Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 mars 2013 5 01 /03 /mars /2013 16:00

" Méfiez-vous de ceux qui disent avoir tout compris de l'Italie et peuvent l'expliquer clairement . Ou ils se trompent ou ils ont été mal informés . "  ( Jacques Nobecourt  . Journaliste ) .

 ( Illustration : Le Nouvel Observateur . Le Plus ) .

 

 

9421361875858.jpg

 

   Elections générales, en Italie, des 24 et 25 février 2013 . Les Italiens auraient perdu la tête ; les Italiens ne sont pas sérieux ; les Italiens mettent en péril la zone euro et la cohésion européenne .

   Aprés avoir lynché Berlusconi en 2010,  ils le remettent en selle en 2013 ; ils avaient un technocrate qui avait commencé le sauvetage de l'Italie, et ils le renvoient à ses chères études ; ils lui préfèrent un illuminé à qui ils offrent un boulevard d'aventurisme et d'inconnu qui pourrait provoquer l'explosion de l'Italie .

   On aura tout entendu, ces quatre derniers jours, sur l'inconscience italienne, dans la bouche de nos commentateurs patentés, mais nous serons restés, malgré la violence des anathèmes, bien loin du message que les Italiens ont envoyé à l'Europe .

 

   Les chiffres d'abord .

 

  • L'abstention atteint les 25%, soit 8 points de plus qu'en 2008, à ces mêmes élections générales .
  • Berlusconi perd 6 millions de voix, soit moins 40%, toujours par rapport à 2008 .
  • La gauche en perd 3.5 millions, soit, moins 28% .
  • La Ligue du Nord perd 50% de ses voix .
  • Le technocrate Mario Monti, n'atteint pas les 10% de suffrages . ( Le camouflet est cinglant ) .
  • Le Mouvement 5 étoiles ( M5S ), de l'ex-humoriste Beppe Grillo, - tous à la maison, a casa -, recueille 25.6%, majoritairement auprés des jeunes, et obtient 109  Députés, et 54 Sénateurs , jeunes majoritairement, n'ayant jamais été élus ou n'ayant appartenu à aucun autre parti, auparavant .

   Laissons de côté les questions institutionnelles que les Italiens sauront régler, comme ils l'ont toujours fait, et regardons de prés, les chiffres . Les deux grands partis traditionnels, de l'alternance, - même si Berlusconi était plutôt sur la défensive, sur le sujet -  plus Mario Monti, ont fait campagne pour plus d'Europe, seul moyen, selon eux, de sortir de la crise .

   Eh ! bien, absentionnistes et " grillonistes ", ont dit non à cette ligne, à plus de 50% . Qui peut soutenir que ces électeurs ne savaient pas ce qu'ils faisaient ?

 

   Beppe Grillo est un personnage ambigü, tout n'est pas clair dans son discours, pas plus que ses objectifs personnels, mais là n'est pas, pour l'instant, le problème . Laissons l'injure infâmante de " populiste " à des " journaleux " aigris qu'il a vilipendés et refusé de rencontrer .

   Retenons, pour l'instant, qu'il a mené sa campagne en s'adressant directement aux jeunes - premières victimes de la politique européenne - via les réseaux sociaux, sur quatre thèmes, parfaitement établis : 

  • Une classe politique qui a trahi .
  • La corruption des élites .
  • L'Europe ultra-libérale .
  • L'euro qui asphyxie l'Europe du Sud .

   Le message que nous délivrent les Italiens est un message de rupture, une rupture en deux points : cela fait quatre ans que l'Europe devait être la solution à la crise, mais plus cela change, plus c'est pareil . Les élites nous disent que la solution c'est plus d'Europe, mais pourquoi faudrait-il plus d'Europe, puisque l'Europe n'avance plus et reste dans le noir ? Encore une fois, ce message est-il aussi inconséquent que le prétendent les commentateurs ?

   Le message des jeunes italiens, dont 37% sont au chômage, dont des milliers s'exilent, tous les jours, vers l'Allemagne, par exemple, au même titre que les jeunes Espagnols,  Grecs ou Portugais, n'est l'expression que d'un rejet des élites politiques , incapables de sortir du dogme ultra-libéral .

 

   L'Italie serait-elle une anomalie ? Croire cela serait vite oublier que depuis quatre ans, c'est dans toute l'Europe, que les citoyens se saisissent des élections, pour présenter la facture à leurs gouvernements . On n'a pas bien vu, qu'en France, il y a quelques mois, les scores cumulés du Front National, du Front de Gauche, des abstentionnistes et des bulletins blancs, dépassaient aussi les 50% .

 

   Le message récent de l'Italie est , en fait, un message d'exigence pour une autre construction démocratique, transparente et honnête de l'Europe . Un message de condamnation de choix économiques, d'un déficit de démocratie, d'absence de grands projets et de mythes mobilisateurs .

   Si les élites politiques européennes ne prennent pas la mesure de ce qui est en train de se passer, les lendemains seront catastrophiques .

   La grande leçon du vote italien des 24 et 25 février 2013, ne dit pas autre chose !

   

   

   

Partager cet article

Repost 0
Published by regain2012 - dans Politique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Regain 2012
  • Regain 2012
  • : Pour un retour à la démocratie réelle où le citoyen redevient acteur de son avenir et cesse de déléguer son pouvoir à des partis ou à des dirigeants trop éloignés des souffrances des peuples.
  • Contact

Vous aimerez peut-être :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Recherche

Nuage de tags

Nombre de visiteurs en ligne

Il y a actuellement    personne(s) sur ce blog

Catégories

Liens