Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 mai 2013 4 30 /05 /mai /2013 14:08

" Mine de rien, c'est une nouvelle époque de la gouvernance économique  européenne qui s'ouvrira demain, avec l'entrée en vigueur du " Two Pack ", deux règlementations budgétaires qui viennent compléter " le six pack " mis en place en 2011 et 2012 , le tout sous la direction de la Commission " . ( La Tribune du 29/05/2013 ) .

 ( Illustration : Les Echos ) .

 

 

570799_0202795806567_web_tete.jpg

 

   F. Hollande n'a pas fini de nous étonner . Hier, il feignait une grande colère contre les propos, du jour, du Président de la Commission Européenne, José Manuel Barroso, sur la politique économique future de la France, lequel Barroso ne faisait qu'appliquer, les règles de la nouvelle gouvernance européenne, entrant en vigueur ce 30 mai, à la suite de la signature du Traité de Stabilité Budgétaire en octobre dernier .

   C'est à dire que le gouvernement économique de la zone euro est, d'ores et déjà en route, ce fâmeux gouvernement présenté comme l'affiche principale de la conférence de presse de F. Hollande, il y a quelques jours, son Président en moins . La proposition française d'un quatrième Président pour l'Europe aprés le Président de la Commission, le Président du Conseil, le Président de la Zone Euro et le Président du Gouvernement Economique, avait fait sourire beaucoup de monde, en Europe .

   Quand F. Hollande propose un gouvernement économique européen, son " offensive " majeure pour l'année 2013, dira-t-il, peut-il ignorer que cela est déjà fait ? Quand il se fâche contre Barroso, hier, peut-il ignorer que la nouvelle gouvernance est dessinée et entre en vigueur le lendemain ?

 

   Les recommandations de Bruxelles dessinent désormais une feuille de route économique pour les Etats membres, qui n'est plus un simple voeu pieux mais une obligation : ne pas respecter les recommandations de la Commission expose un Etat à des sanctions, rejet du projet de budget, amendes mais surtout à prendre le risque de se désigner lui-même comme un Etat irresponsable et de déstabiliser l'unité européenne  .

   A compter d'aujourd'hui, les Etats membres doivent intégrer, sans faux-semblants, sans échappatoire, les recommandations de Bruxelles dans leurs politiques économiques et acceptent de facto d'abandonner une bonne part de leur souveraineté économique .

   S'en prendre à Barroso n'est donc qu'hypocrisie ! Pire, en déclarant " que la Commission n'a pas à dicter à la France ce qu'elle doit faire ", Hollande se place en totale contradiction avec ce qu'il fait depuis un an et ce qu'il a déclaré à la conférence de presse qui fit s'esbaudir tant de commentateurs hexagonaux .

 

   La question qui se pose à présent est la suivante : de quel gouvernement s'agit-il ? Quel sera son programme et ses lignes directrices ? 

   Le berceau idéologique de cette gouvernance tient à l'idée que la crise est le résultat des politiques budgétaires  laxistes de trop de gouvernements nationaux - ceux du Sud, surtout - qui ont sacrifié la compétitivité de leurs entreprises à une croissance facile par la consommation, la dépense publique et l'endettement .

   Admirez, en passant, comment la crise américaine des " subprimes " de 2007-2008, les turpitudes des banquiers, la spéculation internationale sont gommées du constat .

   L'objectif principal est donc de redresser et d'empêcher le retour de ces " graves déséquilibres macro-économiques " dus à l'irresponsabilité des " politiques ", pas des banquiers :  attention !  Le " distingo " n'est pas anodin .

 

   Puisque des pays n'ont pas été raisonnables, deux réalités s'imposent au " gouvernement économique " . La première est la poursuite du redressement des comptes, dans un seul sens,  par " les dévaluations internes " : réduction des dépenses publiques, réformes structurelles portant sur le marché du travail , la protection sociale et les retraites, et baisse de la fiscalité sur les entreprises pour frapper davantage les ménages .

   Aux pays à forts excédents commerciaux, comme l'Allemagne, on ne demande rien, ou dit autrement, de " maintenir ses positions budgétaires saines " comme garantie à l'obéissance des autres .

   Le gouvernement économique c'est donc bien la définition d'un seul cap : pas d'efforts de convergences mutuels, pas de rapprochement de deux Europe, mais une uniformisation d'un seul modèle économique, celui qui est uniquement tourné vers les exportations, donc vers la baisse drastique de la consommation sur le continent, de la baisse du pouvoir d'achat, de l'explosion du chômage .

   Le modèle qui a conduit l'Europe dans la crise profonde où elle se trouve, mais qui cette fois est inscrit, et définitivement, dans le marbre .

   F. Hollande ne sait-il pas cela ?

 

 

   NB :  d'aprés La Tribune du 29/05/2013 . " Le gouvernement économique européen est né et il ne plaît pas à F. Hollande " .

Partager cet article

Repost 0
Published by regain2012 - dans Politique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Regain 2012
  • Regain 2012
  • : Pour un retour à la démocratie réelle où le citoyen redevient acteur de son avenir et cesse de déléguer son pouvoir à des partis ou à des dirigeants trop éloignés des souffrances des peuples.
  • Contact

Vous aimerez peut-être :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Recherche

Nuage de tags

Nombre de visiteurs en ligne

Il y a actuellement    personne(s) sur ce blog

Catégories

Liens