Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 février 2013 4 07 /02 /février /2013 14:40

" Quand on enferme la vérité sous terre, elle s'y amasse, elle y prend une force telle d'explosion, que, le jour où elle éclate, elle fait tout sauter avec elle ." ( Emile Zola . " J'accuse " . L'Aurore . 13 janvier 1898 ) .

 (1) Question posée par Michel Polac dans la post-face à la publication du texte de Zola,  " J'accuse ", par les Editions Mille et une nuits en décembre 1993 .

 ( Illustration : cahiers-naturalistes.com ) .

 

 

D08_Aurore_janv_98.jpg

 

   Dans le déchaînement des libéraux et ultra-libéraux pour mettre à bas le modèle social français, et le remplacer par le système capitaliste fondamental : " Ceux qui font tout, n'ont rien, et ceux qui ne font rien, ont tout ", - ( Alexandre Jacob ) - une dénonciation radicale,  sans réserve - dans la veine du " J'accuse...! "- par nos élites,  de cette fuite en avant destructrice peut-elle être, seulement, envisageable ? La réponse est, avouons-le,  non !

   " L'ébranlement continu de toutes les conditions sociales, l'insécurité et l'agitation ... ", propres à l'ère capitaliste, comme le disait déjà " Le Manifeste du Parti Communiste ", en 1847,  ont encore bien des beaux jours, devant eux .

   Plus de " J'accuse ... ! " . 

   Et d'abord parce que le prestige des écrivains n'est plus ce qu'il était . Ils l'ont bien cherché d'ailleurs en se réfugiant dans un monde intérieur réduit à des problèmes d'alcôve, de mal-être existentialiste, de performance sexuelle, ou de dépression à cause d'amours mal gérées .

   Ensuite parce que les philosophes, qui avaient cru pouvoir prendre, un temps, la suite de ces écrivains égarés, se sont enfermés dans leur garage, passant leur temps à bricoler des concepts, comme d'autres bricolent des voitures, ne sachant plus lequel doit être placé au début du raisonnement, lequel trouve sa place à la fin, tant la linguistique a évolué, qu'ils ne savent plus ce qu'est le tout, ni ce qu'est la partie . Si vous ne me croyez pas, écoutez-les dans les débats télévisés, dans ces rares émissions qui se veulent encore culturelles : ils sont seuls à se comprendre . Et encore, parfois, on peut douter s'ils se comprennent eux-mêmes .

    Et les journalistes ?  Nous parlons, ici, des journalistes d'investigation, ces espèces de détectives à qui, les directeurs de médias confient " les affaires ", et que les gens qu'ils dérangent appellent " les fouilleurs de m... " .

   Ne vous y trompez pas, le système est huilé pour que ces " détectives " ne finissent pas leur enquête par un " J'accuse " du plus mauvais effet pour le journal . Tout le monde ne s'appelle pas Ernest Vaughan - le patron de l'Aurore, en 1898 - . Alors on spécialise les journalistes : affaires financières, affaires judiciaires, service politique, service culturel, etc ... Et consigne leur est donnée d'informer,  on donne uniquement des faits, pas d'explication, pas de commentaire, et certainement pas d'exégèse : allez ! Un petit micro-trottoir, par-ci, par-là .

   Le commentaire est réservé à l'expert, choisi, trié, à l'aise avec la pensée dominante . Le lecteur ou le télespectateur doit devenir un spectateur d'une comédie ou d'une tragédie, mais à travers le regard d'un témoin, le journaliste .

   Le journaliste de télévision ne doit pas penser, il doit communiquer . " Quand bien-même il interroge une crapule, il doit sourire ; et s'il se risque à une question indiscrète et n'obtient qu'une réponse mensongère, il ne doit pas exhiber le document qui pourrait confondre l'invité, ce serait malséant . "  Il passe à une autre question .

   Les campagnes d'opinion c'est fini, c'est trop dangereux . Cela revient à dire, que le " J'accuse ...! " de Zola, aujourd'hui, serait publié dans le " courrier des lecteurs ", et encore, s'il l'était .

   Les avocats ? Qu'attendre de gens dont les plus talentueux n'ont plus qu'une obsession : être invités sur les plateaux télévisés , non pas pour y plaider devant l'opinion la cause qu'ils défendent, mais pour se regarder  et écouter causer, afin de mesurer l'intensité de leur séduction oratoire .

   Enfin, osera-t-on se dire, que , peut-être, il est des individus qui peuvent reprendre le flambeau de la défense de la justice ? Les " amuseurs ", " les saltimbanques ", comme on les appelait autrefois . Comédiens, chanteurs, sportifs, pourquoi pas ? Cette hypothèse paraît compromise, quand on voit leur attitude à l'égard de l'impôt . Ce qui ne les empêche pas de venir traîner leurs guêtres de riches sur le canapé de Michel Drucker, a

fin de faire la promotion de leur dernier film, de leur dernier CD, ou de leur dernier livre écrit par un " nègre " .

   J'ai eu un petit espoir, ces derniers jours, à l'annonce de la parution d'une auto-biographie de Johnny Halliday . Mal m'en a pris, quand j'ai découvert qu'il se contentait de " zlataner " ses faux-copains, qui lui piquaient ses nanas, et la " gauche française " qu'il juge trés médiocre " . Oui, Monsieur et Madame !

 

   Ce constat affligeant pose cependant question ! Ne fallait-il pas aborder le sujet sous un tout autre angle ? Peut-être n'y a-t-il plus d'affaires ?

   Certes, aujourd'hui, faire sortir une grosse affaire est devenu trés difficile . Les puissants ont acquis de l'expérience et se font assister par des cohortes d'avocats, d'experts, de médecins, de communicants qui maîtrisent l'art de " noyer le poisson " . Mais la classe médiatique associée à la classe dirigeante a trouvé un système mieux rôdé encore, plus subtil . Il n'y a plus " d'Affaire ", parce qu'il y a des milliers d'affaires, et la presse n'hésite pas à faire éclater tous les mois de nouveaux scandales, mais sans danger, pour les individus concernés . Car la multiplication est fatale pour la découverte de la vérité . Tout l'art médiatique consiste à ce qu' une affaire efface l'autre : " le public est mithridatisé, bercé et s'endort sans avoir compris, ni les tenants, ni les aboutissants " .

   Il est vrai que Zola en appelait à la "conscience universelle " . Personne n'osera aujourd'hui utiliser un terme aussi démodé !

 

 

   NB :  d'aprés la post-face de Michel Polac, à la parution du texte de Zola par les Editions " Mille et une nuits " . 1993 .


Partager cet article

Repost 0
Published by regain2012 - dans Société
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Regain 2012
  • Regain 2012
  • : Pour un retour à la démocratie réelle où le citoyen redevient acteur de son avenir et cesse de déléguer son pouvoir à des partis ou à des dirigeants trop éloignés des souffrances des peuples.
  • Contact

Vous aimerez peut-être :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Recherche

Nuage de tags

Nombre de visiteurs en ligne

Il y a actuellement    personne(s) sur ce blog

Catégories

Liens