistes et parfois contradictoires, se résolvant dans des synthèses progressistes . Aujourd'hui, la pensée cohérente, c'est l'idée unique !

 

   Et là,  je dis, casse-cou :  l'idée unique, c'est la mort de la Démocratie !  Le refus obstiné de nos dirigeants politiques de nous débarrasser des maux du libre-échange  nous a conduits , déjà, à l'ébranlement général de la Démocratie . La croyance aveugle de nos dirigeants au dogme du libre-échange nous mène à présent à sa désintégration .

   L'idée unique est en-deçà de la pensée, nous apprennent les structuralistes . L'idée unique, c'est le totalitarisme !

Repost 0
Published by regain2012 - dans Société
commenter cet article
29 septembre 2012 6 29 /09 /septembre /2012 16:22

 Sur le piédestal de la statue de la liberté, à l'entrée du port de New-York, est posée une plaque, qui porte écrits, les vers de la poétesse américaine Emma Lazarus:

   " Donnez-moi vos pauvres,vos exténués, / Qui en rangs serrés aspirent à vivre libres, / Le rebut de vos rivages surpeuplés, / Envoyez-les moi, les déshérités que la tempête m'apporte ..."

   ( Emma Lazarus . Sonnet : Le colosse . 1883 ) .

   Illustration : lavoixdunord.fr ) .   

 

 

446278.jpg

 

   Anecdotique ! " Jeudi 26 septembre en fin d'aprés midi , des habitants d'une cité marseillaise, Cité des Crémeaux, 15e arrondissement de Marseille,  ont contraint à la fuite des familles roms installées à proximité de leur cité depuis quatre jours ... Et le soir sont revenus sur les lieux pour incendier les restes du campement ..." Pas de violences physiques, encore heureux, mais des insultes !

   Anecdotique !  Il y a quelques semaines, des représentants d'associations apportant de l'aide à ces familles , dont le Président départemental de La Ligue des Droits de l'Homme, avaient été pris à partie par des riverains excédés par la présence de Roms, dans les quartiers Nord, Cité  Château Gombert, 13e  arrondissement .

   Anecdotique : Ce matin des centaines de personnes ont défilé dans les rues de Cysoing, dans le Nord, pour protester contre l'implantation d'un campement rom, à la suite de l'expulsion de ces mêmes personnes, d'un camp de la banlieue de Lille, en août dernier .

   Anecdotique !  La presse  a un peu parlé le lendemain, de cet arrière-goût " de pogrom " marseillais, quelques articles, peu de commentaires , pas d'éditoriaux, et le surlendemain, plus un mot .

   Anecdotique ! " Nous essayons de mettre en place, dans ces campements, des suivis sanitaires sérieux . Mais lors des évacuations brutales, ils partent sans leurs papiers médicaux, sans leur traitement, nous ne savons pas où ils vont . Cela a des conséquences sur leur santé mais pose aussi un problème de santé publique . Des personnes traitées pour la tuberculose interrompent leur traitement . Ce n'est pas rien !" dit Médecins du Monde .

   Anecdotique ! " Expulsés, certains sont poussés vers les stations de RER les plus proches, ce qui n'arrange pas le climat avec les usagers, d'autres se dispersent dans la nature pour reconstituer un campement, ailleurs,  toujours plus loin, toujours plus isolé ", hors du champ d'action des associations , dit encore l'animateur du collectif  " Romeurope " . Certains pour échapper aux évacuations brutales, choisissent la réponse individuelle et s'évaporent seuls ou avec leur famille, à la merci du premier voyou, dégénéré ou fanatisé venu .

   Anecdotique ! Un règlement européen, mesure transitoire mais réelle, interdit à ces Européens de travailler hors de leur pays d'origine, ce qui ne leur laisse comme choix que la mendicité ou le vol .

   Anecdotique ! Le Ministre de l'Intérieur avait promis qu'avant toute expulsion, il y aurait des consultations entre services de l'Etat, associations et collectivités locales . Rien de tout cela n'a été fait, dénoncent les associations . Ce qui revient à dire qu'on prie ces êtres humain de dégager le terrain, pour l'entrée en lice des bulldozers, et qu'on les laisse sur le trottoir .

 

   On estime à environ quinze mille les Roms entrés en France, depuis quelques années, soit 0.02% de la population . Nous ne sommes pas encore dans la situation d'une invasion à même de mettre en péril notre civilisation .

   Alors, pour l'anecdote, M. le Ministre de l'Intérieur, quel est  l'objectif recherché par votre politique " d'évacuation des campements ?"

    Humaniste ? Les réactions des associations disent le contraire !

  Sécuritaire ? Déplacer géographiquement  le problème n'apporte aucune solution à la sécurité !

  Sanitaire ? Médecins du Monde vous a déjà répondu !

   D'ordre public ? La République n'est pas mise en  danger par quelques milliers de malheureux " exténués" .

 

   Politique alors ?

   Dans ce cas, je vous invite, M. le Ministre, à réfléchir à deux discours politiques actuels : Marine Le Pen et sa rentrée politique " en fanfare " sur le thème du racisme . Le furieux J. F. Copé, de l'UMP, sur le même thème . Je crains que vous n' ayez réouvert la boîte de Pandore .  

   Oh !  je ne m'inquiète pas pour les voix perdues par le PS, à jouer un jeu discutable sur le sujet .

   Je m'inquiète pour l'impact que votre stratégie va avoir sur beaucoup de gens qui n'avaient pas besoin d'un blanc-seing pour hurler à la chasse à l'étranger . Je m'inquiète aussi pour toutes les voix gagnées par le FN dans ce chaudron que vous avez mis sur le feu .

   Nous pouvions nous passer d'une telle " orgie politicienne " . C'est pourquoi j'ai tenu à vous rappeler, en introduction, les vers de Emma Lazarus .

 

   NB :  anecdotique = pas important .

   


  

Repost 0
Published by regain2012 - dans Société
commenter cet article
27 septembre 2012 4 27 /09 /septembre /2012 16:49

" Je préfère être socrate malheureux qu'un porc satisfait ." ( Stuart Mill .)

 ( Illustration : Cyclades . gpoinsot.free.fr ) .

 

santorin1.jpg

 

   Il est des jours où l'on est fatigué de tous ces chiffres, de ces statistiques, de ces taux et autres PIB , assénés aux peuples pour les enfumer en tordant la réalité dans des équations aussi inintelligibles qu'indigestes .

   Alors il devient plus utile d'ouvrir les yeux et de regarder agir  " les porcs " . Un astre est mort et  les "porcs " se partagent ses dépouilles .

 

   La Grèce doit trouver, pour alléger le poids de sa dette publique, 50 Mds d'euros d'ici 2020, ainsi l'a décidé l'Union Européenne .

   Les privatisations de ses compagnies de l'eau, du gaz, de l'électricité, de ses ports, pour trouver 19 de ces 50 Mds , d'ici 2015, ont commencé .

   Mais cela ne suffisant pas, on va s'attaquer à ce qu'autrefois, il y a bien longtemps, quand l'argent ne régentait pas encore tout, on appelait " Le Beau " .

   La Grèce possède 2250 îles, dont seulement 300 sont habitées . En 2010, des responsables politiques allemands avaient, sans aucune honte, suggéré aux Grecs de vendre leurs îles .

   Eh ! bien, voilà qui est fait ! 

   Le gouvernement grec vient de confier à  " son fonds de privatisation " la mission de jeter en pâture aux investisseurs, 540 de ces îles . Subtilité économique oblige, la Constitution grecque, pas plus que la législation internationale sur les sites appartenant au " Patrimoine de l'Humanité ", ne permettant pas de vendre ces trésors,  il n'est pas question de vente, mais de locations de longue durée ( baux emphythéotiques ) .

   La liste de 47 premières îles est parue dans la presse grecque , à la mi-septembre : les prix s'étalent de 3 à 45 millions d'euros pour des superficies allant de 5 à 300 ha . Le directeur du fonds explique, sans état d'âme, la méthode de travail .

   540 îles ont été passées au crible, puis réparties en dix groupes sur une liste à publier . La sélection s'est faite de la manière suivante : " Nous avons identifié les endroits avec des terrains constructibles proches du continent et disposant d'infrastructures développées, sans menace pour la défense nationale ." Remarquons qu'il ne s'agit pas, ici, de la défense de la beauté .

   Ce même directeur ajoute : " Il sera aisé pour le détenteur de bail de développer un complexe touristique haut de gamme ... Ainsi la Grèce attirera les investisseurs ." 

   En outre, comme les lois sur la construction sont trés contraignantes et entraînent beaucoup de lenteurs administratives, le gouvernement travaille d'ores et déjà à les alléger . Comprenez : on ne va pas s'embarrasser de contraintes sur la protection de sites  ou l'obligation de procéder à des fouilles, si des vestiges sont mis à jour .

   Je ne peux m'empêcher de penser aux Espagnols, presqu'aussi mal lotis que les Grecs . Pourquoi ne mettraient-ils pas en vente les Iles Baléares ou les Iles Canaries ? Parce que, le saviez-vous ? En 1993, les Allemands s'étaient déclarés prêts à acheter Majorque, qui, en été, est plus allemande que catalane .

   

   Rappelons accessoirement, que parralèlement à cette démarche publique, le marché des ventes des îles, déjà privées, se porte bien . Sur les sites de vente d'îles internationaux, 15 îles grecques sont en bonne place, vous pouvez les consulter sur le web . La vérité m'oblige à reconnaître que le nouvel impôt foncier mis en place par le gouvernement est trouvé trop lourd par ces milliardaires . Il est vrai qu'ils n'en avaient jamais payé .

   Récemment, les héritiers de l'armateur bien connu Onassis, ont vendu leur île de skorpios, en mer Ionienne . Tout prés de l'île d'Ithaque - dont Ulysse était roi - un gréco-australien a vendu l'île d' Oxia , 5 km2 , à la famille de l'émir du Qatar ( tiens donc ! ) pour 6 millions d'euros .

   Les Grecs sont tellement anesthésiés par le traitement que leur inflige l'Europe, leur niveau de vie a été divisé par deux en quatre ans, qu'ils n'ont même plus la force de s'indigner . Mais dés lors qu'il s'agit d'une grande braderie du Patrimoine de l'humanité, est-ce que l'indignation doit être seulement grecque ? Je pose la question !

 

   Une étoile s'est éteinte mais les porcs peuvent danser .

 

 

   NB : d'aprés le billet de la journaliste grecque Alexia Kefalas sur Le Figaro conjoncture-économie .

 

   

 

   

Repost 0
Published by regain2012 - dans Société
commenter cet article
25 septembre 2012 2 25 /09 /septembre /2012 13:49

" En temps de guerre la vérité est si précieuse qu'elle devrait être sans cesse protégée par une garde de mensonges ." ( Winston Churchill ) .

 ( Illustration : Doha, capitale du Qatar . Site : Rue 89 ) .

 

 

20080707Qatar3_1.jpg

 

   " Unique pays Wahhabite - secte la plus fondamentaliste de l'Islam - avec l'Arabie Saoudite, le Qatar est une péninsule du Golfe Persique, face à l'Iran, de 11 500 km2, à peine un peu plus grande que la Corse, indépendante depuis 1971, peuplée de 1,8 millions d'habitants, peuplée de seulement 200 000 Qataris, ayant beaucoup de droits, sujets d'un Emir autocrate, Hamad bin Hhalifa al- Thani , commandeur des Croyants . Le reste de la population est constitué d'émigrés - 1,6 millions hommes - issus d'une émigration du travail " . ( Site Agoravox ) .

   Hamad al-Thani destitua son père en 1995, lequel avait lui-même déposé son cousin en décembre 1972 .

   Aux origines, peuplée de tribus nomades, la péninsule fut occupée successivement par les Perses, les Portugais, les Ottomans puis les Anglais .

   Les immigrés, travaillant dans la construction, les services à domicile, l'hôtellerie, sont sans droits, soumis à un semi- esclavagisme , dit Amesty International  . Venus du Népal, pour le plus grand nombre, d'Iran, d'Inde, du Pakistan ... " Parrainés " - doux euphémisme - par leur patron, ils sont en fait soumis à celui-ci, qui, dés leur arrivée, leur retire leur passeport, car ils ne sont pas libres de leurs mouvements . Ils sont logés dans des résidences de travailleurs, mal entretenues, parfois dans des " mobile homes ", et n'ont pas accés à certains quartiers et marchés des villes, pour ne pas déranger les familles qataris, jalouses de leur quiétude . Quand ils veulent rendre visite à leurs familles, dans leur pays d'origine, ils ont besoin de l'autorisation de leur patron .

   Bien évidemment le Qatar ne connaît pas le concept de salaire minimum : SMIC .

   Avec l'honnêteté intellectuelle qui les caractérise, nos économistes et journalistes bien-pensants, nous présentent un émirat entré magnifiquement dans la modernité, premier pays au monde pour la richesse par habitant, mais ne prenant en compte que les 200 000 sujets de son altesse , qui bénéficient de transports, d'un système de santé gratuits, et d'absence d'impôts .

    Ils oublient d'ajouter " que si un Qatari - parce que riche avant de naître - ne se voit pas contraint de travailler pour gagner son pain à la sueur de son front, c'est parce que la main d'oeuvre servile s'en charge " . ( Agoravox ) .

   L'émirat doit tout cela à ses réserves en pétrole , moyennes, mais surtout à des réserves en gaz naturel infinies : il est le 3e producteur mondial de gaz naturel et le 1er exportateur mondial de gaz liquide .

   Précisons, qu'aujourd'hui, le Qatar a des accords militaires trés poussés avec les Etats-Unis, accords de défense de juin 1992 renforcés en décembre  2002, Etats-Unis  qui y possédent  leur base la plus importante au Moyen-Orient, " El-Oudeid " , où sont positionnés plus de 120 chasseurs- bombardiers, d'où partaient les bombardiers pour l'Irak, en 2003, base qui donne une capacité d'action sur le Moyen-Orient et l'Asie Centrale unique .( Agoravox ) . J'allais oublier d'évoquer l'arme " soft " mais combien efficace qu'est la chaîne de télévision Al Jezira, qui diffuse en arabe et en anglais dans le monde entier, sauf, le saviez-vous, sur le territoire qatari . Chaîne se mettant tantôt à la disposition des occidentaux, tantôt à la disposition d'Al Qaida, assurant ainsi à cette organisation le canal satellite le plus influent du monde arabe . En janvier 2010, l'Emir en personne reconnaissait devant le Conseil de Coopération du Golfe, que la chaîne était un bon outil politique pour se ménager les grâces de l'organisation terroriste .

 

    Cependant, on ne peut connaître vraiment cette " tête d'épingle" qu'aprés avoir exploré sa capacité financière d'action .  Cette force de frappe financière est assise sur un prodigieux fonds souverain, le " Qatar Investment Authority " , efficacement conseillé par le Crédit Suisse,  et dont les avoirs s'élèvent à 700 Mds de dollars . Actuellement, ce fonds posséde pour 210 Mds de dollars de participations dans des sociétés étrangères . Il vient d'acheter , pour 2 Mds de dollars, 49% de participation  dans la branche d'exploitation de l'or colombien à la société  AUX du milliardaire brésilien Eike Batista . L'émirat investit chaque année à l'étranger entre 15 et 20 Mds d'euros, dont un milliard, en moyenne en France .

   Pour notre seul pays, le Qatar s'est déjà acheté des participations importantes dans nos industries pétrolières, stratégiques, immobilières, hôtelières, sportives, et de presse .

   D'ores et déjà, le Qatar est le troisième actionnaire de Total, pour l'équivalent de 2 Mds d'euros, soit 2% du capital,  . Il possède 7.6% du capital du groupe Lagardère, industrie de défense et presse . Il possède 5.8% des actions de GDF-Suez . Il est maître de 5% d'actions de Veolia, de 1% chez Suez-Environnement, de 5.8% du constructeur Vinci . Le Qatar a des participations dans l'industrie du luxe, LVMH, et s'est acheté de grands palaces, tels le Carlton, le Royal Monceau, l'hôtel d'Evreux Place Vendôme , ou le Majestic à Cannes et plus emblématique encore, l'acquisition de l'hôtel Lambert du XVIIe siècle, sur l'île Saint-Louis . ...Et cette liste n'est pas exhaustive puisque je passe sur le rachat du club de foot-ball du Paris Saint-Germain, ça m'énerve ...

   Le Qatar s'est cassé les dents, mais in-extrémis - sur une prise de participation dans l'entreprise nationale du nucléaire Areva, mais ce n'est, sans doute que partie remise .

 

   Alors, comprenons-nous bien ! En 1995, Jacques Chirac, trés inspiré, a été le premier chef d'Etat occidental à reconnaître le nouvel Emir . En 2007, l'Emir al-Thani est le premier chef d'Etat reçu à l'Elysée par N. Sarkozy, récemment élu, émir qui présidera le défilé du 14 Juillet, cette année-là . Dés fin août, François Hollande a,  lui-aussi, reçu notre ami l'émir . On apprend aujourd'hui, qu'Arnaud Montebourg a rendu visite à son altesse, en mars 2012, en pleine campagne électorale des présidentielles . Quand je pense que certains parlent encore de l'impréparation de l'équipe Hollande ! 

   Allez, disons-le, la France est le premier vendeur d'armements à l'émirat .

   Et disons-le également, tous ces investissements qataris bénéficient d'une grande mansuétude locale : les investissements qataris sur l'immobilier sont exonérés de l'impôt sur les plus-value et  les ressortissants qataris installés en France sont exonérés de l'ISF, les cinq premières années, par exemple .

   Voilà une lune de miel qui dure !

   Mais hier, selon les " unes " de nos journaux, nous avons passé la vitesse supérieure . Le gouvernement vient de donner son accord à la création  d'un fonds d'intervention franco-qatari, doté de 150 millions d'euros, d'aide à nos banlieues , " oubliées et délaissées " dit un responsable de l'ambassade du Qatar à Paris .

 

   Et à ce stade, c'est une rafale de questions qui s'abat sur nous, comme un vent glacé venu du septentrion : sommes-nous encore dans le domaine de l'économie " pure " ? Ne s'agit-il pas de l'intervention directe d'un Etat étranger, non européen, dans la politique intérieure du pays, et sur un sujet des plus sensibles ? Ne s'agit-il pas d'un Etat qui apporte, ouvertement, une aide massive à tous les mouvements integristes et djihadistes musulmans ? Le Qatar ne soutient-il pas la reprise en main par les fondamentalistes des printemps arabes ? L'Emir du Qatar n'est-il pas un champion du double jeu, apportant son aide militaire aux occidentaux, dans la guerre en Libye, et en même temps aux djihadistes regroupés dans ce pays, avant leur retour au Mali ?

   Nos dirigeants ne devraient-ils pas se poser la question essentielle : que recherche le Qatar en France ?

   Si le sujet n'était aussi grave, ne pourrions-nous nous amuser de voir une monarchie absolue , au fanatisme religieux des plus obtus, voler au secours d'une démocratie malade ?

 

 

   NB :  Informations recueillies sur les sites : Rue 89 ; l'Expansion ; Le Figaro Economie ; Agoravox .

   

 

 

   

Repost 0
Published by regain2012 - dans Politique
commenter cet article

Présentation

  • : Regain 2012
  • Regain 2012
  • : Pour un retour à la démocratie réelle où le citoyen redevient acteur de son avenir et cesse de déléguer son pouvoir à des partis ou à des dirigeants trop éloignés des souffrances des peuples.
  • Contact

Vous aimerez peut-être :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Recherche

Nuage de tags

Nombre de visiteurs en ligne

Il y a actuellement    personne(s) sur ce blog

Catégories

Liens