Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 décembre 2013 2 17 /12 /décembre /2013 14:50

 " A coups de vivre ensemble égalitaire, de changement de paradigme, de production de possibles, tout est mis en place pour faire " l'en commun "  ... pour aller vers " un nous inclusif et solidaire " ... " . ( Rapport au Premier Ministre sur l'Intégration . 13 novembre 2013 ) .

 ( Illustration : anr85.fr ) .images1J1SQAB5.jpg

 

 

   " Faire France, en reconnaissant la richesse des identités multiples ... " . Aborder sérieusement " le Rapport sur l'Intégration "  publié sur le site officiel du gouvernement , rapport qui met en péril l'avenir politique du Premier Ministre, à partir de ses contenus , ce n'est certes pas commencer en tonitruant sur des recommandations partielles, dont on est sûr qu'elles feront le " buzz " . 

   Que ce soit l'abrogation de la Loi interdisant le port du voile à l'école ; la révision des noms de rues pour qu'il y ait davantage de personnalités issues de l'immigration ; que la langue arabe obtienne le statut de véritable deuxième langue au collège, tout comme certains dialectes sub-sahariens ; qu'on revoie la distribution des tombes au Panthéon où l'on trouve trop d'hommes blancs ; que l'on crée un musée des " colonisations " ; que l'on enseigne dés l'école primaire l'histoire de l'esclavage, de l'immigration et de la colonisation ; que l'on crée une " Cour des Comptes de l'égalité ",  là ne se trouve pas le plus grand des maux que recèle le texte .

 

   Le texte , comme le proclament  ses auteurs, se veut une arme entre les mains des ministres qui vont travailler sur le sujet, durant l'année 2014, " qui stigmatise cette injonction à l'intégration " qui a caractérisé plus d'un siècle des politiques républicaines touchant à l'immigration .

   La France n'a plus à intégrer . La France doit faire de " l'en commun " . " En commun " !  Cette notion fut inventée, à la sortie de la Deuxième Guerre Mondiale, afin de définir une nouvelle philosophie politique anti-totalitariste en opposition à la dimension de séparation portée par les fascismes des " années trente ", dont les effets avaient conduit les individus à ne plus faire société . 

   C'est Hannah Arendt qui promeut cette notion, et en élabore les contenus, contre les thèses d'avant- guerre d'Heidegger, en lui donnant le sens d'un " espace public inter-humain " où la liberté puisse apparaître . Mais, une fois conquis cet espace, contre les asservissements et les enfermements, qu'elle appelait " l'agora du sens ", " l'en commun " doit rendre possible , alors, l'expérience humaine du sens collectif et de l'action politique " .

   " L'en commun " ne saurait être une fin en soi . 

   Deux courants, aujourd'hui, hors des champs religieux, peuvent être considérés comme se référant à " l'en commun " . L'un, celui des " citoyennismes ", cher à Jean-Pierre Chevènement ou à Ségolène Royal, et leurs variantes républicaines ou communautaristes : recréer du lien social par les politiques urbaines et les médiateurs sociaux ; valoriser les réseaux et " les communautés virtuelles " ; affirmer les identités particulières ... Mais aprés !

   L'autre, " la common decency " d'Orwell, portée par le philosophe Jean-Claude Michéa, qui prône le bon sens commun, la conscience des bonnes moeurs partagées par le plus grand nombre, le réalisme partagé, le consensus moral, le comportement social attendu : démarche plus anthropologique que politique .

   Hannah Arendt nous demande de faire de la politique, " l'agora " est l'espace de la politique, " l'en commun " ne saurait être assimilé à la communauté humaine : les deux notions n'ont ni la même genèse social-historique, ni le même contenu historique et pratique .

   La société civile n'existe pas dans la société capitalisée, disait-elle encore .

   Donc , quand les auteurs du rapport en question énoncent leur ambition " de changer la manière d'aborder l'intégration en s'orientant vers une politique fortement ancrée sur l'égalité des droits et la lutte contre les discriminations ", ils s'arrêtent en chemin, trés loin des buts que se fixait Hannah Arendt, dans un espace clos, celui des droits formels, virtuels, ce qu'ils reconnaissent volontiers, quand ils déclarent : " C'est une volonté de créer pour le présent et l'avenir une sphère politique séparée dans laquelle les citoyens exercent leurs libertés ... " . Une sphère séparée ? Séparée de quoi ? Des contradictions économiques ? De la lutte des classes ? De l'exploitation capitaliste ?

   J'ai besoin d'une grande explication ! Pas d'injonction à l'intégration ; l'immigré doit pouvoir conserver son identité originelle, sa différence . Mais moi, je ne dois pas le regarder avec ses différences, sinon je le stigmatise . Il me semble que la Laïcité, quand elle appelle à l'adhésion, par dessus les différences,  à un corpus de valeurs qui unissent, sans exiger aucun renoncement , à aucune racine , apporte une réponse plus convaincante à la question .


 

   Mais comment " faire France ", comment  " faire société ", comment " faire l'en commun ", si l'on ignore l'économie, les rapports sociaux, l'exploitation capitaliste, le saccage des modèles de protection sociale, l'appauvrissement des classes populaires, le chômage, les dictatures financières ... ?

   " Le vivre ensemble " a existé, autrefois , mais ce n'était pas le " vivre ensemble virtuel " du texte en cause . C'était un " vivre ensemble " concret, vrai, forgé au travail, consolidé dans les luttes ouvrières contre un patronat industriel réactionnaire et impitoyable . Le " vivre ensemble " d'aujourd'hui doit se reconstruire de la même façon, dans des luttes contre les modèles financiers qui nous sont imposés, et certainement pas à coups de " Tables de la Loi " au goût d'incantations sacerdotales .

 

   Je n'ai jamais soutenu " l'injonction à l'intégration " ;  mais je ne vais pas soutenir une autre injonction, pire encore, celle d'oublier ce que je dois à Voltaire, à Rousseau, à Robespierre, à Hugo, à Jaurès , aux poilus de 14-18, au Front Populaire et au Conseil National de la Résistance ...


Partager cet article

Repost 0
Published by regain2012 - dans Société
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Regain 2012
  • Regain 2012
  • : Pour un retour à la démocratie réelle où le citoyen redevient acteur de son avenir et cesse de déléguer son pouvoir à des partis ou à des dirigeants trop éloignés des souffrances des peuples.
  • Contact

Vous aimerez peut-être :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Recherche

Nuage de tags

Nombre de visiteurs en ligne

Il y a actuellement    personne(s) sur ce blog

Catégories

Liens