Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 mars 2012 2 27 /03 /mars /2012 14:12

" On gagne beaucoup plus par l'industrie que par l'agriculture, et plus par le commerce que par l'industrie ." William Petty . Political Arithmetic. 1678 . Cité par Daniel Cohen .Richesse du monde .Pauvreté des Nations .1997 .)

" La haine des campagnes a une origine simple : les élites sont toutes urbaines et tiennent toutes, des villes, leur légitimité politique ." ( id.)

  ( Illustration : villesvillages.centerblog.net ) .

 

imagesCA7MBITE.jpg

 

  Depuis trés longtemps, j'ai en moi l'intuition que les villes, et que dire des mégalopoles d'aujourd'hui, sont un problème dans le développement de nos sociétés . Je pense même qu'il existe, dans l'évolution historique de l'humanité, un véritable antagonisme entre les villes et les campagnes . Daniel Cohen évoque Jéricho, Athènes ou Rome pour dire que" l'affrontement entre villes et campagnes est le coeur éternel de l'histoire humaine ."

   L'histoire apporte des réponses qui  confortent ces intuitions .

   Que se passe-t-il, au milieu du Quatorzième Siècle, en pleine guerre de Cent Ans ? C'est l'arrivée de la poudre noire en Europe, introduite par les Arabes depuis la Chine, et avec elle les armes à feu : bombardes, couleuvrines, ancêtres des arquebuses font leur apparition qui rendent armures et remparts bien plus vulnérables que ne le faisaient les armes blanches .

   Aprés les défaites de Crécy et de Poitiers, la vieille chevalerie n'a plus sa place dans les combats . Par ailleurs les méfaits des Grandes Compagnies, dans les campagnes, lors des périodes de trêves, coûtent trés cher .

   La nécessité des armées permanentes s'impose aux princes européens mus par des volontés d'expansion, les futurs états modernes sont en pleine construction . La surenchère militaire entre la France, l'Espagne, l'Angleterre ruine les finances de ces Etats  . Avec cette nouvelle organisation, les besoins financiers des souverains deviennent exorbitants .

   La peste noire, entre 1347 et 1352, et les famines,  tuent  40% de la population européenne . Il y a donc dans les campagnes une sorte d'embellie, beaucoup moins de gens, pour davantage de terres libres . Les élites vont cesser de s'intéresser à la campagne, qui leur paraît ne plus être un problème- coupable aveuglement- ,  pour regarder vers la ville où des réservoirs de richesse, dans l'industrie et le commerce,  paraissent leur ouvrir les bras .

 

  Nous assistons à l'entrée officielle de la bourgeoisie dans l'économie et la politique . Ces élites économiques vont trés vite amadouer les Princes . Les campagnes, bien que plus peuplées que les villes, ne peuvent pas fournir aux souverains les recettes fiscales attendues ; le paysan consomme sur place sa production, seuls les surplus peuvent participer aux échanges . Mais en ville, les industries et le commerce des foires peuvent apporter aux souverains les rentrées fiscales si nécessaires à l'entretien des armées permanentes . La richesse fiscale des campagnes est donc trop mince .

   Par contre, "les villes, sièges du commerce et de l'industrie, sont le lieu de passage des échanges marchands les plus denses, ceux qui portent la promesse d'une fiscalité abondante ". 

   L'alliance politique entre le politique et la bourgeoisie est là, toute nue, devant nous . La bourgeoisie offre aux princes, sous forme de droits,  la part nécessaire des activités commerciales pour remplir leurs caisses ; en échange, les corporations,d'artisans, les guildes de commerçants obtiennent des rois " les monopoles d'exercice de leurs métiers" ; le capitalisme vient de naître .

   Les campagnes vont participer au système, indirectement : il faut que le prix des denrées vendues aux villes soit toujours le plus bas possible pour nourrir facilement une population urbaine qui va devenir toujours plus nombreuse .

   Le capitalisme est né, et avec lui ses premières contradictions . "On n'aide pas les villes en appauvrissant les campagnes ", dit encore Daniel Cohen .

   Mais les élites de l'époque ont une autre vision des choses . Elles comprennent trés vite que le danger le plus grand est au coeur de ces villes dont elles appellent de leurs voeux l'expansion . Ce danger porte un nom: les émeutes de la faim . Ce sont les révoltes urbaines qui déclenchent les coups d'Etat et les révolutions, pas les jacqueries . Tout pouvoir en place redoute les émeutes de la faim .

 Sachant que la moitié de la consommation urbaine est constituée de produits alimentaires, il faut donc maintenir les prix des produits agricoles artificiellement bas .

   Mais en faisant pression sur ces prix, on ruine les paysans les plus vulnérables qui se voient obligés de venir s'entasser dans les villes, où les aides aux indigents maintiennent une apparence de paix, mais bien précaire , car l'exode rural n'est pas maîtrisé .

 

   Admirons la mise en place d'un système que je qualifierai de " protocapitaliste", où l'économie se met au service de la politique . La règle d'or, si j'ose dire, en est : faire entrer le plus d'or possible, mais ne pas en laisser sortir . Un  protectionnisme caricatural y est la règle : soutien de l'état aux exportations, donc  aux monopoles chargés de" la guerre commerciale"à l'étranger; blocage des importations pour éviter le gaspillage des " richesses nationales" à l'étranger ; cela pour le commerce et l'industrie .

   Pour l'agriculture, c'est le traitement inverse . La circulation du blé est étroitement encadrée . On interdit par exemple les exportations de blé et l'on favorise les importations de cette céréale, car il faut nourrir les villes .

   A trop vouloir pressurer les campagnes, l'on sait que tôt ou tard les famines reviennent . L'on sait également comment ont fini ces systèmes, en France par une révolution et la fin de l'Ancien Régime .


   Malheureusement, on sait aussi que ce système est celui qui a cours aujourd'hui en Afrique, lutte entre les villes et les campagnes, aggravé par la corruption des élites  et un grand déficit de démocratie .

    C'est, avec plus de délicatesse certes, dans un meilleur "emballage" de communication, sous une couche de fausse-démocratie, ce qui se poursuit chez nous comme en Europe . Sauf, qu'aujourd'hui, s'est ajoutée à la chaîne un acteur , assez anthropophage : la grande distribution .

   Mais puisque les paysans veulent continuer à voter massivement pour le digne héritier de ces temps idylliques, grand bien leur face .

 

   Par contre, je crains que l'humanité ne s'effondre avec l'explosion de ces"centrales nucléaires"  que sont nos mégalopoles ingérables, à terme, sur tous les plans : hygiène, santé, environnement, fourniture d'énergie, d'eau potable, transports, pollution , sécurité ...

 

 

   NB : (1). Titre emprunté au dernier film muet de Charlie Chaplin en 1931 .

                   Article inspiré par le livre de l'économiste Daniel Cohen ." Richesse du monde, pauvreté des nations . Flammarion . 1997 .


   





 

 

   

Partager cet article

Repost 0
Published by regain2012 - dans histoire
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Regain 2012
  • Regain 2012
  • : Pour un retour à la démocratie réelle où le citoyen redevient acteur de son avenir et cesse de déléguer son pouvoir à des partis ou à des dirigeants trop éloignés des souffrances des peuples.
  • Contact

Vous aimerez peut-être :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Recherche

Nuage de tags

Nombre de visiteurs en ligne

Il y a actuellement    personne(s) sur ce blog

Catégories

Liens