Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 février 2014 5 14 /02 /février /2014 14:56

" Il est aussi certain que l'histoire ne se répète jamais identiquement qu'il est certain qu'elle se répète toujours en certaines parties que nous pouvons dire principales ... Les faits du passé et ceux du présent  se prêtent un mutuel appui pour leur compréhension réciproque ... "  ( Vilfredo Pareto . Economiste et sociologue italien ) .

 ( llustration :  Prestidigitation . Joseph Faverot . 1862 .  Wikipedia  ) .

 

 

 

Joseph_Faverot_-_Prestidigitation.jpg

 

 


 

   " Je ne m'accomoderai pas du monde tel qu'il est et  je soutiendrai qu'on peut lui opposer une idée forte et juste ... Il est frappant que je sois devenu une figure idéologique à l'extrême de l'extrême, uniquement parce que j'ai continué à soutenir, tout en renouvelant de fond en comble ma pensée théorique, qu'il fallait désirer que le monde change absolument " . ( Alain Badiou ) .

 

   " Le Libéralisme ne saurait être un laisser faire ... Nous avons été conduits à l'abîme par des affirmations économiques constamment répétées , mais non prouvées . Par un matraquage incessant nous avons été mis face à des vérités établies, des tabous indiscutés, des préjugés admis sans discussion . Cette doctrine affirmait comme une vérité scientifique un lien entre l'absence de régulation et une allocation optimale des ressources . Au lieu de vérité il y a eu, au contraire, dans tout cela, une profonde ignorance et une idéologie simplificatrice ... " ( Article : Maurice Allais flingue le néo-libéralisme . Cité par blog.syti.net ) .

    " L'enjeu capital actuel est le risque d'une destruction de l'agriculture et de l'industrie françaises . Un tel risque est réel et j'emploie le mot de destruction car il est l'expression de la réalité . Un tel risque provient du mouvement incessant des délocalisations, elles-mêmes dues aux différences de salaires entre pays développés tels que ceux de l'Amérique du Nord et de l'Europe de l'Ouest d'une part, et d'autre part ceux d'Asie ou d'Europe orientale, comme la Roumanie . Un écart de salaire élevé, aussi extrême par exemple que de un à six, n'est pas supportable à long terme par les entreprises des pays où le revenu est plus élevé ... Cela ne veut pas dire que j'oppose ces régions entre elles, elles sont toutes des victimes du libre-échangisme imposé par l'OMC, le FMI et Bruxelles pour l'Europe ... " . ( Maurice Allais . Unique Prix Nobel d'économie français, 1911- 2010 ) .

   

   Peut-on comprendre, oui, peut-on admettre, non, le tour de passe-passe que nos dirigeants politiques, sous la pression des lobbyes financiers, nous infligèrent , en 2008 ?

   Durant 10 années de faste,  banques et assurances jouèrent, au casino  de la bourse , des sommes colossales qu'elles ne possédaient pas , avant que  la faux du  " croupier " ne se mît à siffler au-dessus des tables de jeux annonçant que ces " illustres dames " venaient de tout perdre .

   Panique dans le monde des spéculateurs !  Aussitôt le vieux précepte libéral est activé : on privatise les bénéfices mais on nationalise les pertes . Les dettes des banques sont transférées aux Etats, donc aux citoyens - contribuables .

   Mais rappelez-vous le coup de " bonneteau " !  Les Etats, déjà trés endettés, ne disposaient pas réellement de l'argent qu'il fallait prêter aux banques pour leur éviter la faillite . Que firent les Etats, qui n'ont plus le droit , en zone euro, en particulier, de créer leur propre monnaie ? Ils empruntèrent, contre intérêts, aux mêmes banques,  supposées en faillite, et qu'il fallait aider . " Je t'achète, tu me vends ! Je te prête, tu me rends ! " .

   Cohérence, quand tu nous tiens !

   Le renflouement des banques ainsi que la baisse des recettes fiscales du fait , et de la crise et de l'austérité imposée par l'Europe, ont fait exploser la dette publique des pays occidentaux : l'Irlande à la veille de la crise possédait une dette de 30%, elle est aujourd'hui de 120% de son PIB ; la Grèce traîne un niveau de dette de 170%, malgré une remise de la moitié de ses créances bancaires et l'austérité la plus dure imposée par l'Europe à l'un de ses membres .

   La majorité des pays occidentaux est au bord de la faillite avec des taux d'endettement proches ou supérieurs à 100% de leur PIB .

   Le transfert des dettes bancaires sur des Etats déjà trés affaiblis n'est pas tenable trés longtemps et inquiète les banques privées . C'est pourquoi, le projet européen de réforme bancaire, porté par le Commissaire européen Michel Barnier, un Français issu de l'UMP, les rend " nerveuses " et qu'elles " montent au front " pour le combattre , avec comme porte-étendard - tenez-vous bien - le ministre socialiste français de l'économie et des finances, le trés droitier et ami des banquiers, Pierre Moscovici .

   Car, " voilà-t-il pas " que ce conservateur veut museler - l'insolent - les 29 plus grosses banques européennes, dont 4 sont françaises, ( BNP Paribas, Société Générale, Crédit Agricole, Banques Populaires - Caisses d'épargne ), au motif  " qu'elles sont trop grosses pour faillir, trop compliquées à démanteler, trop coûteuses pour être sauvées avec l'argent du contribuable ", et qu'elles doivent donc séparer leurs activités spéculatives de leurs activités de dépôts .

   La banque " s'étrangle " !

   Mais ne nous faisons pas d'illusion, ce projet ne passera pas ! Nos politiques ont déjà fait leur choix :  le libéralisme a déjà sapé la démocratie, ruiné les classes moyennes, réduit à la précarité les classes populaires, plongé dans la pauvreté les chômeurs de longue durée et bientôt une grande proportion de retraités, alors la destruction de nos sociétés, qui nous ramènera aux conditions sociales du XIXe siècle, n'est pas pour l'arrêter .

 

   Aussi, je déclare, avec le philosophe Alain Badiou , que " je ne m'accomode pas du monde tel qu'il est et que je soutiens qu'on peut lui opposer une idée forte et juste " !

 

 

   NB : inspiré du billet " Comment 30 ans de libéralisme ont d&étruit nos sociétés " , blog.syti.net , du 11/06/2010 .

 

   

 

   

Repost 0
Published by regain2012 - dans Economie
commenter cet article
8 février 2014 6 08 /02 /février /2014 15:44

Liberte-egalite-fraternite-tympanum-church-saint-pancrace-a.jpg

laicite-point-barre-copie-1.jpg

 

 

" On ne fait pas admettre des valeurs en forçant la porte d'entrée " . ( François Dubet ) .

 ( Illustration : fr.wikipedia.org ) .

 

   " Flatter le multiculturalisme, frayer avec les communautarismes, cela a un prix, mais certains ont du mal à s'en rendre compte " . Ignorer trop longtemps la réalité, c'est s'exposer à un moment ou à un autre, à la recevoir en pleine figure . 

   Le sociologue François Dubet le dit clairement à ses amis de la gauche morale, à propos de la nouvelle guerre de religion qu'ils viennent d'allumer .

   " Des groupes qui avaient une identité culturelle forte estiment que leurs valeurs se dérobent sous leurs pieds . C'est ce que vivent les catholiques mais ce ne sont pas les seuls ... Quand on commence par dire qu'une petite fille a deux papas -  formule à laquelle on peut adhérer si l'on n'est pas cadenassé dans un dogme - on rentre dans le " dur " du sujet et l'on est tenu d'expliquer ce que l'on veut dire par là ... Cela ne peut tenir en quelques énonciations trop faciles ...  Des chrétiens se sentent heurtés, des musulmans aussi et d'autres encore . Est-ce que l'école a besoin de passer par de telles images, aujourd'hui, pour promouvoir l'égalité filles-garçons ? Il est terrible qu'il ait fallu la mauvaise foi de gens comme Alain Soral, Farida Belghoul ou Eric Zemmour pour que cette question soit posée ... " .

 

   Le quiproquo est gigantesque ; le malentendu est énorme ; la gauche morale a beau qualifier Farida Belghoul " d'illuminée ", et même si cette dame a utilisé la rumeur et les inventions pour manipuler des parents, elle a aussi révélé des faits exacts . Pour promouvoir l'égalité " hommes-femmes ", est-il besoin de faire réfléchir de jeunes enfants sur une image :  " papa porte une robe " ? Pour promouvoir l'égalité homme-femme est-il désormais absolument nécessaire de parler de " genre " ? La "théorie du genre " n'est encore qu'un sujet " embrumé " de recherches dans quelques laboratoires universitaires, mais madame Najat Vallaud-Belkacem l'utilisait beaucoup, il y a encore quelques semaines, avant que Vincent Peillon ne signifie qu'il ne veut plus en entendre parler ...

 

   Il eût été utile à certains de mieux écouter le discours de Farida Belghoul car le problème de cette dame n'est pas la théorie du genre, mais les partenariats passés entre des associations militantes LGBT ( lesbiennes, gays, bi et trans ) et l'Education Nationale .

   Fadela Belghoul ne s'émeut pas pour une théorie du genre, en complète opposition avec le Coran, mais difficile à décrire ; Fadela Belghoul cherche le rapport de force . En militante aguerrie, elle a compris que dénoncer les interventions de groupes de pression dans l'école - relevons que, sciemment, elle ne dit pas le lycée - serait plus mobilisateur auprés de sa cible : les familles musulmanes , et que ce qu'un groupe de pression a imposé, des groupes de pression plus forts peuvent le défaire .

   Elle a trés bien compris que le seul fait d'évoquer l'homosexualité à l'école allait mettre le feu aux poudres dans les familles musulmanes où ce serait pris comme une ultime provocation .

   Les mêmes qui ont pris le risque, par le passé, de qualifier  "d' islamophobes "  les dénonciations des mères accompagnatrices de sorties scolaires voilées, la viande halal partout, la condamnation du blasphème, l'employée de crèche voilée, et qui , avec les meilleures intentions du monde, ont cru pouvoir engager, cette fois, la société dans un escalier éthique dont la première marche est encore bien trop haute, pour la grande majorité des gens, vont recevoir une gifle cinglante .

   Car l'objectif de Mme Belghoul est clair : proposer un front commun des catholiques et des musulmans pour abattre la " Laïcité " .

 

   Et dans cet épisode qui ne fait que commencer la confusion est totale . Depuis 1967, c'est la droite républicaine qui a autorisé la pilule, institué la majorité à dix- huit ans, voté le divorce par consentement mutuel, légalisé l'IVG .

   J. F. Copé et Christian Jacob se retrouvent carbonisés par ce qu'ils croyaient constituer leur socle électoral . Car, bien que d'aucuns cherchent à rendre trés " paternaliste " - si j'ose dire - la " manif pour tous du 2 février, par rapport au nauséabond " jour de colère " du  26 janvier, c'est quand même le 2 février que nos trés respectueuses familles catholiques conspuaient non seulement le mariage pour tous, mais également l'IVG, les familles recomposées et l'enseignement de l'égalité des valeurs à l'école ...

   Du côté du PS, le vieux routier de la politique qu'est F. Hollande a vu venir le boulet et a réagi - mais ce pourrait être un peu tard .

   C'est le sociologue Jean Viard qui prévient les apprentis-sorciers . " Il existe aujourd'hui deux classes ouvrières . La première, ancienne et blanche, dans les zones périurbaines lorgne vers le Front National mais reste acquise à l'égalité des sexes de par l'éducation reçue autrefois du Parti Communiste . La seconde, d'origine immigrée, est particulièrement divisée sur la place des femmes dans la société, et fait actuellement l'objet d'une terrible bataille dans le monde musulman " .

   Les banlieues, trés souvent maghrébines, ont apporté massivement au candidat F. Hollande les voix qui auraient pu lui manquer en 2012 ; laisser ses troupes , PS, Terra Nova ou SOS Racisme, continuer d'appuyer, de façon aussi irresponsable, sur une telle fracture sociétale, n'eût été rien d'autre que la porte ouverte à un suicide politique collectif .

   Quel " pataqués " , sur les deux bords de la politique traditionnelle !

 

   Mais attention, le retrait d'une Loi ne suffira pas à ramener de la clarté dans un débat profondément trouble . Seul un nouveau passage par la case " laïcité " peut nous sortir du piège dans lequel des imbéciles nous ont enfermés, mais attention : la pure et exclusive " laïcité " .

 

   NB : à partir du dossier " La famille, piège préféré de la gauche " . Hervé Nathan et Eric Conan . Marianne No 877 du 7 février 2014 .

 


 

   

    

  

 

 

Repost 0
Published by regain2012 - dans Société
commenter cet article
6 février 2014 4 06 /02 /février /2014 14:12

 Le 26 septembre 1815, à Paris, les monarchies  russe, autrichienne et prussienne, victorieuses de la France révolutionnaire et napoléonienne, formaient la " Sainte Alliance ", afin de se protéger mutuellement de futures révolutions .

( Illustration : Victor Hugo à l'Assemblée Nationale , blog henrydarthenay ) .

(1) Expression empruntée au Canard Enchaîné du 5 janvier .

 

 

 

hugo-2.jpg

 

 

 

"  Je veux la liberté de l'enseignement, mais je veux la surveillance de l'Etat, et comme je veux cette surveillance effective, je veux l'Etat laïque, purement laïque, exclusivement laïque ..." . ( 15 janvier 1850 . Extrait du discours de V. Hugo à l'Assemblée Nationale lors du débat sur la Loi Falloux ) .

 

   Entre néo-fascistes, catholiques intégristes et musulmans rigoristes, une sainte alliance vient de naître, fondée sur la rumeur, donc sur l'intoxication, donc sur la manipulation . Et , la plus grande vigilance est de mise, car cette fois, la cible, c'est notre école ! Prendre la Loi sur " l'obligation scolaire " , la matrice de notre démocratie, en otage, est le pire des crimes : à la tribune de l'Assemblée Nationale Hugo, Jaurès, Blum auraient fulminé ( lancé la foudre ), les petits marquis socialistes d'aujourd'hui s'émeuvent du bout des lèvres . La médiocrité règne dans l'hémicycle !

 

   Une fois encore, l'intox a frappé fort . Tenez-vous bien !

   " Aprés avoir interdit le voile à l'école, la burka dans la rue, ( au passage, deux lois signées par Jacques Chirac pour la première, et N. Sarkozy pour la seconde ) , autorisé les homosexuels à convoler en justes noces et vouloir retirer leurs enfants  aux familles, le pouvoir socialiste va obliger les instituteurs à enseigner l'éducation sexuelle dés l'école maternelle . Homosexualité, bisexualité, transexualité seront conseillées à nos enfants, la masturbation encouragée à partir de 4 ans, les garçons apprendront à se transformer en filles et les filles seront incitées à devenir des garçons ... " .

   Mme Le Pen n'hésite pas à proclamer sur France 2  que, déjà, des militants de mouvements gays et lesbiens sont invités dans les écoles pour faire la leçon aux enfants . Délirant !

   L'objet du délit, est le programme gouvernemental appelé " ABCD de l'égalité " qui " ne vise qu'à transmettre les valeurs d'égalité entre les filles et les garçons " , transformé par " des néo-pétainistes " en " théorie du genre ", selon laquelle on ne naît pas fille ou garçon, comme l'a voulu Dieu ( sic),  mais on le devient, par goût ou par choix .

   Entre ceux qui manipulent et certains qui craignent, le courant est passé, à coups de SMS bien sentis, et le lundi 27 janvier, dans certaines écoles de banlieue de Meaux ( la ville de J.F. Copé ), il a pu être recensés entre 20% et 40% d'enfants absents . Et cela devrait se répéter, une journée par mois .

 

   Depuis le mois de septembre 2013, les vaincus de " la manif pour tous " cherchaient un nouveau champ de bataille " antigays " . Quelques maladresses dans le programme " ABCD de l'égalité " leur ont offert la voie d'un nouveau combat : l'école et la protection de leurs enfants . Pétitions, courriels, SMS, réseaux sociaux , " comités de vigilance " , grève contre l'obligation scolaire, prêches enflammés dans les mosquées, mensonges, l'ordre moral fait feu de tous bois .

   Une ancienne militante antiraciste , partie prenante de la marche des " beurs " des années 1980,  Farida Belghoul , lance le 18 décembre la lutte nationale et les journées de boycott mensuelles de l'école, contre " l'arme de destruction massive dirigée contre le peuple français ", que représente la théorie du genre .

   Christine Boutin, ex-Présidente du Parti Démocrate Chrétien, ancienne ministre, lui apporte son soutien tout comme le site Riposte Catholique et certaines associations familiales catholiques .

   Le site de l'antisémite et néofasciste Alain Soral est en surchauffe .

 

   Parmi les aberrations marquantes de ces manipulations, on a pu relever les perles suivantes .

   Les propos d'une sénatrice socialiste expliquant que les enfants " n'appartiennent pas à leurs parents ", en voulant dire qu'ils doivent apprendre à penser par eux-mêmes, deviennent, " les enfants appartiennent à l'Etat ", comme à Sparte .

   L'image, reproduite dans un manuel scolaire, d'un tableau connu, représentant Louis XIV enfant, dans une robe richement ornée, devient, pour une supposée philosophe Bérénice Levet, " un apprentissage proposé aux élèves garçons à porter la robe " .

   Le vice- président du Parti Démocrate Chrétien, le parti de Mme Boutin, élu de la Région Ile de France, s'indigne que certains manuels reproduisent encore le célèbre tableau du peintre Rigaud, présentant Louis XIV, en majesté, portant des souliers à talons : " Vous devinez quel modèle socio-culturel on veut nous imposer ? ", gémit-il .

   Il n'y a plus qu'à attendre la prochaine " fatwa " sur le fâmeux petit livre " BLED " , avec lequel nous avons tous appris l'orthographe, autrefois, mais qui pourrait être condamné à un autodafé, aujourd'hui, parce qu'il enseigne à nos enfants " les accords en genre et en nombre " et plein d' autres " cochonneries grammaticales " .

 

   

   NB :  d'aprés le Canard Enchaîné du 5 février 2014 , " " Un genre de sainte alliance ... " .

Repost 0
Published by regain2012 - dans Société
commenter cet article
4 février 2014 2 04 /02 /février /2014 15:02

"  L' austérité conduit le Portugal, la Grèce, l'Espagne, mais aussi toute l'Europe sur le chemin de la dictature " . ( Mario Soares  .  Ex-Secrétaire Gal du Parti Socialiste portugais , lors de la Révolution des oeillets . Ex Président de l'Internationale socialiste . Ex-Premier Ministre portugais . Ancien Président du Portugal ) .

 ( Illustration : blog.scribel.net ) .

 

 

sans-titre-copie-3.png

 

   

Un Français sur trois ( 33% ) se dit favorable à la sortie de la France de l'euro, ( sondage Ipsos/Steria de janvier 2014 ) ; presque un Français sur deux ( 47%) considéraient l'euro comme un handicap,  seulement 20% le considérant comme un avantage ( sondage Ifop de fin novembre 2013 ) ; l'été dernier, une étude commandée par la Commission Européenne elle-même, indiquait que " le soutien en faveur de l'euro " connaissait, dans quatre pays de l'Union, dont la France, sa plus forte dégradation ( - 7 points ) ; 40% des Français considèrent que l'appartenance de la France à l'Union Européenne " est une mauvaise chose " . 

   Tant pis si l'abstention ou le vote FN , qui a fait de l'abandon de l'euro sa mesure phare ", sont promis à une victoire éclatante lors des élections des députés au Parlement européen du mois de mai prochain ; qu'importe si dans tous les ministères des finances de la zone euro, comme dans tous les services de recherche et de gestion des risques des grands établissements financiers tout le monde planche dessus ; que le mode opérationnel d'une séparation monétaire soit examiné à la loupe ; qu'à Washington, Londres ou Tokyo ou dans les pays émergents,  la zone euro soit considérée comme le trou noir de l'économie mondiale ; en France, le mot d'ordre est : " Silence dans les rangs  ! On ne débat pas  ! " .

   Pour nos élites politiques, économiques (à quelques exceptions prés), et médiatiques , dans un conformisme et un dogmatisme affligeants, le débat sur l'euro reste le tabou des tabous . Silence dans les rangs ! " On ne dérange pas le veau d'or " !

   Universitaires, économistes, éditorialistes se sont assis sur leur savoir pour glorifier " la dernière religion" en date, dit Chevènement, " la " religion de l'euro " .

   Le résultat en est que le sujet est entièrement livré aux aux tourbillons des  élucubrations de Marine Le Pen, qui le dévoie et le souille par association à un repli identitaire sans lien avec la question, et qui, par ailleurs, par incompétence et manque d'intelligence, y introduit une confusion dont le sujet n'a pas besoin .

   L'analyse du directeur du département opinion de l'Ifop est intéressante à cet égard : " L'opposition à l'euro ne déclenche pas automatiquement le vote en faveur de Marine Le Pen mais c'est un élément trés important de distinction . Elle lui permet d'asseoir sa radicalité, et peu importe la pertinence du discours, par rapport à l'UMPS . Quand la moitié des ouvriers ou la moitié des 35-49 ans sont favorables à la sortie de l'euro, ça devrait interpeller les partis de gouvernement " .

   On retourne ciel et terre quand une " quenelle " vient troubler l'ordre public, on en appelle à Jaurès, à Blum, à Mendés France et à Mandela , quand " la République est menacée par les extrêmismes " ( Harlem Désir ), mais face la monnaie unique ne mérite qu'un : " il n'y a rien à voir " !

 

   Pourtant, entre " la fin du monde " que prédit le journaliste de Libération, Jean Quatremer, si la zone euro implose, scénario noir, et le retour en deux mois, à la prospérité, tel qu'il est prophétisé par Marine Le Pen , scénario rose, si elle accède au pouvoir et fait sortir la France de l'euro, il y a place à bien des hypothèses   qui mériteraient qu'on s'y arrêtât : sortie préparée, sortie coordonnée, collaborations par projets, séparation Nord-Sud ...  D'autant que ces hypothèses relevant du possible, en raison de la profondeur de la crise, relèvent donc aussi du probable .

 

   Quand le 6 septembre 2012, l'Italien Mario Draghi , Président de la Banque Centrale Européenne, annonce que la BCE réchètera désormais, et sans limite, les dettes souveraines des pays en difficulté, il calme la tempête qui risquait d'emporter l'euro, mais dans le même temps, fait la démonstration, qu'un lien trés étroit unit la monnaie, la dette et l'exercice de la souveraineté d'un pays ou d'une région : lien complètement occulté par ceux qui conçurent l'euro, et qui aujourd'hui, continuent de refuser cette évidence .

   Car l'admettre, c'est aussi reconnaître que la crise financière " n'est pas derrière nous " et que la monnaie unique est condamnée, à terme, car  aucune monnaie ne peut survivre à un regroupement artificiel de pays aux intérêts structurellement divergents .

   L'équilibre supposé de l'euro, autour de 1.36$, est totalement irréaliste, étant le résultat d'une addition de chiffres du commerce extérieur, entre pays fortement excédentaires et pays fortement déficitaires : l'euro devrait atteindre une valeur de 1.60 $ pour l'Allemagne, mais autour de 1.10 $ pour la France .

   Un tel écart condamne l'avenir de la monnaie unique .

   ( Un tel écart permet de comprendre également une disparité peu montrée par les observateuirs avisés :  lorsque les sociétés du CAC40, dont les activités sont pour une bonne part  déployées à l'étranger, largement bénéficiaires de la parité actuelle de l'euro , distribuent en 2013,  44 Mds d'€ de dividendes à leurs actionnaires, en augmentation de 4% par rapport à 2012, les PME françaises battent des records de faillites et de réductions de marge ) .

   Dans la spécialisation actuelle de notre commerce extérieur, nos exportations sont bien plus sensibles - entrée de gamme et moyenne gamme -  aux prix , que les exportations allemandes .

   Comprimer davantage les salaires , tout comme réduire la part des services publics dans le quotidien des Français, est économiquement hérétique : c'est purement et simplement asphyxier l'économie du pays . Le problème central de notre perte de compétitivité est une question de taux de change . 

    Ce qui a produit la divergence des coûts entre les pays de la zone euro, ce ne sont pas les salaires, sous pression depuis trente ans, ce sont les écarts d 'inflation, dans chaque pays : entre 1999 et 2012, les prix ont augmenté de 10% en Allemagne, de 25% en France, de 30% en Espagne, en Italie, au Portugal ou en Grèce . Nous avons une grande distribution - également trés bien installée dans ces pays du sud - parmi les plus cannibales du monde .

   Une dévaluation est devenue absolument nécessaire . Depuis 2002, les pays de la zone euro ont perdu 6 millions d'emplois industriels : est-ce une réussite ?  Mais les règles actuelles du fonctionnement de l'euro nous l'interdisent . 

   Faisons un sort, en passant, à une stupidité : la sortie de l'euro et le retour à " un euro-franc " entraînerait une dévaluation immédiate de 20%  et augmenterait notre dette publique d'autant, soit de 400 Mds d'€ , la faisant passer à 2400 Mds , prétendent les thuriféraires de la monnaie unique .

   Faux ! Le droit international précise que les contrats  signés dans le droit du pays emprunteur ( ce qui est le cas de 95% de nos créances ) restent calculés dans la nouvelle parité décidée par ce pays souverain . Il suffit  que l'Etat annonce que " 1 euro-franc = 1 euro " .

   ( Rappelons que la supposée maîtrise des questions économiques de N. Sarkozy nous a coûtés 600 Mds d'€  de dette supplémentaire, en cinq ans ) .


   Il est donc plus que temps que nous nous tournions vers nos partenaires européens, pour les convaincre de repenser ensemble le cadre de la coopération monétaire . L'apocalypse ne nous attend pas au bout du processus mais la catastrophe est certaine si nous ne faisons rien !

 

 

   NB : d'aprés le dossier de Gérald Andrieu dans Marianne No 876 du 31 janvier 2014, " Sortir de l'euro ? " , dont l'entretien accordé par l'économiste André Orléan : " Ne commettons pas les fautes de l'entre-deux guerres " .

Repost 0
Published by regain2012 - dans Economie
commenter cet article
3 février 2014 1 03 /02 /février /2014 14:08

Sous-titre : " Aprés Davos , le monde est à vendre !


 "  Aujourd'hui, l'immense majorité des peuples souhaite la fin de l'austérité, du néolibéralisme et de la dictature des marchés pour lesquels  la politique ne compte plus ... Il faut arrêter les politiques d'austérité qui ne servent qu'à engraisser les marchés et les spéculateurs . La domination des pouvoirs financier et économique sur le pouvoir politique nous conduit à la catastrophe ... " ( Mario Soares, ancien Président socialiste du Portugal ) .

 ( Illustration : blogperso.univ-rennes1.fr   /  Arthur Charpentier ) .

 

 

finance.jpg

 

   Nous évoquions , il y a quelques jours, le silence médiatique qui a entouré les débats du récent forum de Davos .qui a réuni prés de 1500 banquiers et industriels, et 40 chefs d'Etat et de gouvernement  Vous allez mieux en comprendre le sens , avec le thème de ce 44e forum : " Remodeler le monde " !

   " Aprés Davos, le monde est à vendre pour 9000 Mds de $ ", ( soit 6666 €,  666  étant le chiffre du diable, selon l'Apocalypse, et ce n'est pas calculé ), titre " L'Humanité Dimanche ", du 30 janvier, sous la plume de Dominique Sicot ) , citant la revue britannique " The Economist " du 11 au 17 janvier qui titre elle-même : " The $9 trillion SALE " .

   La trés libérale revue annonce quelque chose comme l'équivalent d'une " braderie " pour un montant de 9000$, en précisant que " tout doit disparaître ", comme le veut la coutume des ventes aux enchères .

   Cette somme équivaut , toujours selon The Economist, aux patrimoines publics que les gouvernements devraient mettre sur le marché pour alléger leur dette . Malgré les privatisations massives qui se succèdent depuis trente ans, dans les pays de l'OCDE, il y a toujours de quoi faire .

   A Davos, on s'est livré à des évaluations . Des entreprises publiques , propriété des 34 pays de l'OCDE et livrables , clefs en main, représentent 2000 Mds de $ ( 1480 € ) ; des participations minoritaires dans d'autres entreprises et services publics sont estimées au même prix .

   Mais les vrais trésors pour les " créatures " qui faisaient chauffer la marmite de Davos, sont ailleurs : bâtiments, terres, richesses du sous-sol ... 35 000 Mds de $ , ( 26 000 Mds d'€, l'équivalent de la fraude fiscale mondiale, cachée dans les paradis fiscaux ), selon le FMI .

   C'est là, qu'il faut désormais tailler, a-t-on dit, à Davos !

   Avec la délicatesse qui caractérise nos amis britanniques, the Economist s'empresse de préciser que Le Louvre à Paris, Le Parthénon à Athènes, le Parc national de Yellowstone aux USA doivent pouvoir échapper à " la curée " car ils n'ont pas de prix ...

   Chez nous, le journal trés libéral de Nicolas Beytout, " L'Opinion ", n'a pas attendu longtemps pour emboîter le pas de The economist et clamer, dés le 23 janvier : "  Privatiser plus pour dépenser moins ! " Et " l'Opinion " d'avancer tout de suite des propositions qui atteignent 100 Mds d'€ : La Poste ( 10 Mds d'€ ) , EDF ( 23 Mds d'€ ), la RATP ( 5 Mds d'€ ), la SNCF ( 15 Mds d'€ ), La Française des Jeux ( 1 Md d'€ ) , plus tout le patrimoine immobilier de l'Etat : Universités, Châteaux de la Loire, et autres monuments, hôtels particuliers, forêts domaniales ...

 

   Un  " tour d'Europe du dépeçage " a même eu lieu . En Espagne, une liste de 15 000 biens publics à vendre, d'ici 2015, hôtels particuliers, petits palais, immeubles, bureaux, terrains, a été publiée par le gouvernement . En Grèce, des centaines de biens sont déjà en vente, aprés le port du Pirée vendu en partie aux Chinois : la poste, un aéroport, des palaces , des îles ... L'objectif en 2011 était d'en tirer 50 Mds d'€, chirre baissé en 2012 à 19 Mds, puis à 8.5 Mds en 2013 . On brade ! On brade ! En Italie, un plan de privatisations d'entreprises publiques  de 11 Mds d'€  est en place pour 2014 ; au Portugal, la poste, l'électricité, le gaz, et l a gestion aéroportuaire sont d'ores et déjà en partie vendus : au Royaume-Uni , la poste, encore, la société d'enrichissement de l'uranium, des services du Ministère de la Défense, la météo, les services d'aide aux personnes âgées sont sur la sellette ; et l'on a vu , qu'en France, le journal " l'OPINION " a mâché le travail des experts ...


   Cependant, une certaine fébrilité semble avoir saisi " Davos " cette année . C'est que ces programmes furent tentés, il y a trente ans, et échouèrent, en raison de résistances venues de la société civile . Dans les années 1980, Reagan avait dû renoncer à privatiser d'immenses espaces de prairies dans l'ouest des EEUU, suite à la colère des éleveurs et des écologistes ; au Royaume-Uni, le gouvernement  de Tharcher , avait dû renoncer à la vente de forêts du domaine public ...

 

   Mais il s'est dit, à Davos, que trente ans de patience allaient enfin payer, grâce au " diamant " qui est entre les mains des " financiers ", aujourd'hui, la dette . Trente ans de patience, et la mécanique infernale va triompher . 

   Et d'abord, constatons que les acheteurs ne vont pas manquer : selon le cabinet financier " Deloitte ", les plus grosses firmes mondiales, ont moins investi ces dermières années, afin de se constituer un trésor de guerre , évalué à 2800 Mds de $ ( 2000 Mds d'€, le PIB de la France ) , auxquels  il faut ajouter 3800 Mds de $ ( 2800 Mds d'€ ) gérés par les fonds de pension,  et un certain nombre de banques qui auront bien mis de côté des milliards, sur les aides publiques reçues, afin de participer à la fête .

 

   D'aucuns prétendront que " Davos 2014 " vient de sonner la dernière charge, " la phase du pillage " .

  On est prié de ne pas faire preuve de mauvaise foi : il n'y a là aucune préooccupation idéologique . C'est juste, juré, croix de bois, croix de fer, un " dépannage bienveillant " !

   On comprendra aisément que le bilan de Davos 2014 n'était pas à mettre dans toutes les mains !

 

 

   NB :  à partir de l'article de Dominique Sicot, Humanité Dimanche du 30 janvier 2014 , " Aprés Davos ... " .

   

   

   

Repost 0
Published by regain2012 - dans Economie
commenter cet article
1 février 2014 6 01 /02 /février /2014 20:53


 

" La haine des imbéciles m'a toujours rempli de tristesse, mais aujourd'hui, elle m'épouvanterait plutôt ... Le monde entier retentit de colère . Que voulez-vous ? Ils ne demandent pas mieux que de ne rien comprendre et même ils se mettent à plusieurs pour ça ..." ( Georges Bernanos , 1938 ) .

 ( Illustration : " golem " . dol-celeb.com ) . (2 ) .

 (1) . Expression empruntée à l'éditeur François Miclo .

 (2) . Dans la mythologie hébraïque, le golem est un être inachevé, au mieux ébauché, fait d'argile, et animé pour accéder à la vie à l'aide d'un verset biblique inscrit sur son front . Le problème est , qu'une fois éveillée, la créature grandit, s'affranchit de ses liens et finit par échapper à son créateur .

 

golem-copie-1.jpg

 

 


 

   Au mois d'avril  de cette année, il y aura bien quelques Portugais, pour célébrer le quarantième anniversaire de la " Révolution des oeillets ", qui mettait fin à la dictature la plus ancienne du continent européen .

   La " révolution des oeillères " , française celle-la, est d'une autre nature . Elle concerne une nuée de mouvements dont le dénominateur commun semble se réduire au refus de tout : Hollande, avortement, chômage, mariage homosexuel, homosexuels eux-mêmes, école républicaine, médias, impôts, francs-maçons, juifs, et même Satan ...

   Le dimanche 19 janvier ils étaient des milliers à défiler dans les rues de Paris, pour " La Marche pour la vie " , c'est à dire contre le droit à l'avortement , loi votée il y a quarante ans, gauche et droite confondues .

   Le dimanche 26 janvier , ils étaient encore des milliers dans les rues de Paris, sous le slogan " Jour de colère " - traduction du trés catholique chant " dies irae " - cette fois pour exiger le départ de F. Hollande, de l'Elysée . Les pancartes affichant un désormais célèbre " Dégage " ! connurent leur heure de gloire, mais aussi des slogans antisémites qu'on n'avait pas entendus depuis longtemps et slogans islamophobes .

   Catholiques intégristes du mouvement Civitas, nationalistes de l'Oeuvre Française, royalistes,  Le Printemps français des opposants au mariage pour tous, partisans de M. Dieudonné M'Bala  M'Bala qui soutient le mouvement, Identitaires, individus se réclamant des bonnets rouges bretons anti-taxes, membres du FN mais là " incognito " , car la patronne ne " suit " pas - intéressant, non ? - ... Comité Lépante anti-Islam,  c'est une espèce de " coalition d'intérêts " qui regroupe dans le " collectif , jour de colère " prés de cinquante groupuscules d'extrême droite , et présentant sur leur site " Facebook ", plus de 30 000 inscrits . Et ils tiennent à montrer qu'ils  ne désarment pas .

   Nous ferons une entorse à notre volonté de respecter une parole correcte car quelques injures sorties " des bouches" de ces créatures diront, plus que tout discours, le niveau intellectuel de ces " ébauches " d'êtres humains, pourtant, pour beaucoup, ayant reçu l'onction du " Saint Chrême " .

   " Non à l'islamisation de la France  !... Mort aux sionistes ! ... Mesurez la contradiction ... Francs-maçons : pédophiles !... Journalistes collabos !... Hollande, on t'encule ! ... François, entends-tu qui se glisse dans ton cul ? La quenelle ... " . Je suis désolé mais il vaut mieux savoir assez tôt à qui nous aurons un jour à faire .

   Ce dimanche 2 février, les mêmes remettent ça, cette fois sous le slogan de " La Manif pour tous " , comme piqûre de rappel du refus du " mariage homosexuel ", mais aussi pour annoncer leur opposition totale à la PMA et à la GPA , dont personne ne reparlait jusque- là .

   Bon ! Nous allons tout de même raison garder !

   En février 1934, les fascistes étaient un million à marcher contre l'Assemblée Nationale . Cependant, vouloir comprendre les ressorts d'une telle haine ne peut pas nuire .      

   " L'hébétude radicale qui caractérise ces nihilistes, incapables à toute mise en forme ou en culture " dont parlait  le philosophe allemand Peter Sloterdjik, ne peut suffire à étreindre ce qu'un autre appelle " le soulèvement du dégoût " . Le sociologue Fabien Jobard tente de saisir le phénomène dans un concept improbable : " Cette foule colérique est difficile à combattre parce qu'elle communie dans un relativisme hyperbolique qui jette le doute sur le réel tout entier, jusqu'à nier les faits les mieux attestés ou nourrir la rumeur la plus folle ... " .

   La nourriture de ces sentiments extrêmes chargés de frapper les esprits se retrouve dans l'aphorisme " dieudonnesque : " La vérité c'est pour les cons " !

 

   Aux considérations sociologiques, je préfère, et de loin, la vision plus politique du journaliste de Marianne , Joseph Macé-Scarron : " Le Golem de l'UMP " , ( Marianne No 876 du 31 janvier 2014 ) .

   Le quinquennat de l'ancien Président, avec ses élégances, Guéant, Hortefeux, Morano, Guaino, plus l'ombre portée de N. Sarkozy, l'impayable J.F. Copé, accoucha d'une droite décomplexée, qui " surfa " d'un débat nauséabond sur l'Identité Nationale, à la stigmatisation de l'étranger, en passant par la culpabilisation de l'assisté, pour atteindre la glorification de celui qui " sait y faire ", et l'adulation de celui qui réussit . Ce quinquennat a engendré une sorte de " glaise " putride, faite de racisme, d'antisémitisme, de détestation de la démocratie, de rejet des vérités scientifiques, d'où est sorti un monstre tout couturé de slogans haineux : " Le Golem de l'UMP " .

   Ce collectif s'était vu assigner deux tâches bien précises : mener le combat en illégitimité contre F. Hollande, le socialiste,  et " l'extrêmisation " des slogans et des actions d'une droite dure , à droite du FN de Marine Le Pen, afin d'accélérer la dédiabolisation de ce dernier, pour permettre les accords électoraux futurs, entre l'UMP et le FN, en vue d'éliminer les socialistes de la scène politique .

   Il est trés important de noter l'absence officielle du FN de toutes ces journées de protestation . Qui refuse de prendre en compte ce signal, se condamne à ne plus comprendre les évènements qui suivront . Et cela parce que l'histoire ne s'arrête pas là !

   Les socialistes plus rationalistes que la droite auraient dû prendre garde au mythe du " golem " qui échappant à son créateur finit par l'écraser de sa masse . Malheureusement ils ne le voient pas tel qu'il est et ont même décidé de l'utiliser à leur propre fin .

   La tragédie peut commencer ! 

   A partir du double constat d'une droite classique déchirée comme elle ne l'a jamais été, et de sondages plaçant trés haut le FN dans les prochaines échéances électorales, F. Hollande, animal à sang froid, pure machine politique " sans affect ", a élaboré sa stratégie électorale pour 2017 : affronter Marine Le Pen, au deuxième tour de la Présidentielle .

   Alors, on annonce une politique économique et sociale de droite, claire et nette, froidement assumée, pour désorganiser et affaiblir durablement la droite parlementaire, à laquelle on " subtilise " son programme , et ça marche . On multiplie les raids sur toutes les réformes sociétales à portée, à même de faire " fleurir " toutes " les niches fascistes " qui vivotaient dans leur coin . On poursuit l'éloignement idéologique du Parti des couches populaires afin de les plonger davantage dans le sentiment d'abandon et d'exclusion .

   Axer sa conférence de presse du 14 janvier sur les bienfaits de l'entreprise, le salut par l'entreprise, sans jamais utiliser, pas une seule fois, le mot " salarié " participe de cette stratégie .

   Les mauvais coups qui se préparent contre les politiques de santé participent aussi de cette stratégie .

   Les rodomontades de M. Valls qui ne font qu'accroître le sentiment de haine contre l'étranger participent également de cette stratégie .

 

   Et pourtant tous les signes qu'envoie, depuis un an, la " révolution des oeillères " démontrent qu'elle n'a rien de pacifique . Le monstre idéologique né sous le quinquennat de Sarkozy, grandit, s'ébroue, éructe, sous le mandat de F. Hollande , pour bientôt s'affranchir des sorciers qui l'alimentent et finir par les écraser, et nous avec eux,  sous son poids .

  

 

  

  


Repost 0
Published by regain2012 - dans Société
commenter cet article
30 janvier 2014 4 30 /01 /janvier /2014 17:36

(1) . La ville intelligente . " Une ville intelligente est une métropole qui peut faire valoir une économie intelligente, une mobilité intelligente, un environnement intelligent, des habitants intelligents, un mode de vie intelligent, une administration intelligente " , explique  Rudolf Giffinger, spécialiste en recherche analytique sur le développement urbain à L'université technologique de Vienne ) .

( Illustration :  magazine.grandlyon.com  . Le Grand Lyon, future ville intelligente ) .

 

 

 

villeintelligente_illustration_francislegaucher_1000.jpg

 

 


 

   M. Rudolf Giffinger gagne à être connu . De nos jours, assure-t-il, les performances urbaines ne dépendent pas seulement de la dotation d'une ville en infrastructures  mais aussi, et de plus en plus, de la disponibilité et de la qualité de la communication du savoir, comme de l'infrastructure sociale :  capital physique, capital social et environnemental et capital intellectuel unis et tendus vers un même objectif .

   La dernière forme de capital est essentielle en ce qui concerne la compétitivité urbaine : c'est sur cette base qu'est né le concept de " ville intelligente ", outil créé pour englober les facteurs de production urbaine moderne, mettre en valeur l'importance grandissante des technologies de l'information et de la communication, le capital social et environnemental pour définir la compétitivité des villes .

   Le mot est lâché : est-ce une qualité de vie qui est recherchée ou est-ce une première place dans la " compétitivité "  - le mot fétiche du système capitaliste - , entre métropoles ?

 

   Concrètement , la ville et le territoire  intelligents doivent proposer un espace d'inter-actions avec les usagers, qui sont à la fois consommateurs de l'information mise à leur disposition pour les accompagner dans leur vie quotidienne - déplacements, consommation énergétique, accés simplifié aux services publics - mais aussi producteurs d'informations, via les réseaux sociaux et des services mobiles proposés : partage d'opinions, échange de services individuels ...

   Le socle de la ville numérique consiste donc en sa capacité à faire communiquer l'ensemble des objets et acteurs qui la composent , grâce à des réseaux de communications, des capteurs,des objets communicants . L'ensemble de ces infrastructures contribue au recueil et au partage de données, nécessaires, en particulier , au pilotage de la ville . L'analyse précise des situations permet d'adapter les ressources au plus prés des besoins et de mieux maîtriser les budgets ... ( C'est ainsi qu'à Vancouver, au nord-ouest du Canada, cinquième ville du monde pour sa qualité de vie, la mairie ajusta , il y a cinq ans, son budget social, en fermant  son plus grand Institut psychiatrique, jetant 6000 personnes dans la rue, du jour au lendemain, SDF, cas sociaux, drogués, malades ... rendant East Hastings, le quartier est, infréquentable ) .

   Le caractère intelligent de la démarche réside aussi dans sa capacité à conduire des projets transversaux, impulsant des dynamiques de concertation, associant les acteurs publics et privés , d'où naîtront des coopérations nouvelles et des économies grâce aux mutualisations générées .

   Les supports technologiques de cette nouvelle donne, sont constitués de réseaux de noyaux de capteurs sans fil qui peuvent mesurer plusieurs paramètres intéressants pour une meilleure gestion de la ville : niveau de pollution de chaque rue, niveau de radiations , optimisation de l'irrigation des espaces verts et de l'éclairage public, état de la pollution sonore, détection rapide de fuites d'eau ou de gaz, état des poubelles publiques ... Le trafic routier peut être contrôlé en détectant les places de parking disponibles, les plus proches de vous, et induisant ainsi des économies de temps, de carburant et de pollution atmosphérique ...

    "Capteur , mon bon capteur, ne vois-tu rien venir " ?  

   C'est un des rêves de Gérard Collomb, maire socialiste de Lyon, qui vient de créer sa " Métropole lyonnaise ", intelligente et prospère, sur laquelle il se voit déjà régnant, en " Métropolite " adulé .

 

   Cela étant dit, est-ce le paradis qui nous est offert ? Quelques questions se posent ! Pourquoi les grandes compagnies du numérique, IBM ou Cisco, font-elles le forcing, pour faire avancer plus vite ce concept ? 

   Ce concept est bien trop axé sur la compétitivité et les affaires, quand on sait que le système capitaliste est fondé sur la mobilité des capitaux, les investissements privés resteront-ils pérennes sur ce type de projets , afin qu'ils restent vivables ?

   " Cribler " la ville de capteurs pour mettre fin à la saleté, aux embouteillages, aux poubelles ouvertes sur les trottoirs, aux déjections canines, à la délinquance, c'est bien ! Mais une " ville intelligente ", criblée de capteurs en réseau, ça peut devenir aussi une ville " fliquée ", qui tient à éviter toute friction !

   Qui sait que la semaine dernière, à Kiev, beaucoup de manifestants ont reçu sur leurs téléphones portables, un SMS émanant des autorités, qui leur disait : " On sait que vous êtes là, partez " !

   La ville intelligente va faire la chasse au délinquant potentiel, à titre préventif ; elle pourra vous interdire telle rue, ou tel immeuble rien qu'à voir votre tête - et grâce au logiciel facial elle pourra accéder à votre profil, ou votre CV - , elle désactivera le démarrage de votre voiture si vous n'avez pas payé vos PV, pour mauvais stationnement .

   " Imaginez Rosa Parks - cette femme noire qui refusa de laisser sa place dans le bus, à un blanc et déclencha tout le mouvement pour les droits civiques , en 1955 - , la ville intelligente lui aurait interdit de monter dans le bus ", dit  J.L. Porquet dans le Canard Enchaîné , ( 29/01/2014 ) .

 

   Et puis dites-moi ! S'il faut habiter la " ville intelligente " pour être intelligent, est-ce que cela signifie que les quelques uns  qui auront choisi de rester à la campagne sont " des cons " ?

   Plus de " cacas de chiens " sur nos trottoirs " mais les commissariats débordant de citoyens mal numérisés !

 

 

   NB : d'aprés Jean-Luc Porquet, Le Canard Enchaîné du 29/01/14 . " L'esprit de Vancouver " .

   

 

   

 

   

Repost 0
Published by regain2012 - dans Société
commenter cet article
28 janvier 2014 2 28 /01 /janvier /2014 16:05

" Il est stupéfiant qu'au XXIe siècle la moitié de la population mondiale ne possède pas plus qu'une élite moins nombreuse que la capacité de places assises d'une rame de train ..." ( Winnie Bianyima ° . Directrice Générale d'Oxfam international ) .

 ( Illustration :  Davos . Deal%k ) .

 

 

 

 

dbpix-davos-sign-tmagArticle.jpg

 

 

 

 

 Le forum économique annuel de Davos, en Suisse, s'est terminé, samedi dernier, dans la plus grande confidentialité . Pas un seul journal télévisé n'a fait de sujet sur l'évènement qui ne fait plus recette . Ce grand rassemblement des financiers, des industriels, des politiques et des économistes les plus puissants de la planète recherche la discrétion .

   Il y a quelques années, avant la volcanique  crise financière de 2008, nous avalions, pendant une semaine, dans nos médias, du Davos à tous les repas . C'est que , dans l'euphorie d'une finance livrée à elle-même, les financiers s'empiffraient et des économistes bien rémunérés nous faisaient croire, avec l'appui de politiques d'une sincérité à toute épreuve, que l'or allait ruisseler des mains de ces " alchimistes modernes " sur nos têtes .

   Comme le baujolais, le " libéralisme nouveau ", le sommet de l'histoire des civilisations était atteint .

   Alors Davos, la grand-messe des succés de l'économie libérée, avec ses grands-prêtres, ses prophètes et ses apôtres , s'étalait dans toute nos gazettes , pour annoncer que le bonheur de tous était enfin à notre portée .

 

   Mais voilà, en 2008, la gloutonnerie de quelques-uns a fait chavirer le navire, les plaques tectoniques ont bougé, et la misère avec sa traîne de famine, de malnutrition, d'épidémies, de rareté de l'eau, de catastrophes naturelles mal contrôlées se déchaîne sur les plus pauvres, sur des milliards de démunis .

   Alors Davos, n'est plus le sédatif du début des années 2000, au contraire, il aurait tendance à en exciter plus d'un, c'est pourquoi la discrétion est devenue la règle .

 

   L'ONG internationale OXFAM avait donné le " La " dés la veille de l'ouverture du Forum . Ses constats font froid dans le dos . Imaginez !

   25 millions de nouveaux pauvres sont attendus en Europe, d'ici 2025, ce qui portera le nombre de pauvres, dans l'Union Européenne à un quart de la population . Constat inévitable puisque le fondement de la gestion de la crise européenne est bel et bien le démantèlement des droits sociaux, largement entamé .

   Il faut bien éponger les 4500 Mds d'euros qu'a coûté aux contribuables européens le sauvetage de leurs banques . Séisme dont il faudra vingt ans pour que nous nous en remettions, et pas cinq ou six  ans comme le croyait F. Hollande .   Nos gouvernants ne vont pas demander aux actionnaires, qui ont perdu un peu, des sacrifices renouvelés : donc la réponse passe par un accroissement du volume  des " poches de pauvreté " dans chacun de nos pays .

   Ces poches de pauvreté sont constituées de trois sortes de résidents :  titulaires de " mini-jobs " à 400 € par mois,  femmes à temps partiel imposé , chômeurs en fin de droits . La poche de pauvreté, en  Allemagne, le pays auquel tout réussi,  atteint actuellement 7.5 millions d'individus .

   Comprenons bien, l'évolution de nos sociétés tient dans ce mot : " les poches de pauvreté " qui favorisent les profits mais tout en maîtrisant leur volume, afin de ne pas faire verser le cha riot dans le fossé, par des colères sociales incontrôlables .

   OXFAM a dû doucher l'optimisme des " adeptes de la secte de Davos " : 85 personnes perçoivent l'équivalent des revenus de 3.5 milliards d'entre nous, la moitié de la population mondiale : qui peut défendre le principe que le système qui génère une telle absurdité est naturel, à part un des 85 " élus " .

   Les 1% les plus riches de la planète ( soit environ 70 millions de personnes ) , possèdent 50% des richesses de cette planète ;  les 99% autres, se partagent l'autre moitié .

   Ces 1% les plus riches ont , en outre, augmenté leur part de revenus dans 24 sur 26 des pays où ces données sont vérifiables, dans les trente dernières années, les " trente glorieuses de la finance " , tandis qu'explosaient les inégalités , dans ces mêmes pays . Par exemple, aux EEUU, en Chine ou encore au Portugal, les 1% les plus riches ont vu leurs revenus doubler dans la même période .

   Les entreprises et les particuliers les plus riches du monde cachent 21 000 Mds de $ dans les paradis fiscaux ; aux EEUU la part des revenus de ce 1% a retrouvé le niveau d'avant la grande crise de 1929, grâce à la rérèglementation massive des dernières décennies ; En Inde le nombre de milliardaires a décuplé, mais les dépenses sociales pour les plus pauvres stagnent ; en Afrique, les grandes industries d'extraction de minerai,  occidentales , profitent de leur influence pour ne payer ni impôts, ni droits .

 

   Des enquêtes menées par OXFAM dans les pays les plus ultra-libéraux ne laissent pas d'inquiéter les dirigeants : aux EEUU, au Brésil, en Inde, en Afrique du Sud, au Royaume-Uni, en Espagne, la majorité des gens interrogés estime que les lois sont biaisées en faveur des riches qui s'accaparent le pouvoir . Ce constat a troublé B. Obama qui a fait de l'année 2014, l'année de la lutte contre les inégalités, sans duper qui que ce soit .

 

   " Dans les pays développés et émergents, dit OXFAM, nous vivons dans un monde où les taux d'imposition les plus faibles, - n'en déplaise à nos congénères trés fortunés -  les meilleurs services de santé et d'éducation, la possibilité d'exercer une influence  sont de plus en plus réservés aux personnes les plus fortunées et à leurs enfants ...  " . Nous vivrons bientôt dans un monde où l'égalité des chances ne sera plus qu'un rêve, ajoute l'ONG, je préfère dire, pour ma part, que l'égalité des chances n'est déjà plus qu'un rêve .

 

   Le Forum Economique Mondial avait à traiter , à Davos, la semaine dernière, cette question : comment poursuivre l'accaparement des richesses de la planète par une poignée (1) d'entre nous, comme le dit son rapport présentant les perspectives économiques pour 2014, publié en novembre dernier, sans compromettre la stabilité sociale et menacer la sécurité dans le monde ?

   ( C'est le nouveau mythe du " Noeud Gordien " qui ne peut se dénouer qu'avec l'épée ) .

 

   Et vous auriez voulu que les médias se fissent l'écho d'un tel débat ? 

 

   Note (1) : le coût , pour le PDG d'une entreprise , pour participer à cette " grand-messe " , qui dure une semaine , est le suivant : 230 000 €, côtisation annuelle incluse ; ne sont pas compris les frais de séjour à l'hôtel et les distractions . 

 

 

   NB :  source   www.oxfam.org/fr   .


   

Repost 0
Published by regain2012 - dans Economie
commenter cet article
27 janvier 2014 1 27 /01 /janvier /2014 14:16

" Le scénario des révolutions se répète : des prophètes les rêvent ; des apôtres les font ; des fripons les défont ... "  ( Maurice Chapelan ) ) .

 ( Illustration : archive.choix.realite.org ) .

 

 

cene.jpg

 

 

 

   Du syndicaliste chrétien au chantre de " la Nouvelle Société " de Jacques Chaban Delmas, du Ministre de l'Economie et des Finances de F. Mitterrand au Président de la Commission Européenne, de la Libéralisation financière de l'Europe à la Monnaie Unique, un homme marche sur les eaux, durant la décennie 1990, en vue d'atteindre la consécration élyséenne, porté par douze apôtres, rassemblés dans un cénacle, fondé en 1992,  et baptisé : " Le club témoin ".  L'heureux élu s'appelle Jacques Delors . ( Curiosité : éthymologiquement , un cénacle est un lieu où l'on mange ) .

   En 1994, le Cénacle fait feu de tous bois pour imposer son héros dans la marche vers l'Elysée .


   Le premier de ses apôtres est une femme . Ségolène Royal a 41 ans, c'est la Pasionaria du groupe . Députée, aprés avoir flingué Michel Rocard lors des élections européennes de juin 1994, elle " en fait des tonnes " au sein du PS et du groupe socialiste à l'Assemblée, pour promouvoir la pensée de J. Delors, au grand dam de la propre fille de ce dernier, Martine Aubry .

   Le deuxième apôtre, c'est le breton, Jean-Yves Le Drian, le metteur en scène, qui organise, au mois d'août de chaque année, la " Cène " du divin cercle, dans son fief de Lorient, devenu " La Rome " du Delorisme . Aujourd'hui, M. Le Drian est Ministre de la Défense du Président Hollande .

   Vient ensuite François Hollande, 40 ans . C'est l'orchestrateur . Ce jeune homme bien sage, le mari de " Ségo ", énarque, préside les " clubs témoins " qui se sont multipliés, et qui peuvent se transformer, du jour au lendemain , en une redoutable machine de guerre pour J. Delors : une galaxie de 2000 intellectuels et hommes politiques qui sillonnent la France de colloques en conférences .

   Louis Mermaz, 63 ans, le vigile . Ancien Président de l'Assemblée Nationale, ce grognard du Mitterrandisme , venu au Delorisme par raison plus que par passion, est surtout " l'oeil de l'Elysée au sein du PS et veille à ca que la parole du seul vrai " Dieu " soit respectée à la lettre .

   Pierre Joxe, 59 ans,  l'intransigeant, craint de tous depuis son passage au Ministère de l'Intérieur, Président de la Cour des Comptes , est là aussi . Sa grande maîtrise des campagnes électorales, ses amitiés dans la Haute Administration, en font une pièce maîtresse de la stratégie deloriste .

   Une autre femme apparaît, Elisabeth Guigou, 48 ans . Excellente technicienne, conseillère écoutée de F. Mitterrand, européiste convaincue, elle a toute sa place dans cette reflexion collective , et peut, en même temps, informer sa grande amie Martine Aubry .

  

   Etonnament, on découvre dans cet aréopage si particulier, le Chancelier de l'Allemagne réunifiée, Helmut KHOL, le parrain en quelque sorte, grand ami de J. Delors , dont on dit qu'ils se rencontrent trés souvent et qu'ils partagent une conviction : la France et l'Allemagne ne peuvent jouer un rôle dans le monde que si elles agissent ensemble . Ce n'est pas si curieux que cela, ils appartiennent aprés tout à la même mouvance des chrétiens sociaux .

 

   Le suivant : Pascal Lamy, 47 ans, bras droit de J. Delors à Bruxelles . Les Britanniques le surnomment " l'exocet de Delors " , pour sa rapidité à défendre son patron et la brutalité de ses coups . C'est un organisateur hors pair . Socialiste depuis 1969, il n'hésitera pas à prendre la tête de l'OMC pour y mener les politiques les plus destructrices des modèles sociaux qu'il soit possible d'imaginer . On parle beaucoup de lui pour entrer dans un gouvernement de son ami F. Hollande .

   Philippe Lagayette, 51 ans, un expert, ancien directeur de cabinet de Delors au Ministère des Finances, un inconditionnel de son héros . Haut-fonctionnaire, inspecteur des finances, a pantouflé entre la Caisse des Dépôts et la Banque JP MORgan . En 1994, il est chargé de faire " phosphorer " les grosses têtes du delorisme pour élaborer le programme du futur candidat .

   Jean- Pierre Jouyet, 40 ans, dit " Le Bruxellois " . Enarque de la promotion Voltaire, celle de Hollande, trés grand ami d'icelui, parfait eurocrate . Traître parfois, sous Sarkozy, Hollande ne lui en voudra pas puisqu'il lui offrira la Caisse des Dépôts, dés son entrée à l'Elysée . En 1994, il gère tous les contacts politiques du futur candidat à l'Elysée .

   Jean-Baptiste de Foucauld, 51 ans, le penseur . Enarque et inspecteur des finances, de Foucauld est considéré comme le grand spécialiste du chômage et de l'exclusion . Intellectuel aimant agir, il est un des piliers de la pensée deloriste dans le domaine du social .

   Enfin, vient le compagnon de route, 69 ans, la figure de proue d'un patronat progressiste, José Bidegain, au centre d'un réseau d'amitiés inépuisable dans le monde de l'entreprise, réseau qu'il tient à la disposition du Président de la Commission Européenne, et auxiliaire précieux dans la négociation sur l'aménagement du temps de travail .

 

   Et puis " patatras " ! L'échéance arrivée, au printemps 1995, l'idole se dégonfle et abandonne ses ouailles, en rase campagne . Qu'à cela ne tienne ! Le supposé " mou et indécis Président ", court se mettre aux abris, derrière les grilles de " Solférino ", où, caché pendant onze ans, à l'abri des coups, il va attendre son heure .

 

 

   NB : d'aprés l'article de Bernard Mazières du 27/10/1994 de l'Express . " Les 12 apôtres de Jacques Delors " .

 

  

  

  

Repost 0
Published by regain2012
commenter cet article
25 janvier 2014 6 25 /01 /janvier /2014 14:54

    " L'homme dépend trés étroitement  de son reflet dans l'âme d'autrui, cette âme fût-elle celle d'un crétin " . ( Ferdydurke , roman de 1937, du Polonais  Witold Gombrowicz ) .

( Illustration :  affiche de Josef Czapski ) . 

 

 

 

Sans-titre-1-16.jpg

 

 


 

   Dante place au creux de l'enfer, dans la fosse des " conseillers perfides ", les petites lumières, les lucioles, des âmes mauvaises, bien loin de la grande lumière du Paradis . L'histoire moderne a inversé ce rapport : les conseillers perfides s'agitent triomphalement sous les faisceaux de de la grande lumière " télévisuelle "- médiatique - , tandis que les peuples sans pouvoir et infantilisés, errent dans l'obscurité, telles des lucioles " . ( Georges Didi- Huberman , philosophe et historien de l'art français ) .

   " Ferdydurke ", de Gombrowicz,  titre qui ne signifie rien, dit son auteur, est l'histoire d'un monsieur qui devient un enfant parce que les autres le traitent comme tel . Ferdydurke voudrait démasquer la grande immaturité de l'humanité . L'homme tel que le livre le décrit est un être opaque et neutre, qui doit s'exprimer à travers certains comportements, devenant ainsi, à l'extérieur, pour les autres, plus défini et précis qu'il ne l'est dans son intimité . D'où naît une disproportion tragique entre son immaturité secrète et le masque qu'il met pour frayer avec autrui . Il ne lui reste alors qu'à s'adapter , intérieurement, à ce masque, comme s'il était réellement celui qu'il paraît être ... ( Préface à l'édition française de La Pornographie de Gombrowicz ) .

   Partant de là, on peut dire que l'homme de Ferdydurke est créé par les autres, que les hommes se créent entre eux en s'imposant des formes, ce que nous appelons des " façons d'être " ...

   La scène du concours de grimaces,  le jeu grotesque parodiant le sérieux des adultes, déconstruit les idéaux soi-disant élevés de ces derniers, fait tomber les masques, et déchire les formes apprises et imposées  ... Les protagonistes sont jetés dans un tourbillon chaotique ... ( Encyclopaedia Universalis ) .

 

   Gombrowicz a connu la décomposition des formes de la société aristocratique polonaise, avant la deuxième guerre mondiale, il en a décrit les symptômes, les formes agonisantes dévorées de l'intérieur par l'irresponsabilité et l'infériorité, il a vu à l'oeuvre la lente déformation d'une grandeur s'inversant inexorablement en pitrerie . Son oeuvre doit nous intéresser, nous, Français, qui voyons " s'achever une Ve République sclérosée, prisonnière de ses origines monarchiques, enfermée dans des rites et des cérémonies d'un autre âge, dans des palais inconfortables, avec des huissiers aux costumes d'opérette ... " ( Christian Salmon , chercheur ) . La fin d'une forme !

   On assiste aussi à une fin de partie . Il faut faire disparaître définitivement les dernières " lucioles ", formes dépassées d'un temps où le progrés ne se gagnait que dans le conflit , entre deux parties aux intérêts contradictoires .

   Ce n'est pas la moindre des contradictions de la " machine infernale " de la déconstruction de la société, que d'avoir confié l'oeuvre de destruction des liens à la forme la plus évidente du lien : " le médium " , le lieu intermédiaire, qui met en relation deux mondes .

   Il est temps de rétablir une vérité sur la mission assignée aux  " médias " . Ils ne cherchent pas à mettre en scène la dépravation des politiques, le jeu est bien plus subtil,  leur vrai objectif est l'impitoyable démystification de la condition politique . Depuis l'explosion des réseaux sociaux et des chaînes d'information en continu, les politiques sont soumis à " une obligation de téléprésence ", à une surexposition sans précédent .

   Le corps du souverain est examiné, son look commenté, sa stature présidentielle soupesée, ses chaussures, sa cravate et même " son casque intégral " sont scrutés . La condition politique est devenue un véritable film de Fritz Lang .

   Mais l'essentiel n'en est pas une banale curiosité ou un intérêt particulier pour les histoires d'alcôve . La souveraineté de l'Etat fuyant de partout, sous les coups de boutoir de la mondialisation, l'essentiel est de ne plus faire apparaître les puissants comme des souverains mais comme des sujets de conversation, des personnages de séries télévisées sur lesquels projeter nos fantasmes, puisqu'ils ne servent plus à autre chose .

   " L'homme public est la proie des médias, il vit et meurt dans la combustion médiatique de sa propre image ", dit le chercheur Christian Salmon .

   Et Pasolini décrivant, en 1975, les dignitaires de la Démocratie Chrétienne italienne, nous faisait déjà le portrait des dirigeants socialistes français d'aujourd'hui : " Avec leur démarche d'automates et leurs sourires, ils cachent le vide . Le pouvoir réel agit sans eux et ils n'ont entre les mains qu'un appareil inutile, qui ne laisse plus de réel en eux que leurs mornes complets vestons " . ( Pasolini , article des lucioles, Corriere della sera , 1975 ) .


   Et le " patronat bienfaiteur " devint la nouvelle forme !

 

 

   NB : sur une idée de Christian Salmon , Mediapart, 22/01/2014 . " Deux ans aprés le discours du Bourget ... "  .

  

Repost 0
Published by regain2012
commenter cet article

Présentation

  • : Regain 2012
  • Regain 2012
  • : Pour un retour à la démocratie réelle où le citoyen redevient acteur de son avenir et cesse de déléguer son pouvoir à des partis ou à des dirigeants trop éloignés des souffrances des peuples.
  • Contact

Vous aimerez peut-être :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Recherche

Nuage de tags

Nombre de visiteurs en ligne

Il y a actuellement    personne(s) sur ce blog

Catégories

Liens