Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 juin 2012 7 17 /06 /juin /2012 15:01

" La Loi du 22 décembre 1979 - Présidence Giscard d'Estaing - portant sur : la prévention de l'immigration clandestine, est moins une loi destinée à  la prévention de l'entrée des migrants - l'immigration permanente est interdite depuis 1974 -  que sur les modalités de contrôle du séjour de l'ensemble des étrangers vivant sur le territoire national , même ceux régulièrement établis ...L 'expulsion, déjà, est érigée en instrument privilégié de cette politique : déstabiliser une part importante  des populations immigrées installées régulièrement en France ." ( Claude-Valentin Marie ) .

   ( Illustration : lequotidienalgérie.org ) .

 

imagesCANWI943.jpg

 

   Le travailleur clandestin est le bouc-émissaire, je devrais dire la proie de Mme Le Pen . Les Français qui la suivent, en ont fait l'auteur de tous leurs maux . Combattre une telle ignominie appelle à décrire d'abord la réalité politique de ce phénomène . Laissons pour aujourd'hui l'histoire lointaine et le nomadisme en vigueur sous les Mérovingiens . Contentons-nous de remonter aux années 1960 pour vérifier que le travailleur clandestin ne fut pas toujours en situation irrégulière .

   Voici ce que dit en 1962, grands débuts du Marché Commun Européen,  - Présidence Gh. de Gaulle -  le Directeur de la Population et de la Migration au Ministère du Travail : " La concurrence dans le Marché Commun ne sera supportable que si notre pays dispose d'une réserve de main d'oeuvre lui permettant de freiner l'inflation salariale dont l'année 2001 a marqué l'ampleur possible ... Un apport de travailleurs jeunes non cristallisés par l'attachement à un métier depuis longtemps pratiqué ou l'attrait sentimental d'une résidence traditionnelle augmente la mobilité d'une économie qui souffre des " viscosités "- admirez l'expression - auxquelles elle se heurte dans tous les domaines et en particulier en matière de recrutement ."(1)

   On se croirait en 2012 . Et ce monsieur de poursuivre : " La main-d'oeuvre algérienne - la guerre d'Algérie vient de se terminer - a le mérite de pouvoir être utilisée dans les zones ou dans des branches où sa mobilité vient pallier les inconvénients de la rigidité de structure de la main-d'oeuvre française ."(1) .

   Le premier Ministre G. Pompidou, sera encore plus clair , lors du vote du Budget 1963 : " Sur le marché, le Gouvernement est décidé à favoriser un meilleur ajustement de l'offre et de la demande, il le fera en favorisant l'entrée des travailleurs immigrés ...L'immigration est un moyen de créer une certaine détente sur le marché du travail et de résister à la pression sociale " . Voilà qui est dit !

   Et qu'est-ce qui est dit ? La revue patronale " Entreprise" vous l'explique trés crûment :" L'immigration est tout bénéfice si elle est le fait d'hommes jeunes et bien portants apportant généralement plus à la Sécurité Sociale qu'ils n'en reçoivent et qui contribuent ainsi à une meilleure répartition des charges qu'impose à la collectivité l'entretien d'une forte proportion  d'inactifs, ( les retraités ) . Leur présence est un frein au vieillissement de la population et donne à l'économie plus de souplesse dans la mesure où ce sont des gens trés mobiles, car ayant peu ou pas d'attaches familiales ."( No 704 du 8 mars 1969 ). (1) .

   Cette population immigrée favorise le remplacement des travailleurs français appelés à se reconvertir dans un encadrement de base des équipes d'ouvriers spécialisés étrangers , par exemple dans l'automobile et la métallurgie, favorisant ainsi la promotion sociale des nationaux . Que les ouvriers qui votent Mme Le Pen entendent bien cela .


   Cette politique encourage les entreprises à favoriser le travail clandestin . Explications !

   Une ordonnance de 1945 attribuait à l'Office National d'Immigration, organe administratif dépendant du Ministère du Travail, le contrôle des flux migratoires du travail . Qu'à cela ne tienne , les entreprises, comme dans les années 1920, vont aller, elles-mêmes, en toute illégalité, faire leur marché à l'étranger : " C'est l'époque des camions et des autocars remplis de portugais franchissant les Pyrénées pendant que les sergents-recruteurs de Citrën et de Simca transplantent des Marocains par villages entiers, de leur douar d'origine jusqu'aux chaînes de Poissy, de Javel ou d'Aulnay . Ce phénomène fait immanquablement penser à la traite des Noirs du XVIIIe siècle ." Qui écrit cela ? Le co-fondateur de l'UDF, ancien député du Val de Marne : Alain Griotteray . Les Immigrés, chez Plon .) (1) .

   L'ONI n'a plus qu'à régulariser , une fois ces travailleurs arrivés en France . Le phénomène est si ample que le Ministre du travail , J. Marcel Jeanneney,  en 1966 , se voit contraint de déclarer : " L'immigration clandestine n'est pas inutile, car si l'on s'en tenait à l'application stricte des accords internationaux, nous manquerions de main-d'oeuvre ." ( Les Echos : 29 mars 1966 ) . On croit rêver !

   Mais cette politique a une réalité : en trente ans, entre 1946 et 1974, 2.3 millions de travailleurs étrangers sont venus participer au redressement de la France ; sur ce nombre, 1.4 millions étaient entrés par les filières patronales, soit 60% , donc en toute illégalité . Mme Le Pen n'était pas encore née, pour hurler au loup !

 

   On ne peut clore cet aperçu sur l'histoire de la notion de " clandestin" sans évoquer l'instrumentalisation politique, au-delà de l'exploitation économique,  du " clandestin" comme " outil " de paix sociale .

   Les " clandestins" de ces années-là,  démunis en matière de défense de leurs droits, contraints d'accepter des statuts plus précaires , des conditions de travail plus pénibles, des salaires plus faibles, des garanties sociales plus restreintes - et cela est plus vrai que jamais aujourd'hui - ont permis aux travailleurs nationaux de préserver pendant quelques années leur statut protégé . Qu'ils ne l'oublient pas !

   

   Mme Le Pen , " l'immigration, notamment sous sa forme clandestine, a payé plus que son tribut économique et politique à la stabilité sociale qui a permis la croissance française ". ( Claude-Valentin Marie ) . Et son redressement à l'issue de la seconde guerre mondiale .

 

 

   NB : (1) . Citations empruntées à Claude-Valentin Marie . Billet inspiré par l'article du sociologue Claude-Valentin Marie : " Le clandestin, une figure sociale à géométrie variable ." ( Revue Pouvoirs , No 47 , PUF . 1988 ) .

 


   

 

    

Partager cet article

Repost 0
Published by regain2012 - dans histoire
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Regain 2012
  • Regain 2012
  • : Pour un retour à la démocratie réelle où le citoyen redevient acteur de son avenir et cesse de déléguer son pouvoir à des partis ou à des dirigeants trop éloignés des souffrances des peuples.
  • Contact

Vous aimerez peut-être :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Recherche

Nuage de tags

Nombre de visiteurs en ligne

Il y a actuellement    personne(s) sur ce blog

Catégories

Liens