Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 janvier 2013 2 01 /01 /janvier /2013 15:05

"  Ceux qui pensent arrêter leur regard sur l'horizon et se bornent à regarder ce qu'on voit, ceux qui revendiquent le pragmatisme et tentent de faire avec seulement ce qu'on a, n'ont aucune chance de changer le monde " . " ( Henri Lefèbvre ) .

 ( Illustration : gerardlesoeur.info ) .

 

 

 

imagesCAIZMRW7.jpg

 

   Hier soir, le Président F. Hollande présentait ses voeux au pays . Un discours sobre, loin de l'égotisme de son prédécesseur, vrai, au sens où il n'a point caché la réalité, ferme, quant à la direction qu'il a donnée à son action , mais terrible, par l'appel à la résignation que dégageait son propos .

   L'année 2013 ne sera pas l'année des utopies . D'aspiration au bonheur : point !

   S'il est difficile de ranger parmi les héros triomphants les porteurs d'utopie, il est encore plus compliqué d'envoyer au Panthéon ceux qui ne " regardent que ce qu'ils voient " .

   La force dévastatrice de l'utopie, " ce fleuve qui m'emporte, parce que je suis ce fleuve " dit José Luis Borges ( El Hacedor ), ce ne sera pas F. Hollande .

   Au centre de l'utopie, sa force immanente, il y a le droit au bonheur . " L'utopie est le désir du tout autre ", ( Jean Ziegler , l'Empire de la honte ) . Elle ne peut donc s'accomoder du recul du sentiment de solidarité collective, du triomphe de l'individualisme, de l'extension des inégalités sociales . Elle ne peut que commander la justice exigible . Elle exprime la liberté, la solidarité, le bonheur partagé dont la conscience humaine anticipe l'avènement . Elle est la source de la justice sociale et sans cette justice aucun bonheur n'est possible pour aucun d'entre nous . 

   Elle donne naissance à des mouvements sociaux, à des oeuvres philosophiques, à des recherches scientifiques, à la création artistique, au génie .

   Alors, il est bien vrai, que ceux qui ont oeuvré à la naissance de la justice sociale et au droit au bonheur des peuples, ont souvent fini leur vie, jeunes et par mort violente .  Dans le cas de nos révolutionnaires français, Saint-Just avait 27 ans, Babeuf 37 ans, quand ils  furent guillotinés  ; Marat fut assassiné ; Roux, le chef de file des " Enragés ", s'est poignardé . L'un des pères de l'Utopie, l'Anglais Thomas More fut décapité, en 1535 . Giordano Bruno périra sur le bûcher, à Rome , en 1600 .

 

   Je suis plutôt triste d'avoir à constater qu'hier soir, F. Hollande ne nous a proposé qu'un seul horizon . Celui de la dette et des déficits, c'est à dire celui du capitalisme financier qui n'admet le politique que dans la mesure où celui-ci l'aide à s'étendre . Avons-nous entendu un seul accent de révolte contre ce rôle nouveau que le capitalisme s'est octroyé, d'organisateur de la société ? Avons-nous entendu une seule parole de contestation contre cet ordre nouveau qui conteste sa prééminence au politique, donc au pouvoir souverain du peuple ? Avons-nous entendu  une seule mise en garde adressée à la grande entreprise mondiale et à ses propriétaires, qu'il allait se terminer le temps où elle s'est crue autorisée à bafouer les droits de la citoyenneté ?

   Avons-nous pu être rassurés, une seule fois, par une assomption du regard collectif qu'exige la lutte contre l'éruption des intérêts individuels, vision incontournable du sauvetage de la société de sa propre dislocation .

 

   Ce regard sur un discours somme toute anecdotique, apparaîtra "ringard " à certains . Cependant, retenons ceci : tout pouvoir, en ce qu'il incarne les contraintes qu'une société fait peser sur les individus, en ce qu'il est symbole d'effort, de discipline, de domination par autrui, lorsqu'il n'a d'autre prétention que la soumission aux forces qui combattent toute aspiration à l'émancipation, ne peut qu'exciter deux tentations : l'une, anarchiste, pour sa destruction , l'autre, interne, que j'appellerai, avec Jean Peyrelevade ( Le capitalisme total ),  " la dissociation individuelle " de ceux qui sont censés soutenir une telle politique .

   " Souvent les plus riches, oublieux de ce qu'ils doivent à l'Etat où ils sont nés, où ils ont été élevés, formés, éduqués, où ils ont établi leur prospérité, déplacent aisément revenu et patrimoine à travers les frontières pour aller là où l'impôt est le plus faible . Leur désir d'enrichissement les conduit à répudier leur citoyenneté . Leur internationalisme marchand en fait des apatrides . " Ce constat de J. Peyrelevade a été écrit en 2005 .

   A ne regarder que l'horizon, souvent, on ne voit que sa poche .

 

   C'est bien triste à dire, mais F. Hollande ne nous entraîne pas vers " l'U-topia ", le " Non-Lieu ", ce monde qui n'existe pas encore, de Thomas More, et ce faisant,  il laisse s'imposer une société, que dénonçait, déjà, en 1956, Raymond Aron : " une société animée par l'esprit de négoce et le désir illimité des richesses, guettée par la tyrannie des majorités anonymes ".

                                                                 " Il est temps de rallumer les étoiles " . ( G. Apollinaire ) .

 

   

 

 

   

Partager cet article

Repost 0
Published by regain2012 - dans Société
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Regain 2012
  • Regain 2012
  • : Pour un retour à la démocratie réelle où le citoyen redevient acteur de son avenir et cesse de déléguer son pouvoir à des partis ou à des dirigeants trop éloignés des souffrances des peuples.
  • Contact

Vous aimerez peut-être :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Recherche

Nuage de tags

Nombre de visiteurs en ligne

Il y a actuellement    personne(s) sur ce blog

Catégories

Liens