Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 septembre 2017 2 12 /09 /septembre /2017 14:07

   "C'est le peuple qui sera le juge suprême, c'est lui qui prononcera, c'est lui qui jugera, mais ce que nous lui devons, nous, aprés avoir affirmé devant lui et notre conscience, une idée, c'est de nous y tenir quels que puissent être les remous et les mouvements incertains de l'opinion, c'est d'y engager notre responsabilité personnelle . Ce sera moins dangereux que vous ne l'imaginez : les courants qu'on dit irrésistibles sont faits bien facilement de la paresse qu'on met à leur résister ."

   (1) . Jean Jaurès .Discours du 18 novembre 1908 . Cité dans le livre édité par le Centre et le Musée Jean Jaurès  .Exposition de septembre et octobre 1994 .

 (  Illustration : histoire.image.org )imagesCAR11NS5.jpg

 

   La campagne électorale récente donne des raisons à chacun , de désespérer, de se replier sur soi, de s'enfermer dans un égoïsme dévastateur . Tous les pièges qui nous ont été tendus par les " grands candidats ", et nous sommes bien loin de l'appel de Jaurès, se révèlent aujourd'hui, à nous, dans toute leur splendeur .

Le premier piège qui nous était tendu résidait dans ces discours de la plus grande nudité  gestionnaire , froidement monétaires et économiques, au nom de la crise , complètement extérieure au problème français, purement d'origine spéculative  .  On ne parlait plus de spéculation , mais de compétitivité économique, de compétitivité des entreprises, de compétitivité mondiale . Le changement sémantique n'était pas anodin . Les dérives financières, noyau dur de la crise,  étaient occultées . Ainsi ne parlait-t-on plus de s'attaquer aux rouages de la spéculation ; on était revenu à la vieille antienne : poids du coût du travail, poids des charges patronales,  mais surtout pas du parasitisme des actionnaires . Glissement sémantique anodin ? Sûrement pas ! Revenir à la question des coûts , c'est à dire pour le travailleur, qui préfère la simplicité , son  salaire et ses cotisations, c'était préparer l'opinion à la nécessité de geler l'un et augmenter l'autre . 

 Les grands enjeux, l'école , la recherche , la formation n'ont eu droit qu'à des incantations . Mr Macron nous ne voyions rien dans votre programme , qui pût rappeler " les germes d'un futur meilleur  " tels que les appelait de ses voeux Jaurès .

Un deuxième piège nous attendait avec les errements catatoniques du Président sortant empêché de se représenter pour cause de haute trahison . Certes reconnaissons lui une cohérence  irréfragable : le quinquennat a commencé par un racket fiscal inconnu jusque-là, sur les classes moyennes et populaires pour se terminer par un magnifique cadeau aux entreprises avec le CICE et les baisses de charges patronales sur le travail .

   Avec le nouvel élu, nous avons déjà droit au discours gestionnaire, plus clair que celui de son prédécesseur : c'est aux pauvres de payer . Ajoutons-y " les boules puantes" - injures aux Français - que lui et son entourage vont continuer de balancer et qui font partie de la stratégie d'enfumage sur les vrais problèmes .

Le troisième piège, pour détourner nos votes, était bien connu, il a trente ans d'âge, c'est le " Vote utile ": et cette année encore, il a bien fonctionné Il n'y aurait eu que trois discours valables, à la hauteur, pensent même certains . C'était le mécanisme du " racisme de l'intelligence ", dénoncé par Bourdieu . Certains détenaient la vérité, " les sachants " les autres, " les riens ", n'avaient qu'à suivre. C'est la manipulation des sondages sur le score de Marine Le Pen, contre qui on ne pourrait faire barrage qu'en votant massivement pour E. Macron, dés le premier tour . 

   Il s'agissait de donner un score de maréchal à E. Macron contre deux tentations extrémistes : France Insoumise et Front National .

   Un quatrième piège nous menaçait : la folle insouciance des apparatchicks socialistes qui n'avaient tiré aucune leçon du coup de tonnerre de 2002, tout à leurs guerres intestines, pour occuper les postes les plus flatteurs et les plus rémunérateurs .

Faisons un petit retour en arrière, sur la défaite de L. Jospin en 2002 .  Fut-ce bien un hasard ? Voter utile c'était échapper à un nouveau  21 avril 2002 ? 

   Mais qu'est-ce qui avait fait perdre Lionel Jospin en 2002, qui ne réunit que 16% des suffrages ?  Des erreurs, des mauvais choix politiques, l'arrogance des caciques du PS  qui croyaient la victoire acquise . Et certainement pas les autres candidatures de gauche .L'abstention fut élevée dans les couches populaires désespérées par les socialistes . Or l'abstention favorise le Front National, c'est amplement vérifié .

   Que disait Jospin à ces couches populaires ? " L'Etat ne peut pas tout... Mon programme n'est pas socialiste ...", afin de ne pas effrayer l'électorat du centre .

   Qu'ont fait ses Ministres des Finances, Strauss-Kahn et Fabius  ? Alléger, déjà,  les impôts des riches, libérer les " stocks options ". Et que fait son gouvernement, en fin de mandat, pour plaire à la CFDT et aux Verts ? Mettre en place " les 35 heures " - excellente idée - mais dans la précipitation, dans le désordre, dans l'impréparation,  en accordant au patronat  20 Mds d'euros par an,  pour  dédommager les entreprises, 20 MDS, que nous payons toujours . Et en ajoutant à cela une faute politique énorme : exclure les ouvriers et employés des petites entreprises de moins de vingt ouvriers de ce dispositif.

   Qui avait désespéré la classe ouvrière , en l'oubliant ?

 

   L'introduction de ce blog est faite des dernières phrases du Germinal de Zola : " La germination des siècles futurs ", qui rejoignent l'appel de Jaurès dont j'ai fait mon titre, aujourd'hui . Pourquoi ?

   Nous avons besoin d'hommes et de femmes politiques qui ne nous promettent pas que de réparer les dégâts de la finance , mais d'hommes et de femmes qui nous proposent aussi de poser les bases d'un " vrai futur " .

 

   

   

 

   

Partager cet article

Repost 0
Published by regain2012 - dans Politique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Regain 2012
  • Regain 2012
  • : Pour un retour à la démocratie réelle où le citoyen redevient acteur de son avenir et cesse de déléguer son pouvoir à des partis ou à des dirigeants trop éloignés des souffrances des peuples.
  • Contact

Vous aimerez peut-être :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Recherche

Nuage de tags

Nombre de visiteurs en ligne

Il y a actuellement    personne(s) sur ce blog

Catégories

Liens