Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 août 2012 3 08 /08 /août /2012 13:20

      Réédition : article de décembre 2011 .

 "La croyance économique fondamentale des classes supérieures, le libre-échange, leur interdit de répondre aux inquiétudes et aux aspirations de la population". ( Emmanuel Todd. Aprés la Démocratie.Gallimard.2008).JUSTIC-1.JPG

 

   Face au vertige que nous donne la crise économique et financière, face à la volonté de la droite et d'une partie de la gauche, de nous imposer un régime politique nouveau, calqué sur les modèles anglo-saxon et allemand, les inégalités  comme état naturel, et l'autorité comme état nécessaire, chez nous, des traditions sont encore debout, qui peuvent le faire échouer si nous sommes mobilisés.

   Parmi ces  forces, il en est une que l'ex-Président n'avait pas mesurée, ou dont il minimisait l'importance: je veux parler de l'attachement des Français à l'égalité. La première année de son septennat l'avait montré, avec la confrontation de deux décisions: le bouclier fiscal pour les riches, les attaques contre les régimes spéciaux des retraites de soi-disant privilégiés : agents EDF, ou agents SNCF.

   Le résultat ne s'était pas fait attendre, quelques mois plus tard, avec une défaite cuisante aux élections municipales.

 

   Tout  Président devrait s'inspirer de l'approche anthropologique que nous propose le Démographe E.Todd. Il nous suggère de nous arrêter à certains" systèmes de moeurs" hérités du fonctionnement de la famille, dans divers pays, depuis des siècles.

   Ainsi, comment comprendre la préférence anglaise pour la liberté, disons plutôt les libertés individuelles, la "résistance allemande" aux notions de liberté et d'égalité, la passion française pour le couple liberté et égalité?

   E.Todd, nous invite à examiner la diversité des systèmes familiaux paysans traditionnels," structurés par des valeurs distinctes", mais qui concourent à la détermination d'idéologies et de politiques.

   Les études, de plus en plus riches et complètes, se sont multipliées depuis les années 1960, sur ces sujets.

   Le système familial anglais repose sur la famille mononucléaire et le privilège accordé à la primogéniture, droit d'aînesse dans les procédures successorales. Donc système inégalitaire, mais qui peut parfois s'assouplir, selon la volonté paternelle. Le fils aîné, à la puberté, part travailler chez un autre fermier, et dés qu'il se marie, il doit s'installer sur son propre domaine: pas de cohabitation familiale. Les autres enfants n'ont rien, ou peu, ils doivent donc se battre pour exister, bien qu'ayant un avantage, l'éducation et l'instruction, sur les enfants des non-possédants.

   Pour les anthropologues, il y a un lien évident entre la structure familiale et l'individualisme anglo-saxon, et l'attachement aux libertés individuelles, à la judiciarisation de la société, donc au parlementarisme. Mais la contre-partie de cet individualisme, c'est l'indifférence aux inégalités, et particulièrement sociales. Cette indifférence, fera de l'Angleterre" un pivot de la résistance" au modèle français. Ce n'est pas inintéressant, pour comprendre certaines attitudes contemporaines des Britanniques.

   Pour le modèle allemand, on relèvera, une pratique inégalitaire également, le fils aîné hérite , mais assortie d'une contrainte non négligeable, il reste sur la propriété, et l'autorité continue d'être détenue par le père. Système donc inégalitaire et autoritaire.

   Que se passe-t-il en France, qui expliquerait cette "passion viscérale" pour l'égalité, parfaitement incarnée par nos périodes révolutionnaires: 1789, 1848, 1871.

 

   Il faut pour cela examiner la situation des pratiques familiales du grand Bassin Parisien, creuset de la Nation française. Depuis des siècles, l'héritage s'y pratique selon un critère " frénétiquement égalitaire",  tous les enfants ont droit à la même part, filles y compris.

   On retrouve ce système tout le long du littoral méditerranéen. Dans les autres régions s'installent des systèmes mixtes, avec une spécificité bretonne, proche de la tradition anglaise, ou celle de l'ouest du Massif Central, dans le Limousin : tradition égalitaire et communautaire; les enfants héritent à égalité mais doivent rester sur la propriété et travailler en commun l'ensemble. Certains sociologues y voient les sources d'un attachement , non démenti tout au long du XXe siècle , à l'idéologie communiste dans ce coin de France.

 

   Alors, bien sûr, il faut prendre en compte les évolutions récentes, de ces dernières décennies : la disparition progressive de la paysannerie, les  phénomènes d'urbanisation, de désindustrialisation,les diverses vagues d'immigration ,  les crises économiques...

   Mais attention, cet attachement à l'égalité vient de trés loin, il explique mieux que notre ascendence supposée gauloise, les soubresauts révolutionnaires de notre peuple, une marche chaotique vers la Démocratie, peut-être, mais à mon sens plus solide q'une marche par trop apaisée. Solidité que nous devons, me semble-t-il,  aux grands hommes qui ont fait la IIIe République.

   Il explique, paradoxalement,  un certain succés du Lepénisme, aspect dont nos commentateurs établis, professeurs à Sciences Po, parlent peu , et pour cause, ils en font partie, je veux parler du discours "anti-élites" cher à Marine, que son père traduisait par "l'estableshiment". C'est un point que les caciques socialistes devraient étudier de prés.

   Je repense aux évènements de 2005, dans nos banlieues, que certains, par confort intellectuel, ont voulu réduire à un conflit ethnique. Moi je prétends qu'il fut une revendication égalitaire d'abord, aprés une explosion contre les provocations d'un Ministre de l'Intérieur irresponsable, ou plutôt "apprenti-sorcier."

 

   Je veux poursuivre cette mise en garde à ceux qui veulent, comme à droite mais aussi à gauche, nous conduire vers une démocratie à l'anglo-saxonne, dite apaisée, parce que construite sur une alternance douce, entre deux partis, qui auraient un projet commun.

   Nos racines ne le permettent pas. Car à la passion égalitaire d'une moitié de la France, il faut ajouter des modèles trés divers, parfois contradictoires. Nous avons cité le modèle Limousin, le modèle breton côtier, joignons leur le modèle matriarcal de la Bretagne intérieure,  celui du sud ouest moins égalitaire mais plus libéral, le modèle du piémont des Pyrénées plus autoritaire mais en même temps trés autonomiste, voire encore le modèle alsacien de type germanique, avec tout proche un système jurassien assez communautaire.

   On voit bien que toute cette diversité ne peut nous conduire vers des consensus politiques qui banaliseraient l'inégalité instituée, qui feraient accepter un gouvernement des élites destructeur. 

   Elles sont là nos défenses , qui ne laisseront pas les jouisseurs d'un monde qu'ils croient fait pour eux, se vautrer dans la misère des démunis.

 

   En France, la passion de l'égalité "enrayera" toute tentative de nous faire aller au stade pour assister " au long et pacifique  match de tennis politique" entre deux partis qui joueraient la coupe de  l'alternance, tout en nous tondant.

 

NOTE: texte inspiré du livre d'E.Todd, "Aprés la Démocratie". Gallimard.

 


   

 

   

Partager cet article

Repost 0
Published by regain2012 - dans Société
commenter cet article

commentaires

Scam Support OmniTech 04/09/2014 13:41

There is a clear link between family structure and the Anglo-Saxon/ I’m sure the anthropologists are going to look into this issue with great interest. May be it could take a bit longer. Importantly success has been assured.

Présentation

  • : Regain 2012
  • Regain 2012
  • : Pour un retour à la démocratie réelle où le citoyen redevient acteur de son avenir et cesse de déléguer son pouvoir à des partis ou à des dirigeants trop éloignés des souffrances des peuples.
  • Contact

Vous aimerez peut-être :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Recherche

Nuage de tags

Nombre de visiteurs en ligne

Il y a actuellement    personne(s) sur ce blog

Catégories

Liens