Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 février 2012 3 22 /02 /février /2012 13:57

"Ceux qui ont lu, enfants, Alice au pays des Merveilles, le conte de Lewis Carroll , se souviendront de la méchante Reine rouge . Celle-ci oblige Alice à courir continuellement, et quand Alice se plaint de ce que le paysage ne change pas, qu"elles n'avancent pas, la reine rouge lui répond qu'elle doit courir afin de rester sur place.

   Lewis Carroll utilisait cette image pour illustrer les lois de l'évolution naturelle . Celui qui ne lutte pas pour avancer et ne pas se laisser distancer doit disparaître .

   Pour ma part, je lis dans la parabole de la Reine rouge, le sort qui est fait, aujourd'hui, à tous ces salariés de la société ultra-libérale que l'on appelle les précaires ."

 (  Illustration : onauratoutvu.canalblog.com )

 

imagesCANU60XT.jpg


 

   "Je travaille, je galère...je travaille, je galère ...et ainsi de suite ...Je ne peux faire aucun projet, je ne peux rien construire, pas de famille, pas d'enfants ..." Ainsi me parlait récemment un de ces travailleurs  précaires que Sarkozy montre du doigt .

   C'est un jeune qui court, de petit boulot en petit boulot, et sait qu'il ne doit pas s'arrêter, ne serait-ce que pour souffler un peu, sinon il tombe . 

   Mais que s'est-il passé ces trente dernières années ?  Pour accompagner les folies du système financier , de nouvelles règles, dans la gestion de l'économie ont fait leur apparition, trés sournoisement.

   On peut les rassembler sous les termes de : transfert des risques !

   Les principes sont simples : les actionnaires ont décidé de transférer les risques courus par leurs dividendes sur les salariés . C'est depuis que l'on dit que les salaires sont devenus la variable d'ajustement .

   On le voit trés bien, en ce moment, en pleine crise pour les peuples, les dividendes n'ont jamais été aussi élevés .

   Le deuxième transfert des risques, c'est celui de la grande société vers les sous-traitants . Quand les commandes baissent, on annule en premier les contrats avec les sous-traitants , souvent des PME , pour qui ne reste que la faillite .

   Le troisième transfert des risques , c'est celui de l'entreprise vers l'Etat par le mécanisme du temps partiel, en temps de crise, dont l'Etat, donc le contribuable, prend en charge une partie .

   Le quatrième transfert des risques, c'est celui, encore une fois, des actionnaires sur l'emploi . Certains économistes le désignent sous le vocable de " Capitalisme paresseux ."

   Les actionnaires désireux d'encadrer leurs risques réclament au PDG qu'ils ont élu un rendement de 15%, par exemple, et lui imposent qu'au delà, parce qu'il y a un peu plus de risques,  il arrête tout investissement.

   Vous comprenez ainsi pourquoi l'on entend dire parfois que les capacités de production de notre pays, ou d'un autre, ne tournent qu'à 60%.

   Là se trouve, avec les délocalisations et la désindustrialisation, le vivier de millions de chômeurs . C'est dans cette logique des transferts de risques que se trouve l' explication des termes : le capitalisme n'a qu'un but , protéger la rente, et certainement pas l'emploi .

 

   Un tel système ne peut pas fonctionner sur l'ancien principe du contrat de travail : la soumission contre un CDI !

   Un tel système ne peut fonctionner que par la mise en place d'un nouveau fonctionnement dans l'entreprise : le précariat . Nous y sommes en plein . Il faut savoir qu'aujourd'hui, 60% des embauches se font sur des CDD de moins de un mois .

   Il faut savoir qu'aucune étude n'a pu démontrer qu'il existait un lien entre flexibilité du travail et baisse du chômage . La preuve par neuf est fournie par la France: 10% de chômage depuis des années . Et le modèle allemand, si cher à notre Président n'est qu'une énorme supercherie . Allez donc voir ce que donnent les petits boulots à un euro de l'heure, Outre-Rhin . Nos journaux télévisés ne disent rien des luttes qui se développent en Allemagne contre la politique de Mme Merkel .

   Le pays du compromis social est loin d'être calme .

 CDD,  intérim, temps partiel, contrats de mission, ne sont que des armes pour protéger la rente, casser les solidarités ouvrières, prévenir les conflits, obtenir la soumission brutalement, augmenter la productivité en exigeant des précaires toujours plus, sous la menace de la chute sociale .

   Comme je l'ai entendu de la bouche d'un de ces gars : " L'enfer" !

 

   Et au cas où toute cette brutalité ne suffirait pas, notre Président des couches populaires, avait trouvé une arme encore plus redoutable, au tout début de son mandat . Je regrette que les socialistes en parlent aussi peu . C'est la face cachée de la fameuse fusion de l'ANPE avec les Assedics, au nom d'une meilleure efficacité en faveur des chômeurs . Déjà !

   C'est la face cachée du vrai rôle de Pôle Emploi . Il suffit d'écouter les agents de cette administration, écoeurés par le rôle qu'on leur fait tenir .

   Un chômeur est suivi par le même agent, en ce qui concerne sa recherche d'emploi, et le réglement de ses allocations . Ce qui signifie que la même personne qui propose un emploi a le pouvoir de suspendre les allocations "dans la foulée", si vous le refusez .

   J'ai entendu un agent de Pôle Emploi dire qu'il y a peu de temps encore, les agents de l'ANPE suivaient des stages " d'empathie", pour apprendre à être à l'écoute  des usagers . A Pôle Emploi, c'est la menace que l'on vous apprend à manier .

   Vous comprenez pourquoi les radiations explosent, et pourquoi les chiffres officiels du chômage sont si loin de la réalité .

   Aprés ces quelques constats, je vous invite à écouter le Président-candidat avec prudence sur la  proposition d'un référendum à propos de la formation des chômeurs .

   Je vous invite également à demander à vos amis socialistes de faire passer un message à leur candidat : le précariat mérite un débat . Ce serait grave que le candidat socialiste ne s'empare pas de ce sujet .

 

   Comme je suis fatigué de dénoncer les dégâts du capitalisme financier, de l'ultra-libéralisme, des marchés , dorénavant je parlerai des massacres de " La Reine rouge" . Et tant pis pour l'erreur de casting sur la couleur . C'est de la faute de Lewis Carroll .



 

Partager cet article

Repost 0
Published by regain2012 - dans Société
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Regain 2012
  • Regain 2012
  • : Pour un retour à la démocratie réelle où le citoyen redevient acteur de son avenir et cesse de déléguer son pouvoir à des partis ou à des dirigeants trop éloignés des souffrances des peuples.
  • Contact

Vous aimerez peut-être :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Recherche

Nuage de tags

Nombre de visiteurs en ligne

Il y a actuellement    personne(s) sur ce blog

Catégories

Liens