Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 octobre 2012 2 30 /10 /octobre /2012 16:15

      Sous-titre : comment les rendre meilleures ?  ( Réédition de septembre 2011 ) .

 

 

front_populaire_jpg.jpg

 

 " L'ironie de l'histoire mondiale met tout sens dessus dessous. Nous les révolutionnaires, nous les chambardeurs, nous prospérons mieux par les moyens légaux que par les moyens illégaux et le chambardement...Le mode de lutte de 1848 est périmé aujourd'hui , sous tous les rapports." ( F. Engels. A l'occasion de la réactualisation du Manifeste.)

 

   Le thème de l'insécurité fut un sujet important de la récente campagne électorale, comme il le fut en 2007 et en 2002 . D'ailleurs il le fut aussi dans la campagne des primaires socialistes. Nicolas Sarkozy a tout fait pour que depuis dix ans, le sujet soit dans la tête de tous les Français.

   Ce que je voudrais dire c'est que ce n'est pas nouveau . Aujourd'hui , avec l'aide appuyée de certains médias, l'on a caractérisé deux groupes sociaux dangereux : les Immigrés et les jeunes. A coups de unes de journaux, de journaux télévisés débordants de faits divers au quotidien, de précisions sur les nationalités des délinquants, ou sur leur âge, on instille dans notre esprit cette notion de groupes dangereux. Le Front National joue sa partition sur le thème,  Nicolas Sarkozy joua la sienne en son temps : la stigmatisation des Roms, en tant que groupe ethnique, le démontra . Les dérapages du journaliste Eric Zemmour, parmi d'autres, en furent,  récemment, une illustration révélatrice .

 

   Je l'ai dit, ce n'est pas nouveau, c'est  une stratégie permanente des classes dirigeantes, même si elle peut prendre des formes différentes.

   Tout au long du XIXe siècle la bourgeoisie a organisé en dogme un concept : LES CLASSES DANGEREUSES . Cela voulait dire, les classes pauvres sont des classes dangereuses.

   En 1838, l'Académie des Sciences Politiques et Morales récompense le livre  d'un obscur fonctionnaire de la Préfecture de la Seine, intitulé : " Des classes dangereuses de la population dans les grandes villes et des moyens de les rendre meilleures."( Cité par le philosophe J.C.Milner, dans un article publié par l'Humanité du 13.01.2004 ).

   Cette peur du pauvre est certainement un héritage de la Révolution Française. Que disait ce brave monsieur:"... Classes nombreuses, classes malheureuses, classes vicieuses, classes laborieuses et classes dangereuses..." On répondit à cette peur par de la charité et par beaucoup de Répression. Aujourd'hui, on dirait au Karcher. Et pour les classes vicieuses, peut-être bien la racaille de nos banlieues.

   Au début du XXe siècle on parle moins de classes dangereuses. IL est vrai que la bourgeoisie a trouvé un autre ennemi : le Communiste. Qui ne se souvient de l'image du Moujik, un couteau entre les dents. Parallèlement on tente aussi  de traiter les difficultés par le progrés social ,  parce que les luttes ouvrières poussent à cela.

   Mais une chose me trouble. Depuis trois décennies, la science se mêle de théoriser la peur du possédant, en édifiant des concepts sur la  " Violence ouvrière."

   Même le grand Bourdieu y a apporté sa pierre: " Une classe qui comme la classe ouvrière n'est riche que de sa force de travail ne peut rien opposer aux autres classes que sa force de combat qui dépend de la force physique de ses membres, c'est à dire de leur nombre, de leur conscience et de leur solidarité..."

   La sociologue Isabelle Sommier étudie , elle, les actions spectaculaires des militants de la CGT, vite assimilées à des actions de violence comme le montrent les extraits suivants:" Les actions spectaculaires menées par la CGT lors de certains conflits... dérivent d'une conception d'ensemble de la virilité . Privés de capital économique et culturel, les ouvriers ne disposent en effet d'autre ressource que corporelle..."- le prolétaire ne  peut renvoyer "... que l'image d'une pure force musculaire... "  Savez-vous, toutes les femmes, de plus en plus nombreuses , engagées dans les conflits sociaux font toutes du catch à leurs heures perdues.

   Ou encore : "Dans une société où sont chaque jour de plus en plus dépréciées les valeurs de masculinité... l'affirmation identitaire se réduit à une théâtralisation de la force de combat..."

   Il y a même mieux : " Les représentations guerrières données par la CGT... permettent ainsi de prendre en charge certains ouvriers ou employés, grévistes désespérés, en les encadrant et en les soumettant à l'action pédagogique et canalisatrice des chefs syndicaux...

    Mais où veut-on nous amener?

   Complétons le florilège. Pour le philosophe A.Finkelkraut :  " C'est la nostalgie de l'épreuve virile comme critère d'identité..."  Le sociologue Michel Verret voit dans la violence ouvrière : "...la séduction de la mort..." . Pour des classes  dont la vie est une lutte permanente pour vivre, et si possible dans la dignité, on ne peut trouver meilleure description.

   

   Le consensus est trés fort pour dire que la lutte des classes est terminée, que les luttes revendicatives ne mobilisent plus, que l'individualisme a triomphé. Alors pourquoi réactiver cette peur des violences, des classes pauvres et vicieuses ? Peut-être parce que face à un corps électoral vieillissant  et  dont les plus anciens votent  massivement,  l'argument est d'une efficacité redoutable .

 

NOTE :  Les extraits cités, sont empruntés au site web de : " Cultures et Conflits " .

Partager cet article

Repost 0
Published by regain2012 - dans histoire
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Regain 2012
  • Regain 2012
  • : Pour un retour à la démocratie réelle où le citoyen redevient acteur de son avenir et cesse de déléguer son pouvoir à des partis ou à des dirigeants trop éloignés des souffrances des peuples.
  • Contact

Vous aimerez peut-être :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Recherche

Nuage de tags

Nombre de visiteurs en ligne

Il y a actuellement    personne(s) sur ce blog

Catégories

Liens