Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 novembre 2011 1 14 /11 /novembre /2011 13:44

   " Le changement, voilà notre mot d'ordre...L'espoir a vaincu la peur, notre société a décidé qu'il était temps d'emprunter une nouvelle voie." ( Extrait du discours d'investiture du Président Lula. 1er janvier 2003.)oeil_bresil.jpg

 

 

   Le 1er janvier 2011, le Président Lula quitte le Pouvoir, au Brésil, dans une indifférence médiatique scandaleuse. Aucun bilan de l'action de ce dirigeant politique n'a jamais été fait par la presse inféodée.J'ai essayé de comprendre pourquoi. Je crois y être parvenu. Loin d'épouser la doxa ultra-libérale, cet ancien ouvrier syndicaliste a fait tout le contraire; il n'y a pas de place dans les médias de la pensée unique pour les iconoclastes. Même si Lula, sur deux mandats, hissa le Brésil, du sous-développement, au 8e rang mondial des puissances économiques.

   La première année, de son premier mandat fut difficile, car Lula dut affronter l'impatience et la colère des couches populaires, qui l'avaient élu, son premier souci étant de se libérer de la dictature du FMI. Il mit un an à accomplir les instructions de ce Fonds assassin.

   Une fois affranchi de cette tutelle, il put engager son propre programme . Un projet, dont le maître-mot est: cohérence, qui va sortir 50 millions de Brésiliens de la pauvreté, et qui aujourd'hui, est copié dans le monde entier, sauf en Europe ou aux Etats-Unis.

 

   Priorité aux plus démunis: mesures sociales.

 

   - Mise en place d'une" allocation pour les familles", qui va concerner 13 millions de ces familles, en échange de la scolarisation de leurs enfants et de l'acceptation d'un programme de vaccinations. Parralèlement, s'accélère le programme de constructions d'écoles.

   -Le " Programme Faim zéro": plan de sécurité alimentaire par la distribution de repas gratuits, dans les restaurants populaires, les écoles, les crèches, les banques alimentaires, les aliments étant obligatoirement fournis par l'agriculture locale, pour aider les petits paysans.

   -Le "Programme  Lumière pour tous", qui va permettre à 10 millions de foyers d'avoir l'accés à l'électricité.

   -Le" Programme citernes", qui permet d'amener l'eau potable au plus prés des zones rurales arides.

 

   Parralèlement, le gouvernement augmente le salaire minimum de 54% entre 2003 et 2010, et l'ensemble des salaires de 25% en moyenne.

   Le gouvernement exige des banques publiques qu'elles prêtent massivement aux entreprises et aux particuliers, puisque les banques privées refusent. Où l'on voit bien la nécessité d'un secteur bancaire nationalisé. Les taux d'intérêt diminuent.

   Au départ de Lula, 50 millions de Brésiliens sont sortis de la Pauvreté. Le taux de chômage est seulement de 6.5%.

 

   La Politique d'investissements , d'intervention de l'Etat, et le protectionnisme.

   Lula fait le pari en 2008 que le Brésil peut échapper à la crise, grâce au marché intérieur.

 

   Entre 2007 et 2010, le gouvernement injecte 260 Mds d'euros dans l'économie, en particulier sur la recherche; 400 Mds supplémentaires sont prévus d'ici 2014. Toutes ces mesures conjuguées, permettent au Brésil d'atteindre 21% de croissance en 2010.

  " Lula a fait de l'Etat le principal acteur de la croissance, comme en son temps Franklin Roosvelt" le fit, aux USA, avec le New Deal.( Marcus Figuereido, de l'Université de Rio.)

   Par ailleurs Lula ne va pas s'embarrasser du dogme ultra- libéral des frontières ouvertes toutes grandes. Il veut protéger son industrie. Ainsi, les fabricants étrangers se voient imposer, dans les produits qu'ils vendent au Brésil, la première année au moins 20% de composants fabriqués au Brésil, et 80% les années suivantes.

   Ou encore un relèvement de 30% des taxes sur les automobiles dont la fabrication n'est pas réalisée sur place, à hauteur de 65%.

 

   Le Président de l'Institut de Recherches Economiques Appliquées, Marcio Pochmann, résume fort justement le miracle brésilien, l'on a envie de dire, "Lulien":"Autrefois, à chaque fois que les Etats- Unis entraient en crise, le Brésil s'effondrait...Avec toujours le même cocktail: hausse des impôts et des taux d'intérêt,réduction des dépenses de l'Etat- sauf militaires( note de l'A.)-  réduction des programmes sociaux, car il fallait payer en priorité la Dette." Je crois que Marcio Pochmann aurait bien voulu ajouter, que grâce à Lula, le Brésil avait retrouvé son Indépendance.

 

   Alors, attention! Tout n'est pas réglé au Brésil. Il reste une grosse faiblesse, c'est le niveau d'instruction de la population: le taux d'analphabétisme est encore trés élevé.

   Ensuite, la crise qui s'aggrave en Europe et ses politiques d'austérité, de même qu'aux Etats-Unis, commence à poser des problèmes à l'industrie brésilienne.

 

   En tout cas, Lula nous a fait comprendre, et en a donné la preuve, qu'on sort de la crise par les augmentations de salaire et des aides sociales, pas par l'austérité.

 

 

Note: texte inspiré par l'article de l'hebdomadaire Marianne No:760 du 12 au 18 nov. 2011, sur le Brésil.

 


 

   


 

   

   

 


 

   

Partager cet article

Repost 0
Published by regain2012 - dans Economie
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Regain 2012
  • Regain 2012
  • : Pour un retour à la démocratie réelle où le citoyen redevient acteur de son avenir et cesse de déléguer son pouvoir à des partis ou à des dirigeants trop éloignés des souffrances des peuples.
  • Contact

Vous aimerez peut-être :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Recherche

Nuage de tags

Nombre de visiteurs en ligne

Il y a actuellement    personne(s) sur ce blog

Catégories

Liens