Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 février 2013 3 27 /02 /février /2013 14:09

" La lampe de la pauvreté n'est pas lumière " . ( Proverbe persan ) .

 ( Illustration : photos.internautes.com ) .

 

 

lampadaire-1089760642-1641348.jpg

 

   Le 4 mars prochain, l'économiste J. P. Fitoussi publie un livre, " le théorème du lampadaire ", (1) où il s'en prend aux instruments de mesure de l'économie, PIB, dettes, déficits et autres indicateurs, avec lesquels on nous aveugle, afin de ne pas nous laisser voir les vrais problèmes, un peu, " comme le lampadaire qui , la nuit, éclaire une partie de notre rue, mais laisse dans l'obscurité le reste du paysage ". ( Hervé Nathan . Marianne No 827 ) .

   J.P. Fitoussi pousse plus loin son raisonnement en nous montrant comment sont inversées les valeurs . On fait du respect de ces indicateurs une " pseudo-vertu ", et l'on classe comme ringarde la lutte contre les inégalités et la pauvreté .

    On pourrait traduire ainsi sa pensée : les hommes politiques qui devraient être des " laveurs de vitres " qui nous permettent de mieux voir le monde, l'obscurcissent, en fait, afin de nous cacher les vrais enjeux .

 

   On peut trouver un exemple concret de tels détournements dans le domaine de l'agriculture européenne . A l'automne 2012, et malgré le silence des grands médias, on apprenait que l'agriculture allemande était passée devant l'agriculture française . La France n'occupait plus le premier rang des nations agricoles de l'Union Européenne . Les responsables français du secteur, tout occupés à faire inscrire la cuisine française au patrimoine de l'humanité, n'en revenaient pas . Et au salon de l'agriculture qui se tient actuellement Porte de Versailles, on ne parle que de cela .

   Les exportations agricoles allemandes ont doublé, en dix ans, de 2001 à 2011, passant de 30 Mds d'euros à 60 Mds . Le terrain conquis par l'élevage allemand est impressionnant . En cinq ans, l'Allemagne a résorbé le solde négatif de ses échanges de volaille avec la France, les exportations de volailles allemandes passant de 110 millions d'euros à 180 millions et égalant les exportations françaises vers l'Allemagne, qui ne progressent plus .

   Pour la viande bovine, les Allemands nous ont littéralement lessivés, exportant vers la France presque le double de ce que nous leur vendons : 330 millions d'euros, contre 180 millions, et nous stagnons depuis 2008 .

   Pour la viande porcine, le solde se creuse aussi, et nous importons 32% de porc allemand de plus qu'en 2008 .

   L'Allemagne a donc nettement progressé ces cinq dernières années, dans le sucre, le porc, le lait et surtout la volaille . Moins dans les céréales, semblerait-il .

 

   Il est particulièrement intéressant d'examiner à quel prix ces progrés ont été réalisés, les conditions de ce développement résumant parfaitement le modèle germanique qui peut se moquer des règles européennes et de la concurrence non faussée le plus cyniquement du monde .

   C'est d'abord une agriculture productiviste, trés industrielle, trés concentrée, peu regardante sur les normes, qui a été mise en place, avec l'arrivée des Lands pauvres de l'ex-Allemagne de l'Est, lors de la réunification, il y a vingt ans, sur des espaces immenses et des terres à coût peu élevé .

  C'est ainsi, par exemple, que le cheptel porcin est en constante augmentation mais que le nombre d'exploitations a été divisé par deux, en dix ans, la quart des éleveurs porcins ayant dû se reconvertir entre 2005 et 2010 .

   Côté volaille, alors que la France compte 8000 exploitations de 17 000 têtes en moyenne, l'Allemagne possède 1000 exploitations seulement mais de 60 000 têtes en moyenne .( Le Monde.fr du 22/11/2012 ) .

   On imagine les dégâts de l'élevage en batterie poussé à ses extrêmités, pour le bien-être  des animaux, pour l'environnement, et pour la qualité du produit : où sont les si puissants mouvements écologistes allemands ?

   Est-ce que, les coûts des investissements pour les aménagements et l'extension des bâtiments agricoles, en vue de respecter les normes sanitaires, mais qui altèreraient les gains de productivité, ne sont bons que pour les autres européens ?

  Récemment, plusieurs dizaines d'exploitations avicoles allemandes ont été soupçonnées d'avoir vendu des oeufs sous l'appellation bio ou de plein air, alors qu'elles ne respectaient pas la taille des cages définies par l'UE .

  L'agriculture allemande est résolument tournée vers les exportations à coups de subventions publiques, et d'une productivité cynique :  pas de SMIC dans l'agriculture ; emploi d'ouvriers polonais, dans les abattoirs à cinq ou six euros de l'heure ou de travailleurs Roumains et Bulgares dans les exploitations de l'Est, payés au taux de leur pays d'origine , contre la réglementation européenne . Tant et si bien que la France a dû déposer une plainte auprés de la Cour Européenne .

 

   Le lampadaire dirige sa lumière sur la réussite des exportations allemandes, sur l'absence de déficits du pays . Le lampadaire met dans la lumière l'intransigeante chancelière qui donne des leçons de morale à toute l'Europe . Mais le lampadaire ignore les recoins de la rue où " mijotent " les plats préparés de la compétitivité .

   

Partager cet article

Repost 0
Published by regain2012 - dans Economie
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Regain 2012
  • Regain 2012
  • : Pour un retour à la démocratie réelle où le citoyen redevient acteur de son avenir et cesse de déléguer son pouvoir à des partis ou à des dirigeants trop éloignés des souffrances des peuples.
  • Contact

Vous aimerez peut-être :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Recherche

Nuage de tags

Nombre de visiteurs en ligne

Il y a actuellement    personne(s) sur ce blog

Catégories

Liens