Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 mai 2013 4 23 /05 /mai /2013 14:36

(1) .  " Démocratie : un mot qui empêche de penser " . ( Alain Badiou ) .

   (  Illustration : tumulto.org /  Les temps modernes . Charlie Chaplin ) .

 

 

 

 

temps-20modernes.jpg

 

   " La gestion libérale du politique doit faire abstraction de toute considération morale ou religieuse ; elle inclut cependant, comme toute gestion digne de ce nom, une stratégie de l'image et de la communication " . (J.C. Michéa .  L'empire du moindre mal  . Consultable sur le site : egaliteetreconciliation ) .

   Ah !  Elles sont épuisantes ces classes populaires qui demeurent exagérément sensibles à l'idée " prémoderne " - donc ringarde -  selon laquelle la politique devrait respecter un certain nombre de valeurs . Les politiciens libéraux, c'est à dire la quasi totalité de nos représentants actuels, se voient donc contraints " d'habiller la rationalité mathématique de leur programme - 61 propositions, 3% de déficit, 11% de chômage - du manteau douteux de l'ancienne morale " . ( J.C. Michéa ) .

   Et l'on a donc droit à ces spectacles  " insolites", lors des péripéties électorales mais aussi entre ces rendez-vous de la bouffonnerie institutionnalisée,  de défenseurs intransigeants " des lois du marché " , se sentant obligés de prononcer, la main sur le coeur, les éloges les plus " incongrus " du lien familial, de la solidarité envers les plus démunis, de la responsabilité écologique ou du sens civique, toutes choses dont ils se moquent complètement, parce que ce marché, dont ils travaillent sans relâche à étendre l'emprise, ne peut fonctionner efficacement qu'en sapant continuellement toutes ces dispositions .

   C'est le comportement d'un Jérôme Cahuzac ne se reconnaissant pas coupable d'une faute quelconque et tentant de revenir dans la course politique par un blanchiment qu'aurait pu lui proposer - contre la justice ordinaire - " la lessiveuse " du Suffrage Universel .

   C'est une Christine Boutin nous jouant " La dame aux Camélias " aux abords de l'Arc de Triomphe, pour un jet de gaz lacrymogènes, et rêvant d'entamer la montée vers son propre Golgotha , son martyre tant espéré .

   C'est surtout la journée du 26 Mai, où, la droite revancharde, sarkozyste et haineuse, une église ayant toujours en travers du gosier la Loi de 1905,  alliées à une extrême droite bien plus fûtée qu'elles, prête à " tirer les marrons du feu ", vont manifester contre " l'usurpateur ", au nom de la Démocratie, car la Démocratie c'est le droit de manifester, mais en se drapant, incongrûment, dans les plis séculaires du respect de la famille, de la filiation, du droit des enfants et la défense - tant qu'à y être - de la création divine .

   Et c'est devant de telles situations que l'on voit aisément comment le mot démocratie annihile la pensée .

 

   Ces imbéciles qui vont suivre ce dimanche, et en grand nombre, n'en doutons pas -  les slogans de leaders de droite sans envergure, n'ont pas compris qu'ils vont vilipender un " soi-disant " usurpateur qui poursuit la même politique économique et sociale que leur mentor, qui ne s'en cache plus d'ailleurs, comme le montrent ses récents propos sur la réussite allemande, aujourd'hui, à Leipzig .

   F. Hollande est un libéral, qui poursuit le même but que son prédécesseur, mais jouant avec la démocratie de manière différente .

   Pour le Président actuel, il existe un " bon libéralisme ", synonyme d'avancées illimitées des droits individuels, dont la nouvelle loi dite " du mariage pour tous " est l'illustration, légitime par ailleurs, et légitimé par la Démocratie représentative . Par contre, les lois économiques - ou plus précisément l'absence de lois, de régulations,  économiques, ne se discutent pas : c'est l'ordre naturel .

   Pour F. Hollande, il existe un " mauvais libéralisme ", dont le but principal est de " légitimer le règne du tout marchandise " .

   Levons l'équivoque . La césure entre libéraux de droite et libéraux de gauche est un leurre . La vision unifiée, une fois lavée du filtre déformant de la démocratie, nous indique bien que le mouvement libéral est " Un " même s'il avance grâce à deux moteurs, ce que le philosophe J.C. Michéa appelle,non sans subtilité,  " les horlogeries parallèles et complémentaires du Marché et du Droit " . Le Droit autorisant le Marché à faire, à défaire, à construire, à déconstruire . Mais ce n'est pas cela la Démocratie . Cela s'appelle, tout bêtement, la politique .

    Quand la politique, au XVIIIe s., sous l'influence de la philosophie des Lumières, impliqua dans la société " la main visible de l'Etat juste " pour construire la pacification de celle-ci, cela s'appela la Démocratie . Mais quand, à partir du XIXe s., et jusqu'à aujourd'hui, les politiques " nconcédèrent " à la main invisible du marché " le soin de régler la marche du temps, la démocratie passa au magasin des accessoires du grand théâtre de l'imposture .

 

   Le trés libéral historien A. Gérard Slama, nous livre cette vérité toute crue dans le Figaro Magazine : " Les deux valeurs cardinales sur lesquelles repose la démocratie sont la liberté et la croissance ", dit-il . 

   Sauf qu'il faut comprendre, par Démocratie,  dans l'esprit de ce grand admirateur du capitalisme, " le système libéral " . A.G. Slama, est un adepte de ces " Ateliers sémantiques " modernes, qui fleurissent aux USA, officines chargées d'imposer au grand public, à travers le contrôle des médias, l'usage des mots, le plus conforme aux besoins des classes dirigeantes . Et ces tours de passe-passe autorisent des décalages d'une grande utilité .

   Voyons un peu de quoi cela peut avoir l'air !  En effet, si  l'on peut faire signifier au mot " Démocratie "  le sens du mot " libéralisme " - opération assez simple en soi -, comment va-t-on désigner ce concept qui nest l'essence de la Démocratie réelle : " le gouvernement du peuple par le peuple " ? Les " Ateliers sémantiques " n'ont pas mis longtemps à trancher . Ce sera : " Le Populisme " .

   Demander l'intervention du peuple pour fonder une nouvelle république ? Populisme !

   Demander un Référendum pour abolir le cumul des mandats ? Populisme !

   Et comme l'imagination des penseurs de ces officines mortifères n'est jamais en berne, ils ont trouvé encore mieux  : un syllogisme à toute épreuve .

   L'appel aux peuples, qui caractérise le populisme,  c'est aussi du nationalisme ! Et le nationalisme depuis les atrocités du XXe s. c'est du fascisme, donc, demander l'arbitrage du peuple c'est du fascisme . En peu de temps le démocrate est devenu un homme d'extrême -droite .

 

   Mais alors, me direz-vous, à quoi obéissent les "manipulés " qui , dimanche prochain, vont battre le pavé, en injuriant le Président de la République ?

   Certainement pas à une volonté démocratique !  Dimanche , nous assisterons à " l'accomplissement logique du projet  philosophique libéral ", né au XVIIe et XVIIIe s., un projet de " transformation radicale de l'ordre humain " dont  " l'ombre portée s'étend désormais sur la terre entière ", ( J.C. Michéa , L'empire du moindre mal ), et dont la démocratie est définitivement exclue .

 

 

   NB : réf . J. C. Michéa . " L'empire du moindre mal " . Ed. Flammarion . Février 2010 .

 

 


 

   


 

   .

Partager cet article

Repost 0
Published by regain2012 - dans Société
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Regain 2012
  • Regain 2012
  • : Pour un retour à la démocratie réelle où le citoyen redevient acteur de son avenir et cesse de déléguer son pouvoir à des partis ou à des dirigeants trop éloignés des souffrances des peuples.
  • Contact

Vous aimerez peut-être :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Recherche

Nuage de tags

Nombre de visiteurs en ligne

Il y a actuellement    personne(s) sur ce blog

Catégories

Liens