Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 décembre 2011 6 17 /12 /décembre /2011 14:46

   A la demande du Congrés américain, et pour mesurer les effets de la Grande Dépression sur l'économie américaine,  l'economiste Simon Kuznets crée en 1934 une comptabilité nationale et invente le produit intérieur brut. ( Cité par Wikipedia.)sans-titre-copie-1.png

 

   Tous les médias nous annoncent que la France entre à nouveau en "récession", comme au début de la crise financière en 2008. Cela veut dire que le pays ne crée plus de richesse, que les ménages consomment beaucoup moins, que les entreprises n'investissent pas, que le chômage va fortement augmenter... Et ce, pendant au moins toute l'année 2012.

   Tous ces" mots" qui pleuvent sur nos pauvres neurones: récession, déflation, faillite, défaut, investissement ou le contraire, sont les enfants d'un concept que les économistes nous expliquent assez rarement. Allez-donc savoir pourquoi !

   Le Produit Intérieur Brut (PIB).Le PIB est un indicateur économique utilisé pour mesurer la production, dans un pays donné, et sur un temps donné, en général l'année. On le définit comme la valeur totale de la production de richesses, valeur des biens et services créés, moins les biens ou services détruits durant les processus de fabrication, dans un pays donné, au cours d'une année donnée, par les agents économiques résidant à l'intérieur du territoire national.

   Il est la traduction monétaire de l'activité économique d'un pays. A ne pas confondre avec la richesse globale de ce pays, il exprime une évolution, un flux, disent les économistes, car le patrimoine existant, par exemple, n'est pas pris en compte dans le calcul du PIB.( Cité par le site Wikipedia: Produit_int%C3%.) (1).

   Pour mieux comprendre, examinons comment se fait le calcul de cet indicateur, sachant qu'il y a trois manières de le calculer.

   La plus courante, et la plus utilisée, est l'approche par la production. On additionne  les valeurs de productions  vendues par tous les agents économiques,( biens, travaux, réparations, etc.),  c'est ce qu'on appelle les valeurs ajoutées des entreprises , ( entreprises, travailleurs indépendants, administrations, aussi bien dans l'industrie, l'agriculture, que les services), dites unités de production résidentes: produisant sur le sol français. La valeur retenue est la valeur "aux prix du marché"

   Les produits dits intermédiaires, ceux qui entrent dans la fabrication d'un produit fini, ne sont pas pris en compte, afin de ne pas être comptabilisés deux fois, par exemple: la farine qui est intégrée dans le prix du pain.

   Le calcul des valeurs ajoutées se faisant hors taxe, au prix de base,  il faut y ajouter les impôts.

   On peut résumer le calcul ainsi: "le PIB est la somme des valeurs ajoutées plus les impôts sur les produits( taxes, TVA) mais moins les subventions publiques." (Celles-ci concourant à faire baisser les prix à la consommation.) ( Site: brises.org/notion.php/produit-interieur-brut/PIB/croissance-economique.)(2)

   Insistons bien: l'activité économique est traduite en valeur uniquement monétaire.

 

   Précision: Ce qui est produit par des agents économiques français résidant à l'étranger, mais dont la valeur revient en France dans le cadre d'une maison mère, par exemple, vient s'ajouter au PIB, pour donner le RNB, revenu national brut, anciennement PNB: cet indicateur est surtout utilisé pour des comparaisons internationales.

 

   Un deuxième calcul du PIB se fait parfois, à partir de la demande faite aux unités de production résidentes,( en somme des commandes), pour la consommation ou l'investissement. Dans ce cas, il faut distinguer la demande extérieure, qui traduit le niveau des exportations, qu'on ajoute à la demande intérieure, et l'appel à des achats extérieurs, ce sont les importations, qu'il faut retrancher, car ce n'est pas de la richesse produite en France.

 

   Le troisième mode de calcul, se fait par une approche plus liée aux revenus distribués: addition des salaires, pour les salariés,  des bénéfices bruts d'exploitation, pour les entreprises , (aprés impôts et charges), des revenus mixtes pour les travailleurs indépendants. Là aussi, on ajoute les impôts et l'on retranche les subventions.

 

   Venons-en à ce qui est important pour nous: cet indicateur, dont on nous dit que toute notre vie est liée à sa bonne santé, mesure-t-il bien notre niveau de vie, voire les performances économiques du pays ?

 

   Le PIB prend-il en compte le travail au noir, la fraude ,l'évasion fiscale ? Oui, mais en partie seulement: l'estimation est basée sur les contrôles fiscaux vraiment réalisés. On sait que cette évaluation est loin de la réalité.( En 1995, le montant des corrections a représenté 6.5% du PIB.)

   On a vu que pour calculer le PIB ,  on part du prix de vente des produits. Mais dans beaucoup d'activités, il n'y a pas de prix de vente. Prenons la richesse produite par les enseignants: on prend la somme de leurs salaires plus les charges sociales. Mais un salaire peut-il mesurer l'investissement d'un professeur et l'efficacité de son action auprés d'un nombre d'élèves donné ? Bien sûr que non! (2)

   Comme la part du tertiaire a beaucoup augmenté ces trente dernières années: ce secteur pèse aujourd'hui 70% du PIB, en France. Les évaluations approximatives" pèsent lourd" dans la fragilité de cet indicateur.

   Autre exemple: le PIB n'intègre pas les activités domestiques, tenue de la maison, ménage, entretien, temps passé auprés des personnes âgées, parents ou grands-parents. Or ce sont bien des activités qui enrichissent la communauté nationale. Leur intégration ferait croître le PIB de 35%.

   Tenez, à titre de relativisation: le ménage, la garde des enfants, les cantines d'entreprise sont des activités qui par les transformations sociales, le travail des femmes, entrent aujourd'hui dans le calcul du PIB, parce que devenues marchandes. Mais il y a quelques décennies elles n'y entraient pas. Donc la création de richesse dans le PIB s'en est trouvée augmentée artificiellement.(2)

   La consommation des fruits et légumes de son propre jardin échappe à la vigilance des analystes de l'INSEE.

   Le bénévolat dans les associations caritatives et humanitaires n'est pas pris en compte, sauf par les salaires de quelques permanents: ce n'est pas pourtant quantité négligeable. Par contre des activités inutiles comme la Publicité y tient un bon rang.

   Est-ce que la recherche, les fruits de la recherche, peuvent se réduire aux salaires, par ailleurs misérables, chez nous, des chercheurs?

   La mise à disposition d'outils modernes, les logiciels libres, gratuits, qui vont intéresser des millions de personnes, n'entrent pas dans les critères du PIB.

   Prenons encore le cas d'une catastrophe naturelle: ouragan, séisme, incendie; le PIB ne prendra pas en compte les destructions: maisons, routes, usines;  il retiendra les reconstructions, mais souvent financées par des aides nationales ou internationales, si bien que dans ces cas l'on est vraiment dans le grand flou.

   Au passage, les activités politiques ne sont pas répertoriées.

   La critique la plus grave étant portée par les Ecologistes, à propos du fait que les destructions du milieu naturel ne sont pas prises en compte, et que la diminution des ressources naturelles ne le sont que trés imparfaitement: c'est pourquoi ils militent pour un " PIB vert."

 

   Une formule exprime bien la grande relativité de la fiabilité du PIB pour traduire l'évolution de la richesse d'un pays.

   "Prenons un pays qui emploierait 10% des gens pour détruire des biens, faire des trous sur les routes, abîmer des voitures, puis 10% autres pour réparer, boucher les trous... il aurait le même PIB qu'un pays qui emploierait 20% de gens pour se consacrer à améliorer l'espérance de vie, à maintenir le niveau d'éducation ou développer la culture."

   ( Jean Gadrey, Florence Jany-Catrice. "Les nouveaux indicateurs de Richesse" à La Découverte.2005.)

 

  NOTE: (1) site Wikipedia:produit_int%C3%

               ( 2) site:brises.org/notion.php/produit-intérieur-brut.

 


   

   

Partager cet article

Repost 0
Published by regain2012 - dans Economie
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Regain 2012
  • Regain 2012
  • : Pour un retour à la démocratie réelle où le citoyen redevient acteur de son avenir et cesse de déléguer son pouvoir à des partis ou à des dirigeants trop éloignés des souffrances des peuples.
  • Contact

Vous aimerez peut-être :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Recherche

Nuage de tags

Nombre de visiteurs en ligne

Il y a actuellement    personne(s) sur ce blog

Catégories

Liens