Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 mars 2017 3 22 /03 /mars /2017 15:25
Publication FB de René Leucart . " Derrière les pupitres, s'étalait la misère " .

Publication FB de René Leucart . " Derrière les pupitres, s'étalait la misère " .

La capilotade est un " ragoût " composé de divers morceaux de viande recuits .

L'élection présidentielle  est devenue un " ragoût " indigeste qui ajoute, chaque jour, dans la terrine de la campagne, son morceau supplémentaire de viande avariée sans que nous sachions où s'arrêtera l'intoxication alimentaire qui nous est promise .

Après les emplois fictifs de Pénélope, de ses enfants, les costards de l'avocat sulfureux  Bourgi, voilà que F. Fillon se voit poursuivi pour faux et usage de faux, des documents ayant été saisis par la police indiquant qu'il préparait de fausses attestations pour justifier le travail de son épouse . Et là-dessus, c'est un ministre socialiste qui se fait prendre les doigts dans le pot de confiture pour avoir employé ses filles comme assistantes parlementaires, sur les vacances scolaires, dont l'une était encore en classe de seconde .

On apprend, dans le Canard Enchaîné d'aujourd'hui, que le socialiste Pierre Moscovici, ancien Ministre des finances de F. Hollande et actuel Commissaire Européen, fut en son temps un client assidu de la boutique de luxe " Arnys " - chère à Fillon - et se vit aussi offrir des costards par des amis attentionnés .

Certes, un certain Roland Dumas avait montré la voie, il y a quelques années, avec ses chaussures " Berluti " à 2000 € la paire, offertes par on n'a jamais su qui .

Certes F. Hollande s'est bien offert durant tout son quinquennat, un coiffeur personnel payé par l'Elysée au salaire de 9900 € par mois . 

Certes M. Aquilino Morelle, conseiller du Président, se faisait cirer les chaussures, tous les matins, dans son bureau de l'Elysée, aux frais de la princesse .

On connaît les soucis que Marine Le Pen a avec la justice depuis plusieurs années et de quelle manière elle les traite . Le Canard Enchaîné révèle, encore aujourd'hui, qu'elle salarie depuis le mois de novembre, son vieil ami Frédéric Chatillon, néo-nazi notoire, qui commémore chaque année, dans la plus grande tristesse l'anniversaire de la mort d'Hitler, et mis en examen pour détournements de fonds publics au profit du micro-parti de Marine, " Jeanne ", et à qui, pourtant, la justice a interdit d'avoir tout contact avec le Front National .

Et pourtant, lors du débat des 5 candidats dits " majeurs ", sur TF1, lundi dernier, pas un mot n'a été prononcé sur le sujet . " L'omerta " a régné tout au long du débat . Chacun voulait-il se mettre à l'abri des coups ?

Mais reconnaissons-le avec fair play ! Il est facile de critiquer nos hommes politiques sous prétexte qu'ils auraient perdu le contact avec le terrain . C'est pourtant à eux que nous devons, nous, de garder le contact avec le vrai coût de la vie . Souvenons-nous, qu'en octobre dernier, J.F. Copé nous rappelait le vrai prix d'un pain au chocolat, " entre 10 et 15 centimes " quand nous pensions qu'il était entre un et deux euros ou que Nathalie Kosciusko Morizet nous annonçait un coût du ticket de métro à 4 € et non à 1,70 € . Quant à N. Sarkozy et au socialiste Julien Dray, ils avaient dû, en leur temps, remettre le prix de leur montre à l'heure : la " Patek Philippe " du premier valait en fait 55000 € et la " Bréguet " du second, 18000 €, un poil en dessous .

Ne faudrait-il pas, histoire de rester " zen " , prendre le parti de rire de toutes ces avanies, d'autant plus qu'on ne sait pas encore ce qui nous pend au nez, dans les cinq semaines qui nous séparent du scrutin de premier tour ?

Nous suggérons, à titre de thérapie, de réécouter les sketches de Coluche de l'année 1980 : " Coluche et la politique ", " Coluche et les hommes politiques " ou encore " Coluche et les journalistes " . Tout y est dit .

Repost 0
Published by regain2012 - dans Politique
commenter cet article
21 mars 2017 2 21 /03 /mars /2017 14:16
Photo Challenges.fr

Photo Challenges.fr

" Honni soit qui mal y pense ! " . Dans le jargon financier, " un risque de queue " désigne un risque financier maîtrisable .

On a bien compris depuis plusieurs mois que les marchés financiers étaient très inquiets sur l'issue de l'élection présidentielle française et suivaient les évolutions de la campagne avec intérêt . Bien sûr, leur grande crainte était liée au score de Marine Le Pen et à son éventuelle élection . Cette hypothèse leur faisait redouter une sortie de l'euro par la France, qui, étant donné le poids de la dette des entreprises françaises par rapport à la dette globale en euros, allait faire sauter " la planète finance " - avec une puissance bien plus grande qu'en 2008 . ( Spécialistes de la dette chez Bank of America Merrill Lynch, bureau de Londres, mi-février 2017 ) .

Mais depuis trois semaines, tout va mieux . Les sondages plaçant Emmanuel Macron et Marine Le Pen au coude à coude, et l'un même affichant E. Macron en tête, aussitôt repéré par " Forbes Finance ", au début du mois de mars, ont tôt fait de rassurer la planète finance, ce qui a permis à la banque néerlandaise " ABN Amro " de classer " en risque de queue " ( comprenez, en risque maîtrisable ) l'hypothèse de l'élection de Marine Le Pen .

Ce jour-là, le CAC 40 a franchi la barre des 5000 points . Les analystes de la banque suisse UBS annonçant une hausse de 10% des valeurs européennes " si le soulagement et la réforme sont au rendez-vous " . Ah ! Le touchant aveu ! L'élection d'E. Macron apporterait à nos adorables spéculateurs " un soulagement " hygiénique .

UBS s'explique . L'élection d'E. Macron permettrait de combler le " gap de flux constaté " (sur les places boursières ), vers les EEUU, depuis un an, de 253 Mds de dollars . Le retour de ces capitaux sur les places européennes, rachetés en euros, rapporterait aux spéculateurs 30 Mds d'€ rien qu'en valeurs françaises . ( Gap : en économie, écart important entre plusieurs choses ) .

UBS avance même des préconisations de placements : Crédit Agricole, Elor, Vinci, Cap Gemini, Thalès, AccorHôtels ...

C'est que le programme d'E. Macron a de quoi réjouir les spéculateurs, mais de ces éléments qui ont l'air de tant séduire nos financiers, vous n'en avez pas entendu un mot, hier soir, lors du débat entre les cinq candidats estampillés par TF1 comme " majeurs " . Et pour cause : " C'est de la dynamite ! " 

Grimpons dans le bus " Macron " pour mieux comprendre .

Suppression de l'ISF sur les placements en titre ( financiers ), 2 Mds d'€ d'impôts en moins; imposition forfaitaire de tous ces placements plafonnée à 30%, et non plus selon le barême de l'impôt sur le revenu, soit avec la CSG un taux maximal de 45%, 3 Mds d'€ de moins d'impôts ; baisse de l'impôt sur les sociétés qui passe de 34,4% actuellement à 25%, soit 12 Mds d'€ d'impôts en moins ; restauration du régime avantageux de taxation des actions gratuites distribuées par les entreprises à leurs cadres dirigeants, prévu dans la première loi Macron, mais rogné dans la loi des finances 2017 ; simplification des règles d'imposition des fonds non cotés en bourse, fonds spéculatifs LBO, ( qui pratiquent par l'endettement de l'entreprise qu'ils achètent ) pour leur faciliter la collecte de capitaux auprès des voraces fonds de pension anglo-saxons . Quand on sait que, sur une moyenne de cinq ans, ces placements rapportent déjà, 12% l'an, on imagine ce qu'ils pourraient rapporter si on baisse encore les impôts, et pourquoi, ces fonds LBO, sont dans les " starting-blocks " .

Mais d'autres cadeaux, bien réels,  attendent également les banquiers et les assureurs . Les grands ratios de solvabilité de liquidités et de fonds propres prudentiels ( pour faire face à toute nouvelle crise financière ) seront discutés à Bruxelles - où l'on fait preuve d'une bien plus grande mansuétude - permettant ainsi aux établissements financiers de disposer de plus de capitaux pour la spéculation ... Ce n'est ni plus ni moins que l'argumentaire de la Fédération bancaire française .

Ajoutons au catalogue, les nouvelles baisses de cotisations sociales annoncées qui tuent à petit feu la Sécurité Sociale .

Mais les pauvres ne sont pas oubliés . 60 Mds d'€ d'économies sur la dépense publique, 120 000 fonctionnaires de moins, et donc moins de services publics pour payer les cadeaux aux spéculateurs .

L'économiste Philippe Aghion, professeur au Collège de France, qui conseille E. Macron, ne nie pas les effets bénéfiques pour certains, et avance, en guise de justification, une définition époustouflante : " Il y a deux façons d'être de gauche : être obsédé par les riches ou être obsédé par les pauvres " . 

C'est " Coluche " entrant au Collège de France !

 

 

Repost 0
Published by regain2012 - dans Politique
commenter cet article
18 mars 2017 6 18 /03 /mars /2017 18:17
" Dans le pli de la veste de F. Fillon " .

" Ce que l'homme fait de l'argent dégoûte . Ce que l'argent fait de l'homme fait peur " ( Julien Green ) .

Faut-il prendre à la légère l'affaire " des costumes " de F. Fillon ? Certainement pas car dans le pli de la veste de F. Fillon se cachent les atteintes à la morale publique, le signe extérieur d'une richesse indue, la trace répugnante d'une morgue de classe, le travail de sape qui mine la République .

Le pli de la veste de F. Fillon nous dit comment les hommes et les femmes politiques sont devenus des " animaux politiques élevés hors sol ", " pareils à ces poules pondeuses entassées dans des batteries où elles ne voient jamais le jour, vivant en vases clos, gorgées d'antibiotiques, et protégées de la vraie vie, celle de la basse-cour  " . 

Soyons clairs ! Tous ne sont pas fortunés et s'apparentent davantage à cette petite bourgeoisie décrite par Victor Hugo : " La bourgeoisie, cette portion contentée du peuple " .

Tous ne sont pas fortunés mais tous profitent des petits avantages que donne l'appartenance à la caste, celle qui est de près ou de loin au pouvoir . La plupart des hommes politiques n'ont pas le train de vie des hommes d'affaires qui se paient sur la bête , mais ils sont de ce monde, autant pour les idées que pour le rang social . Cela crée des liens : des réseaux, des renvois d'ascenseur, des cadeaux et autres gâteries d'amis intéressés . On peut légitimement se demander si F. Fillon, en presque quarante ans de vie politique a déjà payé quoi que ce soit de sa propre bourse . Il a le réflexe conditionné du " co-propriétaire " du pouvoir, qui n'imagine les sacrifices que pour les autres, les pauvres, les gueux, gentiment appelés " les assistés " .

Dans le pli de la veste de F. Fillon il y a cette capacité à se refuser tout état d'âme quand il s'agit d'assumer un train de vie indécent et appeler le peuple à de nouveaux sacrifices .

Dans le pli de la veste de F. Fillon il y a cette capacité à justifier tous les efforts exigés de ceux qui n'ont plus rien tout en proposant de supprimer l'impôt de solidarité sur la fortune ( ISF ), alors que la France détient le record européen des dividendes versés, que les groupes du CAC 40 affichent une santé insolente, ( Le Monde ) sans qu'on  juge nécessaire de leur demander des comptes pour savoir où sont passés les 75 Mds d'€ de profits annoncés . Les six principales banques françaises célèbrent leurs 23,5 Mds d'€ de profits cumulés, en 2016 ( Les Echos ), mais le politique se garde bien de leur demander pourquoi tant de petites et moyennes entreprises mettent la clef sous la porte faute de crédits bancaires .

Réclamer des explications - du latin explicare, déployer, proprement faire disparaître les plis, qui cachent quelque chose, ça ne s'invente pas -  aux groupes privés sur l'utilisation du CICE , de la baisse des cotisations sociales, du crédit impôt recherche alors qu'ils n'ont créé aucun emploi, mais proposer de continuer dans la baisse des dites cotisations - qui tuent la Sécurité Sociale en lui retirant des ressources -, vous n'y pensez pas : on ne va pas déformer le pli de la veste ! 

Mais verser des larmes sur " le coût du travail ", pleurer sur le sort de nos députés si mal payés ( Hervé Mariton à droite, Julien Dray à gauche ), tirer à vue sur notre modèle social trop égalitaire, ça fait bien dans le pli du manteau .

" Trop égalitaire " : le gros mot est lâché ! Mais c'est bien sûr ! Notre société est trop égalitaire . Il faut donc bien que l'homme politique se hisse au-dessus de cette zone uniformisante : c'est le rôle des petits cadeaux, des gâteries de tous ordres, c'était autrefois une certaine mansuétude de la justice - mais cela a l'air, et c'est heureux terminé, et qu'est-ce que ça fait souffrir .

Anecdotique, futile, le pli de la veste de F. Fillon ? Non ! Il est au coeur de la crise actuelle .

 

Repost 0
Published by regain2012 - dans Politique
commenter cet article
17 mars 2017 5 17 /03 /mars /2017 14:46
Publication agoravox ( La Russie post-soviétique ) .

Publication agoravox ( La Russie post-soviétique ) .

" Subalternes : ceux qui subissent une domination à la fois culturelle, sociale, économique et politique ... C'est cet ensemble de dominations qui crée le subalterne " ( Antonio Gramsci ) .

 Le " vote utile " a fait sa réapparition dans la campagne électorale . Oh ! Non plus pour orienter le vote à gauche en direction d'un PS hégémonique, comme ce fut le cas durant ces quatre dernières décennies . Cette fois " le vote utile " jaillit des " Neurones " - le microcosme médiatico-politico-économique - et s'adresse aux " subalternes " de la France profonde, ces indécrottables racistes qui nous conduisent à l'abîme .

La danger est grand d'une victoire de Marine Le Pen , entend-on, donc, nous, " Les neurones ", nous vous mettons en garde et vous intimons l'ordre d'obéir aux sondages en choisissant le seul rempart qui subsiste contre " ce fléau de dieu " et qui s'appelle  Emmanuel Macron .

" Les Neurones ", après avoir fait monter le Front national depuis trente ans, tentent de s'en servir , F. Hollande en tête, aujourd'hui, comme épouvantail . L'attitude est hypocrite, cynique et franchement répugnante ...

Rappelons simplement que la poussée du FN traduit surtout la somme des frustrations, des sociales de millions d'hommes et de femmes jetés dans le chômage, la précarité, la pauvreté, le dégoût des politicards, le ras-le-bol des trahisons et des abandons des plus faibles, les abdications devant Bruxelles, la répression anti-jeunes et anti-syndicale, face à quoi ne subsiste plus aucune alternative de rupture avec le capitalisme ...

Soyons clairs . " Les Neurones " ne croient pas un mot de ce qu'ils disent . S'ils croyaient vraiment au danger de Marine Le Pen ou que Marine Le Pen soit un danger, forts de leur conscience aigüe de l'intérêt général ils feraient litière, toutes affaires cessantes, de leurs " egos ", de leur narcissisme, de leur goût de l'argent, de leurs divisions, pour offrir un front commun de résistance à la bête immonde .

Non ! Tout indique dans leur comportement qu'il n'y a qu'un problème, un seul, dans la société française, " L'indécrottable racisme des classes populaires, les subalternes "  .

A cet effet, " Les Neurones " ont inventé le concept " d'islamophobie ", pour traquer - grâce à des associations devenues peu regardantes - dans toutes les publications universitaires, les essais, les déclarations, les réseaux sociaux, toute attaque contre l'islam intégriste, l'islam politique, l'islam salafiste, comme des atteintes à " l'Islam " tout court, faisant traduire en justice les antiracistes les plus authentiques comme l'historien Georges Bensoussan .

Le martyre du jeune Ilann, les enfants de l'école juive de Toulouse, les victimes de l'hyper-casher de Vincennes, le père Hamel ne sont que des détails de l'histoire pour " les Neurones " - antiracistes d'appartement - comme il y a des vélos d'appartement au regard de cette islamophobie inscrite dans les gènes populaires .

Oui, il y a bien eu crime, de la part des " Neurones " : un crime contre l'esprit . D'abord, par l'ineptie même du concept, ils ont permis à la problématique du Front National sur l'immigration de s'imposer en la radicalisant . " Les subalternes ", ces citoyens d'origine modeste qui ne se reconnaissent pas dans le portrait méprisant que " les Neurones "  " font d'eux, se jettent à corps perdu dans les thèses du FN .

Quel aura été le résultat de ce vrai travail de gribouille mené par " les Neurones " ? On le voit parfaitement dans la confusion qui entoure la campagne électorale . Le FN est promu au rang de grand parti populaire et le camp " progressiste " - ou supposé tel - réduit aux classes riches, aux diplômés, aux professions à statut, contre la France " d'en bas " .

J'ose le paradoxe, la dialectique me l'autorise : " La gauche, désormais, c'est les patrons et la droite les ouvriers " . Merci " les Neurones " !

Repost 0
Published by regain2012 - dans Politique
commenter cet article
15 mars 2017 3 15 /03 /mars /2017 14:38
Affiche anticommuniste des années 1930 .

Affiche anticommuniste des années 1930 .

" L'anticommuniste est un chien, je ne sors pas de là, je n'en sortirai plus jamais ... " ( Jean-Paul Sartre, 1961 ) .

Les vagues des investitures aux élections législatives se poursuivent au sein de la " France Insoumise " et le moins qu'on puisse dire est qu'elles témoignent d'une volonté affichée d'en finir avec le Parti Communiste Français . Dans les pas de son mentor, F. Mitterrand, Jean-Luc Mélenchon avance à visage découvert et sans états d'âme dans son oeuvre de " salubrité idéologique " .

Les dernières listes de ces investitures indiquent que la " France Insoumise " présente des candidats contre tous les députés communistes sortants ( excepté Marie-Georges Buffet ), dans toutes les circonscriptions perdues en 2012 ( la vague rose ) par un député communiste et " regagnables ", aujourd'hui, enfin dans toutes les circonscriptions où le candidat communiste est le mieux placé . Le parti de Gauche qui a la main sur les investitures profite de la division installée au sein même du PCF à cause d'une direction qui a livré le parti à de telles manoeuvres, par son incompétence et son absolue incapacité à offrir aux communistes une analyse claire du rapport de forces au sein de la société française .

13e circonscription de Martigues, Bouches du Rhône, ancien bastion communiste, Frédéric Grimaud ( Ensemble ) et Stella Appedu ( PG ) affronteront le député communiste sortant Gaby Charroux en duo avec Pierre Dharréville . Grimaud est conseiller municipal à Martigues  sur la liste conduite par le député-maire communiste Gaby Charroux . En 2012, Stella Apeddu était candidate PG dans la 15e circonscription de Châteaurenard, à droite .

16e circonscription du Nord, autre ancien bastion, Marina Dabonneville ( PG ) et Raphaël Brice sont investis dans la circonscription historiquement communiste du député sortant Jean-Jacques Candelier, qui pourrait ne pas se représenter . Le but, arracher aux communistes ce bastion historique .

14e circonscription du Rhône ( Vénissieux ), la France Insoumise a investi les candidats Benjamin Nivard et Najat Barthe contre la communiste Michèle Picard qui mène âprement la bataille de la reconquête dans ce bastion historiquement rouge, de l'ancien député communiste André Gérin .

8e circonscription de Seine-Maritime ( Le Havre ), autre circonscription historiquement rouge, la France insoumise a désigné François Panchout et Johanna Castillo où le PCF peut faire réélire un député,  Jean-Paul Lecoq, ne l'ayant perdue en 2012 que de 83 voix .

10e circonscription du Val de Marne ( Kremlin-Bicêtre ), la France Insoumise entend bloquer toute reconquête par le PCF qui l'avait perdue en 2012 en parachutant Mathilde Panot ( PG de l'Essonne ) et Mourad Taghzout face à Pascal Savoldelli, élu départemental très implanté .

D'autres candidatures de la France Insoumise sont programmées dans des circonscriptions gagnables par le PCF comme à Ivry, Le Havre, Le Puy de Dôme ( chez André Chassaigne ), le Cher ... Le but avoué est que ce qui a été perdu en 2012 par le PCF ne doit pas être regagné par ce dernier, c'est à la social-démocratie - teintée d'insoumission -, sous une forme renouvelée, qu'il revient de s'y installer sinon de les précipiter dans les bras de la droite . 

Nous sommes dans la logique du " quinquennat " instauré par Lionel Jospin, une présidentielle, défavorable au PCF, immédiatement suivie par des législatives pour utiliser la vague présidentielle et faire perdre le maximum de positions au PCF . La " France Insoumise " suit cette logique-là, celle d'une social-démocratie renouvelée pour remplacer un PS qui s'est mis lui-même hors course avec le quinquennat de Hollande .

Ajoutons au panier, d'autres parachutages de cadres du Parti de Gauche, très proches de Mélenchon - Insoumis ne vous endormez pas : Alexis Corbière dans la 7e circonscription de Seine-Saint-Denis, Andréa Kotorac dans la 7e du Rhône ou Eric Coquerel ( coordinateur du PG ) atterrissant dans la 1ere circonscription de la même Seine-Saint-Denis ( Saint-Ouen, Saint-Denis Sud ) .

Reconnaissons que dans la période de confusion dans laquelle nous sommes, l'offensive du Pari de Gauche est d'autant plus facile que la direction du PCF donne l'impression d'avoir largement créé les conditions qui permettent aujourd'hui de prétendre achever le PCF . " Le poisson pourrit par la tête " dit le proverbe chinois . Là se niche la stratégie du Parti de Gauche . Réduire l'audience du PCF aux Législatives c'est lui faire perdre une grande partie des financements publics dus aux partis en fonction du nombre de voix obtenus à ce scrutin . ( Plus d'argent, plus de pêche, plus de poisson ) .

" Le vrai est si simple ! " 

 

Repost 0
Published by regain2012
commenter cet article
14 mars 2017 2 14 /03 /mars /2017 14:29
" Le vrai est trop simple " (1) .

" " Quel bon pays est la France, à tous les escrocs, les aventuriers, les fripons ( Duc de Saint-Simon, Mémoires, sur le règne de Louis XIV ) .

(1) . George Sand .

Le concert des éditorialistes et commentateurs de la vie politique est unanime : les présentes élections présidentielles sonnent le glas des partis, leur déconfiture, leur inutilité, leur affaissement ... Quel aveuglement ! A moins qu'il ne s'agisse d'une entreprise idéologique pour mettre en exergue l'extraordinaire aventure de leur champion, hors de tout parti, Emmanuel Macron .

Qui peut croire encore que tant de candidats à l'élection majeure de notre pays s'agitent pour l'avenir de la France ? Ils se décarcassent pour l'avenir de leur propre parti, et leur avenir personnel, accessoirement, après la présidentielle, avenir qui se jouera aux législatives du mois de juin .  

A l'extrême droite, d'où Marine Le Pen tire-t-elle sa notoriété actuelle ? De ses prestations télévisées ? De sa grâce personnelle ? Ou de l'influence que son parti a gagnée au fil des ans, bien aidé par les partis de gouvernement ? Sans son parti, elle n'est rien . Et comme elle possède un réel sens politique, elle a compris, avant les autres, qu'en 2017, son tour n'est pas encore venu, que ce sera plutôt en 2022, avec l'approfondissement de la crise européenne . Aussi travaille-t-elle à installer davantage le FN dans le paysage politique à l'occasion de son score personnel à la présidentielle et de celui du FN aux législatives qui suivront . Le parti donc, au centre des enjeux !

A droite, comment F. Fillon a-t-il sauvé sa peau, malgré les tuiles qui pleuvent sur sa tête ? Par un putsch, au Trocadéro, pour enchaîner son parti, " Les Républicains ", à sa candidature et en le radicalisant : la victoire aux présidentielles n'est plus à portée de main, mais préserver un groupe puissant à l'Assemblée Nationale est un objectif atteignable, tant la volonté d'alternance est forte dans le pays et là, tout est possible : une alliance sur un programme de gouvernement avec le FN n'est plus à écarter, à l'issue des Législatives, en vue d'une cohabitation éventuelle, avec, au hasard,  E. Macron . Encore les partis !

Au centre, pas de partis mais un mouvement ! La bonne blague ! Les centristes, les Juppéistes, les Gaullistes de gauche, toute la partie réformiste du PS, tout ce beau monde lorgne vers " Peter Pan " dans une stratégie de prudence électoraliste, pas de ralliements intempestifs mais feutrés, presque " comptables ", l'assaut étant reporté au moment des législatives pour enfermer le lauréat de la présidentielle, dans une coalition parlementaire dont il aura du mal à se dépêtrer . Toujours les partis !

Au PS, c'est le temps des grandes manoeuvres . Pour les présidentielles ? Trop tard ! Il s'agit de sauver les meubles du parti, aux législatives . Benoît Hamon n'a aucune chance à la présidentielle, alors toute la droite du PS lui tire dans le dos mais sans se mouiller collectivement pour Macron . Mais pourquoi ? Le parti, bien sûr ! Il faut préserver un groupe important à l'Assemblée Nationale, après, afin d'entrer en force dans une coalition gouvernementale à laquelle Macron ne pourra échapper et enfin faire naître - avec ce dernier - cette nouvelle force, si chère à F. Hollande, d'un " Parti Démocrate " à l'américaine, et en finir avec le PS de Jaurès voire de Mitterrand . Un nouveau parti, mais encore un parti . 

Le rôle imparti à celui qui est devenu " Le petit chose " du PS par la grâce des primaires, étant de contenir J.L. Mélenchon, sur sa gauche .

A gauche . L'aventure personnelle de J.L. Mélenchon serait-elle d'une autre nature, véritablement hors partis et résolument créatrice d'un autre fonctionnement ? Rien n'est moins sûr . JLM n'ignore pas les partis, il veut les tuer . Le Parti Communiste et la gauche du PS sont sommés de se dissoudre dans " la nébuleuse insoumise ", sans drapeau et sans idées autres que celles de " la force " ou de la quitter .  De surcroît, le " Parti de Gauche ", soutien du candidat de la première heure, pour l'instant caché derrière " les insoumis " , manoeuvre pour placer ses cadres aux législatives - au détriment d'un " tirage au sort " pourtant plébiscité par les troupes - et en particulier dans les circonscriptions tenues par des sortants communistes ou perdues par les communistes, à l'occasion de la vague rose hollandaise de 2012 . La fin des partis, même dans ce camp-là ? Il faut être naïf pour y croire .

Les partis ont la vie dure et n'ont pas fini de nous le prouver .

Repost 0
Published by regain2012 - dans Politique
commenter cet article
12 mars 2017 7 12 /03 /mars /2017 14:03
Friche industrielle ( Roubaix ) .

Friche industrielle ( Roubaix ) .

" L' analyse des différentes étapes de la désindustrialisation en France, depuis le début des années 1980, met en évidence que certaines dynamiques défavorables enregistrées depuis la crise de 2008 étaient déjà à l'oeuvre depuis trois décennies " ( INSEE, décembre 2012 ) .

Au début des années 1980, responsables économiques et dirigeants politiques décident que la France n'a plus à être une nation industrielle mais un pays de " services " ce qui implique que nos producteurs, ouvriers et techniciens, n'ont plus vocation qu'à devenir des vendeurs .

A coups de délocalisations, vers l'Europe de L'Est, la Chine, le Maroc, ou l'Amérique, l'industrie nationale est dévitalisée, les emplois industriels pérennes transformés en emplois de services plus facilement modulables, " précarisables ", individualisables, et moins facilement  " syndicalisables " . Le problème subséquent est que le nombre de nouveaux emplois créés dans les services, mais découpés à souhait en temps partiels, hachés en séquences, modulés, n'atteindra jamais le niveau des emplois durs détruits dans l'industrie .

La France s'engage allègrement dans le processus tandis que l'Allemagne et les pays du nord de l'Europe se montrent plus prudents et préservent leur outil industriel .

Le nombre de friches industrielles qui hantent les périphéries de nos villes quand on traverse le pays est là pour nous rappeler cette magistrale faute de nos dirigeants . Soyons clairs : les considérations financières, du type, augmentation des profits immédiats, ne sont pas étrangères à cette transformation économique tout comme l'appétit sans limite des actionnaires français .

La racine du mal, du chômage de masse durable et enkysté dans la société, est là et pas dans le code du travail ou les rigidités dites " structurelles " de notre société . 

L'étude de l'INSEE, dossier spécial daté du 20 décembre 2012 au soir, et passé presque inaperçu, décrit les quatre étapes de la désindustrialisation du pays, du début des années 1980 à l'après crise de 2008 .

Première période . De 1980 à 1989, la part de l'emploi manufacturier, production des biens de consommation, dans l'emploi total est passée de 22,1% à 17,8% . On pense d'abord à la crise de l'industrie textile . En fait, le phénomène n'est pas encore appréhendé par le grand public car ce premier décrochage est surtout dû à un changement d'organisation des entreprises, et ce qu'on appelle " l'externalisation des activités " qui ne font pas partie du coeur de métier de l'entreprise : essentiellement des services comme la comptabilité, l'entretien, le marketing . Artefact qui représente  25% de la baisse de l'emploi industriel, tout de même . 

Parallèlement à ce phénomène, la part de la " valeur ajoutée "  ( taux de profit ) de ces biens diminue de 20,6% à 17,7%, ce qui indique que nos produits deviennent moins bons et donc moins compétitifs parce qu'on néglige leur qualité, censée se faire ailleurs et que les entreprises investissent moins dans la modernisation de l'outil de travail .

Deuxième période . La part de l'industrie manufacturière continue de diminuer, en termes d'emplois qui passent de 17,8% à 14,3% et de valeur ajoutée qui baisse de 17,7% à 15,2% . Cependant, les prix restent stables, en raison de gains de productivité - donc d'exploitation du travailleur - permettant de maintenir la compétitivité- prix de la France et donc un commerce extérieur positif à + 10,5 Mds d'€ en moyenne, sur la période, chiffre qui masque le déclin industriel .

Troisième période . De 2001 à 2007, le poids de la valeur ajoutée passe de 15,2% à 11,9% et la part de l'emploi de 14,2% à 12% Le rythme de la désindustrialisation s'accélère, en particulier par rapport aux voisins européens et au passé ; le solde extérieur s'inverse, de +10,5 Mds en 2000 à - 10,7 Mds en 2007 . La dégradation devient très visible, mais personne ne s'en émeut . On la cache par du traitement social .

Quatrième période . Le mouvement s'accélère, tous les symptômes s'aggravent . L'emploi perd - 1,3%, la valeur ajoutée - 1,8%, le taux de marge des entreprises s'effondre de 33% à 28%, les prix sont trop bas pour refaire des marges parce qu'il faut faire " passer la pilule " de la pression sur les salaires et celle de l'austérité, les exportations à haute et moyenne technologie sont en baisse, le solde commercial atteint des records . ( Dans le même temps l'Allemagne investit dans la recherche pour maintenir sa production haut de gamme et préserve sonindustrie : en 2013, l'industrie représente encore 21,8% du PIB allemand, quand elle ne représente plus que 10,2% en France ) .

L'INSEE explique : les entreprises investissent moins dans la modernisation de l'outil de travail, dans la recherche et le développement, les grands groupes étranglent les moyennes entreprises qui ne peuvent se développer pour atteindre la taille nécessaire à l'accès au commerce international .

" Tu seras vendeur, mon fils ", dit le père . " Mais il n'y a plus rien à vendre ", répond le fils .

Repost 0
Published by regain2012 - dans Economie
commenter cet article
10 mars 2017 5 10 /03 /mars /2017 15:16
Brève histoire " emmêlée " du Front National et du Parti Socialiste .

" La folie, c'est de faire toujours la même chose et de s'attendre à des résultats différents " ( A. Einstein ) ." 

Dans une interview récente, mars 2017, à plusieurs journaux européens, présentée par ces derniers comme son testament, F. Hollande glisse un étrange constat à propos du Front National : " La menace existe . L'extrême-droite n'a jamais été aussi haut depuis plus de trente ans " . F. Hollande n'oublie qu'une chose, c'est qu'il est Président de la République et que sous son quinquennat, les scores électoraux du FN ont littéralement explosés .

En juin 1984, Pierre Bérégovoy, ministre de F. Mitterrand, déclarait : " On a tout intérêt à pousser le FN, il rend la droite inéligible . C'est la chance historique des socialistes ", ( Cf. le livre de Valérie Igounet, " Le FN de 1972 à nos jours ", Seuil, 2014 ) . L'option sera confirmée quelques années plus tard par Lionel Jospin, lui-même .Sitôt dit, sitôt fait : F. Mitterrand appelle Pierre Desgraupes, PDG  d'Antenne 2 et lui demande d'ouvrir sa chaîne à Jean-Marie Le Pen, tandis qu'il fait voter par le Parlement l'introduction du système proportionnel aux élections législatives de 1986 et fait passer le nombre de députés de 491 à 577 . Le résultat est que 35 députés frontistes entrent alors à l'Assemblée Nationale laissant à la droite une courte majorité pour gouverner en cohabitation . Le pari socialiste avait été presque gagné .

Bérégovoy - Hollande, un départ et un aboutissement et entre les deux, un constat : à chaque passage de la gauche au pouvoir, depuis trente ans, le FN a gagné en audience .

En 1981, lors de la victoire de F. Mitterrand, le FN n'est qu'un groupuscule d'anciens collaborateurs de Vichy, d'anciens membres de l'Algérie Française, de nostalgiques du nazisme, au mieux d'anciens poujadistes des années 1950 : il s'est donné pour Président - et ce n'est pas peu dire - le plus présentable d'entre eux : " Jean-Marie Le Pen " .

 En avril 1981, JMLP n'a pas pu se présenter à la présidentielle, n'ayant pas recueilli les 500 parrainages d'élus nécessaires . Lors des législatives qui suivirent, juin 1981, il ne recueillit que 0,3% de suffrages . Cinq ans plus tard, aux législatives de 1986, il pointe à 9,86% avec 35 députés élus .

A la présidentielle de 1995, JMLP atteint les 15% mais personne ne s'en émeut, les projecteurs étant braqués sur le combat des amis de trente ans : Chirac-Balladur .

Et le 21 avril 2002, après le passage de " la gauche plurielle " aux affaires, il grimpe à 16,8% et accède au deuxième tour de la présidentielle, envoyant Lionel Jospin à une nouvelle vie de jeune retraité .

La suite est connue : à la présidentielle de 2012, Marine Le Pen est à 17,9%, avant que, tout au long du quinquennat de F. Hollande, son parti ne se hisse à 24,8% aux européennes de 2014, puis à 27,7% aux régionales de 2015 . Par pudeur, nous éviterons de nous projeter au 23 avril 2017 .

A ce sinistre constat, que répond Hollande ? " Eh, bien ! oui, la menace du FN existe . " L'homme politique, en fin de vie, a laissé la place au " commentateur " accablé de la vie publique qu'il a toujours été . 

Sur tout ce dont s'est repu le FN depuis trente ans, rien !

Sur l'Europe, telle qu'elle fonctionne aujourd'hui, comme machine à fabriquer des " europhobes ", rien ! Sur les délocalisations industrielles massives des années 1990 et 2000 qui ont enkysté le chômage de masse, rien ! Sur la guerre entre les pauvres orchestrée par Bruxelles, rien ! Sur l'euro, qui a permis à l'Allemagne de dominer l'Europe de la tête et des épaules, rien ! Sur la théorisation de l'austérité comme règle à la préservation " des grands équilibres " prônée par Bruxelles, indifférente au malheur des travailleurs français et européens, rien !

Les services publics, la désindustrialisation, la désertification des territoires l'insécurité sociale et culturelle sont passés par pertes et profits .

Qui peut s'étonner encore que le FN soit devenu le réceptacle de la colère populaire ? Il n'a jamais participé au pouvoir, ce qui en fait le porte parole naturel des exclus face à ceux qui symbolisent la France " d'en haut " : partis traditionnels, médias, intellectuels, professeurs de morale, adeptes de grands principes pour les autres . Ceux qui parlent au peuple mais ne causent pas avec lui .

 La Gauche a mis le pied à l'étrier au FN et la Droite ( de Sarkozy d'abord, de Fillon aujourd'hui ) lui a apporté une caution morale en légitimant son parti pris identitaire .

Il y a longtemps que nous aurions dû, tous, " crier aux fous " . Nous ne l'avons pas fait . Ne nous plaignons pas si le réveil est rude !

Repost 0
Published by regain2012 - dans Politique
commenter cet article
9 mars 2017 4 09 /03 /mars /2017 14:07
Héraclite : fondateur de la méthode dialectique .

Héraclite : fondateur de la méthode dialectique .

" L'art de la dialectique : méthode de discussion, de raisonnement, de questionnement et d'interprétation qui consiste à analyser la réalité en mettant en évidence ses contradictions pour chercher à les dépasser " ( Larousse ) . 

La dialectique occupe une place prépondérante depuis l'Antiquité d'Héraclite, dans les philosophies occidentales .

Est-il encore permis de voter à gauche quand on est de gauche ? ", interroge, en bon dialecticien, l'universitaire et psychanalyste Gérard Miller dans " Le Monde " daté du 9 mars 2017 . Cette interrogation dit tout sur la totale confusion qui entoure l'élection présidentielle de 2017 .

Parmi d'autres hommes de gauche insoupçonnables, Patrick Braouzec, ancien Maire et Députè de Saint-Denis, ex-cadre du Parti Communiste, annonce qu'il votera pour Emmanuel Macron, " mesurant les conséquences dramatiques d'un second tour à l'élection présidentielle, opposant la droite à l'extrême-droite ", explique-t-il . C'est exactement la même argumentation utilisée par Bertrand Delanoë, ancien maire socialiste de Paris, pour justifier le même ralliement . Pragmatisme ? Impasse ? Où allons-nous ?

Depuis plus de cinquante ans, la très grande majorité du peuple de gauche, a été mue par un seul principe, lors des élections nationales : " Au premier tour, je choisis, au deuxième tour j'élimine " . Cela signifiait que si le candidat qu'on pensait le meilleur ou le plus proche de ses propres convictions n'était pas au second tour, on votait pour celui qui semblait un moindre mal dans le cadre de la famille progressiste . On appelait cela, également, " le désistement républicain " . C'était clair et presque rassurant !

Or voilà que pour un certain nombre d'électeurs de gauche, cette conception démocratique du vote est désormais caduque et qu'il leur paraît nécessaire d'en adopter une autre, supposée plus réaliste, parce que fondée sur les " sondages " . Des amis socialistes ne m'ont-ils pas expliqué qu'ils allaient imiter Patrick Braouzec et voter pour Macron qu'ils n'apprécient pas, pour la même raison qui les avait conduits à voter Juppé, qu'ils détestent, aux primaires de la droite .

Certes, il y eut, au cours des trente dernières années, le célèbre " vote utile ", cher aux socialistes, qui structurait l'hégémonie du PS à gauche, entraînant le lent déclin du PCF, mais aujourd'hui, nous sommes bien au-delà de ce piège : nous sommes passés au moment " des cabrioles électorales ", un moment qui pousse les hommes et les femmes de gauche à cultiver " la finasserie et le paradoxe comme les formes ultimes du pragmatisme " . 

Une telle perversion de la vie démocratique pourrait-elle être le fruit du hasard ? Certainement pas . Il n'y a pas de hasard dans la vie politique . Cette confusion des esprits consacre la victoire idéologique de la droite . Faisons les comptes des intentions de vote à droite en vue du 23 avril : Marine Le Pen - 26,5% ; F. Fillon - 20% ; N. Dupont-Aignan - 3,5% ; la droite la plus dure que la France ait connue depuis 1958, atteint les 50%, dès le premier tour d'une présidentielle et sûrement plus .

Et face à ce tsunami, que nous proposent les socialistes, les républicains - les vrais -les radicaux, les centristes, les démocrates chrétiens ? La constitution d'un " ventre mou ", fait de bric et de broc, autour d'un personnage éthéré, léger, impalpable, délicat, fugitif, fabriqué à la hâte par des médias qui veulent avoir à tout prix leur propre  candidat, comme c'est le cas à chaque échéance, pour " pisser " de l'encre .

Une élection démocratique exige la confrontation des idées, le débat contradictoire, l'élucidation des contradictions et pas la prise en compte anticipée d'un résultat de sondages, aléatoire  . Il n'y a rien de plus insupportable que les évidences qu'on veut nous faire " gober " . Qui peut relever une seule évidence, dans le climat de cette campagne électorale, totalement biaisée par les affaires et dont l'issue pourrait être la présence, au second tour, de deux candidats mis en examen ?

Que celui qui croit au programme d'E. Macron vote pour lui . Rien de plus normal ! Mais que les " Insoumis "  puissent voter pour leur candidat parce qu'ils l'estiment " le meilleur " est tout aussi évident, tout comme les vrais socialistes doivent pouvoir continuer à soutenir le candidat officiel de leur parti, sans lui tirer dans le dos, en refusant de tomber des hauteurs de la pensée de Jaurès au caniveau de Séguéla  . De là seulement peut venir la clarté . 

Après ? Le peuple de gauche tranchera . Les classes populaires dégoûtées qui ne pensent pas aller voter reviendront dans le débat, mais seulement dans la clarté de ce dernier car pour l'instant elles refusent d'aller voter " sous la pression de certitudes qui n'en sont pas " .

Repost 0
Published by regain2012 - dans Politique
commenter cet article
8 mars 2017 3 08 /03 /mars /2017 14:16
Opéra Garnier : " Le Cid " de Massenet ( 1885 ) .

Opéra Garnier : " Le Cid " de Massenet ( 1885 ) .

" Nous partîmes cinq cents mais par un prompt renfort, /  Nous nous vîmes trois mille en arrivant au port, / Tant à nous voir marcher avec un tel visage / Les plus épouvantés reprenaient de courage " ( Le Cid, Pierre Corneille, Acte IV, scène 3, 1636 ) .

Va, je ne te hais point ! " ( Le Cid, Acte III, sc. 4 ). Rodrigue vient de tuer son père, dans un duel, mais Chimène éplorée ne peut faire taire son amour ...

On s'aime tellement chez " Les Républicains " que le week-end dernier, ils nous ont rejoué " Le Cid ", en cinq actes, la tragédie de Corneille, avec F. Fillon en Gérard Philipe : unité de lieu, unité de temps, unité d'action, respectées à la lettre et en demi-fond, les choeurs grandioses de l'opéra de Massenet  par le grand orchestre " peu harmonique " du  Trocadéro . 

ACTE I : vendredi 3 mars . N. Sarkozy- " ça a assez duré " - décide de débrancher Fillon " sans l'humilier " parce qu'il conduit la famille dans le mur . Il a l'appui de deux fillonistes de choc, Gérard Larcher et Bernard Accoyer . Affaibli par de nombreuses défections Fillon laisse entendre qu'il serait prêt à renoncer . Dans la camp sarkoziste, la volonté du candidat d'organiser une grande manifestation le 5 mars au Trocadéro est interprétée comme un baroud d'honneur . N. Sarkozy entame donc des pourparlers avec A. Juppé mais pose ses conditions pour le soutenir dont celle de prendre, en cas de victoire, " le petit Baroin " à Matignon . La maire de Bordeaux renâcle mais fait quand même dire qu'il est prêt, tout en réservant sa réponse .

ACTE II : dimanche 5 mars, au matin, A. Juppé n'a pas accepté l'accord de Sarko - Juppé et Baroin se détestent depuis 1995 - et celui-ci, comme à son accoutumé s'énerve et entame alors des négociations avec Fillon pour qu'il place d'éminents sarkozistes dans son comité de campagne : Wauquiez à la tête du parti, Baroin à Matignon . D'où la présence des sarkozistes au meeting du Trocadéro, bien en vue derrière Fillon . Mais mauvaise surprise pour " le parrain " . Le candidat, soudain requinqué par " sa secte ", totalement " bunkérisé " ( le mot est de Sarkozy )  par les " longs couteaux " de " Sens commun " et de " La manif pour tous ",  écarte toute idée de démission . 

" Le parrain ", convaincu, alors, que le candidat est " indégommable ", c'est lui qui a la légitimité des primaires et " le magot " - comprenez, le fric de la campagne - décide alors de " faire avec " .

Acte III : lundi 6 mars, 10 h 30, Juppé, enfin convaincu par la présence des sarkozistes au meeting du Trocadéro, que N. Sarkozy le mène en bateau,  et qu'il n'y a que des coups à prendre dans l'aventure, jette l'éponge, non sans amertume, décochant quelques flèches empoisonnées vers son camp : " Quel gâchis ! " dira-t-il .

Fillon a presque gagné la partie ...

ACTE IV : Lundi 6 mars, 18 h, le comité politique " Les Républicains " - non statutaire - convoqué par Sarkozy, Larcher et Accoyer, à l'origine pour porter le coup de grâce à Fillon, se transforme - de façon magique - en cérémonie du sacre où tout le monde fait allégeance au candidat . C'est ce qu'annonce solennellement Gérard Larcher à la sortie de la réunion, d'une voix essoufflée, trop appuyée pour être sincère .

ACTE V : A Bordeaux, le 7 mars, Juppé constate que " cette élection est perdue . Sarkozy a tenté de manipuler tout le monde en cherchant à contrôler le parti et à caser Baroin . Baroin, je n'ai pas une bonne opinion de lui . Il n'a pas d'idées et ne travaille pas ... " 

Gérard Larcher tire les leçons de ces folles journées : " Le candidat Fillon est plombé mais il est l'unique candidat à droite . Il lui reste une petite chance de gagner car il y a dans le pays une terrible soif d'alternance . Mais après, s'il devait être élu, il resterait très affaibli par cette affaire ... "

Tout est dit : " Va, François, je ne te hais point ! "  Pour l'amour, on verra plus tard .

NB : d'après l'article du " Canard Enchaîné ", du 8 mars 2017, p. 2, " Le putsch manqué de Sarko ... " 

Repost 0
Published by regain2012 - dans Politique
commenter cet article

Présentation

  • : Regain 2012
  • Regain 2012
  • : Pour un retour à la démocratie réelle où le citoyen redevient acteur de son avenir et cesse de déléguer son pouvoir à des partis ou à des dirigeants trop éloignés des souffrances des peuples.
  • Contact

Vous aimerez peut-être :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Recherche

Nuage de tags

Nombre de visiteurs en ligne

Il y a actuellement    personne(s) sur ce blog

Catégories

Liens