Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 mars 2015 1 30 /03 /mars /2015 14:20
Musée Jean Jaurès .

Musée Jean Jaurès .

" Loin des courbes et des statistiques savantes, la leçon du scrutin des élections départementales est sans appel : ce sont les villes, les cantons, les départements où la gauche bénéficiait traditionnellement de l'enracinement populaire le plus profond, le socle en quelque sorte de ses anciennes épopées, la France des résistances et des luttes sociales, qui se sont donnés au Front National ... ( Jean-François Kahn, magazine Marianne ) .

" Il y a des noms de villes qui claquent dans la mémoire des vieux militants de gauche comme Carmaux ( la ville de Jaurès ), Vierzon, Gisors, Le Havre, Dieppe, Martigues, Gardanne, Courrières, Firminy, Hénin-Liétard, Anzin, Fourmies, Denain, Hayange, Sète, La Seyne-sur mer, Alès, Béziers ... Autant de hauts lieux qui ont marqué l'histoire de la gauche et furent, pour beaucoup, des fiefs communistes . Tous ont vu, au soir du premier tour, le FN arriver en tête ... " .

Un constat : le PS, en pleine débâcle, quoiqu'en disent les caciques socialistes, tient bon, quand même, dans les enclaves de classes moyennes telles Nancy, Dijon, Toulouse ou encore Montpellier .

Quelques havres de ruralité heureuse résistent aussi, le Gers, l'Ariège, les Hautes-Pyrénées, les Alpes-de Haute-Provence, mais le PS, et les communistes avec lui, laissent la vague lepéniste submerger les rudes terres qui furent les berceaux de son identité, de ses combats et de ses victoires .

La gauche perd tous les hauts-lieux mythiques de son histoire, jusqu'à être éliminée dans le Nord, éradiquée dans la Somme, massacrée dans les Bouches-du-Rhône, déconstruite dans le Gard, humiliée en Corrèze, effacée en Seine-Maritime, dans l'Allier et la Creuse .

Le FN n'échoue que dans les zones socialement et politiquement très conservatrices, Neuilly-sur-Seine ou La Vendée .

La véritable leçon à retenir n'est pas une victoire de l'UMP - masquée par son union avec l'UDI et qui fait que stricto-sensu l'UMP n'est pas arrivée en tête - même si ce tandem rafle les deux tiers des départements, mais en voix, réalise une performance médiocre .

Le vrai profiteur de ce scrutin est le Front National . Il n'a pas atteint les 30% que des sondages absurdes se croyaient autorisés à lui attribuer, ignorant le caractère de scrutin pour " notables " que sont les départementales, mais malgré des candidats qui flirtaient parfois avec la délinquance ou l'asile, ou se révélèrent très souvent fantomatiques, sa performance, à l'observer froidement, est proprement inouïe .

Malgré un empilement de handicaps, le FN réalise le meilleur score de son histoire dans des élections locales défavorables aux partis sans alliés : médias pour une fois hostiles ; pilonnage de tous les autres partis, même du Medef, des élites en général, de l'intelligentsia ; scandales à répétition sur son financement ou les dérapages de ses candidats, auxquels n'importe quelle autre formation n'aurait pas résisté .

F. Hollande qui a décidé d'enjamber ces élections comme si elles n'avaient jamais existé, annonçant, bien avant le scrutin, que, quel que soit le résultat, il ne changerait rien : ni de cap, ni de Premier Ministre, expression témoignant d'un mépris pour les citoyens plutôt rare, et dont les proches affirment qu'il n'est pas mécontent du résultat - dans l'optique de la présidentielle à venir, cela va sans dire - devrait y regarder à deux fois .

C'est pourquoi nous lui rappellerons le discours " du Bourget " du 22 janvier 2012 - non pour la saillie concernant son adversaire, la finance - mais pour le véritable grand mensonge de sa campagne : sa pseudo " blessure " .

" Une grande date a marqué ma vie, le 21 avril 2002, une blessure que je porte encore sur moi, j'en ai encore la trace, ce soir terrible où l'extrême droite, faute de vigilance et lucidité face à la menace, face à la dispersion, met la gauche hors-jeu et permet à la droite de s'installer pour dix ans . J'en ai tiré toutes les conséquences . Moi, je ne laisserai pas faire . Je ne laisserai pas les ouvriers, les employés aller vers une famille politique qui n'a jamais rien fait pour servir les intérêts de ces classes-là . Je ne laisserai pas utiliser la colère, la détresse pour mettre en cause la République . Moi, je veux installer la gauche dans la durée " .

Ce court extrait mériterait une explication de texte, comme on la pratique encore - je suppose - dans les lycées : elle ne manquerait pas de saveur .

Sacré François ! Il était inspiré ce jour-là ! Il l'est beaucoup moins aujourd'hui .

NB : d'après l'article de Jean-François Kahn, Marianne No 936 du 27 mars 2015, " La véritable et terrible leçon d'un scrutin " .

Repost 0
Published by regain2012 - dans politique
commenter cet article
25 mars 2015 3 25 /03 /mars /2015 15:24
tvinfo.fr

tvinfo.fr

" Un sondage révèle que 94% des vaches préfèrent regarder passer un train plutôt qu'un camion : selon 2/3 entre elles, le train passe pendant plus longtemps qu'un camion ; 6% ne se prononcent pas " , ( Les 365 jours du Chat, Philippe Geluk ) .

* Titre emprunté au Canard Enchaîné du 25 mars 2015, page 2 .

" Après la farandole de chiffres et de statistiques de la soirée électorale du 22 mars ", à propos des résultats du scrutin départemental, la situation se décante et l'on a moins envie de rire .

Le corps électoral de ce dimanche 22 mars s'élevait à 43 millions d'inscrits, Paris et Lyon ne votant pas . Un électeur sur deux ayant décidé de ne pas se déplacer, il est clair que pour mesurer l'influence réelle d'un parti, il faut, au moins, diviser par deux son score en pourcentage .

Et si l'on veut une vision plus proche de la réalité, il est nécessaire de prendre en compte, le nombre de Français en âge de voter - qui fait intervenir ceux qui ne s'inscrivent pas sur les listes électorales, par négligence ou par désintérêt de la politique - ( environ 50 millions de Français ) . Les estimations évaluent à environ 50 millions de personnes ces Français en âge de voter : à ce moment là, la réelle influence du FN s'établit à 10% . C'est dit !

Il est d'autres chiffres simples qui ignorent les classifications tordues du Ministère de l'Intérieur et qui sont plus parlants que bien des commentaires entendus dimanche soir . Les commentateurs attribuent une progression de l'UMP de six points par rapport aux cantonales de 2011 - alors que Nicolas Sarkozy est au plus bas de sa popularité - et que l'UDI fait encore partie de l'UMP : Est-ce suffisant ? Par rapport aux cantonales de 2004, dans un contexte moins clivé, l'UMP ne gagne en 2015 qu'un point, dix ans après .

Un exemple précis : l'UMP sans l'UDI, que les enquêtes créditent de 8%, n'obtient donc réellement qu'environ 21,50% ou 22% de voix . Si l'on retient que Paris et Lyon ne votaient pas, et alors que le PS résiste mieux dans les grandes villes où résident les classes moyennes et supérieures ( Lille, Bordeaux, Strasbourg ), un électorat socialiste, les commentateurs estiment que le PS aurait pu obtenir un point ou deux de plus, ce qui l'aurait placé à hauteur de l'UMP . Cette UMP qui progresse très peu dans ces grandes villes .

Nicolas Sarkozy et les ténors de l'UMP n'ont pas de quoi la ramener .

Cela dit, la défaite du PS n'est pas discutable . Il perd douze points entre 2015 et 2011 . Le sous-ministre Jean-Marie le Guen l'avouait dès dimanche soir, vers 22 heures : le PS venait de perdre 560 cantons dès le premier tour, en raison du seuil des 12,5% d'inscrits, nécessaire pour être présent au second tour .

Dans le Haut-Rhin, ses candidats sont éliminés de 14 cantons sur 17 . Dans les Alpes-Maritimes, il n'est pas assuré de retrouver un seul siège au futur Conseil départemental .

C'est un coup de maître de Manuel Valls, alors Ministre de l'Intérieur, que ce seuil destiné à éliminer le FN, et qui se retourne contre son auteur .

Le FN peut se dire satisfait . Il arrive en tête dans 340 cantons et se trouve qualifié pour le second tour dans 834 cantons pour des duels et participera à 273 triangulaires . Il est donc toujours en lice dans plus de la moitié des cantons non encore pourvus d'élus .

A noter aussi sa progression notable dans les villes qu'il a conquises aux élections municipales de 2014 ( Béziers, Hénin-Beaumont, Fréjus, Le Pontet ) . Une nouveauté !

Ses succès dans les terres historiques du PS, Nord, Pas-de-Calais, Territoire de Belfort, Saône et Loire, Nièvre, démontrent la thèse du glissement de l'électorat socialiste vers son projet .

Cependant l'essentiel est ailleurs . En premier lieu dans le niveau de l'abstention, qui reste trop élevé pour que la démocratie puisse résister longtemps à cet éloignement des citoyens de la chose publique . La classe politique et les partis politiques portent une très lourde responsabilité dans ce délitement de la vie publique . Ou ils finissent par le comprendre et réagissent, ou nous changerons de civilisation .

En deuxième lieu, c'est à un constat global des rapports de force que nous devons procéder . Pour la première fois depuis 1992 - annus horribilis pour le PS - le total des voix de gauche, toutes chapelles confondues, est inférieur à 40% ( 36% précisément ) loin de l'influence de la fin des années 1990 avec la gauche plurielle .

La droite et l'extrême-droite représentent plus de 60% . Voilà ce sur quoi il nous appartient de méditer .

NB : d'après le Canard Enchaîné du 25 mars 2015 .

Repost 0
Published by regain2012 - dans Politique
commenter cet article
24 mars 2015 2 24 /03 /mars /2015 14:42
La Voix du Nord .

La Voix du Nord .

" Non, non, rien n'a changé, tout, tout a continué ... ", beaucoup se souviendront de la chanson des " Poppys ", ce groupe d'enfants, issu des petits chanteurs d'Asnières, qui chantait la paix et la fraternité, dans les années 1970 .

C'est à ce groupe que j'ai pensé durant toute la soirée des résultats des élections départementales, dimanche 22 mars .

Une soirée ubuesque, grandguignolesque, bouffonesque : des spécialistes des sondages, des commentateurs, des responsables politiques incapables de nous fournir un quelconque résultat fiable .

Une recherche impossible du scoop raté : le Front National , loin des 30% prévus et surtout pas le premier parti de France, résultat attendu par tous les médias, pour en " faire des tonnes ", pendant des semaines .

Alors, on n'avait dans les rédactions, que quelques minutes, pour se réorienter vers un nouveau scoop : le FN en troisième position, loin du premier, l'UMP .

Alors, quelles que soient les chaînes, on additionne UMP-UDI, Modem, Divers droite, pour annoncer - en raccourci, cela va de soi - l'UMP à 36%, vers 20 heures .

On va placer le PS en deuxième position, autre scoop, puisqu'on l'annonçait moribond : du coup on additionne PS-RDG, Divers gauche, PS- EELV, quand ils sont alliés, et l'on peut avancer - toujours avec le même raccourci - le PS à 28,5%.

Le résultat du FN fait du yoyo, entre 24,5% et 26,5% . Personne n'y comprend plus rien .

Et les personnalités politiques invitées sur les plateaux, ne vont pas clarifier le débat . Il n'y a pas de gagnant, mais, tenez-vous bien, il n'y a pas de perdant non plus : l'UMP vire en tête, le PS résiste bien et le FN stagne .

Par contre, une victoire est certaine : la participation est en hausse, massivement ( à 50, 18% ) . Extraordinaire constat ! Un Français sur deux n'est pas allé voter, mais nos politiques n'hésitent pas à évoquer une forte mobilisation . Pour cela, il suffit aux sondeurs d'établir une comparaison avec les cantonales de 2011 où l'abstention avait atteint 55%, en omettant de préciser qu'en 2001, on ne votait que dans la moitié des départements et donc que la comparaison est, au moins, audacieuse .

Et d'ailleurs, le Premier Ministre de dégainer avant tout le monde, dès 20h02, pour s'adresser des félicitations . Son investissement personnel, tout à fait réel par ailleurs, a favorisé cette mobilisation .

N. Sarkozy ne peut laisser passer ce coup de force de M. Valls et convoque aussitôt les médias, pour proclamer sa victoire personnelle, bien sûr, et son cap : FN et PS, bonnet blanc et blanc bonnet .

Les heures passent, et instituts de sondages et commentateurs se rendent compte qu'ils ont peut-être frappé trop fort . Alors on procède à des corrections . On retire du score de l'UMP les divers droite, mais on persiste dans la coalition UMP-UDI- Modem, à 31% ; du score du PS on retranche les divers gauche, mais on maintient la coalition PS-RDG, à 21,8% ; le score du FN semble se fixer à 26% . Mais ce dernier parti, devient le deuxième parti de France, quand même .

Dans la foulée, les sondeurs inspirés, décident de nous présenter un rapport de force sous forme de blocs : bloc de droite à 37%, bloc de gauche à 36%, FN à 26% .

Plus personne n'y comprend rien . Ce n'est pas grave .

On entame la présentation des résultats détaillés, et là, canton par canton, on va décliner toutes les étiquettes : à gauche, PS-RDG, Front de Gauche, Union de la Gauche, divers gauche, EELV ; à droite, UMP-UDI, Modem, Union centriste, divers droite ... Une chienlit où une mère ne peut plus retrouver ses petits .

Les résultats officiels donneront finalement : abstention, 49,82% ; UMP-UDI, 29,56% ; FN, 25,12% ; PS-RDG, 21,80% ; FG, 6,3% .

Oublions cette soirée pitoyable pour les médias et les sondeurs, l'essentiel est ailleurs : c'est la carte, publiée par la Voix du Nord, qui donne le parti arrivé en tête, département par département .

On y voit clairement la pieuvre, la tache noire qui s'étend , depuis les départements frontaliers et méditerranéens, des premiers temps, vers l'intérieur ; depuis les départements ayant subi, les premiers, les désindustrialisations les plus dévastatrices, vers les départements ruraux .

Non, rien n'a changé : la pieuvre poursuit son extension ; tout va continuer : F. Hollande ne veut changer ni de cap, ni de Premier Ministre, ni de méthode de gouvernement .

Repost 0
Published by regain2012 - dans Politique
commenter cet article
20 mars 2015 5 20 /03 /mars /2015 14:39
drap aux couleurs tunisiennes .

drap aux couleurs tunisiennes .

Aujourd'hui même, vendredi 20 mars 2015, à Sanaa, au Yémen , trois attentats suicides dans des mosquées de la ville, au moment de la grande prière, ont causé la mort de 142 personnes dont des enfants . Ces attentats ont été revendiqués par l'état islamique .

L'essayiste Constantin Languille ( c'est un pseudo ) pose clairement la question que nous devons affronter : " Le respect plein et entier des droits de l'homme peut avoir pour conséquence la destruction des règles communes sans lesquelles il n'est pas possible de vivre ensemble ... Lorsque les différences sont trop importantes, la séparation constitue une option privilégiée ... " ( La possibilité du cosmopolitisme, Gallimard, 2015 ) .

Les sociétés démocratiques européennes pacifiées depuis longtemps par la soumission du religieux sont en crise parce que, en leur sein, certaines forces politiques ont accepté qu'une partie de la population rejette ce consensus en invoquant " la loi de son dieu comme sa propre loi " .

Le communautarisme, dernier avatar, en tant que son approfondissement, du libéralisme, " pourrait bien nous conduire à un retour aux origines : les guerres de religion ", ajoute l'essayiste . Paris, Copenhague,Tunis, plus de quarante morts en moins de trois mois, mais aussi Nigéria, Libye, Yémen, Syrie, Irak, Pakistan où sont recensés des dizaines de victimes du djihadisme, tous les jours .

Les djihadistes - le wahhabisme en actes - ont décidé de déclencher une conflagration généralisée s'étalant sur un arc qui part du Sahel et du nord du Nigéria jusqu'à l'île de Jolo, au sud des Philippines .

Jusqu'à quand pourrons-nous nous contenter de dénoncer le fléau, nous envelopper dans les discours incantatoires, parce que nous sommes révulsés, tout en nous résignant à attendre, tétanisés, la tragédie d'après ?

" L'incendie n'est pas encore fixé, explique l'islamologue Chaleb Bencheikh ( animateur de l'émission " Islam ", sur France2 ), mais ses flammes veulent atteindre la France ) .

A l'instar de ce que font les Tunisiens, le combat contre les ténèbres exige une mobilisation générale, sur deux fronts . Nous laissons de côté la lutte sécuritaire qui relève de l'Etat .

Le premier front concerne la bataille démocratique . La question laïque, certes consubstantielle de la lutte démocratique, s'avère insuffisante car elle ne saurait répondre aux dégâts provoqués par les théories des " droits de l'hommisme ", communautarisme et multiculturalisme, théories qui séparent et ne rassemblent pas, doctrines qui rejettent l'égalitarisme républicain, socle de notre société .

La religion doit retourner définitivement dans la sphère privée . Le citoyen doit être libre, libéré de tous les interdits, de tous les enfermements . Il faut dénoncer le concept fumeux de " raison religieuse " et affirmer, au contraire, la primauté de la raison sur le croyance .

Il faut en finir avec un extrémisme qui n'est que le culte sans la culture ; un fondamentalisme qui n'est que croyance sans connaissance et donc délabrement moral, indigence intellectuelle . Il faut en finir avec l'infantilisation des esprits et la culpabilisation des consciences .

Il faut dénoncer tous ces régimes politiques qui sévissent sans légitimité démocratique, gouvernent en idéologisant la religion, financent le fondamentalisme tout en feignant de le combattre dans d'improbables coalitions guerrières .

Le deuxième front concerne le soutien sans faille que nous devons apporter à tous ceux qui, de l'intérieur de l'islam, appellent à une refondation de la pensée théologique .

Le courageux appel de Ghaleb Bencheikh dans Marianne ( 20 mars 2015, No 935 ) intitulé : " Islam, sortir des enfermements ", doit être soutenu, tant il est sans ambigüité .

" Le drame réside dans le discours martial puisé dans la partie la plus belligène du patrimoine religieux conforme à une vision du monde dépassée, propre à un temps éculé et qui n'a pas été dévitalisée ... des sermonnaires doctrinaires le profèrent pour " défendre " une religion qu'ils dénaturent et avilissent . Plus que sa caducité, il est temps de le déclarer antihumaniste ...

... Un chantier titanesque : la laïcité, l'égalité fondamentale entre les êtres, la liberté d'expression, la garantie de pouvoir abjurer, la désacralisation de la violence sont les antidotes exigés ...

Il n'est plus possible de pérorer que l'Islam c'est la Paix . La miséricorde enseignée par sa version standard est une réalité mais elle contient aussi une compréhension obscurantiste, passéiste, rétrograde d'une partie d'un patrimoine calcifié qui est la cause de tous nos maux ... " .

Et l'islamologue de relever que, jusqu'à présent, en France, n'a pu se tenir aucun colloque de grande envergure, aucun symposium important, pas la moindre conférence sérieuse, à l'initiative des " hiérarques " de l'islam , pour pourfendre les thèses islamistes . La gêne des imans qui ont fréquenté les plateaux télévisés, au lendemain des évènements de Charlie Hebdo, sur la question du blasphème, a échappé à beaucoup de gens .

Quel sens faut-il donner à cette pusillanimité ?

Le devoir incontournable des théologiens, l'urgence qui est devant eux, est de décréter le " Wahhabisme " attentatoire à la dignité humaine .

" Il a existé un humanisme d'expression arabe dans des contextes islamiques * ; expurger l'islam de sa part d'obscurité wahhabite, c'est lui permettre de renouer avec cet humanisme pour le conjuguer avec toutes les sagesses du monde ", ajoute Ghaleb Bencheikh .

* Mohammed Arkoun ( 1928- 2010 ), historien de l'islam et philosophe, " L'humanisme arabe au IVe s. de l'ère hégirienne / Xe s. du calendrier grégorien .

Repost 0
Published by regain2012 - dans Politique
commenter cet article
16 mars 2015 1 16 /03 /mars /2015 14:42
Genealogy of religion .

Genealogy of religion .

" En République, la critique de la religion, comme toutes les convictions, est libre . Elle est constitutionnellement garantie et fait partie de le liberté d'opinion et d'expression . Elle ne saurait être assimilée au racisme et à la xénophobie ... " ( Haut Conseil à l'Intégration ) .

Le vendredi 6 mars se tenait à la Bourse du Travail de la ville de Saint-Denis un rassemblement " contre l'islamophobie et le climat de guerre sécuritaire " . Parmi les associations participantes on trouvait des mouvements communautaristes, certaines porteuses d'un islam politique : le Collectif contre l'islamophobie en France ( CCIF ), membre du Conseil du Culte musulman de France, l'Union des organisations islamiques de France ( UOIF ) proche des Frères musulmans, Le Parti des Indigènes de la République, les Indivisibles, Présence musulmane proche de Tariq Ramadan ou encore le Collectif enseignant pour l'abrogation de la loi de 2004 interdisant le port du voile à l'école .

L'appel dénonçait l'islamophobie, " un Patriot Act " à la française, à propos de la nouvelle loi sur le renseignement, et bien plus grave, plaçait l'esprit du meeting sous le mot d'ordre sans ambigüité : " la République est une religion islamophobe " .

Notons tout d'abord que les principales organisations antiracistes, Le MRAP ( Mouvement contre le racisme, l'antisémitisme et pour la paix ), la Ligue des Droits de l'Homme, la Licra ( Ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme ), SOS racisme, s'étaient abstenues .

Le NPA d'Oliver Besancenot, le Parti Communiste Français, Europe Ecologie Les Verts, le mouvement " Ensemble " de Clémentine Autain, membre du Front de Gauche, Attac ( mouvement altermondialiste ) avaient signé l'appel . Chère Clémentine, " Ensemble pour légitimer l'intégrisme ? " - Sans moi !

Le Parti de Gauche de J.L. Mélenchon ne s'est pas laissé prendre au piège : " Le terme d'islamophobie nous pose problème depuis plusieurs années . Il est difficile de faire la part entre la libre critique de la religion et le racisme . Le texte ne cite pas d'ailleurs les autres formes de racisme ... ", explique, très justement, son coordonnateur national, Eric Coquerel .

La veille du rassemblement, EELV après un débat interne tendu, retire sa signature, même si des figures du parti comme Eva Joly, Yannick Jadot, Karima Delli, députés européens, maintiennent leur soutien au meeting, à titre personnel .

Le Parti Communiste ne retire pas sa signature, mais, semble-t-il " gêné aux entournures ", n'a envoyé aucun représentant officiel au rassemblement . Cependant la question de son soutien, reste posée .

Que le NPA et ATTAC qui fleurtent depuis des années avec des alliances douteuses afin de séduire " les quartiers populaires " soient là, n'étonne plus personne, mais que faisait le PCF à côté d'organisations qui n'ont pas hésité, ce vendredi là, à pointer " un racisme d'Etat qui ressemble à ce qu'on a vécu dans les années 30 " ( CCIF ) ou comme les Indigènes de la République et les Indivisibles qui n'ont pas hésité, il y a trois ans, en pleine fête de l'Humanité, à s'en prendre physiquement à l'essayiste Caroline Fourest, pourtant invitée par la direction du PCF à venir y parler de l'extrême-droite . Celle-ci ne put tenir sa conférence et fut exfiltrée par le service d'ordre du PCF : pas très courageux !

Ces responsables du PCF qui accompagnèrent en si grand nombre, la dépouille de Charb jusqu'à sa dernière demeure, le 16 janvier, à Pontoise, et qui signent un appel commun avec ses pires ennemis : quelque chose ne va plus, il faut que le PCF s'explique .

Le parti des Indigènes de la République qui refusa de soutenir Charlie Hebdo, en 2011, lors de l'incendie des locaux du journal .

Un intervenant, Madjib Messaouedene, ancien adjoint ( SE ) du maire d'Angers, livre ce soir-là, les objectifs de toutes ces organisations : " Si l'Etat n'invite pas les musulmans à la table de la République, attention à ce que les musulmans ne renversent un jour la table " .

Il faut absolument remettre toutes ces notions à leur place .

Islamophobie, voilà un concept bien fumeux qui confond racisme et blasphème, qui fait de tout laïque une cible, ce que Charb dénonce dans un livre posthume, à paraître le 26 mars prochain : " Lettres ouvertes aux escrocs de l'islamophobie qui font le jeu des communautaristes et des racistes " ( Ed. Les Echappés ) .

J'ai souvent manifesté contre le racisme anti-arabe, anti-maghrébin, mais je ne manifesterai jamais contre l'islamophobie : terme complètement religieux, or, je veux conserver mon droit imprescriptible de pouvoir critiquer les religions, comme le rappelait le Haut conseil à l'intégration, fondé en 1989 par Michel Rocard, et subrepticement supprimé, allez savoir pourquoi, par François Hollande, le 24 décembre 2012 .

Le terme " islamophobie " n'est avancé que pour m'interdire une critique théologique et philosophique d'une religion . Je n'entrerai pas dans ce jeu pervers où l'on amalgame la religion à ses adeptes .

Le samedi 21 mars, à l'occasion de la journée mondiale contre le racisme, une manifestation est convoquée, ( pour Paris, à Barbès, XVIIIe arrondissement ) au mot d'ordre moins troublant " contre tous les racismes " . Le Parti de Gauche, par la voix d'Eric Coquerel, semble moins réservé, " le spectre plus large " du mot d'ordre paraît le rassurer . Mais pas le texte de l'appel qu'il juge encore " inacceptable " .

La Gauche a encore quelques jours pour phosphorer !

Repost 0
Published by regain2012 - dans Politique
commenter cet article
12 mars 2015 4 12 /03 /mars /2015 14:22
Le suffrage universel pourra-t-il survivre à son dernier avatar ?

" Le suffrage est direct et universel " . ( Article 5 du Décret du 5 mars 1848, portant sur les assemblées électorales ) .

" L'immense force jetée tout à coup dans la balance, du côté du peuple, par le Suffrage Universel, qui obligeait tous les partis d'entrer en relation avec lui, c'était là ... la révolution véritable " . ( Daniel Stern, historien, contemporain de la révolution de 1848, pseudonyme : Marie d'Agoult ) .

L'homme politique, Charles de Rémusat, également contemporain de la révolution de 1848, croit aussi à la grandeur du suffrage universel, mais s'interroge : " Cette nouveauté sans exemple qui n'a pas cessé de faire de la France un spectacle pour le monde ... S'il doit durer, il vaudra à ses auteurs une immortalité de haine et d'amour . Mais durera-t-il ? C'est peut-être la plus grande question du siècle ... " .

En 1848, des géants voulaient écrire une nouvelle histoire . Le vers de V. Hugo : " Les nains sapent sans bruit le travail des géants ", n'a sans doute jamais connu meilleure illustration .

Les élections départementales de ce mois de mars 2015 font la démonstration du dédain dans lequel les " élites politiques " actuelles tiennent le vote populaire .

De quoi est-il question ? Les Français sont appelés aux urnes les 22 et 29 mars prochains pour des élections cantonales, rebaptisées départementales, qui vont élire des couples dont on ignore ce qu'ils feront dans une collectivité dont on ne sait plus quelles seront les compétences et si elle sera ou pas comparée à disparaître . Si cela ne leur donne pas envie de voter massivement c'est à désespérer de l'intelligence du peuple .

Les ex-élections cantonales battaient des records d'absentéisme, les élections départementales vont faire exploser le compteur .

Déclinaison inédite ! Les électeurs, dont un tiers ne sait pas encore qu'il y a des élections les 22 et 29 mars, ne vont pas devoir voter pour un candidat ou une candidate, mais pour " un couple " : " un homme, une femme, du Lelouch ! Ce n'est plus un scrutin uninominal à deux tours, notre tradition, mais un scrutin binominal .

Les deux membres du couple, une fois consacré par les liens du scrutin, pourront se plonger dans l'adultère, pas d'obligation de fidélité, vu que rien n'est dit sur les prérogatives et les mandats de chacun . Des candidats se présentent devant des électeurs sans savoir à l'avance ce qu'ils auront à faire . L'indigence des professions de foi qui commencent à nous parvenir, est édifiante .

Deuxième nouveauté, l'électeur va voter sans connaître les compétences de l'Assemblée qu'il désignera : le texte est en discussion à l'Assemblée Nationale et sa version définitive ne sera pas connue avant l'été 2015 . Du jamais vu !

Autre souci, pour l'électeur ! Il y a un an, le Premier Ministre annonçait la suppression de l'échelon départemental, des départements donc, issus de la Révolution de 1789, au profit de monstres administratifs : " les grandes métropoles " . ( D'ailleurs, on ne vote pas à Paris et à Lyon ) .

Le Président de la République confirmait cette disparition à l'horizon 2021 . Depuis, les choses se sont embrouillées . Sous la pression des Radicaux de Gauche, dont la dernière implantation électorale reste le département, avant asphyxie, des départements ruraux devraient subsister . On n'y comprend plus rien !

Entretemps, F. Hollande et M. Valls se sont aperçus que la suppression d'une collectivité territoriale exigeait une réforme constitutionnelle : le pouvoir n'ayant pas la majorité des trois cinquièmes au Congrès ( Assemblée plus Sénat ), le rétropédalage s'imposait .

Les départements seraient maintenus, en zone rurale, mais pour quoi faire ? La clause de compétence générale qui permet à une collectivité de s'occuper de tout et n'importe quoi, a été retirée aux départements .

Nombre d'autres compétences vont être transférées aux Régions : que restera-t-il à l'échelon départemental ? Le socle social ( RSA, APA, PCH, ASE ), soit 39 Mds d'€ sur les 71 Mds actuellement gérés par cette collectivité ?

Peut-être la gestion des collèges : mais admirez la cohérence ! Les transports scolaires seraient transférés aux Régions . Croquignolesque !

Et un inventaire à la Prévert aussi ! Le département pourrait garder l'entretien des routes et la sécurité civile, mais aussi la lecture publique, les " schémas artistiques " à l'école, la sécurité alimentaire, partageant avec la Région le tourisme et la jeunesse et les sports . Un guide sera rédigé, par l'Etat, à l'usage du citoyen, pour que ce dernier se retrouve, dans ce dédale de compétences redéployées .

Il eût été bien trop facile de coupler les départementales et les régionales, à l'automne 2015, lorsque tous les textes eussent été votés, afin de limiter le chiffre de l'abstention .

Avertissement ! Ne hurlez pas que tout cela est inconstitutionnel, les " hiérarques " socialistes vous traiteront de " populiste " . Et pourtant, la question mérite d'être posée . Mais les élites restent sereines . Qui va prendre le risque de soulever le lièvre et poser officiellement la question de constitutionnalité auprès du Conseil idoine ? Pas le PS à l'origine du problème, ce serait se désavouer ; pas l'UMP, qui va sortir grand gagnant électoral de cette séquence ; pas le FN qui va se retrouver largement renforcé par l'incurie socialiste .

Voilà donc un scrutin totalement perverti, transformé en une espèce de " référendum ", mais comble du mépris du citoyen, un référendum " sans question " à laquelle répondre . Quel message l'électeur va-t-il déposer dans l'urne, ces 22 et 29 mars, à travers le choix d'un couple plus qu'improbable ?

Je vois bien le message qui s'imposerait : je reste chez moi parce que, là, c'en est trop . Vous ne me prenez plus pour un c.., mais pour une " loose ", un raté !

Seulement voilà, il y a l'autre, " la cloche de Saint-Cloud " . Et j'en ai marre de l'entendre " tintinnabuler " sur tous les plateaux de télévision qui lui sont grands-ouverts . ( Valls et sa supposée peur du FN a tout compris ) .

C'était un temps béni que l'époque du Parti Communiste, de la SFIO et des Gaullistes !

NB : d'après l'article du Canard Enchaîné du 11 mars, " Départementales " .

Repost 0
Published by regain2012 - dans Politique
commenter cet article
11 mars 2015 3 11 /03 /mars /2015 14:50
Arabie Saoudite : le désert .

Arabie Saoudite : le désert .

" Tout porte à croire que, malgré leur opposition idéologique, le wahhabisme saoudien et le courant des Frères musulmans vont poursuivre leur expansion . Leur avatar commun, le djihadisme, devrait lui aussi se renforcer " . ( Nabil Mouline , chercheur au Centre d'études interdisciplinaires du fait religieux, de l' EHESS ) .

A force de trop vouloir focaliser notre attention sur " le furoncle " du traditionalisme musulman, le djihadisme, on nous détourne de l'essentiel, les ambitions hégémoniques de la tradition nées au cours de la deuxième moitié du IXe siècle, au prix de combats acharnés .

Au XIXe siècle, l'ordre ancien est progressivement secoué, dans les pays arabes, par le choc colonial et laisse pénétrer en terre d'islam des discours et des systèmes de valeurs occidentaux . Ces discours offrent une nouvelle conception du monde et permettent à des courants intellectuels, politiques et religieux de s'épanouir, sans que le courant traditionaliste disparaisse pour autant le courant traditionaliste .

Celui-ci s'adapte, forcé mais provisoirement, au début du XXe s., avant de réapparaître avec la prétention de jouer un rôle structurant en tant que défenseur des vraies valeurs de l'Islam .

L'expérience saoudienne est la plus impressionnante par son ampleur et sa longévité . Le wahhabisme ( l'une des quatre écoles juridiques et théologiques du sunnisme ), fondé par Mohamed ben Abdelwahhab, se conçoit, dès son apparition au XVIIIe s., comme la seule vraie religion . Littéraliste, conservatrice et exclusiviste, cette interprétation de l'Islam doit s'imposer à tous les croyants . Ceux qui la refusent sont déclarés hypocrites, hérétiques ou mécréants .

C'est entre les deux guerres mondiales que le fondateur du royaume saoudien moderne, le roi Abdel Aziz ( dit Ibn Séoud ), fort d'avoir préservé l'indépendance de son pays au milieu de la recomposition de la région par les puissances occidentales ( accords Sykes- Picot de 1916 ), entreprend sa grande opération qui doit redorer le blason du wahhabisme, qu'il rebaptise, d'ailleurs : " salafisme ", du nom des trois premières générations de musulmans, les " salafs " . Sa réussite sera d'avoir permis à cette doctrine - une parmi les autres, à l'origine - d'acquérir le statut de nouvelle orthodoxie, acquisition facilitée par la présence des lieux saints sur le territoire saoudien mais aussi par la simplicité de ses préceptes et le zèle de ses adeptes .

La grande expansion du wahhabisme va commencer avec les années 1960, à la faveur des luttes qui opposent l'Arabie Saoudite, théocratie, à l'Egypte en voie de laïcisation de Gamal Abdel Nasser, et grâce à la manne nouvelle des pétrodollars . ( Mais la défaite de l'Egypte contre Israël, guerre des six jours, de juin 1967, disqualifie cette dernière du leadership panarabique ) .

Le royaume inaugure alors une politique que l'on pourrait qualifier de " solidarité islamique " . Plusieurs organisations voient le jour, politiques, économiques, sociales, éducatives et religieuses : la Ligue islamique mondiale, l'Université islamique de Médine, etc ...

L'Arabie Saoudite va dépenser sans compter pour exporter son islam . La Ligue islamique mondiale étend ses activités à des dizaines de domaines : construction de mosquées, aide humanitaire, jeunesse, enseignement, fatwas, apprentissage du Coran ... L'Université de Médine forme des saoudiens et des étrangers à porter la " bonne nouvelle " à travers le monde . Depuis sa création en 1961, cette université a formé plus de 45 000 cadres religieux de 167 nationalités différentes auxquels il faut ajouter des milliers d'étudiants étrangers qui passent par d'autres établissements d'enseignement saoudiens et autres organismes officieux et privés .

Car il s'agit aussi de concurrencer et de discréditer les représentants religieux qui détenaient la parole théologique jusque-là, tels ceux de l'Université d'Al Azhar en Egypte, fondée en 970, ou ceux de la mosquée de la Zitouna en Tunisie, ou encore les théologiens de l'Université la Qaraouiyine au Maroc, fondée en 859, la plus ancienne .

Le monde médiatique et virtuel n'échappe pas non plus à la vigilance des autorités politico-religieuses du royaume . Des dizaines de chaînes satellitaires, des centaines de sites Internet ont vu le jour, les réseaux sociaux ont été pris d'assaut . Toutes sortes de services y sont proposés en plusieurs langues . Mais les moyens de communication traditionnels ne sont pas oubliés . Des millions de brochures, de cassettes, de CD et de livres pieux ont été déversés à travers le monde, à des prix modiques, parfois gratuitement, depuis les années 1980 .

Dans cette ambition d'islamisation des sociétés, et d'abord par le bas, l'Arabie saoudite fut rejointe par la Confrérie des Frères Musulmans, fondée par Hassan Al-Banna, en 1928, ( dont le très médiatique Tariq Ramadan est le petit-fils ) .

Les frères ne font pas l'objet de ce billet, cependant, rappeler leur base idéologique est indispensable : recréer l'unité politique et religieuse originelle de la communauté des croyants," l'Oumma " . La stratégie en sera, islamiser la société par le bas en dépassant toutes les écoles juridiques et théologiques avant de conquérir le pouvoir et de créer des états islamiques . Ces états qui assureront la suprématie des valeurs originelles s'engagent dans un processus d'intégration par des programmes de coopération avancée . Cela aboutira tout naturellement à l'abolition des frontières et à la proclamation du califat .

Dans ce mouvement, un courant radical se distingue, " le qotbisme ", du nom d'un ancien journaliste Sayyed Qotb, qui en 1950, propose une idéologie aux conséquences immenses .

Le monde est tombé dans l'apostasie . Les vrais croyants doivent donc accomplir une véritable " émigration " spirituelle, en se séparant des sociétés impies, physiquement et spirituellement . Du nouveau socle de solidité qu'ils vont constituer, ils devront se lancer à la conquête du pouvoir pour instaurer l'état et la loi islamiques, dans le cadre du Djihad intégral : et c'est là qu'on retrouve le djihadisme contemporain .

L'hybridation du wahhabisme, du frérisme et d'un zeste de fascisme à l'européenne constitue un danger redoutable entre les mains de groupes tels l'Etat islamique, Al Qaïda et le Front Al-Nosra .

Combattre le furoncle sans combattre l'infection qui est derrière revient à assurer au traditionalisme religieux une expansion sans limite, d'autant que les sociétés civiles sont balbutiantes dans le monde arabe et que le champ intellectuel moderniste y est presque en ruine .

NB : d'après l'article publié par le Monde diplomatique de mars 2015, page 3, signé par Nabil Mouline, chercheur au CEIFR de l'EHESS, Ecole des hautes études en sciences sociales, auteur de l'ouvrage : " Les clercs de l'islam , Autorité religieuse et pouvoir politique en Arabie Saoudite ", PUF 2011 .

Repost 0
Published by regain2012 - dans histoire
commenter cet article
9 mars 2015 1 09 /03 /mars /2015 14:52
Le livre .( 123RF ) .

Le livre .( 123RF ) .

" Rien ne me semble vrai, qui ne puisse sembler faux ", ( Montaigne ) .

(1) Vers de François Villon : Epître en forme de ballade, à ses amis .

Je relis " Les Méditations pascaliennes " de Pierre Bourdieu ( 1997 ) et je reste songeur devant le contenu du paragraphe suivant qui vient heurter de plein fouet notre actualité : " L'obscurantisme des Lumières peut prendre la forme d'un fétichisme de la raison et d'un fanatisme de l'universel qui restent fermés à toutes les manifestations traditionnelles de croyance et qui, comme l'atteste par exemple la violence réflexe de certaines dénonciations de l'intégrisme religieux, ne sont pas moins obscurs et opaques à eux-mêmes que ce qu'ils dénoncent " .

Certes, je comprends la mise en garde : ne pas répondre à un intégrisme religieux par un autre intégrisme, l'intégrisme de la Raison, et ne pas faire dire au Siècle des Lumières plus qu'il n'en peut dévoiler .

Bourdieu s'explique, sur la base d'un concept qui lui est propre : les mises en question les plus radicales de la pensée laissent en effet impensée une condition cachée ou refoulée de toutes les œuvres de l'esprit, c'est qu'elles sont produites en état de " skholè " * , c'est à dire de loisir, de distance à la réalité, au monde et à la pratique . Or cette situation est le principe d'erreurs systématiques, épistémologiques, éthiques, qu'il faut soumettre à une critique méthodique exigeante .

( * Skholè : en grec ancien, temps libre, loisir mais aussi école ... Pour Bourdieu, temps libre et libéré des urgences du monde qui rend possible un rapport libéré et libre à ces urgences et au monde ... Elle est une disposition scholastique qui incline à mettre en suspend les exigences de la situation, du contexte, telles les contraintes de la nécessité économique et sociale ... " ) .

En clair, le sociologue nous invite à ne pas accorder, en toutes choses, un crédit illimité aux principes des Lumières, dont les grands penseurs, ont pu parfois céder à " des audaces retenues ", dit le philosophe Michel Onfray, évoquant Emmanuel Kant qui dans " La critique de la raison pure ", " a de quoi, en six cents pages faire exploser la métaphysique occidentale, mais y renonce ", in fine, en prenant le parti de séparer Raison et Foi, alors qu'il eût fallu que la raison revendiquât ses droits sur l'autre .

Car Onfray rejoint Bourdieu en ce domaine, ( Cf. Le traité d'athéologie, 2005 ), quand il nous propose " d'augmenter les Lumières " .

L'obscurantisme , cet humus des religions se combat, certes, avec la tradition rationaliste occidentale : " bon usage de l'entendement, conduction de son esprit selon l'ordre des raisons, véritable volonté critique, mobilisation totale de son intelligence, envie d'évoluer debout ", mais on ne doit pas oublier un aspect de ce combat : tout ce beau et magnifique monde des Lumières, Voltaire, Montesquieu et ses trois pouvoirs, Rousseau du Contrat Social, d'Alembert maître d'œuvre de l'Encyclopédie, Kant et son culte de la Raison, communient dans le déisme, combattent tous avec force l'athéisme et méprisent le matérialisme .

" Je tiens pour des Lumières plus vives, plus franches, plus nettement audacieuses ", ajoute Onfray .

Donc, oui au combat contre le retour en force de la religion dans la vie publique, oui à l'utilisation des armes de la raison, mais pas d'intégrisme contre l'intégrisme .

En ce sens, la première précaution à prendre est bien la suivante : distinguer, ceux qui consomment " des "expédients métaphysiques " pour survivre, dit Onfray, auxquels on n'a pas à en vouloir, de ceux qui en organisent le trafic . " Non au commerce d'arrière-mondes " .

Il n'empêche ! Bourdieu a instillé le doute dans mon esprit . Jusqu'où aller ? Et c'est encore plus douloureux quand je lis un homme dont j'aime la pensée, le Tchèque Vàclav Havel : " Notre civilisation est superficielle . La couche civilisatrice qui entoure la terre est athée . Nous vivons dans une civilisation globale, fondée sur la technique et les lois du marché, sur l'idéal de la croissance et de la consommation, sous la dictature de la publicité . Notre civilisation est athée parce qu'elle est absente d'esprit . La réaction à toutes les menaces civilisatrices qui pèsent sur nous doivent se situer dans la sphère de l'esprit . Retrouver des racines métaphysiques nous permettrait une meilleure compréhension de l'homme " .

D'accord ! A y regarder de près, V. Havel triche un peu . N'accorder de forces de l'esprit qu'à la métaphysique, c'est nier l'esprit à tout acte de raison . Cela ne peut pas fonctionner .

Alors, il nous reste Jaurès . " Vous avez là une civilisation ancienne et admirable, une civilisation qui par ses sources tient à toutes les variétés du monde antique, une civilisation où s'est fondue la tradition juive, la tradition chrétienne, la tradition syrienne, la force de l'Iran et toute la force du génie sémitique : et depuis des siècles, cette force est en mouvement, religion, philosophie, science, politique, avec des périodes de déclin, mais aussi des périodes de réveil .

Comment arriverez-vous à la conciliation, à la coopération de ces forces, de ces races qui ne sont encore, il faut bien le dire, que juxtaposées sur le sol de l'Afrique ?

Il y a là deux grandes forces et ce n'est pas en écrasant l'une ou l'autre que vous ferez l'ordre et la paix . Il y a ces jeunes tunisiens qui rêvent, pour leur peuple et pour leur race, un développement dans le sens moderne . Je crois que ceux-là le savent bien que dans leurs traditions, et dans le Coran même, il y a à côté des forces de fanatisme et des affirmations de guerre, des grandes paroles magnifiques de continuité humaine et de tolérance " . ( Discours à la Chambre des Députés, du 1er février 1912, contre l'établissement du Protectorat au Maroc ) .

Visionnaire comme toujours, Jaurès invite les Français à protéger la Tunisie où sourdent de nouveaux élans de modernité qui se traduiront, des décennies plus tard, par l'inscription dans la Constitution tunisienne du Principe de " la Liberté de conscience " . Seul état islamique à l'avoir fait . Une Tunisie à soutenir et à protéger, aujourd'hui, plus que jamais, face au chaos qui règne chez son voisin la Libye .

Face au fanatisme en flammes au Moyen-Orient, face à la fracture civilisationnelle qui menace la France, la messe n'est pas dite, si je puis me permettre ce mauvais trait d'esprit, mais au moins une chose est sûre, d'ores et déjà : " Une idée est fausse dès l'instant où on s'en contente " ( Alain ) .

Repost 0
Published by regain2012 - dans philosophie
commenter cet article
5 mars 2015 4 05 /03 /mars /2015 14:30
" Découper des meubles ", composition de Jacques Lizène, 1964 .

" Découper des meubles ", composition de Jacques Lizène, 1964 .

" Les nains sapent sans bruit le travail des géants " ( Victor Hugo ) .

(1) Titre de l'article de Benoît Bréville et Pierre Rimbert, Le Monde diplomatique, mars 2015 .

Depuis trente ans, la gestion politique par les partis de gouvernement de la question populaire a reposé sur le concept de la non-gestion de l'abstention populaire aux différentes échéances électorales ( cumulée à la non inscription sur les listes électorales ), à l'exception des scrutins présidentiels .

Ce concept fut décrit avec une précision chirurgicale par un ancien ministre UMP, Patrick Devedjian - mais n'eût pas été désavouée par n'importe quel ténor du PS - par une belle journée de l'année eschatologique que fut 2002 :

" C'est vrai que plus une démocratie est pacifiée, moins les enjeux sont passionnels et moins on est au bord de la guerre civile, et moins il y a de participation . Les alternances successives ont rendu notre peuple un peu plus sceptique sur la politique , et c'est le début de la sagesse " . Mon Dieu, faites qu'ils restent sages !

Pas de chance ! Trois ans plus tard, les taux de participation élevés des ouvriers, employés, chômeurs, faiblement diplômés, lors du référendum sur le Traité constitutionnel européen de 2005 - contre 90% d'une presse en faveur du texte et contre les deux partis centraux, UMP et PS - combinés, déjà, au discrédit des institutions, faisaient voler en éclats le cynique constat du dirigeant UMP . Ces braves gens qui prenaient, soudain, la parole, furent traités de fascistes par le journal Libération et son illustre directeur de l'époque : Serge July .

Branle-bas de combat, dans les états-majors : comment faire revenir ce fleuve - la participation - dans " le lit douillet des alternances " paisibles ?

Ce fut toute la tâche des candidats du système aux élections présidentielles de 2007 .

N. Sarkozy se lança dans un numéro d'équilibriste entre deux discours juxtaposés : un discours pour les classes dirigeantes où il était question des efforts et des sacrifices que devraient consentir les salariés à l'adaptation finale du pays aux standards de la mondialisation ; un autre, centré sur les valeurs du travail, la sécurité, la protection, l'identité, destiné à séduire les travailleurs ( Travailler plus pour gagner plus ) .

Ségolène Royal, avec son concept " d'ordre juste ", ne décline pas autre chose, même si elle le fait en format " petite musique de nuit " .

François Bayrou, vient , entre les deux, combler les trous laissés par ses deux concurrents directs .

Cette sorte de cohabitation théorique a fonctionné, reconnaissons-le .

Mais l'arrivée de Marine Le Pen dans le marigot politique, en 2011, va rebattre les cartes . Pas besoin de " Think tank " pour la fille de son père . L'œil du cyclone est grand ouvert devant elle .

La Conquête passe par trois axes : conquête de la souveraineté populaire prisonnière de la triple alliance européiste ( sortie de l'euro ) ; mondialisation ( protectionnisme ) ; islamisme ( réarmement culturel ) . Résultat : 18%, en 2012 .

Essoré par la crise de 2008 et ses foucades multiples, N. Sarkozy ne peur tenter en 2012, qu'une résistance perdante, en s'inscrivant dans le sillon hasardeux de la conquérante .

Et le PS ? Multiplicité de candidats mais aucune stratégie !

Sa " boîte à idées ", la fondation Terra Nova, phosphore . Et en mai 2011, elle accouche, sans péridurale, d'une proposition à couper le souffle à tous les géants qui construisirent l'Idée française : ceux de 1848, de 1870, de 1936, de 1945 . " Une nouvelle coalition émerge : la France de demain, plus jeune, plus diverse, plus féminisée " . ( Bruno Jeanbart, Olivier Ferrand, Romain Prudent, " Gauche : quelle majorité électorale pour 2012 ? ", mai 2011 ) .

Hypnotisés par la victoire de B. Obama, trois ans plus tôt, grâce à la mobilisation des Noirs, des Latinos et des femmes, les auteurs ne suggèrent pas moins, aux dirigeants socialistes, que de jeter à la poubelle la traditionnelle alliance des classes moyennes et de la classe ouvrière au profit d'un conglomérat de divers groupes, sociologiquement bien peu définis : " diplômés, jeunes, minorités, quartiers populaires, femmes ", et ce, sur la base d'un constat, fort loin d'être établi, devenu dogme : " La classe ouvrière n'est plus le cœur du vote de gauche " . Applaudissements dans les salles frontistes !

Vigilance : il ne s'agit pas de changer quelques éléments de l'ancienne coalition . On renouvelle, de fait, son mode de constitution : " Contrairement à l'électorat historique de la gauche, coalisé par les enjeux socio-économiques, cette France de demain est avant tout unifiée par ses valeurs culturelles, progressistes, elle veut le changement, elle est tolérante, ouverte, solidaire, optimiste, offensive " . N'en jetez plus, la cour est pleine ! " Mort aux beaufs ! ", aurait pu hurler Cabu !

Le FN est devenu le parti des classes populaires, " il sera très difficile à contrer ", constatent , dans une ultime illumination, nos penseurs socialistes, donc on les lui laisse .

Quelques voix s'élèvent au sein du PS contre cette aberration politique ( Laurent Baumel, un frondeur d'aujourd'hui, François Kalfon, " Plaidoyer pour une gauche populaire " ), ou Laurent Bouvet au sein de la Fondation Jean Jaurès, prônant un retour " au sens du peuple ", à l'instar de ce qu'avait tenté Pierre Mauroy, en 2002, en vain, auprès de Lionel Jospin . On vit le résultat .

Ceux-là, non plus, ne sont pas entendus . C'est qu'il eût fallu jeter par dessus bord, mariage pour tous, multiculturalisme, communautarisme, théorie du genre, et par-dessus tout, réduire les impôts des ménages modestes . Un drame !

Et cela donne dans les premiers mois de 2012, une opération de " marketing commercial " . Pas de programme, pas de projet répondant aux intérêts de la majorité, mais un catalogue de 60 propositions, dont certaines pourront disparaître en cours de route, si le contexte y oblige : une addition de parts de marché électorales, en somme .

Le PS venait ainsi de s'asseoir définitivement à la droite du peuple . Et Marine n'avait plus qu'à attendre !

NB : d'après l'article de Benoît Bréville et Pierre Rimbert, " Une gauche assise à la droite du peuple ", Le Monde diplomatique, mars 2015, pages 8 et 9 .

Repost 0
Published by regain2012 - dans Politique
commenter cet article
3 mars 2015 2 03 /03 /mars /2015 14:42
libertylovers.blogspot.com   .

libertylovers.blogspot.com .

" En 1981, un salarié consacrait douze jours par an de son travail à l'actionnaire, aujourd'hui il y consacre quarante cinq jours " ( Syndicat CGT ) .

En 2014, les grandes sociétés internationales auront reversé plus de 1200 Mds d'€ à leurs actionnaires .

Les 500 plus grosses entreprises états-uniennes ( du S&P 500 ) en auront versé 800 Mds, soit les deux tiers, en augmentation de 15% . Les Grecs apprécieront !

10% des dividendes versés dans le monde le sont par des entreprises françaises, pourtant étranglées par la fiscalité, nous dit-on .

Dans une France en crise, les actionnaires se sont gavés en 2014 : ils ont reçu 46 Mds d'euros de dividendes et 10 Mds d'euros en actions gratuites, c'est à dire un bond de 30% comparé à 2013, record mondial . ( Cf. l'étude de la lettre spécialisée Vernimmen.net ) .

Un autre record est atteint par cette gabegie, celui de 2007, veille de la grande crise financière des subprimes, de 57 Mds . La crise n'aura pas affecté tout le monde !

Six groupes versent, à eux-seuls, 50% des dividendes distribués en 2014 .

LVMH ( 8,7 Mds d'€ ) ; Total ( 5,6 Mds ) ; Sanofi ( 5,4 Mds ) ; GDF Suez ( ( 3,4 Mds ) pour le carré de tête, suivi par EDF dont l'Etat est l'actionnaire majoritaire, Orange et BNP Paribas .

De son côté, la société Picard est rançonnée par ses actionnaires, qui, pour recevoir 600 millions d'euros de dividendes, ont exigé qu'elle alourdisse sa dette de 88% . Des entreprises saignées aux quatre veines pour satisfaire la gloutonnerie des actionnaires .

Avec le CICE ( Crédit d'impôt compétitivité emploi ) et la Pacte de responsabilité ( suppression des cotisations sociales sur les bas salaires ), F. Hollande offre aux sociétés 40 Mds d'€, en trois ans, qu'elles ont déjà englouti dans les dividendes d'une années : ne soyons pas surpris si Pierre Gattaz ( Medef ), fort discret en ce moment, ne bondit pas de sa boîte, au milieu de l'année 2015, pour exiger de nouveaux cadeaux .

C'est à se demander qui sont les véritables assistés, dans ce système ?

Les chercheurs du Centre lillois d'études et recherches sociologiques et économiques ( Clersé ) évaluent à 93 Mds le coût du capital qui pèse sur les entreprises et qui les pousse à renoncer à des projets économiques jugés trop peu rémunérateurs par les actionnaires .

Derrière tout cela, se déploie une logique ultra-libérale tout à fait lisible : de nombreuses firmes utilisent leurs bénéfices à racheter leurs propres actions de façon à propulser les cours vers les sommets, pour faire augmenter les taux des dividendes de l'année suivante, participant ainsi au gonflement d'une nouvelle bulle financière qui inquiète les observateurs les plus lucides .

Mais la bien-pensance vous répète à longueur d'émissions télévisées et de débats radiophoniques que l'actionnaire prend de gros risques et qu'il faut bien rémunérer cette prise de risques .

Mot curieux : le risque . Aujourd'hui, ce sont les " rentiers " qui prennent des risques . Il y a bien longtemps, les risques étaient pris par les guerriers qui défendaient la Cité, avant qu'ils ne deviennent des aristocrates . Mais les travailleurs, du constructeur de cathédrales du Moyen Age au mineur de fond du XIXe siècle, ils encouraient quelques périls, tout au plus . Et les salariés d'aujourd'hui ? Ils sont au pire exposés aux aléas du marché . Pas de quoi " en faire un plat " !

Pendant ce temps les investissements productifs susceptibles de freiner l'augmentation du chômage stagnent pour cette même année 2014, ( +1% ), après un recul de 5% en 2013 alors que les investissements des collectivités locales sont en baisse de 7%, ( réduction des transferts de l'Etat ), résultat catastrophique pour les petites et moyennes entreprises du bâtiment et des travaux publics, porteuses d'emplois non délocalisables .

NB : sources : l'Humanité, La Croix, Alternatives économiques .

Repost 0
Published by regain2012 - dans Economie
commenter cet article

Présentation

  • : Regain 2012
  • Regain 2012
  • : Pour un retour à la démocratie réelle où le citoyen redevient acteur de son avenir et cesse de déléguer son pouvoir à des partis ou à des dirigeants trop éloignés des souffrances des peuples.
  • Contact

Vous aimerez peut-être :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Recherche

Nuage de tags

Nombre de visiteurs en ligne

Il y a actuellement    personne(s) sur ce blog

Catégories

Liens