Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 juin 2013 6 22 /06 /juin /2013 16:15

C'est une bien obscure clarté qui va illuminer la transparence de la vie politique française, dans quelques jours ...

 ( " Cette obscure clarté qui tombe des étoiles ... " ( Le Cid . Corneille ) .

( Illustration : naturepixel.com ) .

 

 

lueurs_jour_naissant_ciel_etoile.jpg

 

   N'en déplaise aux journaleux qui ne cessent  de fustiger l'indécision de F. Hollande, la France a un Président . Certes, il n'est pas à l'Elysée, il siège au perchoir de l'Assemblée Nationale, il s'appelle Bartolone, et il sait ce qu'il veut , plus exactement ce qu'il ne veut pas : " pas de démocratie paparrazzi ", a-t-il clamé tout au long de ces dernières semaines . Et, s'appuyant sur les grands élus socialistes, puis aidé par Copé, Jacob, et la clique UMP, le Président Bartolone a fait plier F. Hollande et J. M. Ayrault . Le patrimoine des Parlementaires ne sera pas rendu public .

   Bien sûr il sera déposé en Préfecture, consultable, individuellement,  par tout électeur du département, mais qui n'aura pas le droit de divulguer ce qu'il aura lu, sous peine de poursuites judiciaires, les peines pouvant aller jusqu'à la prison ferme . En outre, l'outre-cuidant qui aura voulu consulter la fortune de son député - ou de son Maire, dans une grande ville - devra s'inscrire sur un registre que M. le Maire pourra consulter : gare aux " retours de bâtons " !

   Mieux, alors que F. Hollande tonnait, lors de l'explosion de l'affaire Cahuzac, qu'il fallait en finir avec les conflits d'intérêts, et que certaines professions allaient être interdites aux Parlementaires, le Président Bartolone a détricoté tout cela, et le texte voté cette semaine par l'Assemblée, " va premettre aux avocats d'affaires ou autres chirurgiens esthétiques de dormir tranquilles  : non seulement ils vont pouvoir continuer à exercer pendant leur mandat mais ils pourront le faire sans aucune limitation de revenus " . Merci qui ?

   C'est que le sieur Bartolone n'est pas commode quand on s'intéresse d'un peu trop prés à ses avantages matériels et privilèges d'élu . Quand le Canard Enchaîné publia, à la mi-avril, une photo de sa maison de 38O m2, en banlieue parisienne, avec vue imprenable sur Paris , ou révéla comment Mme Bartolone avait été embauchée au cabinet de son mari, M. Bartolone n'était pas content du tout et le fit savoir .

   Il y a  à peine trois jours, parce qu'une dizaine de députés de tous bords ont dénoncé le côté excessif de la retraite des députés, alors que celle des Français va subir quelques restrictions, M. le Président n'a pas pu retenir sa grogne, ou son mauvais caractère, et s'est exclamé : " J'en ai marre de ces députés qui pour se faire une réputation tapent sur les autres " . Suivi, il est vrai, par une grande majorité de collègues, de tous les partis .

   Toujours est-il que l'ami de Bartolone, le député breton J. Jacques Urvoas, Président de la Commission des Lois, a utilisé tous les amendements venus de la " Maison Socialiste " pour édulcorer le texte gouvernemental et le rendre inodore et sans saveur .

   F. Hollande a capitulé devant les siens, une nouvelle fois . Bartolone à Matignon, au prochain tour - il en rêve, nous dit-on -  peut-être bien !

 

   La France va rester trés en retard, par rapport aux pays de l'OCDE en matière de transparence de la vie politique, mais personne ne s'en émeut . Le texte adopté par l'Assemblée, n'apporte rien de nouveau ou presque, il n'apporte de la transparence que pour les élus honnêtes, car pour les autres il y aura toujours la possibilité de contourner les règles à travers les structures familiales, ou les déclarations volontairement trés vagues, donc inutilisables,  comme c'est le cas en Italie .

   Et ce n'est pas la Nouvelle Haute Autorité de contrôle, à laquelle on prévoit d'adjoindre, tout au plus,  une vingtaine de collaborateurs, sans pouvoir judiciaire et d'investigation  nouveau, qui fera peur aux " Cahuzac " en herbe . En un mot, ce texte n'aurait pas empêché les turpitudes de l'ancien ministre du budget .

 

   Il est vrai que toute moralisation de la vie politique est un sujet complexe et qui exige de ceux qui veulent bien le porter beaucoup de courage . Et ce pour une raison trés simple :  " La tension entre vraie transparence et flicage est totale ". 

   Dans les années 1990, le Président du Conseil italien, Romano Prodi, voulut mettre en place une transparence politique trés poussée, s'étendant des élus aux hauts-fonctionnaires et à leurs familles .  Il se rendit compte alors que son projet allait toucher plus de 30 000 personnes, exiger la création d'une sorte de monstre bureaucratique de contrôle proche de Big Brother de Orwwell : il renonça .

   Pourtant le prix à payer pour contrer la poussée de l'anti-parlementarisme et la progression des extrêmes -droites passe par des mesures drastiques . " Si l'on veut vraiment établir une transparence totale qui en finisse avec les parties de cache-cache, il faut aller trés, trés loin ", dit Yves Mény, politologue, professeur à l'Université de Luiss à Rome .

   Il faut aujourd'hui, si l'on veut sauver la démocratie, une transparence spectaculaire et efficace . On ne peut s'arrêter aux élus, mais il faut aussi contrôler les hauts-fonctionnaires - comme le suggéraient Edgar Morin et Stéphane Hessel dans "  Le chemin de l'espérance " -  les dirigeants des grandes entreprises publiques et étendre les contrôles à leurs familles . C'est par là que passera la mise en place d'une vie politique de salut public affirment ces deux grands humanistes .

   Par ailleurs, il faut intégrer l'idée que la transparence n'est qu'un outil parmi d'autres, dans la moralisation de la vie politique ;  il est devenu urgent de mettre fin au cumul des mandats et surtout au cumul des fonctions . Beaucoup d'élus sont présidents de trop d'associations, d'organismes publics et para-publics - offices d'HLM ou syndicats à vocations multiples - ayant la main sur la passation d'un nombre trop important de marchés publics, sources de tous les clientélismes et de toutes les corruptions .

 

   Il appartient désormais aux nouvelles générations d'élus , de droite comme de gauche, de bousculer ces hommes du passé - dont Bartolone fait partie avec, au passage,  son ami Tapie - des années Mitterrand-Chirac,  qui ont tant malmené l'éthique .

   Les cris d'orfraie à venir, quand l'extrême droite lepéniste tiendra le haut du pavé, ne seront plus de mise . Seule vaudra la question : et si j'y étais pour quelque chose ? Mais il sera trop tard !

   La vie politique ne peut plus être considérée comme " un gadget ".

 

 

   NB : la première partie du billet est inspirée d'un article du Nouvel Observateur : " Transparence : Bartolone, le Président qui a fait plier Hollande " ( 06/06/2013 ) . La deuxième partie s'inspire de l'article de Libération : " Brouillage " ( 20/06/2013 ) .

   

   

 

   

Partager cet article

Repost 0
Published by regain2012 - dans Politique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Regain 2012
  • Regain 2012
  • : Pour un retour à la démocratie réelle où le citoyen redevient acteur de son avenir et cesse de déléguer son pouvoir à des partis ou à des dirigeants trop éloignés des souffrances des peuples.
  • Contact

Vous aimerez peut-être :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Recherche

Nuage de tags

Nombre de visiteurs en ligne

Il y a actuellement    personne(s) sur ce blog

Catégories

Liens