Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 janvier 2014 3 08 /01 /janvier /2014 15:03

"  Le danger que la langue de caoutchouc fait courir à l'intelligence est aussi menaçant que celui de la langue de bois " . ( Cornélius Castoriadis ) .

 ( Illustration : leplacide.com ) .

 

 

13-03-14-pape-francois-hollande.jpg

 

   Plus de langue de bois ! Lançons-nous ! Je le dis sans nuances : le pape François , au Vatican, est plus à gauche que le Président François , de l'Elysée .

   Il faut lire " l'Exhortation apostolique " , intitulée " Evangelis Gaudium " ( La joie d'évangéliser ), publiée le 24 novembre dernier par le Vatican et dans laquelle le pape François s'adresse à tous les membres de son église, des évêques aux fidèles .

   Le clergé catholique nord-américain, ultra-réactionnaire,  est encore tout bouleversé par cette " bombe à fragmentation idéologique ", ce brûlot contre le néo-capitalisme : " cette dictature de l'économie sans visage et sans but humain " .

   On n'est plus dans la langue de bois de Jean-Paul II, on est dans du dur, une sorte de langue de " buis ", ce bois trés dur,  trés brillant quand on le ponce, si bien qu'on l'utilise beaucoup en tabletterie et marqueterie, pour obtenir des  petites pièces de bois sculptées .

   Le pape François n'est pas un marxiste, il s'en est défendu souvent, et d'ailleurs en Argentine, il avait combattu les Jésuites de son ordre,  trop prompts à défendre une théologie de la Libération : " Le peuple des fidèles cherche et trouve dans la Bible les leçons pour prendre en main son destin et échapper à la soumission " ...

   C'est bien pourquoi, " Evangelis Gaudium " a secoué toute la planète catholique . Un peu comme, en 1891, l'encyclique " Rerum Novarum " du pape Léon XIII, avait fait scandale par sa critique " du petit nombre de riches opulents qui imposent un joug servile à l'infinie multitude des prolétaires " . Rappelons qu'en France, ce texte inspira beaucoup de militants syndicaux et politiques catholiques, qui contribuèrent à des victoires de la gauche et à des avancées sociales significatives , tout au long du XXe s.

   On peut comprendre l'émoi de certains, quand on lit : " Le libéralisme tue " ! et que le pape dénonce le culte du veau d'or qui exclut , " l'exclusion, la négation du primat de l'être humain " .

   Le pape dénonce l'effroyable inhumanité d'un système médiatico-politique qui donne plus de place à un mouvement de bourse qu'à la mort d'une pauvre femme ou d'un enfant dans la rue .

   Et de se moquer de la théorie chère à certains, chez nous, théorie dite du " ruissellement " : si les riches s'arrosent, une pluie d'or dégoulinera forcément vers le bas pour le bonheur des plus démunis  . " Cela n'a jamais été démontré par les faits ", ironise le pape .

   Aucun de ses prédécesseurs n'était allé aussi loin dans la condamnation du système capitaliste : " Cette culture du déchet ... qui transforme le travailleur en rebut qu'on peut jeter aprés l'avoir utilisé ... cette soumission à l'argent qui gouverne au lieu de servir ... " . (1 .  D'aprés N. Domenach, Le pape Fran...Che , Marianne No 872 ) .

   Le pape s'est lancé dans un véritable combat d'espérance sociale, ses ouvertures vers les homosexuels et les divorcés en témoignent, même si beaucoup de chemin reste à parcourir dans d'autres domaines .

 

   Quand on pense, qu'aujourd'hui, pas un seul dirigeant socialiste n'ose employer le mot " travailleur " ; on dit, rue de Solférino, en se pinçant le nez : " les salariés " .  Nos socialistes n'osent même pas le quart d'une telle radicalité, dans la défense des pauvres et des exploités : d'ailleurs, quelqu'un est-il encore exploité, selon eux ?

   Je pense que la réponse est non, si j'en crois le premier d'entre eux, le Président de la République et si je me réfère à ses " voeux " du 31 décembre au soir .

   Le 31 décembre au soir, F. Hollande a embouché les trompettes de la soumission au dogme, quand deux mois avant, le gardien légitime et traditionnel du dogme, embouchait les trompettes de l'insurrection .

   Tant que F. Hollande maintenait dans la boucle les partenaires sociaux, il gardait à sa politique une teinte de social-démocratie  . Désormais, avec le choix du "  pacte de responsabilité "  avec les entreprises, donc en choisissant pour partenaire principal, le MEDEF, il se place nettement sur le terrain, purement libéral . Comme le dit trés bien le politologue Gérard Grunberg, spécialiste du socialisme français, " le gouvernement n'est plus là pour veiller au compromis entre forces ayant des intérêts divergents, il noue lui-même, un pacte avec une de ces forces . A l'image d'un Tony Blair, il pense que le compromis social-démocrate n'est plus désormais possible ; il estime que dans la mondialisation, l'Etat et les entreprises ont le même impératif , relancer coûte que coûte l'économie, aprés seulement se posera la question de la redistribution .

   La réponse à la question que se posent certains observateurs : " mue ou clarification " ? s'imposant d'elle-même . Hollande a toujours pensé cela , ( Cf . son livre , Le rêve français, de 2011, Ed. Privat ) .

   Il est temps de démystifier le discours du personnage . Hollande n'utilise pas la langue de bois, il annonce toujours son chemin . Ce qui déroute, c'est que son discours n'est p as non plus fait de langue de " buis ", trop brillante .

   Hollande parle la langue de  "caoutchouc " :  il dit qu'il va baisser les impôts alors qu'il vient de les augmenter ; il dit qu'il va réduire la dépense publique, mais il ne dit jamais laquelle ; il dit qu'il va simplifier les procédures administratives mais toutes les nouvelles lois sont de véritables usines à gaz ; il dit qu'il va réduire le mille-feuilles administratif, mais il crée un cinquième échelon administratif, la métropole .

   C'est une technique trés étudiée ; je fais une annonce, avec une réalité sous-jacente, mais je ne dis pas tout, afin que l'annonce me revienne, que j'en garde la maîtrise pour le coup d'aprés, que je renverrai, avec une longueur calculée également, pour ménager la suite . 

   C'est le jeu du " jokari " de notre enfance . La balle reste liée au boîtier par un caoutchouc, car elle ne doit pas nous échapper pour que le jeu puisse se poursuivre .

 

sans-titre-copie-2.png

   

Partager cet article

Repost 0
Published by regain2012 - dans Politique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Regain 2012
  • Regain 2012
  • : Pour un retour à la démocratie réelle où le citoyen redevient acteur de son avenir et cesse de déléguer son pouvoir à des partis ou à des dirigeants trop éloignés des souffrances des peuples.
  • Contact

Vous aimerez peut-être :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Recherche

Nuage de tags

Nombre de visiteurs en ligne

Il y a actuellement    personne(s) sur ce blog

Catégories

Liens