Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 mars 2013 6 23 /03 /mars /2013 15:25

" L'internationale réactionnaire :  Du passé faisons table rase / les fonctionnaires ne travaillent pas / le système des retraites est archaïque /  Les salaires sont trop élevés /  La politique de santé coûte trop cher ... " 

 

 

 

concrete_basement_wall_texture_by_fantasystock-469x239.jpg

 

 

 

   Comprenez-vous quelque chose à la situation financière de Chypre ? " A l'obscure clarté qui tombe des débats de nos étoiles économiques ", cela me paraît difficile . Comment comprendre que les banques d'un paradis fiscal qui reçoivent les dépôts  - plus ou moins gris - d'oligarques russes, et autres déposants se mettant à l'abri de leur fisc national sont sur le point de faire faillite ? Comment imaginer que des banques dont les activités représentent huit fois le PIB de leur pays sont au bord du gouffre ? Comment croire que le plan brutal d'extorsion de la petite épargne est le fruit d'une décision du gouvernement chypriote - comme on veut nous le faire croire aujourd'hui -  et non de la troïka  UE, BCE et FMI ?

   La question se résume en peu de mots, comme nous le disions, il y a peu . La folie qui aveugle les politiques et les financiers de nos contrées, les conduit à précipiter l'effondrement de leur propre système . Nous ne sommes pas engagés dans une stagnation de dix années des économies européennes, comme le prétendent certains observateurs, nous sommes engagés dans le processus de leur effondrement .

   Il suffit d'observer l'actuel  " cirque financier " organisé autour de la " pépite d'or " que fut Chypre, pour les dirigeants et les économistes européens, dans la dernière décennie, pour s'en convaincre .

      " Le secteur financier hypertrophié de Chypre, que les économistes ultra-libéraux considéraient , durant toutes les années 2000, comme la grande force de l'économie chypriote, se transforme maintenant en grand cauchemar . " ( Stavros Tombazos ) .

   Et tous les dirigeants européens savaient en faisant entrer Chypre dans l'Union Européenne, le 1er mai 2004, puis dans la zone euro en 2007, que c'était une économie artificielle et un paradis fiscal . La preuve en est que la parité de l'ancienne monnaie chypriote, par rapport à l'euro,  n'avait jamais été fixée et restait approximative .

   Dernière précision, que nos médias ont bien cachée, à la mesure de ponction de l'épargne, s'ajoute une demande européenne de baisse des salaires et des retraites de 15% , une baisse des aides au logement et la traditionnelle réduction des effectifs de la fonction publique .

 

   Cela étant dit, qu'en est-il de l'économie chypriote ? Elle rappelle, en modèle réduit, l'économie espagnole .

   Ce petit pays, où naquit la déesse grecque de la beauté, Aphrodite - la Vénus des Romains -  a un PIB de 17 Mds d'euros - 0.1% du PIB européen - . Durant les années 1980 - 1990, l'économie chypriote était fondée sur le tourisme, activité qui atteint ses limites au début de la décennie 2000 . Profitant de taux d'intérêts trés faibles, l'île se tourna vers les investissements immobiliers, la consommation  à crédit des ménages, et grâce à une législation trés lâche, vers l'activité financière - la spéculation : faire venir à Chypre tous les capitaux qui fuient les législations trop soucilleuses . A Chypre, l'impôt sur les sociétés est de 10%, comme en Irlande, avant la crise . Mais cela a un coût, les recettes fiscales sont trop basses pour maintenir longtemps un Etat- providence .

   Le déficit de la balance commerciale s'en ressentait, passant de 4% en 2000 à 12% en 2008, mais nos économistes néo-libéraux ne s'en offusquaient pas n'y voyant  que " les vertus de la finance à l'heure de la mondialisation " .

   Pensez-donc ! Le taux de croissance, entre 2001 et 2008 se maintint à 3.7% et, tenez-vous bien, le chômage était circonscrit à 3.7% également .

   Mais la tempête arriva sur l'Europe, à l'automne 2008 ! 

   La croissance tomba à 1.9% en 2009, puis 1.1%, puis 0.5% en 2011 avant d'être négative en 2012, à - 0.8% . Le chômage est passé entre 2009 et 2013, de 3.7% à 10% , et la baisse du pouvoir d'achat a été, dans la même période, de 10%, en raison des mesures d'austérité adoptées par la zone euro .

   Paradoxalement le système bancaire chypriote avait résisté à la crise de 2009, car il n'était pas impliqué dans les produits toxiques venus des USA . les apports russes lui suffisaient . Mais, la " pseudo-prudence " chypriote ne résista pas à la crise grecque . 

   Quand les marchés se déchaînèrent sur Athènes, les banques de l'île virent arriver des achats de la dette chypriote,  en capitaux fuyant Athènes, les taux montèrent, et avec ces rentrées, les titres grecs étant au plus bas, elles achetèrent de la dette grecque, - pour cinq Mds d'euros -  pariant sur un retour à la normale un jour ou l'autre .

   Sauf, qu'entre temps, la troïka a effacé une partie de la dette grecque, les banques de l'île y ont perdu trois Mds d'euros .

   Les pertes de la spéculation, le manque de recettes fiscales, la crise de l'immobilier - comme en Espagne, les ventes d'immeubles et les saisies se multiplient - les banques ne recouvrant plus une partie des crédits engagés , la crise du bâtiment liée à la baisse des investissements, la baisse de l'activité touristique liée à l'austérité européenne, tous ces facteurs conjugués ont mis les banques à genoux . Elles ont aujourd'hui un passif de 128 Mds d'euros, 7.5 fois le PIB du Pays . (1) .

   Et on le voit bien, c'est un système qui a conduit ce pays au " cauchemar " qu'il vit . Et l'on peut comprendre, que les responsables qui tiennent les manettes du système, ne trouvent plus, dans leur besace, comme réponse, que le vol .

   Et cela, n'est pas à banaliser, comme voudraient le faire croire nos  " étoiles économiques " !  Les 40 % de français qui viennent de déclarer que cela peut arriver chez nous, si la situation devenait trop compliquée, font seulement preuve de réalisme . 

 

   Face à ces évènements,  je me dis que l'intransigeance européenne est troublante . Pourquoi un tel acharnement contre un pays que l'on encensait encore, pour ses réussites artificielles, il y a à peine trois ans ? Et si l'Allemagne et la troïka cherchaient à faire un essai de sortie de la zone euro, à parir d'un petit pays, presque invisible, pour mesurer les effets d'une telle situation et inventer les outils de gestion de sorties futures ?

   Ne riez pas !  Ces " pingouins " nous ont habitués à pire depuis cinq ans, maintenant .

   Les risques techniques sont contrôlables, mais les risques psychologiques et politiques le sont-ils ?

   Un laboratoire d'essai, vous dis-je !

 

 

   NB : (1) . Eléments sur l'économie chypriote empruntés à l'article de Stavros Tombazos, professeur de sciences politiques à l'Université de Chypre . Site du Comité pour l'annulation de la dette du Tiers-Monde . CADTM .

 

 

   

 

    

Partager cet article

Repost 0
Published by regain2012N - dans Economie
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Regain 2012
  • Regain 2012
  • : Pour un retour à la démocratie réelle où le citoyen redevient acteur de son avenir et cesse de déléguer son pouvoir à des partis ou à des dirigeants trop éloignés des souffrances des peuples.
  • Contact

Vous aimerez peut-être :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Recherche

Nuage de tags

Nombre de visiteurs en ligne

Il y a actuellement    personne(s) sur ce blog

Catégories

Liens