Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 février 2013 5 08 /02 /février /2013 15:06

" Il est tout un passé qui peut nous paraître, curieusement, à la fois proche et lointain , et les pédagogies ne manquent pas : l'optimisme mystique des saint-simoniens, l'autonomisme ombrageux des fouriéristes, le coup de force blanquiste, le marxisme et l'histoire, les réformismes à peine éteints et ceux qui renaissent trop vite, parfois de façon suspecte, les souvenirs de la Commune et les leçons de son échec, le congrés de reconstitution de l'Internationale en 1889, l'entrée des socialistes dans les institutions de la République bourgeoise, les premiers pas de la CGT, créée en 1895, et les centaines de milliers de travailleurs qui se persuadent, avec Eugène Pottier; que " le monde va changer de base " . ( Roger Bordier . Préface au livre " Le grand débat " . Conférences de Jean Jaurés, Paul Lafargue et Jules Guesde . Janvier 1896 . Editions : Le temps des cerises ) .

 ( Illustration :  photo Reuter / Christian Hartmann . L'Expansion  du 05/02/2013 ) .

 

 

99789_employees-of-french-car-maker-renault-demonstrate-aga.jpg

 

   Les bombes sociales se multiplient en France et le gouvernement s'inquiète . Grèves, débrayages, blocages d'usines, opérations usines mortes,  menaces de faire sauter leur usine - ouvriers de la  fonderie DMI de Vaux, dans l'Allier - : le durcissement des mouvements sociaux est bien là .

   Ce mardi 5 février, le Ministre de l'Intérieur, Manuel Valls ne cache pas ses craintes : " La colère sociale avec les conséquences de la crise économique et financière, la précarité, le chômage, les plans de licenciements est là, qui gronde depuis des années ... Mais aujourd'hui on assiste moins à des mouvements sociaux qu'à des implosions ou explosions sociales ..."

   Cette menace, à peine voilée : on écoute et on peut entendre un mouvement social mais on n'accepte pas une explosion sociale,  m'a interpellé . Je crois que ce ministre socialiste n'a pas pris la mesure de l'impact que ces propos peuvent avoir sur le moral de dizaines de milliers de travailleurs jetés à la rue .

   Et ce d'autant plus qu'on apprend que le 30 janvier dernier, une circulaire du Ministre, à l'attention des Directeurs départementaux de la Sécurité Publique, leur enjoint de surveiller étroitement les entreprises en difficulté afin d'anticiper " toute radicalisation des conflits sociaux " , " tous risques d'incidents ou éventuelles menaces sur l'outil de production " - qui ne s'appelle plus dans la bouche du ministre outil de travail - ... " On peut essayer de comprendre les raisons qui poussent des hommes et des femmes au désespoir, mais on ne peut pas admettre ces explosions sociales, on ne peut pas casser l'outil de travail ... " .

   A la suite de la circulaire les voitures banalisées de police ont fait leur apparition aux environs des usines en crise, parfois en nombre comme à l'usine Renault de Flins, et les inspecteurs des Renseignements Généraux n'ont pas hésité à prendre contact avec des délégués syndicaux .

   A juste raison, Bernard Thibaud, leader de la CGT, a mis en garde le gouvernement contre ces mesures qui peuvent être perçues par les travailleurs comme autant de provocations .

   M. Valls devrait être prudent . A l'automne 1948, un ministre socialiste envoya 60 000 CRS dans le bassin minier du Nord, contre 15 000 mineurs en grève, pour une revalorisation des salaires : cela fit six morts, des centaines de blessés et 3000 mineurs licenciés - mesure anti-contitutionnelle -  qui ne furent réhabilités qu'en 2011 . Ce ministre s'appelait Jules Moch .

 

   Le contexte social est fortement détérioré . Les dizaines de milliers d'emplois supprimés depuis des mois et ceux annoncés pour les années 2013 et 2014 : sidérurgie ( Arcelor-Mittal ), automobile ( Peugeot- Renault- Goodyear ), transport ( Air France ) , Chimie ( Sanofi ), agro-alimentaire ( Doux ) , soit 11 200 emplois chez Renault et 8500 chez Peugeot représentent une casse généralisée inégalée, depuis la deuxième guerre mondiale, et comme le dit le secrétaire général de la CGT, on voudrait que cela se passe " dans la plus grande discrétion et le plus grand silence " .

 

   Alors, abordons maintenant les sujets qui fâchent . Aprés cinq années d'un ébranlement, sans précédent, de la société, mené par un psychopathe de la politique, les Français aspiraient , non pas à une politique " normalisée ", la situation ne le permet pas, mais à une politique réparatrice, qui aurait commencé à panser les plaies laissées par l'irresponsabilité qui avait cours auparavant .

   Au lieu de cela, on leur a proposé un alignement sans réserve sur les politiques européennes : libre-échange anarchique, concurrence déloyale, austérité et rigueur budgétaire qui ne font qu'accroître le chômage , la misère et la plus grande incertitude sur l'avenir .

   Au lieu de faire un effort sur le pouvoir d'achat pour relancer la machine, on a annoncé des cadeaux supplémentaires aux entreprises - dont les banques - et sans contre-partie .

   Au lieu de combattre la finance , comme on s'y était engagé, on ne soumet au Parlement que des mesurettes techniques, trés doucereuses pour les banques : fausse séparation entre activités de dépôts et activités spéculatives ; Banque Publique d'Investissement qui n'apporte rien de nouveau, puisqu'elle ne fait que rassembler des dispositifs déjà existants . Et surtout pas de loi contre les licenciements boursiers . Et surtout pas - il ne faut pas plaisanter - de nationalisation provisoire de telle ou telle société, afin de préparer l'arrivée d'un repreneur sérieux .

   Par contre un bon débat médiatique sur l'exil fiscal des riches - qu'ils soient artistes, sportifs ou entrepreneurs - aurait pu détourner l'attention des travailleurs . Mais ces femmes et ces hommes dont la vie va s'écrouler dans quelques semaines ou quelques mois, quel que soit le montant des allocations-chômage, n'ont pas été dupes .

   Alors, on leur a offert, un autre débat, un débat surréaliste , à propos duquel, certains savaient que l'Eglise Catholique et une Droite réactionnaire allaient réveiller leurs vieux démons : le mariage pour tous . Relevons qu'on n'a pas joué avec le débat sur le cumul des mandats : cela aurait eu de la gueule, au moins, en montrant aux Français que le personnel politique se mettait aussi en cause .

   Un débat, le mariage pour tous, qui ne revêtait pas un caractère d'urgence absolue mais qui a accru, chez les travailleurs menacés, un réel sentiment d'abandon,  je n'ose pas dire le sentiment qu'on se moquait d'eux . En tout cas le sentiment qu'il y a bien deux France, qui vivent côte à côte, mais ne se rencontrent  jamais .

   Et là, nous sommes devant une interrogation politique : la stratégie de F. Hollande depuis huit mois est-elle la bonne ?

 

   Monsieur le Ministre, débarrassez-vous du manteau de " Père fouettard " que vous vous êtes attribué, et regardez avec plus d'attention le pays . Vous avez raison de vous inquiéter, mais vous ne vous inquiétez pas assez . Car ce qui menace le pays, ce ne sont pas des explosions sociales sporadiques, que vous contrôlerez, avec vos escadrons de CRS et de gendarmes mobiles . Ce qui menace le pays, c'est une crise politique majeure . Je ne suis pas sûr que vous mesuriez cet enjeu .

 

 

 

  

Partager cet article

Repost 0
Published by regain2012 - dans Société
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Regain 2012
  • Regain 2012
  • : Pour un retour à la démocratie réelle où le citoyen redevient acteur de son avenir et cesse de déléguer son pouvoir à des partis ou à des dirigeants trop éloignés des souffrances des peuples.
  • Contact

Vous aimerez peut-être :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Recherche

Nuage de tags

Nombre de visiteurs en ligne

Il y a actuellement    personne(s) sur ce blog

Catégories

Liens