Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 juin 2012 3 13 /06 /juin /2012 14:45

" There is no alternative " : il n'y a qu'une seule voie possible . Margareth Thatcher, Premier Ministre Britannique, ultra-libérale, de 1979 à 1990 . ( Comprendre le néolibéralisme .)

" La croissance ne naîtra pas de dépenses publiques supplémentaires au moment où les Etats connaissent un endettement élevé ." ( F. Hollande , devant le Conseil Economique et Social, ce lundi 11 juin 2012 .)

   ( Illustration : pcinpact.com ) .

 

arton6910-77438.jpg

 

   Le billet de Laurent Mauduit, du 09/06/2012 sur Mediapart, m'a surpris, par son caractère résolument optimiste, je dirais même radical . " Finies les politiques d'austérité et de baisse du pouvoir d'achat ... La page du sarkozysme est définitivement tournée ...", dit-il . Et d'ajouter : " C'est donc cette page - du néolibéralisme à la Thatcher : TINA -, qui, sous les effets de la victoire de la gauche , sous les effets aussi d'une crise historique, est en passe de se refermer ."

   Je lis régulièrement et avec plaisir les billets de L. Mauduit, mais cette fois, son enthousiasme me laisse coi ! 

   Que signifie le propos de F. Hollande devant le CESE, lundi dernier, cher M. Mauduit, de votre point de vue , sinon que la dépense publique est bloquée ?  F. Hollande sait déjà que l'équation budgétaite sur laquelle il a basé ses soixante propositions est irréalisable : il lance donc un premier avertissement .

   L'annonce qu'il manque déjà dix Mds d'euros sur le budget 2012 - prévision de croissance surestimée par le gouvernement Fillon _ ,  confirmée par M. Sapin, et sur laquelle travaille Bercy, en vue du collectif budgétaire qui sera soumis au Parlement en Juillet, vient confirmer qu'il va falloir faire des économies tout de suite, car à cette date les recettes sont verrouillées, sauf à sortir du chapeau quelque taxe nouvelle qui risque de faire tâche, en début de quinquennat .

   Mais le problème majeur va se présenter en 2013 ! L'objectif d'un déficit à 3%, promis par F. Hollande à la Commission Européenne, est intenable . Les rumeurs sur ce constat et sur la demande de la France de le reporter d'un an ont filtré, et malgré les démentis officiels, les chiffres sont là, peu discutables .

 

   Le déficit , fin 2011, a été de 103 Mds d'euros, soit 5.2% du PIB . L'objectif 2012 était de 4.5% , mais , et P. Moscovici, ministre de l'économie et des finances, le reconnaît, il sera de 5%, ( à cause, entre autres, de ces 10 Mds qui vont manquer en 2012) , soit un déficit de 100 Mds d'euros .

( Le PIB de la France se situe à 2000 Mds d'euros, donc 1% d'augmentation du PIB, ou de réduction, représente 20 Mds ).

   L'objectif de 3% de déficit exigé par Bruxelles fixe le montant de ce déficit  à 60 Mds d'euros, pour 2013 .

   La réforme fiscale promise par le candidat Hollande : " Fusion CSG, Impôt sur le Revenu, ISF et l'augmentation des tranches d'imposition sur l'IR ", peuvent apporter à l'Etat 45 Mds d'euros supplémentaires, en année pleine, ce qui constitue déjà un prélèvement trés élevé , mais soumis à une croissance de 1.7% .Mais si elle n'est que de 1.2%, comme la prévoient Bruxelles et l'OCDE, il y aura des recettes fiscales en moins : sur la TVA, sur l'Impôt sur les sociétés, sur la taxe sur les produits pétroliers .

   Mais le Pacte de Stabilité Financière Européen, prévoit que chaque année, les Etats doivent réserver à la baisse globale de leur dette, 5% de la différence entre leur dette réelle et la dette souhaitée : soit 1800 Mds, prévision fin 2012, pour la première, et 1200 Mds pour la seconde, montant qui correspond à 60% du PIB . Les 5% de la  différence entre ces deux sommes, 600 Mds d'euros, représentent : 30 Mds d'euros .

   En 2013 donc, le déficit sera de : 100 Mds de fin 2012 ; des 45 Mds d'euros de rendement supplémentaire de l'impôt, si tout va bien, on doit sortir 30 Mds pour la réduction de la dette- les 5% européens - ; aprés cela, il ne reste que 15 Mds à mettre à la réduction du déficit . Celui-ci  s'établit donc à : 100 Mds moins 15 Mds, égale : 85 Mds , c'est à dire : 4.2% .

   Et cela, sans dépense publique supplémentaire .

   Les experts sont d'accord sur un point : freiner les dépenses nuirait moins à la croissance que de nouvelles augmentations d'impôts , en plus de celles déjà prévues ; voilà quelle va être la politique d'aprés les législatives : baisser la dépense publique !  N'est-ce pas le début de l'austérité, cher M. Mauduit ?

   


 

   

Partager cet article

Repost 0
Published by regain2012 - dans Politique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Regain 2012
  • Regain 2012
  • : Pour un retour à la démocratie réelle où le citoyen redevient acteur de son avenir et cesse de déléguer son pouvoir à des partis ou à des dirigeants trop éloignés des souffrances des peuples.
  • Contact

Vous aimerez peut-être :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Recherche

Nuage de tags

Nombre de visiteurs en ligne

Il y a actuellement    personne(s) sur ce blog

Catégories

Liens