Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 novembre 2013 4 21 /11 /novembre /2013 15:42

 

visu_639_editoPol-copie-1.jpg

 

 

" Les toutologues " : ils savent tout, ils ont un avis sur tout, ils discourent de tout, ils sont diplômés ès tout, ils sont spécialisés en tout, ils cherchent à briller avec tout .

( Illustration : France-Inter ) .

 

   " Les toutologues " sont en transe . Pensez ! Le Président et le Premier Ministre viennent de les prendre à revers . Ni dissolution, ni remaniement, ni renvoi tonitruant de ministre trop bavard, mais à la place, une réforme courageuse : rien moins que la " remise à plat de la fiscalité " .

   La preuve par neuf est fournie, au lendemain de l'annonce, par l'inanité des commentaires " toutologiaques " . L'un de stigmatiser le vent de panique qui a saisi l'exécutif et l'aveu de l'échec d'une politique fiscale ; l'autre de prédire que la droite entrera dans le jeu de la concertation, parce qu"elle n'a pas le choix, mais pour mieux détruire ce qui aura été fait, aprés sa victoire de 2017 ; un troisième y va d'un qualificatif sans nuance : " pitoyable ", parce que, à la veille des élections municipales, l'heure n'est pas au consensus : un autre souhaite dédaigneusement " bon courage " au gouvernement .

   Un toutologue , plus en verve, nous propose une analyse moins lapidaire : " C'est une oeuvre herculéenne : quatre années entrecoupées d'échéances électorales, cela ne suffira pas pour mettre en place le prélèvement à la source, la fusion CSG +IR, grand impôt progressif, en devant réaliser en même temps 60 Mds d'€ d'économies , en espérant en plus obtenir un rassemblement autour du concept républicain du consentement à l'impôt ... " . Sauf que, c'est oublier que le mandat présidentiel c'est cinq ans, et pas dix ; que des élections en France, et c'est tant mieux, il y en a chaque année,  et que prendre en compte cette situation, c'est ne plus rien décider du tout .

   Puis il y a les " toutologues " qui voient F. Hollande jouer son va-tout dans une proposition " suicidaire ", car c'est trés risqué de rouvrir le débat fiscal, si éruptif, si sensible, si brûlant, en ce moment .

 

   Et si nous examinions l'évènement avec calme ?  Oui, le coup de poker politique est " gonflé " ; oui, le gouvernement, au plus bas dans les sondages, avait besoin de tenter un coup ; oui, le gouvernement, avait besoin d'envoyer des signes à la gauche de sa majorité qui réclamait cette réforme .

   Oui, il faudra du courage, parce qu'entreprendre une réforme fiscale d'envergure, c'est s'attaquer à la forteresse de Bercy, contre laquelle bien des Ministres se sont cassé les dents . Mais le premier signal est encourageant : le renvoi, hier, dans la foulée de l'annonce, des deux Directeurs Généraux les plus puissants, du Trésor et du Budget, nommés par N. Sarkozy, n'est pas un acte anodin . SI les Financiers tiennent l'économie sous leur joug, les Inspecteurs des Finances tenaient Bercy et toutes les réformes anti-libérales venaient s'écraser régulièrement sur les rochers de ces deux Directions .

   Le Ministre de l'Economie et des Finances, concerné au premier chef, n'a pas été averti, semble-t-il,  de l'annonce de la mise en place d'une concertation ; ne disait-il pas, quelques jours avant, qu'il était hors de question de toucher à l'échafaudage fiscal ?

   Mais on peut comprendre la réserve du Premier Ministre :  il était souvent reproché à P. Moscovici d'être un peu trop docile devant ses grands directeurs . 

 

   Et si l'on faisait crédit au Premier Ministre d'une réelle volonté d'améliorer les choses, de vouloir " rendre l'impôt plus lisible, moins compliqué, plus juste " ; d'entamer les discussions " sans tabou ", comme il le dit ; de vouloir aborder, dans ces discussions, le sujet ultra-sensible de " la dépense publique " ?

   Forcément, l'affaire est trés complexe et périlleuse : personne ne va mettre les mêmes choses dans la notion de " remise à plat " ; chacun devine qu'il y aura au bout, des perdants et des gagnants, et que certains se sentiront le droit de reprocher aux politiques de leur avoir menti .

   Un autre écueil à éviter sera, pour ceux qui vont être appelés à discuter, de ne pas se laisser enfermer dans un débat technique qui occulterait les vrais enjeux : le débat aura besoin d'idéologie, et notamment de clarifications sur la destination de l'impôt . 

   J'accorde aux " toutologues " l'autorisation de dénoncer " une sorte d'auberge espagnole ", au départ ; mais si au bout du compte, cette négociation, nous amenait à revoir ne serait-ce, par exemple, que le financement de notre Protection Sociale ", en faisant qu'elle repose un peu moins sur le travail et un peu plus sur le capital, avouez que cela valait bien le coup .

 

   Enfin, s'il s'avérait qu'il ne s'agissait que d'occuper le terrain, de gagner du temps, et qu'il ne se passe pas grand chose, eh ! bien, ce sera l'incohérence de la politique de F. Hollande qui aura été mise sur la table et donc la fin définitive et totale de son autorité, voire de sa légitimité .

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by regain2012 - dans Politique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Regain 2012
  • Regain 2012
  • : Pour un retour à la démocratie réelle où le citoyen redevient acteur de son avenir et cesse de déléguer son pouvoir à des partis ou à des dirigeants trop éloignés des souffrances des peuples.
  • Contact

Vous aimerez peut-être :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Recherche

Nuage de tags

Nombre de visiteurs en ligne

Il y a actuellement    personne(s) sur ce blog

Catégories

Liens