Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 juillet 2012 2 10 /07 /juillet /2012 13:39

" Jamais le Congrés des Etats-Unis réuni pour dresse l'état de l'Union n'a été confronté à des perspectives plus souriantes qu'aujourd'hui ... Les immenses richesses créées par nos entreprises et notre industrie, mais aussi épargnées par notre économie, ont été réparties de la manière la plus large au sein de la population et ont été canalisées en un flux régulier au service de la charité et des affaires du monde . Les conditions de vie ont franchi le cap de la nécessité pour entrer dans la région du luxe . La production toujours plus grande est absorbée par une demande intérieure croissante et un commerce extérieur en expansion . Le pays peut considérer le présent avec satisfaction et envisager l'avenir avec optimisme ." ( Message du Président des Etats-Unis Calvin Coolidge, au Congrés, le 4 décembre 1928 ) .

   Mais patatras ! dix huit mois plus tard, le paradis sur terre s'effondre, avec le Krach boursier d' octobre 1929 . On peut se tromper .

   ( Illustration : soupe populaire . thecanadianencyclopedia. com ) .

 

 

imagesCAODS526.jpg

 

   Essayons , une fois n'est pas coutume, de sortir des carcans idéologiques dans lesquels les économistes tiennent à nous enfermer, à propos de la crise que nous subissons, pour, faisant appel à l'historien, revisiter les dégâts politiques de la première grande crise: le krach de 1929 . Nous laisserons de côté, les éruptions violentes du fascisme et du nazisme, pour une fois, afin d'observer la vague de fond qui peut nous enseigner, ce qui pourrait arriver dans les prochaines années .

   Ce qui caractérise les années 1930 et l'aprés krach de la bourse de New-York, c'est " un recul général des valeurs et des institutions de la civilisation libérale "- au sens des Lumières, du XVIIIe siècle - , qui avaient tenu le progrés pour acquis, définitivement, avec l'aide, en particulier des Positivistes et d'Auguste Comte . Certes, cela concernait les parties du mondes avancées .

   Parmi ces valeurs on trouvait la méfiance à l'égard des dictatures et du pouvoir absolu ; l'attachement au régime constitutionnel , à des gouvernements et des assemblées élus ; un ensemble accepté de droits et de libertés civiques .

   " La raison, le débat public, l'éducation, la science et la possibilité d'améliorer la condition humaine, telles étaient les valeurs qui inspiraient l'Etat et la société, avant la crise ." Il semblait même acquis que ces idées devaient progresser tout au long du siècle et au-delà .

   Au début du siècle, les seules forces qui avaient cherché à combattre ces valeurs avaient été, évidemment l'Eglise Catholique, toujours là quand il s'agit de combattre la modernité ; une poignée d'intellectuels " petits-bourgeois", en quête de singularité ; et - surprise - une partie des forces de la démocratie institutionnalisée, on dira plus tard parlementaire, effrayées par les progrés des partis socialistes, par l'arrivée sur la scène politique de l'URSS .

   Ces républicains modérés étaient inquiets " de l'irrationnalité , de l'arriération et de l'ignorance des masses ", de leur attachement à la révolution sociale et au renversement de l'ordre bourgeois . Et pourtant, qui était plus attaché que le mouvement socialiste, à la raison, à la science, au progrés, à l'éducation, à la liberté personnelle . Qui aurait pu faire croire, au début du siècle, qu'un gouvernement conduit par Jean Jaurés, allait mener la France à la fin de notre civilisation ? Nous dit l'historien Eric J. Hobsbawm . ( N'entendez-vous pas monter de l'orphéon UMP une musique comparable, aujourd'hui, contre F. Hollande et J.M. Ayrault ? C'est également sur ce constat que l'ineffable Eric Zemmour a construit sa dernière théorie - époustouflante - que le régime de Vichy a été bâti par des hommes de gauche ) .

 

   Quelques constats nous sont indispensables pour aller plus loin . Ne perdons pas de vue, qu'au début des années 1920, le monde ne compte que 65 Etats indépendants , essentiellement dans le monde occidental et américain du nord . Un tiers de la population mondiale vit sous le régime de la domination coloniale . Et parmi ces Etats indépendants, il faut encore compter quelques " Etats fossiles", politiquement isolés, comme l'Arabie Saoudite, l'Ethiopie, la Mongolie ou le Yémen ...ou quelques Etats qui ne connaîtront, en cette période qu'une seule élection : Chine nationaliste, Thaïlande ou Paraguay . Les autres, environ trente-cinq,  connaissent un régime constitutionnel avec des élections .

   ( Aujourd'hui, l'ONU se compose de 194 Etats membres ) .

   Mais entre " la marche sur Rome de Mussolini" et l'apogée de la puissance de " l'Axe ", en 1943, ces démocraties passent de trente-cinq à dix-sept, en 1938, et à 12 en 1944 .

   La tendance mondiale était claire : recul général du libéralisme politique avec ses " abcés purulents" en Allemagne, Italie, Espagne ou encore au Portugal .

 

   Mon propos est simple . Ne nous laissons pas enfermer dans le débat économique, auquel nous devons participer bien sûr, ne serait-ce que pour démonter le fonctionnement du système . Mais regardons, parallèlement et avec vigilance, les atteintes à la démocratie que la crise favorise : Les gouvernements de technocrates ; la méfiance qui s'instaure à l'encontre des gouvernements élus démocratiquement ; l'horreur des technocrates pour le référendum ; certains abandons de souveraineté qui sont proposés aux Etats, sans définition d'un objectif de progrés ;  le contournement des assemblées élues, par la stratégie du fait accompli ; la mise sous tutelle de certains Etats, qui me paraît constituer la plus grave atteinte à la démocratie .

   Et veillons à ne pas nous laisser manipuler par le supposé danger fasciste : les droites des années 1930, étaient loin d'être toutes fascistes, mais elles surent imiter les exemples totalitaires, pour se maintenir et acquérir une sorte " d'assurance historique " en un avenir qui leur appartenait .

" Ce n'est pas un hasard si les dictateurs royaux, les bureaucrates, les officiers d'Europe de l'Est, ou Franco à l'Ouest, ont imité le fascisme . " ( Linz . 1965 ) .

 

   Toujours regarder les évolutions dans leur globalité, retrouver tous les liens qui relient les évènements, ne jamais compartimenter les questions ! 

 

 

   NB : texte inspiré du livre de Eric J. Hobsbawm . L'Age des extrêmes . Editions Complexe .1999 .

 

   

   

Partager cet article

Repost 0
Published by regain2012 - dans histoire
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Regain 2012
  • Regain 2012
  • : Pour un retour à la démocratie réelle où le citoyen redevient acteur de son avenir et cesse de déléguer son pouvoir à des partis ou à des dirigeants trop éloignés des souffrances des peuples.
  • Contact

Vous aimerez peut-être :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Recherche

Nuage de tags

Nombre de visiteurs en ligne

Il y a actuellement    personne(s) sur ce blog

Catégories

Liens