Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 mai 2017 7 21 /05 /mai /2017 15:20

 Sous-titre : L'organisation recèle ses propres périls .

" Les masses iront toujours vers un césar " ( Georges Sorel, Réflexions sur la violence ) .

   " Une classe qui arbore en face de la société le drapeau de revendications déterminées et aspire à réaliser un ensemble d'idéologies, ou d'idéaux, découlant de fonctions économiques qu'elle exerce, a besoin d'une organisation. Qu'il s'agisse en effet de revendications économiques ou politiques, l'organisation apparaît comme le seul moyen de créer une volonté collective. Et  en tant qu'elle repose sur la plus grande économie de forces, l'organisation est, entre les mains des faibles, une arme de lutte contre les forts... L'ouvrier isolé se trouve en fait livré sans défense à l'exploitation de ceux qui sont économiquement plus forts... ( Robert Michels. Les partis politiques. Traduit par S. Jankélévitch en  1914.)

... Mais le principe politiquement nécessaire de l'organisation, s'il permet d'éviter la dispersion des forces contre l'adversaire, recèle d'autres périls... C'est que l'organisation constitue précisément la source d'où les courants conservateurs se déversent sur la plaine de la démocratie et occasionnent des inondations dévastatrices qui rendent cette plaine méconnaissable."  ( R. Michels.)

 

1137-VLAHOVIC.jpg

 

   Je ne veux pas rentrer, ici, dans le débat âpre qui opposa , à la fin du XIXe siècle, les syndicalistes révolutionnaires, tenants de la Révolution par la grève générale, et les sociaux démocrates,  partisans du parlementarisme et donc de l'organisation des travailleurs en partis politiques. Ce débat est tranché, les démocraties se sont construites tout au long du XXe siècle sur les partis politiques et leur pluralisme.

   Mon propos est de reposer la question, dans le contexte actuel où notre démocratie s'essouffle :  est-ce que les partis n'ont pas montré, dernièrement, leurs limites ?  Est-ce qu'il ne faut pas creuser de nouvelles pistes pour se rapprocher d'une démocratie plus directe, pour faire reculer, par exemple, la trop facile délégation des pouvoirs, la désastreuse formation des oligarchies dirigeantes des partis ?  " ...L'idéal pratique de la démocratie consiste dans le gouvernement des masses par les masses, conformément aux décisions des assemblées. Mais s'il est vrai que ce système limite l'extension du principe de délégation,  il n'offre en revanche aucune garantie contre la formation d'un état major oligarchique ", affirmait le sociologue allemand Robert Michels .

   Le philosophe français  J.J.Wunenburger résume très bien la pensée de Michels, me semble-t-il, et explicite la métaphore de ce dernier :  " Sur les plaines dévastées... "

   " ...Ce qui est en cause, c'est la mécanique des Partis... , dit-il  ... Sous la complexification croissante des affaires publiques dans les Etats modernes, le parti a tendance à se bureaucratiser, chaque représentant se spécialise dans des domaines techniques, ce qui donne en retour, à la direction du parti un poids hégémonique, puisque seuls les dirigeants seront à même de prendre les décisions d'importance politique. Les plus ambitieux ou chanceux des membres du Parti se consacreront rapidement à une lutte permanente pour la direction du parti, les autres deviennent d'authentiques professionnels, préférant, même en cas de désaccord avec le parti, continuer à y faire carrière, de peur de ne plus retrouver de responsabilités à leur mesure dans la société civile. Quant aux chefs,  ils se livrent à de cyniques manipulations d'appareil pour neutraliser leurs concurrents et pour mettre à profit des jeux de coalition et de factions,  afin de devenir les leaders charismatiques incontestés auprès des militants, avec souvent, d'ailleurs, le concours de la presse..."

     A cette fin,  l'idée préconisée  par  J.J.Wunemburger, de l'application du principe de subsidiarité, pour toute décision politique, au sein du parti, est tout à fait intéressante : faire prendre toute décision à l'entité la plus inférieure dans la hiérarchie institutionnelle, à même de la prendre, et toutes les fois que c'est possible.

 La démocratie, pour les anciens Grecs, se fondait sur un principe : " l'exercice par tous les citoyens de leur souveraineté libre et inaliénable, ce qui veut dire communauté publique,  les gouvernants n'étant que des magistrats chargés d'appliquer la volonté générale..." explique J.J.Wunemburger ) . Mais de là, à prendre exemple sur ce modèle, il y a un pas difficile à franchir . Aristophane, s'amuse déjà,  dans sa comédie " Les guêpes ", ( environ 430 av. JC ), de la propension des citoyens à vouloir être magistrats, si bien qu'un tiers de ceux-ci étaient des juges et que tout le monde voulait juger tout le monde .

Le fiasco des primaires de la droite et du Parti socialiste illustre à l'envi le défaut d'un tel modèle .

En ce moment, la question ici posée, de la place des partis dans la vie politique, est devenue brûlante . E. Macron veut gouverner au-dessus des partis comme en témoigne la formation de son gouvernement . Pour mener à bien son dessein présidentiel,  le champion réformateur  compte sur la " verticalité"  de sa gouvernance  par l'usage des réseaux sociaux pour continuer à mobiliser ses troupes et les technocrates de ses administrations centrales . Une " désintermédiation " d'où, partis et médias traditionnels seront en permanence contournés voire ignorés, comme en témoignent ses deux premières sorties officielles : visite à l'hôpital militaire de Percy - sans caméras - et visite aux soldats français, au Mali - avec des journalistes sous contrôle .

Chamboulement dans la méthode, ça paraît clair : big bang ? C'est autre chose . Il arrive qu'un big-bang se termine en " Boum ! "

Partager cet article

Repost 0
Published by regain2012 - dans Politique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Regain 2012
  • Regain 2012
  • : Pour un retour à la démocratie réelle où le citoyen redevient acteur de son avenir et cesse de déléguer son pouvoir à des partis ou à des dirigeants trop éloignés des souffrances des peuples.
  • Contact

Vous aimerez peut-être :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Recherche

Nuage de tags

Nombre de visiteurs en ligne

Il y a actuellement    personne(s) sur ce blog

Catégories

Liens