Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 janvier 2016 7 24 /01 /janvier /2016 16:50
Photo empruntée au blog de la CFTC Citroën .

Photo empruntée au blog de la CFTC Citroën .

Réédition de l'article de mars 2012, actualisé .

  " Le néo-libéralisme, c'est l'institution pratique d'un monde darwinien de la lutte de tous contre tous, à tous les niveaux de la hiérarchie, et même aux niveaux les plus élevés, qui trouve les ressorts de l'adhésion à la tâche et à l'entreprise dans l'insécurité, la souffrance , le stress et la précarisation... La condition du fonctionnement " harmonieux " du modèle micro-économique individualiste est un phénomène de masse :  l'existence de l'armée de réserve des chômeurs " .( Pierre Bourdieu . " L'essence du néo-libéralisme " : Le Monde Diplomatique : 1998 .)

 

   Que dit le discours dominant d'une droite n'a pas baissé la garde sur ses modèles de pensée ? " La réalisation de l'ordre nouveau, celui de l'individu seul, mais libre, suppose l'effacement de supposés archaïsmes et rigidités, l'Etat par exemple, sommé de se retirer au profit du mécanisme pur et anonyme du marché ... ", ( Bourdieu ) .

   L'ordre nouveau de l'individu libre exige que soient éliminés tous les obstacles à la logique du marché pur . Qu'est-ce à dire ? Que tout ce qui contrecarre la liberté d'investir partout, comme on le veut et quand on le veut , doit être combattu : en premier lieu, toutes les structures collectives .

   La Nation et ses Lois protectrices ;  les catégories de travailleurs et leurs accords de branches, hostiles aux carrières basées sur les compétences individuelles ; les collectifs de défense des droits des travailleurs ; les Syndicats, première cible du discours politique et médiatique ; les associations, qui sont des lieux d'apprentissage de la Démocratie ; les coopératives où l'on vit en direct la solidarité de la production ; la Commune, trop proche du citoyen et donc trop protectrice ; la Famille, à qui la publicité ciblée sur les enfants fait perdre " le contrôle de la consommation familiale "  : point essentiel en société du désir .

   L'ordre nouveau de " l'individu totalement libre " exige la transformation du mode de production et des relations sociales dans l'entreprise . Et en ce domaine, les cercles de réflexion, les think tanks, les consultants d'entreprises et leurs formateurs n'y vont pas de main morte, pour perfuser dans l'esprit des salariés, des cadres, mais aussi des économistes et des politiques, ce nouvel ordre . Tous les discours, toutes les recommandations,  toutes les formations concourent au même but, faire accepter aux travailleurs le dogme suivant : " Il faut individualiser la relation salariale : fixation d'objectifs individuels ; entretiens individuels d'évaluation ; évaluation permanente ; hausse individualisée des salaires ; carrières individualisées ; stratégies de responsabilisation pour assurer l'autoexploitation de certains cadres - avec les suicides qui en découlent - ; exigence de l'autocontrôle pour étendre l'engagement du salarié et que l'on appelle, dans un superbe euphémisme, le management participatif " .

   L'ordre nouveau, de l'individu libre, n'est rien d'autre, on le voit bien, qu'une somme de " techniques d'assujetissement rationnel ", ( Bourdieu), pour obtenir le surinvestissement dans le travail , les gains de productivité, donc un moindre besoin de salariés ; pour obtenir l'acceptation du travail dans l'urgence , pas de temps à perdre ; pour obtenir l'abolition des repères de classe et des solidarités collective . Non ! la droite n'a pas abandonné le terrain de la pensée .

   La gauche, l'a fait ! Je dirai que, depuis la fin du monde bipolaire, elle a vécu un sentiment de culpabilité qui l'a poussée à  s'éloigner du concept qui est à la base de toute la pensée socialiste, des XIXe et XXe siècles : " Le déterminisme social " . Face à l'individu faussement libre, il fallait réinvestir le champ du " destin social " de ce dernier, du concept au fondement de toute philosophie digne de ce nom, la  définition d'Aristote : " L'homme est un être social " . Définition à laquelle il faut accoler, immédiatement, le principe : " Toute richesse est d'abord un produit social ", seule règle à même d'élever un rempart contre un darwinisme social altéré prôné par les forces conservatrices : le tous contre tous .

   On nous rebat les oreilles, ces jours-ci, dans les deux camps d'une future élection présidentielle, avec les valeurs de la République, sur un mode incantatoire qui occulte  l'essentiel : les valeurs de la République sont les filles de la notion de " déterminisme social " .

   C'est bien parce que les philosophes des Lumières, les  Révolutionnaires de 1789, comme ceux de 1848, avaient compris que l'individu était le produit de relations sociales, et non un être éthéré, sorte d'ange sans sexe, tombé du ciel,  qu'ils assignent à la République le devoir de combattre les privilèges ;  le devoir de  promouvoir l'égalité , l'instruction, l'égalité des chances républicaine ; le devoir de créer l'impôt progressif, pour que chacun participe en fonction de ses moyens à l'effort collectif de la Nation ; le devoir de créer un impôt sur les successions afin d'empêcher le retour à la reconstitution de privilèges ...Le devoir de créer un système de protection sociale et de santé qui protège chaque citoyen des accidents de la vie .

   Que nous importe le discours sur le niveau des prélèvements obligatoires, ce qui est important,  c'est de réexpliquer ce que représente notre " Sécurité Sociale ", cette conquête de la Libération, dans laquelle palpite le coeur du Pacte républicain .

   Les outils théoriques sont légion dans le patrimoine culturel de notre pays pour reprendre la bataille de la pensée ; bien des travaux peuvent être réinvestis pour opposer aux cyniques , aux égarés, aux profiteurs, aux manipulateurs et aux imposteurs, une réflexion construite, cohérente et accessible .

   Pour cela il faut que nous nous débarrassions de notre sentiment de culpabilité à l'égard des barbaries du XXe siècle ; il faut effacer le sentiment de résignation qui nous a envahis quand on nous a fait croire que le temps des idéologies était mort  ; il faut que nous regardions en face une réalité que l'on tente de nous cacher : les luttes sociales ne sont pas du domaine du passé, et cela pour la simple raison que c'est " l' ordre nouveau ", lui-même, qui a relance  la lutte des classes par la férocité de sa nature, dont il ne peut se défaire .

Examinons, à cette fin, la contradiction fondamentale qui déchirera, un jour, la belle construction des affameurs et mettra à nu " la course à l'abîme " vers où ils nous entraînent .

  Les affameurs, qui combattent ce qu'ils appellent les rigidités et les archaïsmes de l'ordre ancien - qui les empêchent de se gaver davantage -, voient leurs objectifs freinés, parfois déjoués, par la permanence, la survivance, la résistance " des institutions et des agents de l'ordre ancien en voie de démantèlement" ; ils ne peuvent que constater que c'est le courage de toutes les catégories de travailleurs sociaux, l'efficacité de toutes les solidarités sociales, ouvrières,  familiales,  amicales et de voisinage qui empêchent , malgré le volume croissant de la population précarisée, l'ordre social issu de l'après guerre de s'effondrer dans le chaos qu'ils ont théorisé .

   Cela, les victimes de " l'holocauste économique " le perçoivent de plus en plus clairement mais " l'économisme triomphant " les empêche encore d'entrevoir les bonnes solutions qui ne sont certainement pas du côté des thèses d'une extrême-droite très rouée .

Le premier pas à franchir est d'admettre la vérité suivante : " Le marché n'a rien de naturel ... Le marché est une invention humaine ... " . " Il n'y a pas de droit de propriété ni de Bourse de la banane, chez nos cousins les grands singes " ( David Robichaud, Patrick Turmel "  La juste part, repenser les inégalités ", Ed. Les liens qui libèrent ) .

Ce premier pas franchi, l'écheveau se dénoue tout seul !

   

  

   

 

Partager cet article

Repost 0
Published by regain2012 - dans Société
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Regain 2012
  • Regain 2012
  • : Pour un retour à la démocratie réelle où le citoyen redevient acteur de son avenir et cesse de déléguer son pouvoir à des partis ou à des dirigeants trop éloignés des souffrances des peuples.
  • Contact

Vous aimerez peut-être :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Recherche

Nuage de tags

Nombre de visiteurs en ligne

Il y a actuellement    personne(s) sur ce blog

Catégories

Liens