Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 janvier 2013 5 04 /01 /janvier /2013 14:19

" La plupart des hommes préfèrent les illusions qu'ils se fabriquent eux-mêmes aux vérités inconfortables aperçues en un lointain ailleurs " . ( Platon ) .

( Illustration : lenuki69.com ) .

 

 

caverne-de-Platon.jpg

 

   Voilà plus de deux mille ans, Platon nous enchaîna dans une caverne, d'où nous ne sommes plus sortis . " Figure-toi des hommes dans une demeure souterraine, en forme de caverne, ayant sur toute sa largeur une entrée ouverte à la lumière ; ces hommes sont là depuis leur enfance, les jambes et le cou enchaînés, de sorte qu'ils ne peuvent bouger ni voir que devant eux ... " ( Platon : La République . Livre VII ) .

   Ils tournent le dos à l'entrée et ne voient que leurs ombres et celles projetées d'objets , au loin, derrière eux .par un feu allumé sur une hauteur . Leurs chaînes sont la conséquence de leur nature même :  les croyances, les certitudes, les convictions, les préjugés, les opinions, les habitudes ... Et la peur d'affronter l'inattendu, peur d'une rupture, d'un rejet, d'une transformation radicale des habitudes, si évidentes et si confortables .

   En un mot, les prisonniers de la caverne ne préfèrent pas s'interroger, ni remettre en cause l'ordre établi , car accéder à la connaissance de la réalité exige du travail et des efforts pour apprendre et comprendre .

 

   Plus de vingt siècles plus tard, nous sommes toujours enchaînés, mais le décor de notre caverne a un peu changé . " Imaginez une gigantesque salle de cinéma . En avant, l'écran qui monte jusqu'au plafond, si haut que tout cela se perd dans l'ombre et barre toute vision d'autre chose que de lui-même. La salle est comble . Les spectateurs sont emprisonnés sur leurs sièges , les yeux fixés sur l'écran, la tête tenue par des écouteurs rigides qui leur couvrent les oreilles . Derrière ces milliers de gens cloués à leur fauteuil, il y a , à hauteur des têtes, une vaste passerelle de bois, parallèle à l'écran sur toute sa longueur . Derrière encore, d'énormes projecteurs inondent l'écran d'une lumière blanche quasi insupportable . Sur la passerelle circulent toutes sortes d'automates, de poupées, de silhouettes en carton, de marionnettes, tenus et animés per d'invisibles montreurs ou dirigés par télécommande . Passent et repassent ainsi, se parlant et criant, des animaux des brancardiers, des porteurs de faux, des voitures, des cigognes, des gens quelconques, des militaires en armes, des bandes de jeunes de banlieues, des animateurs culturels, des femmes nues ...

   Sur l'écran, on voit les ombres que les projecteurs découpent dans ce carnaval incertain . Et dans les écouteurs, la foule immobile entend bruits et paroles ... Mais elle n'entend que la copie numérique d'une copie physique de voix humaines ... " . ( Alain Badiou . La République de Platon ) .

 

   Aprés la caverne et le cinéma, il fallait bien que le XXIe s. nous convoquât au théâtre : le Théâtre de " l'Europe " , 2013, boulevard des Italiens .

   Calés dans nos fauteuils d'orchestre, la tête bien prise dans un discours médiatique aussi obscur que la salle dans laquelle nous sommes enfermés, nous suivons , sur la scène européenne, elle,  largement éclairée par les projecteurs de la finance en folie, la déconstruction, d'une grande Idée .

   Et cette décomposition, nous refusons de la voir .

 

   C'est les crises politiques à l'Est, avec la Hongrie et la Roumanie en proie à des dérives d'extrême-droite ; c'est le refus d'un budget de relance économique pour les années 2014- 2020, emmené par le Royaume-Uni et soutenu par l'Allemagne, les pays nordiques, les Pays-Bas, ou la République Tchèque ; c'est l'Union Bancaire vidée de toute sa substance par les mêmes ; c'est la taxe sur les transactions financières adoptée seulement par une poignée de pays ; c'est enfin la notion  " d'Europe à la carte " qui porte un nom : " la brixit ", comprenez " Britain exit " .

   Elle consiste en ceci : " Oui au Marché Unique . ( La moitié des exportations de la Grande Bretagne se fait avec la Zone-Euro ) . Non au contrôle des banques . Non à Schengen ." En un mot : chaque Etat choisit, à sa guise, les politiques qui lui conviennent et sort de celles qu'il aime moins .

   Cameron prépare un référendum sur le sujet pour l'année 2013 : comble de l'hypocrisie politique . Non pas un référendum sur le maintien de la Grande Bretagne dans l'Union mais sur une demi-participation . Comme le dit un député britannique, une adhésion " de deuxième classe " . ( sic . ) Il fallait la trouver cette expression ! ( Consulter l'article de Ludovic Lamant sur Mediapart ) .

   Ajoutons à la scène qui se joue sur les tréteaux de l'Europe le double-jeu de Merkel - élections générales en son pays oblige - qui,  bien qu'opposée elle-même à cette idée, feint de se rapprocher , par moments, de Cameron .

 

   Cette décomposition avancée, condamne définitivement le choix de F. Hollande de soumission au Traité de Stabilité Financière :  la France reste plus isolée que jamais, au sein de l'UE .

 

  "Ce n'est pas dans les caves de l'Europe que se préparent les vérités nouvelles ." *

 

   *  Selon St Exupéry : " C'est dans les caves de l'oppression que se préparent les vérités nouvelles " .

 

   

   

Partager cet article

Repost 0
Published by regain2012 - dans Politique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Regain 2012
  • Regain 2012
  • : Pour un retour à la démocratie réelle où le citoyen redevient acteur de son avenir et cesse de déléguer son pouvoir à des partis ou à des dirigeants trop éloignés des souffrances des peuples.
  • Contact

Vous aimerez peut-être :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Recherche

Nuage de tags

Nombre de visiteurs en ligne

Il y a actuellement    personne(s) sur ce blog

Catégories

Liens