Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 octobre 2012 6 06 /10 /octobre /2012 14:07

" Les pays les plus créateurs de richesse ont, paradoxalement, les charges sociales les plus élevées : Norvège, Suède, Finlande, Danemark ." ( Webmagazine économique : les quatre temps du management ) .

 ( Illustration : resultat.daily-bourse.fr ) )

 (1) . Titre d'un encadré de Marianne No 807 , page 20 ) .

 

Fort-rebond-de-la-production-industrielle-au-Japon.jpg

 

   Ne passons pas à côté du débat qui s'ouvre sur la compétitivité de nos entreprises . A coups de lobbying, de manipulations, de mensonges, on va , une nouvelle fois nous faire prendre des vessies pour des lanternes .

   Le projet gouvernemental sur la question est éventé, Le Monde du 4 octobre 2012 nous dévoile que F. Hollande s'échappe de la sacralisation de ses 60 propositions, pour aborder une question, dont il s'était bien gardé de parler pendant la campagne électorale .

   Emboîtant le discours du MEDEF, il convient que , la compétitivité de nos entreprises est liée à un coût trop élevé du travail en France, alors qu'au printemps, il n'acceptait de parler que d'innovation, de formation ou de production haut de gamme .

 

   Le projet prévoit le basculement de 40 Mds d'euros de côtisations patronales, sur la durée du quinquennat, car le choc sur le pouvoir d'achat des Français pourrait être mortel, vers la CSG, que tout le monde paie, retraités comme actifs - tout comme une TVA sociale - . Reprenant la logique sarkozyste, cette exonération toucherait les côtisations familiales sur les salaires allant de 1.6 à 2.2 du Smic . L'argument avancé étant qu'il s'agit de cibler les salaires d'ouvriers et de techniciens, salariés d'entreprises directement exposées à la mondialisation, essentiellement, l'industrie donc .

   Les entreprises ne participeront quasiment plus à la politique familiale du pays : adieu au programme du Conseil National de la Résistance .

   Ce projet ne touche pas le dispositif Fillon d'exonération des charges sur les salaires allant jusqu'à 1.6 du SMIC, qui coûte à l'Etat 30 Mds d'euros par an, et dont tous les rapports, Cour des Comptes y compris, établissent son inefficacité , sur la création d'emplois, et sa perversité sur le maintien de salaires bas, les patrons ne voulant pas dépasser le seuil et perdre le droit aux exonérations .

   Le MEDEF ne fait jamais allusion aux 172 Mds d'euros de niches fiscales offerts aux entreprises, dont 65 Mds sur le seul impôt sur les sociétés, dénoncés par la Cour des Comptes .

  

   Les étapes de la mise en oeuvre de ce plan sont les suivantes : à la mi-octobre, remise du rapport, sur la question, du commissaire à l'investissement, Louis Gallois, au gouvernement . On doit à Louis Gallois, ancien PDG de la SNCF et de EADS, la suggestion de ce plan . Dans la foulée, le Haut-Conseil de la protection sociale fera un état des lieux de ces constats, puis recevra une saisine du Premier Ministre pour examiner les différentes propositions de réforme .

   Au basculement des charges, on peut ajouter des propositions de taxes nouvelles : augmentations de TVA ciblées, " taxe écologique"  pour la Ministre de l'environnement, Delphine Batho ou " taxe comportementale " de Marisol Touraine, Ministre de la santé, sur la consommation du tabac et de l'alcool . ( L'Empereur Vespasien taxait les urines des citoyens romains ) .

 

   Le problème que pose ce changement de cap de la politique de François Hollande est que tous les chiffres circulant sur le coût du travail, sont faux, et au premier chef, ceux du MEDEF, voilà qui va de soi . F. Hollande avait raison, au printemps quand il évacuait la question, la situant davantage sur des questions de stratégie d'entreprise . Mais voilà, il a changé .

   Alors, soyons clairs ! 

   Un document de travail ( No 1208 ) du Cepremap - Centre de recherche pour l'économie et ses applications -   publié par l'économiste Philippe Askénazy, directeur de recherche au CNRS , nous avertit que les éléments servant à évaluer le " coût du travail " en France, sont fragiles, voire incohérents . Ainsi, l'organisme européen de la statistique, Eurostat, aurait tendance à surestimer de 10% le coût du travail en France, dans les comparaisons avec l'Allemagne . ( Marianne : No 807 du 6 au 12 octobbre 2012 ) .

   " Le travail est un objet contingent complexe qui mérite d'être analysé trés sérieusement ", lit-on sur le webmagazine économique " Les quatre temps du management ", animé par des universitaires et des chercheurs .

   Les baisses de charges significatives n'ont aucun lien direct avec l'emploi : il suffit de se souvenir des aides massives accordées à notre industrie textile, dans les années 1980, pour lutter contre l'arrivée des produits chinois : elles n'ont pas empêché le déclin, meurtrier pour l'emploi, de cette activité .

   La " valeur travail " n'est pas la même selon les secteurs et selon les formules stratégiques des entreprises, dit encore le magazine " les quatre temps du management " .

   Encore deux chiffres, qui font consensus chez les économistes , et qui contrecarrent complètement le discours du MEDEF, focalisé sur le concept du coût horaire . Dans l'industrie, exposée à la mondialisation, le coût horaire à l'unité, en France,  est de 33.8 euros . Il est de 35 euros en Allemagne .

   Et si l'on prend en compte la productivité de l'ouvrier français, ce que n'aime pas le MEDEF , l'économiste du Front de Gauche, Jacques Généreux avance : sur une base 100,  le coût horaire de l'ouvrier français est de 83.75/100 contre 96.33/100 pour l'ouvrier allemand .

   On peut ajouter encore que, sur le simple plan du bon sens,  on ne résiste pas à des coûts du travail 50 fois inférieurs aux nôtres .

 

   J'apporte donc ma contribution au débat qui s'ouvre, sous réserve, qu'on ne nous cache pas la nature du basculement de société qui se prépare .

   Ne parlons plus de " coût du travail " mais de " valeur travail ", car le sens du travail c'est de créer da la valeur, et une valeur trés sensiblement supérieure au coût qu'il représente, puisqu'en plus de la rémunération des salariés, des actionnaires - et oui, il faut bien - et des banquiers, il doit contribuer à la solidarité nationale .

   Cette dernière valeur, c'est l'apport du XXe siècle, malgré tous ses soubresauts , et ses capitulations . F. Hollande, vos choix à venir, vont être lourds de conséquences !

 

 

   NB : les informations sur le projet de réforme de la protection sociale sont empruntées au journal " Le Monde " du 4 octobre 2012 .


Partager cet article

Repost 0
Published by regain2012 - dans Economie
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Regain 2012
  • Regain 2012
  • : Pour un retour à la démocratie réelle où le citoyen redevient acteur de son avenir et cesse de déléguer son pouvoir à des partis ou à des dirigeants trop éloignés des souffrances des peuples.
  • Contact

Vous aimerez peut-être :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Recherche

Nuage de tags

Nombre de visiteurs en ligne

Il y a actuellement    personne(s) sur ce blog

Catégories

Liens