Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 février 2013 5 01 /02 /février /2013 14:18

" Le jardin a continuellement suscité l'intérêt du sédentaire, du voyageur, du poète et du romancier ... " (1) .

( Illustration : selosse-sebastien.fr ) .

 

 

jardin-japonais.jpg

 

   " Le jardin traverse l'histoire des civilisations et opère un lien entre des cultures étrangères les unes aux autres à travers un jeu entre références mythiques et recherche d'une construction du chaos naturel ... Espace de dualité, il est à la fois site géographique réel et espace mythologique, symbolique et  idéologique d'un moment donné d'une civilisation ..."  (1) .

   Le jardin n'est pas la nature, il est une représentation de la relation que l'homme entretient avec la nature . Et tout commence avec le " jardin d'Eden ", dans sa double dimension de paradis terrestre et de lieu où s'exprima la faute d'Adam et Eve . C'est le mythe de notre double origine : la faute engendrant la chute de l'homme et sa rédemption par " le fils de l'homme ", le mythe chrétien ; c'est le mythe plus moderne, de la volonté de l'homme de s'ouvrir à la connaissance, voire de mettre en marche le temps .

   Il n'est pas inutile de rattacher ce premier mythe à celui de la Résurrection, au jardin de Pâques, évangile de Jean,  où Jésus, ressuscité, apparaît à Marie Madeleine en tenue de jardinier . La vision du jardinier par Marie Madeleine symbolisant les difficultés que rencontre l'homme à voir clairement ce qu'il voit .

   Que l'on croit ou pas, reconnaissons que cela " avait de la gueule ", et pardon pour l'expression .

 

   La mythologie grecque abonde en jardins idéaux , que ce soit les jardins d'Arcadie, terre de bonheur tranquille où les bergers vivent en harmonie avec la nature ;  le jardin des Hespérides, où l'ambroisie coulait à flots, jardin réservé aux dieux, car il était, à la fois, le symbole de la fécondité et le symbole de l'immortalité ;  ou les roseraies du roi Midas , ce roi de Lydie,  battu par les Perses et qui n'emporte dans son exil que ses roseraies .

   La rose, fleur d'Aphrodite et de Vénus, fleur de l'amour, traverse le temps et l'espace, de la Chine à la Perse, du Moyen-Orient à l'Occident .

 

   Le monde arabe nous a offert les jardins les plus sensuels qu'on puisse inventer : " le jardin arabe fait appel à tous les sens, châtoiement des céramiques, bruissement du vent et de l'eau, parfums des fleurs, chant des oiseaux, qui donnent au visiteur une vision du jardin céleste dont parlait Mahomet .

 

   Le Moyen-Age occidental nous offrira plutôt des jardins clos, des jardins protégés par des murs, " les hortus enclosus ", d'où nous vient l'expression de " jardin secret ", ce bout de notre âme que l'on refuse de dévoiler à quiconque . " L'hortus enclosus ", symbole d'une nature humanisée et idéale,  protégeait à la fois notre âme et notre Foi contre les tentations extérieures, mais aussi " les amours courtoises " des beaux damoiseaux et des belles damoiselles .

 

   Vint plus tard, le jardin Renaissance, son retour à l'idéal antique,  mais surtout son affirmation de l'harmonie dans la nature, de l'importance de la géométrie dans la perception des grands espaces, en un mot la réhabilitation de la perspective et l'importance du tracé .

 

    L'époque classique nous fera le don du jardin à la française qui se veut expression de la domination totale de l'homme sur la nature dans la transformation du paysage en oeuvre d'art, où Le Nôtre n'hésite pas à faire descendre le soleil dans ses miroirs d'eau .

 

   Le jardin japonais est plus complexe, qui allie dissimulation, le jardin ne s'offre jamais entièrement à la vue du visiteur ; miniaturisation, car la capture de la nature doit se faire dans les limites du jardin ; simplification, car tout ne saurait être que symboles .

 

   Le XIXe siècle et l'ère industrielle, à l'origine,  n'oublieront pas les jardins, inventant les jardins publics, les parcs urbains, les serres et leurs plantes exotiques .

 

   Le jardin, trés étroitement lié au mythe des origines, fit de l'homme un démiurge, transformant le chaos en monde organisé . Que reste-t-il aujourd'hui, dans nos sociétés où tout n'est que marchandisation,  de " ces architectes de jardin capables de séparer les éléments, de fixer de nouveaux pôles d'orientation " ?

 


   Les agents de " l'équipement " fleurissant des " ronds-points " que nous ne regardons pas, tant nous angoissent les réflexes du conducteur qui nous précède sur la voie de dégagement ;  les pépiniéristes qui nous vendent un mini-jardin, clefs en main ; les promoteurs immobiliers qui bétonnent les anciens " jardins ouvriers " qui occupaient la périphérie des villes ; les concours de la ville la plus fleurie ... 

  ... Et nos jardins d'hiver, dont on ne confie pas la décoration à un architecte ou à un jardinier, mais à un designer .

 

 

   NB : (1) . D'aprés Estelle Plaisant-Soler . Contribution au chapitre " Lettres " du site de l'Académie de Versailles .

  

 

   

 

   

 

   

Partager cet article

Repost 0
Published by regain2012 - dans philosophie
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Regain 2012
  • Regain 2012
  • : Pour un retour à la démocratie réelle où le citoyen redevient acteur de son avenir et cesse de déléguer son pouvoir à des partis ou à des dirigeants trop éloignés des souffrances des peuples.
  • Contact

Vous aimerez peut-être :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Recherche

Nuage de tags

Nombre de visiteurs en ligne

Il y a actuellement    personne(s) sur ce blog

Catégories

Liens