Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 mars 2013 2 05 /03 /mars /2013 14:50

 Sous-titre :  " La common decency " d'Orwell . 


 "  La logique de l'individualisme libéral, en sapant continuellement toutes les formes de solidarité populaire  encore existantes, détruit du même coup l'ensemble des conditions morales qui rendent possible la révolte anticapitaliste " . ( Jean Claude Michéa : les mystères de la gauche . Interview à Marianne, No 828, 2 au 8 mars 2013 ) .

 ( Illustration : 1984 d'Orwell . stygmate.propagande.org ) .

 

 

cover1.jpg

 

 

   " Le capitalisme est devenu un système économique, social et culturel total ", (1) .  Mode de vie forcément privé de tout sens - accumuler pour accumuler, disait Marx - inégalitaire puisque uniquement possible, selon la logique de l'accumulation - si la richesse se concentre à un pôle de la société, et l'austérité, la misère, à l'autre pôle , mais impossible à universaliser, dans un monde où les richesses sont forcément limitées .

   Relevons que, malgré les mensonges et les caricatures médiatiques, ces idées de bon sens commencent à être partagées par un public toujours plus large .

   Si ce constat peut paraître encourageant, souhaitons qu'il ne soit pas trop tard . Car, dans une société où tout conspire à créer un type d'être humain absorbé par la consommation et le plaisir du moment, à la fois cynique et conformiste, on peut se demander, si avec de tels citoyens, la démocratie pourra encore survivre longtemps .

   Le temps donc nous est compté !

   Le système capitaliste ne peut que s'effondrer - nous l'avons dit, les ressources de la planète sont limitées - mais, " sommes-nous sûrs que sa chute donnera naissance à une société décente, plutôt qu'à un monde barbare, policier et mafieux" ? (1) .

 

   Je reviens un instant à mon sujet d'hier, la gauche n'est plus la gauche . Dimanche dernier, le JDD publiait un appel de cent députés socialistes, appel de soutien aux accords dits " Accords Nationaux Interprofessionnels "- ANI - signés en janvier, et dont la transcription, dans la Loi, entre en discussion à l'Assemblée Nationale . Relevons, au passage, que cet appel, intervient, deux jours avant les manifestations organisées par la CGT et FO, contre cet accord , qui concrétise une quasi totale liberté de licencier . Une question toute bête vous vient à l'esprit, si vous essayez de penser par vous-même : comment fera-t-on reculer le chômage, si l'on commence d'abord par faciliter outrancièrement les licenciements ?

   " Cet accord marque la naissance d'un nouveau modèle social . Nous devons dépasser les débats du XXe s. entre lutte des classes et réformisme . Pour retrouver sa place dans la mondialisation, l'Europe doit inventer un nouveau modèle fondé sur la coopération . La coopération entre les forces productives, entre chercheurs, salariés, entrepreneurs ... Souplesse d'adaptation des entreprises et sécurisation des parcours professionnels des salariés peuvent se traduire par l'innovation, la mobilisation réactive et la valorisation des ressources humaines ... ", dit l'appel .

   On ne fait plus grève, on ne réforme même plus, on coopère . On n'entre plus en conflit puisqu'on a inventé " la mobilisation réactive " :  je vois la tête du gars de Peugeot qui va être licencié, en train de décrypter cette expression  imbécile . Ce texte illustre parfaitement mon propos d'hier .

 

   Que des organisations syndicales aient pu signer un tel accord, que les partis de l'alternance politique, puissent le promouvoir, car n'oublions pas, que le même texte, à peu de chose prés, fut proposé par N. Sarkozy, en janvier 2012,  juste avant qu'il ne se se lance dans la campagne électorale, tout cela montre bien que la partie pourrait être bientôt perdue par les classes populaires .

   Alors, à partir du dernier livre de J. C. Michéa, je me suis retourné vers la pensée de George Orwell, ce Britannique adepte d'un socialisme révolutionnaire, antistalinien, et plutôt méprisé par l'Intelligentzia française .

   La préoccupation première d'Orwell, c'est l'homme ordinaire , tout un chacun . Il a compris trés tôt que, si pour juger, nous nous appuyons sur nos expériences, notre environnement quotidien, il y a des forces , dans le monde moderne qui détruisent l'homme ordinaire, qui le coupent de sa propre expérience et qui font en sorte que cet homme ordinaire ne juge plus à partir de ce qu'il voit ou de ce qu'il entend, en le faisant prisonnier d'une déformation permanente de la langue .

   " Coopérer ", comme disent nos députés socialistes, c'est beau !  L'expression est plus douce que " rapport de force ", par exemple  . Et n'est-ce pas encore plus beau, quand on coopère à son propre déplumage ?

   Cela s'appelle remodeler les esprits .

   Et Orwell  propose alors, à l'homme ordinaire,  d'observer ce qui se passe autour de lui, les comportements spontanés de certaines personnes, qui hors de toute lecture imposée, réagissent selon un sentiment presque instinctif mais fondateur de notre humanité : " Il y a des choses qui se font et d'autres qui ne se font pas " . C'est une réaction qui nous vient, quelle que soit notre morale ou notre religion, c'est un sentiment d'injustice insupportable, un cri : " cela ne devrait pas exister " .

   Les exemples sont millions . Du curieux et des institutrices qui s'interposent, à une sortie d'école, entre la police et des enfants de sans-papiers , à ces vieilles dames - qui ne sont pas des militantes - mais qui apportent de quoi manger et de quoi se soigner dans des camps de Roms,  simplement parce que cela est insupportable .

   Ce ressort, Orwell l'appelle " la décence commune " - common decency - ; et attention, cela n'a rien à voir avec " le ras-le-bol ", c'est bien plus que cela : c'est le sentiment spontané de l'inacceptable .

   Orwell mise donc sur ce sentiment propre aux hommes ordinaires : il y a des choses qui ne se font pas " pour contrecarrer les manipulations politiques et culturelles qui tentent de nous asphyxier .

   Proche de cette idée, l'Américain Thomas Frank se dit que, les hommes politiques représentant l'idéologie dominante, obligés, pour se faire élire, d'adopter un discours de " l'inacceptable ", d'avancer des promesses de retour à plus de décence,  pour ensuite, une fois élus, proposer la privatisation d'une compagnie électrique, perdent , de plus en plus de crédibilité .

 

   " Il n'empêche que le temps nous reste compté, car la logique de l'individualisme libéral, en sapant continuellement toutes les formes de solidarité encore debout, fait reculer, peu à peu, l'ensemble des conditions morales  qui rendent possible la révolte anticapitaliste " .(1) .

 

   

   NB :  (1) . J. C. Michéa . Interview Marianne No 828 par Aude Lancelin .


 

   

Partager cet article

Repost 0
Published by regain2012 - dans Société
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Regain 2012
  • Regain 2012
  • : Pour un retour à la démocratie réelle où le citoyen redevient acteur de son avenir et cesse de déléguer son pouvoir à des partis ou à des dirigeants trop éloignés des souffrances des peuples.
  • Contact

Vous aimerez peut-être :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Recherche

Nuage de tags

Nombre de visiteurs en ligne

Il y a actuellement    personne(s) sur ce blog

Catégories

Liens