Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 avril 2012 7 01 /04 /avril /2012 16:27

 La chute du communisme, le recul des dictatures en Europe et en Amérique du Sud, la conversion de la Chine à l'économie de marché " suggèreraient que les principes de liberté et d'égalité sur lesquels notre système est fondé ne sont pas le fait de hasards ou de préjugés ethnocentristes mais sont vraiment la révélation de la nature de l'homme en tant qu'homme, nature qui va en augmentant à mesure que le cosmopolitisme du point de vue grandit ...Si nous en sommes à présent au point de ne pouvoir imaginer un monde substantiellement différent du nôtre, dans lequel aucun indice  ne nous montre la possibilité d'une amélioration fondamentale de notre sort, alors il nous faut prendre en considération la possibilité que l'histoire elle même puisse être à sa fin..." ( Francis Fukuyama . La fin de l'histoire, le dernier homme . Cité par Jacques Dufresne, encyclopédie Agora .)

  ( Illustration : branchezvous.com ) .

 

 

imagesCA1V67VW-copie-1.jpg


 

" Le libéralisme économique, disait le Britannique Lord Bryce, au XIXe siècle, désigne la reconnaissance du droit à la liberté des activités et des échanges économiques, fondée sur la propriété privée et les lois du marché ."

   J'ajoute que pour qu'un marché fonctionne, il faut des marchandises, à la source du profit, donc des producteurs de marchandises . Et puisque dans le libéralisme économique, il faut produire toujours plus, sinon il stagne puis disparaît, il faut inventer chaque jour de nouveaux produits qui deviendront des marchandises , par les lois du marché : c'est le règne de la marchandise .

   Afin que l'histoire ne s'arrête pas là, je propose aux cerveaux du libéralisme, de nouveaux modes de production . Messieurs, il faut transformer en marchandises, ce qu'encore , vous considérez comme improductif .

 

   " Un philosophe produit des idées, un poète des vers, un pasteur des sermons, un professeur des manuels... Un criminel produit des crimes .

   Si l'on considère d'un peu plus prés le rapport qui existe entre cette branche de production et l'ensemble de la société, on reviendra de bien des préjugés . Le criminel ne produit pas seulement des crimes, mais encore le droit criminel, le professeur qui fait ses cours sur le droit criminel et le manuel inévitable où le professeur condense son enseignement en vue de la vérité . Il y a donc augmentation de la richesse nationale . Le criminel produit en outre l'organisation de la police et de la justice criminelle, les agents, les juges, les jurés, les bourreaux, autant de catégories de la division sociale du travail, développant les facultés de l'esprit, créant de nouveaux besoins et de nouvelles manières d'y satisfaire . La torture, à elle seule a donné lieu aux inventions  mécaniques les plus audacieuses et occupé une foule d'honnêtes ouvriers à la production de ces instruments .

   En dehors des manuels sur le droit criminel, du code criminel et des législateurs, il produit de l'art, de la littérature, des romans, voire des tragédies . Le criminel apporte une diversion dans la vie monotone de la bourgeoisie . Il fait naître cette tension inquiète, cette mobilité d'esprit, sans quoi le stimulant de la concurrence finirait par s'émousser .

   Le criminel donne donc une nouvelle impulsion aux forces productives ..."

 

   Messieurs, de l'audace ! Au stade supérieur du développement du capitalisme, dont vous pensez qu'il ne peut être dépassé, cette satire vous propose des horizons, pour ne pas arrêter l'histoire .

  Eh ! bien,  non !  Ce texte n'est pas de moi . C'est un extrait méconnu de Karl Marx, qui, pour dénoncer l'absurdité du système capitaliste savait aussi manier " l'ironie et la verve " .  Absurdité qui peut conduire l'humanité à des aberrations sans nom .  On ne peut s'empêcher en lisant Marx de penser  à l'oeuvre de Balzac et à son  personnage négatif par excellence : Vautrin .

   Jean Rostand disait :" Le coeur ne mène pas si vite à l'absurdité que la raison à l'odieux ." 

 

   L'histoire n'est pas en cause . C'est un système de production qui interpelle . Fukuyama est passé complètement à côté de son sujet . Nous sommes dans une période de transition, de mutation où rien n'est figé ."Où va-t-on ? Qui le sait ? Qui peut le savoir ? On va , sans savoir où l'on va ." ( Henri Lefebvre) .

   Quelle finalité peut-on assigner à la société à travers la terreur nucléaire, les désastres environnementaux, la folie rationnelle de la cybernétique et des nanotechnologies ? 

  " La socialisation de la société peut-elle continuer et mûrir sous l'enveloppe du capitalisme et la percer à jour ? "( Henri Lefebvre .)

   Comment explorer un tel questionnement ? A partir de Marx !

 

 

   NB :(1) . Le titre est une expression de Napoléon Bonaparte .

                  Le texte de Karl Marx est emprunté au livre d' Henri Lefebvre : Sociologie de Marx .PUF .1966 .

   

Partager cet article

Repost 0
Published by regain2012 - dans Société
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Regain 2012
  • Regain 2012
  • : Pour un retour à la démocratie réelle où le citoyen redevient acteur de son avenir et cesse de déléguer son pouvoir à des partis ou à des dirigeants trop éloignés des souffrances des peuples.
  • Contact

Vous aimerez peut-être :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Recherche

Nuage de tags

Nombre de visiteurs en ligne

Il y a actuellement    personne(s) sur ce blog

Catégories

Liens