Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 novembre 2013 3 13 /11 /novembre /2013 15:26

En Amérique du Sud, la " maquiladora " désigne le principe économique nord-américain de stratégie des coûts, que les Etats du Sud connaissent trop bien, consistant à déplacer l'appareil productif et ses processus de production, pour allier main-d'oeuvre à moindre coût et processus nuisibles à la santé et à l'environnement, plus facilement que chez soi .

( Illustration : " Obreroasumàquina " . Site " anarkismo.net " ) .

 

 

obreromaquina.gif

 

   Alors qu'en France, la droite la plus réactionnaire et une extrême-droite imbibées d'un racisme atteignant les sommets de l'abjection, tentent de faire tomber celui qu'elles considèrent toujours comme un " usurpateur ", dans les coulisses de " la maison Europe ", à Bruxelles, se joue le dernier acte, d'une pièce,  " l'Idée européenne ", qui agonise .  

   Ce dernier acte a pour nom : " La négociation sur l'Accord Commercial Transatlantique ", entre les EE.UU et l'UE, car malgré l'approfondissement de la crise, l'arrogance et la " cupidité " des Institutions financières, la misère rampante qui étouffe les peuples, les " fossoyeurs " de l'Europe, sous la houlette de José Manuel Barroso, poursuivent leur oeuvre de destruction .

   F. Hollande sait tout cela mais se tait et laisse faire Barroso,  peut-être en toute bonne foi, persuadé qu'il est, qu'avec cet accord, peut revenir la croissance qu'il appelle de ses voeux, depuis le premier jour de son quinquennat : Barroso fait croire à tout son monde que cet accord va provoquer la création de 6 millions d'emplois en Europe, mais pour le moment ce sont 4 millions d'emplois qui ont disparu de notre continent depuis 2008 .     

   Le miracle de la Foi du charbonnier !  Les spécialistes de ces accords n'entrevoient qu'un 0.5% de croissance supplémentaire pour toute l'UE ; quand la Grande-Bretagne et l'Allemagne se seront servies, il restera à la France, au mieux 125 000 créations d'emplois .  La contre-partie sera bien plus élevée, n'ayons aucun doute là-dessus .

   On pourrait donc supposer que la bonne question, à propos de cette négociation, en cours , et que Barroso veut avoir expédié avant les élections européennes du mois de juin 2014, soit : qu'allons nous perdre pour ne rien gagner ?  Eh! bien, pas du tout ! L'accord à venir n'a que faire de la suppression des 3% de droits de douane, encore existants, sur les produits importés ou exportés .

    La discussion porte sur le démantèlement des normes, les barrières non-tarifaires, environnementales, de santé, de sécurité alimentaire, auxquelles une partie des Européens reste encore attachée et dont les Américains se " moquent " complètement, dés lors qu'il y a du " business " à faire .

   A quand donc, en Europe, le veau aux hormones, les OGM et " les chimio-thérapie dans les drugstores " ? Dans trés peu de temps ! Mais nous avons déjà évoqué longuement ce changement de société, que d'aucuns appellent encore " entrer danss la modernité ", nous passerons donc à la vraie question :

    - Qu'est-ce qui peut expliquer la clandestinité de ce débat , en France, alors qu'il y a vingt ans tous les accords commerciaux, GATT ou OMC, soulevaient des polémiques trés vives ?

    C'est douloureux à dire, mais sur ce terrain, comme sur tous les autres, la France, n'a pas de politique ; la France est absente de la discussion, c'est Barroso qui la mène, et en face, celui qui parle s'appelle Obama .

   Barroso reçoit certes des recommandations précises d'A. Merkel, parce que les grands groupes industriels allemands voient tout leur intérêt dans ces accords : ils investissent depuis un bon moment aux USA, et sont même excédentaires avec les USA , pour se sortir d'une trop forte dépendance de leurs exportations avec l'Europe . Barroso reçoit des instructions de D. Cameron  qui tient à ce que son agriculture ne soit pas pénalisée ; de Hollande, Barroso n'entend que son silence . C'est la sous-ministre du commerce extérieur qui suit le dossier, qui n'a même pas de mandat inter-ministériel pour parler : il n'y a pas de stratégie française .

    Les multinationales françaises sont détenues, à une trés forte majorité par des capitaux étrangers :  qui, F. Hollande pourrait-il inquiéter ?

   Comprenons bien l'enjeu : il est américain . B. Obama veut replacer les EE.UU au centre du jeu mondial, pas seulement militaire, mais économique et commercial .

   Aprés l'accord " Trans Pacific Partnership " ( TPP ) qui pose le libre-échange en règle d'airain entre les EE.UU, l'Australie, Barein, le Canada, le Mexique, le Chili, la Malaisie, le Pérou, la Nouvelle-Zélande, Singapour et le Viet-Nam, il tente de neutraliser la tentative chinoise de passer à une économie " d'innovation ", dans les vingt ans qui viennent .

   L'accord avec l'Europe vient compléter le dispositif .

   La première donnée à retenir de ce dossier, c'est que les EE.UU ont un rattrapage à assurer : leur commerce extérieur est déficitaire, avec l'Europe de 118 Mds de $ . Mais là n'est pas encore le coeur du moteur .

    Avec la crise et l'explosion des inégalités, les USA sont devenus une zone de bas-coûts salariaux - vous avez bien lu - ! L'enjeu pour B. Obama est donc de relocaliser les industries américaines qui étaient parties en Asie - chaque Iphone vendu par Apple creuse le déficit commercial américain - c'est ce qui a commencé . Les multinationales américaines relocalisent, payent des impôts et emploient des Américains , contre l'ouverture des marchés obtenue par le gouvernement, par l'intimidation, si nécessaire :  tel est le " deal " entre Obama et les industriels américains .

   Et vous vous étonnez de la boulimie d'écoutes qui a saisi les services américains et leur chef ? 

  Il faut savoir que le résultat du bilatéralisme commercial, dans les traités de libre-échange, entre puissances inégales - et l'Europe éclatée et non solidaire, ne peut-être considérée comme une vraie puissance - est toujours le même : la désindustrialisation du pays le plus faible .

   La désindustrialisation sera en outre accélérée par le maintien , sous les exigences de l'Allemagne, d'un euro trés fort, à plus de 1.30 $, parité qui convient trés bien à l'économie allemande, alors que la compétitivité de l'économie française ne peut supporter une parité de l'euro supérieure à 1.10$ : au-dessus de 1.10, nous perdons des emplois .

 

   La réalité est donc là : l'accord transatlantique que j'appelle " la trahison Barroso " signera la fin de la Communauté Economique Européenne d'antan, l'UE n'étant plus qu'une zone de sous-traitance de l'industrie américaine .

   Face à cette tragédie, la France de F. Hollande a choisi le déni, le silence, la clandestinité, non pour résister mais pour courber l'échine et s'en remettre, qui sait, au bon dieu !

   La grande " maquiladora " nous aura tués !

 

 

   NB : billet inspiré du texte de Claude Rochet, http://www.printfriendly.com , sur agoravox .

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by regain2012 - dans Economie
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Regain 2012
  • Regain 2012
  • : Pour un retour à la démocratie réelle où le citoyen redevient acteur de son avenir et cesse de déléguer son pouvoir à des partis ou à des dirigeants trop éloignés des souffrances des peuples.
  • Contact

Vous aimerez peut-être :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Recherche

Nuage de tags

Nombre de visiteurs en ligne

Il y a actuellement    personne(s) sur ce blog

Catégories

Liens