Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 janvier 2012 4 05 /01 /janvier /2012 15:03

   " On confond les frontières et les murs. Les frontières sont des vaccins contre les murs. Elles permettent le va-et-vient. La frontière est une marque de modestie et de respect de l'autre: non, je ne suis pas partout chez moi." ( Régis Debray. Eloge des frontières.NRF.)

   Remarquons, en passant, que les Pays qui prônent avec le plus de vigueur l'abolition des frontières sont ceux , qui ces dernières années, ont construit des murs pour stopper l'immigration clandestine.

frontiere.jpg   Illustration: accordsperdus.com

 

   A l'heure où nous entrons dans le débat de la campagne présidentielle, il est un thème qui fera l'objet de beaucoup d'échanges, c'est celui du Protectionnisme, et donc celui des Frontières. Je me dis qu'il est intéressant de savoir de quoi les candidats vont nous parler. D'autant plus qu'on nous annonce la mise en place dans les prochains jours d'une TVA sociale sur les produits venant des pays émergents qui n'est possible que sur la base de frontières. Nous laisserons, pour l'instant, de côté, le débat sur le pouvoir d'achat.

   

   Les partisans de l'ultra-libéralisme vont nous appâter avec "la Planète village", plus de frontières, nous sommes tous frères. Présenté ainsi, le problème est résolu: la majorité des gens est pour. Pas tout le monde cependant.

   Mais la réalité du discours de ces "humanistes" du porte-feuilles, c'est autre chose: plus de frontières, c'est "la circulation sans frein des capitaux, c'est les délocalisations aberrantes de nos usines, c'est la destruction des systèmes de protection sociale."(1)

   C'est la domination, sans partage et sans frein, d'un clan sur tous les autres.(1)

   Regardons ce que nous montre l'histoire des sociétés. Chaque fois que des frontières ont été abolies, c'est par le fait de" forces  brutales d'occupation qui les ont piétinées"(1), jamais par des volontés libératrices ou émancipatrices.

   On peut mesurer aujourd'hui, avec la crise financière mondiale, le désastre de l'abolition des frontières, par la libéralisation  des échanges financiers, de la circulation des capitaux qui n'ont plus de patrie, donc qui ne sont soumis à aucune règle. La chute des frontières, c'est l'avènement des Paradis fiscaux et certainement pas du paradis sur terre.

   "Quand on abat des frontières, on construit des murs", nous dit Régis Debray. Parlez-en avec un voyageur qui débarque dans un aéroport américain.(1)

   

   Il est une tradition, au Québec, de ne jamais fermer sa porte, la nuit, et de laisser une lumière allumée sur le perron, pour ne pas laisser un voyageur égaré, seul, dehors,  dans le froid polaire.

   L'image de la porte me plaît beaucoup. Ce n'est pas la porte, le problème. C'est l'usage qu'on en fait. Est-ce qu'on la ferme à double-tour, est-ce qu'on la fait blinder en y ajoutant trois serrures de sécurité, et puis , allez, avec une caméra de vidéo-surveillance, sur le perron ?

   Ou bien, la laisse-t-on ouverte au visiteur, de qui l'on attend seulement la simple question: est-ce que je peux entrer ? Comme , on le fera, soi-même, le lendemain, en lui rendant visite, parce qu'on veut lui montrer qu'on apprécie son invitation, ou, à tout le moins son hospitalité, son savoir vivre, sa générosité, puisqu'il nous accueille, chez lui, dans son intimité.

   Je dis que la porte, c'est le symbole du respect, si elle reste ouverte: je vous respecte donc je vous reçois; je vous respecte, donc je vous demande si vous voulez bien me laisser entrer.

 

   Et il en va de même pour les frontières.

   Sans frontière, donc sans territoire sur lequel va se bâtir un Etat de Droit, donc une Constitution qui libère et qui protège, ne peut régner que l'anarchie, que la loi du plus fort, qui opprime.

   Et la frontière qui dit où commence le Droit, voire où il finit, protègera également l'étranger qui m'a demandé refuge, hospitalité, éventuellement protection.

 

   Ajoutons, que c'est sur des territoires limités," à échelle humaine", que la vie démocratique peut s'èpanouir, que le" contrôle démocratique" peut s'exercer. L'échelle planétaire ne peut nourrir que des régimes totalitaires. Qui peut croire à un gouvernement mondial démocratique ? Une telle idée n'est même pas utopique, elle n'est qu'un leurre.

   "Une fusion généralisée"(1) ne peut que favoriser le plus riche et le plus fort. Par contre "une coexistence pacifique mondiale", entre voisins autonomes mais qui se respectent, si elle reste utopique, est tout de même envisageable.

   " La frontière a été, et à bien des sens, demeure une institution politique de base: dans une société avancée, aucune vie économique, politique ou sociale régulée ne pourrait s'organiser sans elle. Les lois régissent des territoires clos, dans lesquels les systèmes juridiques impliquent qu'il y ait des frontières établissant un cadre à l'intérieur duquel s'exerce le vivre ensemble".( Malcolm Anderson. Les frontières: un débat contemporain. Site: Cultures et conflits.)

   Comme le dit Hegel:" La chouette de Minerve ne s'envole qu'à la tombée de la nuit..." C'est dans la maturité des êtres que l'Idéal apparaît face au Réel, ajoutait-il. ( Cité dans le blog: bellesplumes de Daniele.)

   Qui sait ! Peut-être faut-il attendre que l'Humanité atteigne sa pleine maturité, pour que le Réel s'impose à l'Idéal et s'installe cette coexistence pacifique entre voisins autonomes.

 

 

   NOTE: (1) article inspiré  du blog: blogs.rue89.com/yeti-voyageur/2010.

Partager cet article

Repost 0
Published by regain2012 - dans Société
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Regain 2012
  • Regain 2012
  • : Pour un retour à la démocratie réelle où le citoyen redevient acteur de son avenir et cesse de déléguer son pouvoir à des partis ou à des dirigeants trop éloignés des souffrances des peuples.
  • Contact

Vous aimerez peut-être :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Recherche

Nuage de tags

Nombre de visiteurs en ligne

Il y a actuellement    personne(s) sur ce blog

Catégories

Liens