Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 octobre 2012 4 04 /10 /octobre /2012 15:04

" Qui paie mes dettes m'enrichit " . ( Proverbe québécois ) .

 ( Illustration : archives.le-hiboo.com ) .

 

 

predictions_2.jpg

 

   Il est étrange que l'augmentation de la dette d'un pays, qui passe en cinq ans, de 1200 Mds d'euros à 1800 Mds, soit une augmentation de 600 Mds, ou encore de 50%, n'ait généré que des articles partiels, généraux, vagues, tronqués, ou n'allant pas jusqu'au fond de la question . Comme si des chiffres d'une telle ampleur faisaient peur à nos économistes . Comme si nos brillants spécialistes craignaient d'ouvrir la boîte noire d'un crash dont , de mon point de vue trés personnel, nous ne nous remettrons pas .

 

   Essayons quand même, malgré le brouillard entretenu, de trouver quelques repères, je veux dire quelques raisons d'écarter de notre route le pilote du crash, qui a trés envie d'être réembauché par la compagnie .

   Trés raisonnablement, car il n'y a pas plus raisonnable et orthodoxe qu'elle, partons du constat de la Cour des Comptes sur la gestion sarkozienne , en date du 8 février 2012 .

   Ce creusement extraordinaire de la dette française, sous Sarkozy, n'est dû que pour un tiers à la crise financière de 2008 . Les magistrats de la dite Cour, appellent  ce déficit , un déficit conjoncturel . Cela fait moins mal à entendre .

 

   Il s'agit de toutes les mesures prises par le gouvernement en 2008 et 2009 pour adoucir les effets de la crise .

   Il est question de toutes les dettes que nous avons contractées pour sauver beaucoup de monde dont vous n'êtes pas .

   D'abord renflouer les banques, qui avaient misé sur des produits toxiques qui ne valaient plus rien . Mais comme l'on ne nous a jamais dit à combien s'élevaient ces pertes, on peut supposer que les aides ont été distribuées, pardon pour le terme, au " pifomètre " . En tout cas, cela a représenté 38 Mds d'euros . Ne croyez pas le discours consistant à nous dire qu'elles ont remboursé, un an aprés, la France s'est endettée et paie des intérêts sur ces emprunts .

   Il a fallu racheter la banque franco-belge Dexia, banque de prêts aux collectivités qui depuis, a fait faillite, et a entraîné bien de ces collectivités dans une spirale de dettes, inimaginable : 6 Mds d'euros en 2008 et le trou a continué, jusqu'à la faillite .

   Il a fallu aider l'industrie automobile, 7 Mds d'euros pour Peugeot et Renault, plus 1 Md de prime à la casse, contre l'engagement de ne pas licencier . Ils remboursent, mais nos intérêts courent , et les licenciements annoncés, ne font pas dans la dentelle .

   On a fabriqué un plan de relance, à la hâte, pour la recherche et l'innovation, de 38 Mds d'euros . Etait-ce le moment, en pleine débandade financière ?

   On a dû emprunter pour prêter aux pays en difficulté , Irlande, Portugal, Grèce . La France a participé à hauteur de  15 Mds d'euros, pour chacun des deux premiers pays . La Grèce a coûté au contribuable français, déjà, 60 Mds d'euros , mais, attention, pour rembourser les banques créancières de ce pays, donc des banques françaises,  pas pour aider le peuple .

   A ce stade,  précisons que l'Allemagne n'est pas seule à porter le poids de la crise, comme tendent à le faire accroire certains économistes ou observateurs .

   A titre de digression, le Mécanisme européen de stabilité, qui va naître dés la ratification du traité de stabilité, qui bénéficiera de 700 Mds d'euros de moyens, coûtera à la France, 142 Mds de participation .

   Ajoutons à ce tableau la diminution des rentrées fiscales, liées à la récession, et à la baisse du PIB, difficilement  évaluable, de 7 à 10 Mds ou plus .

   Nous voilà au niveau du tiers en question : 200 Mds d'euros .

   Conjoncturel ne voulant pas dire incontournable, les décisions, in fine, restent fondamentalement politiques et pouvaient être d'une toute autre nature .

 

   A présent, il faut examiner le déficit structurel, autre usage pédagogique d'un mot, pour ne pas dire , les dépenses, en propre, d'un homme et de son gouvernement . Et là, c'est plus facile . Vous allez comprendre pourquoi ! 

   L'honnêteté exige qu'on n'attribue pas à César, ce qui ne lui revient pas . Des 400 Mds d'euros d'augmentation de cette dette, qu'il nous reste à disséquer, une partie revient à la Sécurité sociale et aux Collectivités Locales .

   La dette de la Sécurité Sociale a cru de 11.3% et celle des collectivités de 7.4 %, leurs recettes augmentant  parallèlement, bien qu' insuffisamment . 

   Mais celle de l'Etat, la part la plus importante, a augmenté de 15.3%, alors que dans le même temps les recettes baissaient, à cause des cadeaux fiscaux consentis, dés le mois de juillet 2007, aux plus riches : le fâmeux bouclier fiscal .

    Ainsi, l'Etat entre 2007 et 2011, a augmenté ses seules dépenses de fonctionnement de 62 Mds d'euros alors que dans le même temps, il consentait 4 Mds d'euros d'exonérations aux ménages les plus aisés et 7 Mds aux entreprises : suppression de l'imposition forfaitaire annuelle, la réforme du crédit impôt-recherche et la suppression de la taxe professionnelle .

   Et pourtant, dans la foulée, 100 000 emplois de fonctionnaires étaient supprimés . En fait 82 programmes ont vu leurs crédits augmenter, et notez bien le choix politique : l'un des rares programmes qui a vu ses crédits réduits, c'est le programme de retour à l'emploi . Par contre les crédits communication de l'Elysée étaient multipliés par dix . Dans le budget initial 2012, version Sarkozy, ces dépenses de fonctionnement augmentaient de 34% . Elections en vue , certainement .

   Tout cela nous donne une augmentation de la dette de la sécurité sociale , en cinq ans de 90 Mds d'euros ; une augmentation de la dette des collectivités, de 40 Mds d'euros et 62 milliards de l'Etat, soit : 192 mds .

   Si l'on ajoute encore 200 mds d'euros pour rembourser le capital d'anciens emprunts arrivés à échéance, nous arrivons , bout à bout, aux 600 mds de la dette Sarkozy .

  

   Voilà  " la boîte noire " sarkozyste, 600 Mds d'euros, livrés à l'inconséquence et l'incompétence d'un seul homme . Ne me dites pas qu'il va revenir !

 

   NB : chiffres recueillis sur les sites " Terra Nova ", Débats 2012 , l'Expansion, Le Nouvel Observateur .

  

   

Partager cet article

Repost 0
Published by regain2012 - dans Politique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Regain 2012
  • Regain 2012
  • : Pour un retour à la démocratie réelle où le citoyen redevient acteur de son avenir et cesse de déléguer son pouvoir à des partis ou à des dirigeants trop éloignés des souffrances des peuples.
  • Contact

Vous aimerez peut-être :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Recherche

Nuage de tags

Nombre de visiteurs en ligne

Il y a actuellement    personne(s) sur ce blog

Catégories

Liens