Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 janvier 2014 5 24 /01 /janvier /2014 14:03

images-copie-7.jpg

 Sous-titre : " Le pacte de compatibilité " !


" Je donnerais toute la Montedison, encore que ce soit une multinationale, pour une luciole " . (1) . ( Pier Paolo Pasolini . L'article des lucioles : 1975 .  La Montedison fut la première multinationale italienne de la chimie, entre 1966 et 2002 ) .

( Illustration : masque mortuaire . artaujourdhui.fr ) .

 

   " Enfin " ! C'est un tweet d'un seul mot , signé par Laurence Parisot, ex-patronne du MEDEF, au lendemain de l'annonce faite par F. Hollande du " Pacte de responsabilité " qui l'unissait désormais, lui et le Parti Socialiste, aux patrons, à l'entreprise, à l'économie de l'offre, à la solidarité sans l'entreprise .

   Un mot, un cri de soulagement, un orgasme, pour dire,  " enfin ! c'est fait, nous changeons de monde " . Le " j'applaudis " de Pierre Gattaz, nouveau chef du MEDEF  en est devenu presque terne, insipide .

 

   Jusqu'à F. Hollande, une gauche de gouvernement pouvait compter sur le soutien des syndicats, sur la mobilisation des forces de progrés, sur des mouvements d'union populaire pour mener à bien les grandes réformes sociales et arracher à un patronat français parmi les plus réactionnaires d'Europe, les concessions nécessaires à " un vivre ensemble " plus ou moins pacifié .

   Des congés payés à la retraite à 60 ans, des Lois Auroux aux 35 heures, de la Sécurité Sociale au Code du Travail, le combat politique s'appuyait sur les luttes sociales dans l'entreprise qui lui servaient de débouchés pour l'accomplissement du pacte républicain .

   Le Président socialiste F. Hollande vient de rompre, avec fracas, ce lien historique qui unissait entre elles, comme un fil conducteur, les différentes expériences de la gauche au gouvernement : 1936, 1946, 1981, 1997 ...

   Pour la première fois dans toute notre histoire , un gouvernement de gauche s'appuie, sans fard, et avec une détermination assumée, sur le patronat .

   C'est avec le patronat, sans aucune consultation des syndicats des travailleurs, sans aucune consultation de sa majorité parlementaire, sans aucune consultation des militants du Parti qu'il dirigea pendant onze ans, que le Président a passé son " pacte de responsabilité " qui a tout l'air d'un " pacte de compatibilité " .

   C'est donc sur la seule bonne volonté du MEDEF qu'il compte pour faire reculer le chômage ! Le moins qu'on puisse dire est que le pari est risqué , presqu'irresponsable qui consiste à attendre tout du patronat transformé, par la grâce présidentielle, en bienfaiteur social .

   L'objet du présent billet n'étant pas de démonter, argument aprés argument, toute la confusion qui entoure les modalités de mise en oeuvre d'une pareille improvisation, nous nous contenterons de relever une seule absurdité : alors que l'endettement du pays frôle tous les records, alors que l'on s'est engagé auprés de Bruxelles à réaliser 50 Mds d'€ d'économies, d'ici à 2017, on crée un besoin de financement supplémentaire de 35 Mds d'€ par an .

   Le prix Nobel d'économie américain Paul Krugman n'est pas tendre avec le positionnement du Président Français, qu'il qualifie de " reculade ", " d'effondrement intellectuel ", quant au choix d'une politique de l'offre, totalement " démystifiée ", et sur le diagnostic de F. Hollande : " Tout montre que la France a des ressources productives qui sont au ralenti parce que la demande est insuffisante " , dénonçant la responsabilité dans les difficultés économiques de l'Europe, pas seulement de politiciens de droite, mais aussi " la complicité des politiciens mous et confus de la gauche modérée " .

   Mme Parisot a tout à fait raison de lâcher un " enfin ! " plein de volupté . F. Hollande tourne le dos aux mobilisations populaires pour le progrés et choisit " le désarmement des salariés " , inaugurant par la même occasion le modèle  " du vide politique " .

 

   Le 1er février 1975, paraissait dans le " Corriere della sera " un article du cinéaste et écrivain italien Pier Paolo Pasolini - c'était peu de temps avant sa mort - " Le vide du pouvoir en Italie ", billet plus connu sous le titre de " l'article des lucioles ", un modèle de cette critique littéraire de la vie politique qui a disparu de nos librairies .

   Par une attention particulière au langage, aux histoires racontées, à l'inconscient gestuel, aux intrigues, à l'imaginaire politique qui s'infiltre dans les discours, Pasolini cherchait à déceler sous les masques  de la Démocratie Chrétienne qui gouvernait alors l'Italie , le vide, " le vide du pouvoir " .

   Non pas, " l'absence de volonté du pouvoir exécutif ", non pas  l'imbécile formule du " manque de cap " , non pas " le récit historique " qui donnerait du sens à l'action politique ... Non ! Pasolini cherchait le vide, le vide en soi ...

   Aujourd'hui, Pasolini aurait pu nous aider à prendre la mesure du vide qui entoure le " pouvoir socialiste " : le leurre d'une politique libérale qu'il impulsa dans les années 1980 et qui nous explosa à la face en 2008 ; le leurre de l'hypermédiatisation, les politiques confiant aux médias leur survie dans les sondages ; le leurre que la police suffirait à contenir les effets des inégalités dans les banlieues ; le leurre de la stigmatisation de quelques minorités, pour rivaliser avec les politiques sécuritaires de droite ...

   Et je crois que Pasolini aurait pu conclure , sur l'épisode hollandais, en France, par les mots qu'il utilisait en 1975 :

   " Les hommes du pouvoir ont subi tout cela, alors qu'ils croyaient l'administrer, et en quelques mois ils sont devenus des masques funèbres . C'est vrai, ils continuent à étaler des sourires radieux d'une sincérité incroyable . Dans leur pupille se grumèle un vrai, un béat éclat de bonne humeur, quand ce n'est pas celui, goguenard, de la rouerie . En outre, nos dignitaires continuent d'émettre imperturbablement  leurs verbiages incompréhensibles où flottent les flatus vocis (2) de leurs habituelles promesses stéréotypées ... En réalité , toutes ces choses sont bel et bien des masques . Je suis certain que , si on les enlevait, on ne trouverait même pas un tas d'os ou de cendres : ce serait le rien, le vide " .

 

   " L'Etat-Providence a cédé la place au Patronat- Providence  " !

 

 (1) . " Au début des années 60, à cause de la pollution atmosphérique, et surtout, à la campagne, à cause de la pollution de l'eau, les lucioles ont commencé à disparaître . Cela a été un phénomène fulgurant et foudroyant . Aprés quelques années, il n'y avait plus de lucioles ..."  . ( PPP ) .

 (2) . paroles sans intérêt, sans signification .

 

 

   NB : d'aprés le billet de Christian Salmon, du 22 janvier 2014, sur le site Mediapart : " Deux ans aprés le discours du Bourget : le vide du pouvoir .

 

  

 

  

Partager cet article

Repost 0
Published by regain2012 - dans Politique
commenter cet article

commentaires

AF30 24/01/2014 20:13


Souvent pour ne pas dire constemment le choix de Hollande est jugé sous l'angle de l'erreur, de la faiblesse, du manque de courage. Il me semble que ce jugement est erroné car il n'est pas de
gauche et par conséquent il applique une politique qui corrspond totalement à ses convictions tout en sachant absolument les résultats qui en découleront même et surtout pour ce qui adviendra
pour les salariés. 


Fait on un procès en erreur aux hommes politiques de droite ? Bien évidemment non car leurs choix correspondent à leur idéologie. Et bien il en est de même pour Hollande et pour tous ceux qui le
soutiennent.

Présentation

  • : Regain 2012
  • Regain 2012
  • : Pour un retour à la démocratie réelle où le citoyen redevient acteur de son avenir et cesse de déléguer son pouvoir à des partis ou à des dirigeants trop éloignés des souffrances des peuples.
  • Contact

Vous aimerez peut-être :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Recherche

Nuage de tags

Nombre de visiteurs en ligne

Il y a actuellement    personne(s) sur ce blog

Catégories

Liens