Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 février 2013 1 25 /02 /février /2013 15:06

" La philosophie est écrite dans ce vaste livre constamment ouvert devant nos yeux, je veux dire l'Univers, et on ne peut le comprendre, si l'on n'apprend d'abord la langue et les caractères dans lesquels il est écrit . Or, il est écrit en langue mathématique et ses caractères sont le triangle, le cerccle, et autres figures géométriques, sans lesquelles il est humainement impossible d'en comprendre un mot " . ( Galilée . Il Saggiatore . 1623 ) .

 ( Illustration : networkedblogs.com ) .

 

imagesCA7RU200.jpg

 

   Aujourd'hui, 10 000 milliards de décimales du nombre Pi  - 3,14 -  sont connues . Record détenu par deux informaticiens, un japonais et un américain, depuis le 17 octobre 2011, grâce aux calculs d'ordinateurs grands comme plusieurs terrains de tennis .

   Le nombre Pi a fasciné tous les savants, de l'Antiquité à nos jours : ses propriétés fascinantes en font un nombre d'exception, presque irrationnel . Pi a introduit l'irrationnalité dans les mathématiques .

   Cela a commencé, vers 1800 av. JC, avec le scribe Amhès, qui , à partir de la comparaison suivante : " l'aire du cercle de diamètre 9 est celle du carré de côté 8 coudées " a trouvé la première valeur de Pi : 3.16 .

   Les Babyloniens, 400 ans av. JC. ;  Archimède, au IIIe s. av . JC. ;  les Chinois vers le IIIe s. de notre ère s'approcheront au cent millième de la valeur exacte de Pi . Au IVe s. de notre ère, les Indiens, donnent , dans le Siddhanta la valeur, reconnue aujourd'hui, de  3.1416 . Ala fin du XIVe s. , les Arabes parviendront à 14 décimales exactes, l'Occident arrivant à 9 décimales, au début du XVIe s. 

   Le nombre Pi est à la base de toute mesure de l'espace clos parfait : le cercle , et donc de notre architecture, de notre urbanisme, de tant d'objets qui font notre quotidien . Pi a traversé 4000 ans d'histoire de l'humanité .

 

   Aujourd'hui, les savants qui ont remplacé Archimède, Ptolémée ou Galilée, et qui prétendent présider à nos destinées, s'appellent " les économistes " . Ils ont compris l'importance que peut revêtir l'adoration d'un nombre, un tant soit peu mystérieux, par les êtres humains, alors ils ont inventé le " PIB " . Vous savez, ce nombre, ils disent cet indicateur, chargé de mesurer la richesse du monde, plus précisément " la création de la richesse monétisable " . Il faut comprendre la production de tout ce qui peut devenir une marchandise .

   Pour ces nouveaux savants, la richesse ne peut être que quelque chose qui s'achète et qui se vend . Que l'on puisse être riche de bien d'autres choses ne leur effleure même pas l'esprit .

   Ils ont donc assis les vies de sept milliards d'êtres humains sur un PIB : Produit Intérieur Brut .

 

   Si vous voulez comprendre où ils veulent en venir, il suffit d'examiner l'information qu'ils nous diffusent depuis l'automne 2012, à des fins idéologiques .

   " En 2016, les Etats-Unis auront perdu leur première place dans le classement mondial du PIB, au profit de la Chine " ,(1),  les Etats-Unis , dans l'univers des économistes, représentant le Bien, et la Chine, le Mal . Mais que signifie ce PIB ?  Signifie-t-il, qu'en 2016, la Chine sera le pays le plus riche du monde, donc un pays trés dangereux, puisqu'il représente le mal ? Veut-on nous faire peur ? Ne voudrait-on pas, derrière cet affichage, nous masquer d'autres réalités ?

   Car, à la vérité, la réalité est tout autre . " Rapporté à la population de chacun de ces pays, cette nouvelle signifie seulement, qu'en 2016,  la richesse d'un Chinois atteindra 20% de la richesse d'un Américain " .(1) . Ce qui n'est plus la même chose .

   " Dans des pays trés inégalitaires, le PIB ne reflète ni ce qu'il advient des riches, ni ce qu'il advient des pauvres, pas même de l'ensemble de la population " . " La démarche juste serait de nous dire ce qu'il advient du revenu du plus grand nombre, et non de celui d'une minorité ". (1) .

   Quand on sait que les évolutions du PIB, son taux de croissance,  alimentent toutes les enquêtes internationales qui donnent lieu à ces classements de pays, dont sont si friands les médias, plus ou moins abscons, on ne peut que s'inquiéter .

   Quand on sait, aussi, que " les critères d'évaluation des politiques économiques déterminent ces mêmes politiques économiques ", (1), comme le montrent les politiques d'austérité européennes actuelles, on devine aussitôt tous les dangers que  l'adoration d'un tel " veau gras ", nous fait courir :  l'imposition de réformes socialement coûteuses et le plus souvent inutiles " sur la base de statistiques artificielles et arbitraires " .

 

   Affirmons-le sans ambage, si nous devons au nombre Pi les plus beaux monuments de l'histoire de l'humanité, si nous laissons faire, nous devrons au PIB, la plus grande catastrophe humanitaire de tous les temps . Car soyons clairs, le PIB menace la démocratie .

   " Une croissance - du PIB - qui ne bénéficie qu'à une fraction infime de la population et qui est préjudiciable à une part importante de cette même population, va rendre tous régimes démocratiques insoutenables " .(1) .

   Retenons une première leçon,  quand les médias, les think tanks, les ONG, les fondations  les fonds de recherche, sont contrôlés par une poignée seulement de privilégiés, seul le PIB fait autorité .

   Et les manipulations du PIB, nous entraînent , plus loin encore . Qui peut admettre que " l'on va résoudre le problème du chômage en multipliant à l'infini le nombre de salariés qui ne peuvent plus vivre de leur travail " ? (1) .

   Et si l'on retournait le concept de mondialisation, si utile aux économistes, pour nous faire avaler que tout est sous contrôle, grâce au PIB, mais que les sacrifices sont incontournables, pour leur dire que, justement, à cause de la mondialisation, les gens n'ont jamais eu autant besoin de protections, et qu'il n'est donc pas question de toucher aux protections sociales ?

 

   Entre ceux dont le futur - un indécent futur - est assuré et ceux que hante la peur du lendemain, la religion du PIB a dévoré tout espace de négociation . Avec le nombre Pi  les hommes ont négocié tous les espaces et les volumes possibles et imaginables . 

   Par contre, il faut partir à l'assaut du PIB, pour retrouver tous nos espaces de négociation et de progrés .

 

 

   NB : (1) . D'aprés l'article de l'économiste Jean Paul Fitoussi, dans le magazine Marianne No 827 : " L'économie contre la démocratie ", annonçant la parution de son prochain livre : " Le théorème du lampadaire " .

   

Partager cet article

Repost 0
Published by regain2012 - dans Société
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Regain 2012
  • Regain 2012
  • : Pour un retour à la démocratie réelle où le citoyen redevient acteur de son avenir et cesse de déléguer son pouvoir à des partis ou à des dirigeants trop éloignés des souffrances des peuples.
  • Contact

Vous aimerez peut-être :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Recherche

Nuage de tags

Nombre de visiteurs en ligne

Il y a actuellement    personne(s) sur ce blog

Catégories

Liens