Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 novembre 2012 4 08 /11 /novembre /2012 15:10

"  La Providence a donné à chaque individu, quel qu'il soit, le degré de raison nécessaire pour qu'il puisse se diriger lui-même dans les choses qui l'intéressent exclusivement . Telle est la grande maxime sur laquelle, aux Etats-Unis, repose la société civile et politique ." ( Alexis de Tocqueville . De la démocratie en Amérique .)

 ( Illustration :  zebulon.fr ) .

 

 

disneyland_expl_47971131234_w300.jpg

 

   Quand on parle des Etats-Unis, chez nous, on ne peut s'empêcher de penser à Tocqueville, qui en avait étudié de trés prés le fonctionnement démocratique, au milieu du XIXe siècle . C'était avant la grande révolution industrielle américaine . Car, comme le suggère la citation ci-dessus, accorder aux Américains une qualité telle que le cartésianisme, me paraît relever d'une contorsion intellectuelle fort audacieuse .

   En tout cas, la toute récente élection présidentielle ne me paraît pas confirmer ce constat . 

   Est-ce bien rationnel que chaque candidat ait dépensé 1 Md de $ pour sa campagne, que tous les coups, même les plus bas, soient permis à travers des spots télévisés qui font l'essentiel du " débat " ? ( Rappelons qu'en France, le plafond des dépenses pour un candidat à la présidentielle est de 20 millions d'euros , soit 2% du chiffre américain .)

   La participation des électeurs montre bien des points noirs de la démocratie américaine . J'ai entendu des observateurs français, spécialistes des Etats-Unis, heureusement, parler de vote massif . Un Américain sur deux seulement est allé voter, situation qui dure depuis de nombreuses décennies , et d'abord les plus pauvres .  C'est à dire que  50%  du corps électoral n'est pas intéressé par la politique, ou s'en considère exclu, ou n'y croit pas . Le Président est donc l'élu d'un Américain sur quatre seulement .

   Le résultat lui-même mérite notre attention . En termes de total de voix, 53.5 millions pour Obama, 52.8 millions  pour Romney, seuls 700 000 votes séparent les deux candidats . Obama l'emporte grâce aux voix des " latino- américains " qui ont voté à 73% pour lui, bien que par ailleurs opposés à l'avortement pour une majorité d'entre eux, de par leur culture catholique ; grâce aux Noirs et surtout grâce au vote des femmes .

   La carte géographique de ces résultats est pleine d'enseignements . Tout le centre des USA, l'Amérique profonde, rurale, blanche, qui ne connaît que son pays, voire son Comté, ignore que l'Europe existe, a apporté son soutien aux Républicains .

   Obama l'emporte dans les Etats de la Côte- Est ou de la Côte- Ouest, nettement plus ouverts aux influences étrangères, au commerce,  au tourisme, états où l'on trouve les universités les plus prestigieuses, états également de forte immigration .

 

   J'entendais hier, encore un spécialiste des Etats-Unis, avancer que cette élection, n'avait pas été un match entre deux hommes, quelle que soit l'habileté personnelle d'Obama, mais surtout un combat entre deux projets pour l'Amérique : un modèle solidaire contre un modèle libéral .

   J'ai du mal à intégrer une telle analyse . Hormis le fait que Romney avait le soutien des intégristes chrétiens  des " tea-party " qui veulent remettre la religion dans tous les domaines de la vie quotidienne et qu'il prônait  le classique " moins d'état " dans l'économie, je n'ai pas deviné chez Obama une volonté farouche de conduire l'Amérique sur le chemin d'une solidarité absolue, pouvant ressembler à nos démocraties européennes . Rappelons ici que de nombreux Américains assimilent le modèle européen au communisme .

   Je prends deux exemples dans le bilan du premier mandat d'Obama . Son fameux projet sur la couverture santé pour tous, n'était pas la mise en place d'une sécurité sociale à l'européenne, mais l'obligation pour 50 millions d'Américains de s'assurer auprés des compagnies privées, l'Etat pouvant aider les plus en difficulté pour prendre une assurance .

   La férocité des attaques des Républicains ont prouvé, alors, que la raison n'était pas la chose du monde la mieux partagée, aux " States " .

   Le projet de régulation de la finance, en 2008, en pleine crise des " subprimes ", montre le peu d'empressement de l'administration Obama . Une Loi est votée en 2009,  loi Dodd-Frank, du nom des deux membres du Congrés qui la portaient, un texte qui comprend 398 mesures . A ce jour seul un tiers de ces mesures a été mis en oeuvre . Et la règle Volker qui prévoit la limitation de la prise de risque des banques sur leurs fonds propres, en matière de spéculation, reste lettre morte .

   L'Amérique d'Obama reste bien l'Amérique de la finance . Ce n'est pas moi qui le dis, c'est le petit fils du Président Franklin Roosvelt , Curtis Roosvelt, ancien diplomate, retiré dans le sud de la France : " Obama n'a rien fait pour réguler la finance ."

 

   Enfin, il vaut quand même mieux Obama que Romney, à la tête des Etats-Unis . Mais ne nous faisons pas d'illusions démesurées . Les disneylands ont encore de beaux jours devant eux !

Partager cet article

Repost 0
Published by regain2012 - dans Politique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Regain 2012
  • Regain 2012
  • : Pour un retour à la démocratie réelle où le citoyen redevient acteur de son avenir et cesse de déléguer son pouvoir à des partis ou à des dirigeants trop éloignés des souffrances des peuples.
  • Contact

Vous aimerez peut-être :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Recherche

Nuage de tags

Nombre de visiteurs en ligne

Il y a actuellement    personne(s) sur ce blog

Catégories

Liens