Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 février 2013 5 15 /02 /février /2013 00:00

 Réédition de mai 2012 .

  " Ces voix anciennes qui pourraient surgir, un jour, peut-être, de l'océan mental sur lequel flotte le monde d'aujourd'hui ." ( d'aprés Alexandra David Neel , à propos de la Chine . Sinologue . )

   ( Illustration : revue-medias.com ) .

 

 

imagesCAO7FVX9.jpg

 

   " La mondialisation est en route et il n'est au pouvoir d'aucun gouvernement au monde de s'opposer seul à sa progression ... Au contraire, chaque soubresaut, chaque incident de parcours, chaque accident, chaque erreur, fournit l'occasion , non d'une remise en cause, mais d'un durcissement . A chaque épisode, l'emprise augmente des fabricants de normes sur la vie des peuples ." ( J. Peyrelevade . Le capitalisme total . nov . 2005 .Seuil  ).


   Un seul exemple : le G8 qui vient de se tenir à Camp David, il y a quelques heures, et alors que l'Europe est sur le point d'imploser, n'a accouché que de phrases creuses sur la rigueur et la croissance .

 

   De l'Antiquité à la Renaissance, de la Renaissance au siècle des Lumières, et au-delà, jusqu'au XIXe siècle et à l'avènement de la première révolution industrielle, de grands penseurs ont pu contester, influencer, voire infléchir certaines évolutions politiques, économiques et sociales . Aujourd'hui, les grandes voix se sont tues . Le silence est tombé sur l'absurdité et les perversions d'une logique économique et financière sans cap pour l'avenir de l'humanité .

 

   Qui répond, aujourd'hui, aux "fabricants de normes", qui s'imposent à tous, à " ces préceptes", dont l'excellence est tous les jours réaffirmée et ne saurait prêter à discussion ? Personne ! S'il y a , ici ou là, quelques réactions, elles sont éparses et surtout locales . Existent-ils, ces penseurs, capables de livrer une critique de la civilisation contemporaine et de répliquer à sa violence ? 

   Dans son tout récent livre, le  philosophe André Guigot : " Qui pense quoi ? Inventaire subjectif des grands penseurs contemporains ", n'en trouve  pas . Il ne voit, devant lui, " qu'un paysage intellectuel désolé " . ( Chronique de Robert Redeker . Marianne No 787 du 19 au 25 mai 2012 .)

   Soyons moins sévères qu'André Guigot et reconnaissons que  bien des facteurs objectifs peuvent expliquer des silences qui ne seraient que des murmures de " voix bâillonnées " .

 

   Et rappelons que les censures éditoriales, médiatiques, de l'argent, existent toujours, voire sont plus puissantes que jamais . Rappelons que les philosophes people tiennent le haut du pavé médiatique, et ne sont pas particulièrement intéressés à dénoncer un système dont ils vivent, et même trés bien .

   Cela dit, il est plus intéressant de chercher à identifier des raisons bien plus profondes à cette situation .

   

   " Hier, la force militaire du conquérant a vaincu des civilisations merveilleusement élaborées ; aujourd'hui, le marchand a étendu partout ses réseaux - a mis en place sa force de frappe médiatique, sa communication - quand le sage n'est pas encore sorti de son village ...", ( J. Peyrelevade ), entendez, de son laboratoire à l'Université .

   Qu'est-ce à dire ?

   Les normes dévastatrices du système sont universelles : les " marchands" ont su mettre à leur service toutes les technologies de communication, de transport, d'échanges, les forums et les commissions confidentielles, toute l'intelligence technique disponible, parce qu'ils en ont les moyens . Ces normes qui traversent la planète, dans des allers et retours incessants sont hors de portée de l'intellectuel, qui, lui, travaille encore dans une démarche de " voisinage " , et trés souvent individualiste .

   Qui connaît à l'heure actuelle un seul forum international de philosophie, ou d'histoire ou d'anthropologie ? Alors que les forums médicaux, économiques, de l'armement sont foison ! 

   Le philosophe ne s'est pas encore mis à la vidéo-conférence ou à l'internet ; le dialogue n'est pas facile entre penseurs allemands, japonais brésiliens, russes, français , sur des sujets qui à la fois les concernent et les débordent tous .

   Les langues, les nationalités, les cultures différentes, les distances physiques sont des obstacles que les multinationales ont surmontés depuis longtemps . Du coup, le discours de l'intellectuel est  " fragmenté", alors que le nouvel espace économique est homogène et armé .

   Autre difficulté : les préoccupations des marchands sont trés " terre à terre", donc frappées du sceau de la simplicité, la pensée est plus complexe . " La complexité fragilise, là où la simplicité triomphe " . Faire du profit est d'un usage plus immédiat que la philosophie .

 

   Et pourtant la critique de l'intellectuel est un préalable à toute remise en cause et partant à toute réforme .

   Mais voilà, l'intellectuel a toujours eu tendance à mépriser, un peu, l'emprise économique . Cependant il faut qu'il entende, qu'aujourd'hui, il est déjà prisonnier des lois élaborées en dehors de lui, et que cela ne peut que s'aggraver .

   Devant les dangers qu'encourt la planète et l'humanité tout entière, il faut exiger de lui qu'il renonce , pour un temps, à sa raison d'être, l'étude, l'analyse, l'élaboration d'une vraie culture littéraire, philosophique, artistique, religieuse , pour se plonger dans l'anonymat de la sphère marchande .

   Il faut exiger de lui, qu'il s'extraie pour un temps, de la culture fondatrice de l'identité, car attachée à un territoire, à l'histoire d'un peuple, d'une nation, qu'il s'extraie de " l'accumulation de siècles de sagesse", pour aller s'occuper de " mécanismes frustes", mais mondiaux, où réside d'ores et déjà la source de tout pouvoir .

   Face à " l'immédiateté barbare d'une puissance nouvelle", le philosophe doit élever la " muraille des valeurs séculaires ". Mais en évitant un écueil ! La condamnation morale ne suffit pas ; pas plus que l'imprécation ou l'affirmation de sa solidarité avec les dominés . La malédiction prononcée contre un système, ne dit rien sur le fonctionnement d'un autre modèle . La condamnation éthique est plus commode que le long apprentissage du détail de la technique économique, de la décomposition de ses rouages, pour savoir lesquels changer, lesquels freiner, lesquels libérer . Car il faut démontrer avant de dénoncer . C'est cependant ce que nous attendons de nos intellectuels .

 

   Il reste quelque chose encore à dire . L'intellectuel critique a besoin du politique . Historiquement c'est contre les princes qu'il a acquis le droit de s'exprimer, et de façon indépendante . Les princes ont vite compris leur intérêt à accepter l'interpellation du penseur, le dialogue incessant avec lui, d'où ils tirent leur légitimité .

   Aujourd'hui, la situation a changé . Le Prince n'est plus là . L'intellectuel a en face de lui, des normes, produits d'une activité anonyme, d'experts, de consultants, de gestionnaires interchangeables , mais aucun " architecte" contre qui tonner .

 

   Alors, que faire ?  Avant que notre démocratie ne soit définitivement devenue " un placébo local" à un modèle définitivement installé, dont les règles, les mécanismes, les structures, seraient devenus la nouvelle culture, chers intellectuels, ressaisissez-vous, reprenez langue avec les politiques et réinventez le politique .

 

 

   NB : inspiré du livre de Jean Peyrelevade . Le capitalisme total . Seuil .2005

Partager cet article

Repost 0
Published by regain2012 - dans Société
commenter cet article

commentaires

Félix Lottin 25/05/2012 23:46


La sagesse même ne suffit pas à commander à l'être humain pluriel son intérêt déterminant, par laquel il atteindrait sa suffisance morale et matérielle en l'expression de la démocratie réelle,
qui se veut totale et sans distorsion.


Toutes les règles "démocratiques" ayant jusqu'ici échoué, en raison de manipulations extérieures et en dedans des masses, guidées imperceptiblement par des mains invisibles des pouvoirs
planétaires de l'argent-roi des multinationales "sataniques".


C'est donc le formatage politique de volonté, libre mais collectif, et de la conscience déterminée des peuples universels oeuvrant dans le seul intérêt de l'humain, qu'adviendra le salut, qui
reste à construire cependant. Il s'agit, en urgence, de commencer par le banissement des régimes bipartistes; ils assujettissent et conduisent les peuples à des régimes élisant un super prince :
le président de la République, "homme-à-tout-faire", unitile.


La lutte, la vraie, nous est proposée par le comportement des rapaces de l'organisation secrète Rotschilienne universaliste, contre laquelle aucune concession future ne doit être acceptée. Pour
ce faire, l'Union criminelle des commissaires européens et leurs valets Wall Street, FMI, Banque Mondiale, BCE et Cie, devraient subir la dictature des peuples de la démocratie réelle qui
commencerait par la résistance en Grèce. Ainsi changera la donne de l'Europe et du Monde. Cet espoir est on ne peut plus utile et prospective.  

Présentation

  • : Regain 2012
  • Regain 2012
  • : Pour un retour à la démocratie réelle où le citoyen redevient acteur de son avenir et cesse de déléguer son pouvoir à des partis ou à des dirigeants trop éloignés des souffrances des peuples.
  • Contact

Vous aimerez peut-être :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Recherche

Nuage de tags

Nombre de visiteurs en ligne

Il y a actuellement    personne(s) sur ce blog

Catégories

Liens