Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 mai 2013 1 06 /05 /mai /2013 13:50

" Un Président français n'est plus qu'un Président de Région dans une zone Mark explosive " . (  d'aprés Emmanuel Todd ) .

 ( Illustration : lexpansionlexpress.fr ) .

 

 

images-copie-3.jpg

 

   " La raison principale pour laquelle la trés vertueuse Allemagne hurle, tempête, excommunie et donne des coups de pied de façon théâtrale à tous les Européens et fait tout ce qu'elle peut , même s'en remettre à l'inamicale BCE, pour empêcher l'effondrement des banques européennes tient dans un nom : " Deutsche Bank " . ( Philippe Herlin, chercheur en finance et professeur au CNAM ).

   La plus grande banque allemande présente une exposition à des produits dérivés - ceux que l'on a appelés toxiques, lors du krack de septembre 2008 - qui s'élève à 56 000 Mds d'euros , soit six fois le PIB de la zone euro .

    Si les banques d'un des pays qui comptent économiquement   - Espagne ou Italie - s'effondraient, cela provoquerait une rupture des chaînes de garantie entre systèmes bancaires que plus rien ne pourrait arrêter, les Etats n'ayant plus les forces de renouveler - comme en 2008 -  le sauvetage de leurs banques, en les renflouant par de la dette publique, ce qu'a reconnu trés clairement la Chancelière, la semaine dernière .

   Mais le " Chief Executive Officer " de la banque - Directeur Général en français -  tient à vous rassurer : si les choses devaient mal tourner, ces 56 000 Mds d'euros sont couverts par les 575 Mds de dépôts des épargnants allemands, ne riez pas, ce qui représente cent fois moins que les sommes exposées .

   " Au cas où la Deutsche Bank se trouverait dans la situation chypriote, la ponction sur les épargnants allemands risque d'être plus agressive que ce qu'elle est sur l'épargne du petit peuple de Chypre ", nous dit encore Philippe Herlin .

 

   Ce chiffre apparaît dans le rapport financier pour 2012, de la Deutsche Bank, dans la rubrique " Notional amounts and gross market values of derivative transactions " , à la page 85 . Je cite cet intitulé de chapitre pour faire partager la beauté des termes financiers : " gross market " .

   Trés sûrs d'eux, les gestionnaires de la banque allemande expliquent qu'en fait, les risques ne sont pas si colossaux qu'il n'y paraît, puisqu'à chaque fois que la banque souscrit un produit dérivé, elle achète en contrepartie, des titres de protection financière, pour se prémunir contre le risque :   CDS, Crédit Défault Swap .

   Ainsi la compensation des positions sur ces garanties et les engagements de la banque aboutissent à un solde positif net de 20.3 Mds d'euros . ( Admirable décimale ! )

   Sauf que ces sortes d'assurances sur les achats de titres sont souscrites auprés d'autres banques qui peuvent, elles-mêmes,  trés bien s'avérer défaillantes, un jour ou l'autre, s'emporte Ph. Herlin .

   Ces assurances sur dettes, ont contribué à la spéculation sur les dettes des pays de la zone euro, durant quatre ans ; c'est à travers ces CDS que les Américains nous ont exporté la crise de 2008 ; c'est sur la titrisation de tous ces produits dérivés que la monde de la finance a failli conduire à la ruine la planète en 2008 .

   Et que constate-t-on ?  On constate que les banques ont continué à jouer avec ces outils-là, et à grande échelle . On constate que le plus gros joueur, n'est pas la banque américaine, JP Morgan, quoiqu'exposée à 72 000 Mds de dollars, mais la plus grande banque allemande . On constate que cette banque est exposée pour un montant de 20 fois le PIB allemand . C'est dire si, dans le cas d'une attaque irrationnelle de traders sur la dette allemande, la déflagration risque d'être nucléaire .

 

   Alors, soyons lucides et regardons la réalité en face . Il faut que nous ouvrions  un deuxième " mur des cons " où nous allons épingler les portraits de tous les " condottieri " de la finance, de tous les économistes mercenaires, des journalistes économiques payés pour nous mentir, qui nous invitent, tous les jours, à regarder vers l'Allemagne, avec les yeux de Bernadette Soubirous regardant vers la grotte de " Massabiels ", afin que nous prenions exemple sur la rigueur protestante de nos voisins, sur leur sens aigü de l'intérêt général, sur leur passion pour l'ascèse sacrificielle .

   La vérité est que l'Allemagne a assis l'Europe sur une bombe à retardement qui pèse 56 000 mégatonnes d'explosifs . Ah ! ils sont beaux tous ces " journaleux " qui dépeignent la France , à longueur de " Unes " malfaisantes, comme le grand malade de l'Europe . Ah!  ils sont malins les Britishs de " The economist " qui nous voyaient en bâtons de dynamites qui allaient pulvériser l'Europe par leur déni de réalité .

   Ah !  ils ont l'air fin, ces psychanalystes" à deux balles ",  qui nous expliquent l'austérité " merkélienne ", tantôt à travers le puritanisme anglo-saxon, tantôt à travers la fable de " La cigale et la fourmi " .

   Merkel impose l'austérité à tout un continent parce que son propre système bancaire l'a mithridatisée . Alors elle n'a de cesse de dresser un cordon sanitaire autour des banques allemandes, en danger, en imposant aux autres pays de l'Union des plans d'austérité ineptes mais censés protéger ses propres banques, et qui n'ont d'autre finalité que de servir de remparts à la finance germanique .

 

   Et à ce stade, une vérité s'impose . L'Allemagne n'est pas une région où règnerait un cartésianisme philosophique à toute épreuve . Dans l'immensité de la culture allemande , s'est imposé un romantisme porteur de " trous noirs " qui défient tous les équilibres complexes de la nature humaine .

   " L'Allemagne, qui par deux fois , au XXe siècle, a conduit le continent européen au bord du chaos ", dit Emmanuel Todd, a montré jusqu'à quel niveau d'irrationnalité elle peut parvenir . C'est pourquoi  l'obstination de la Chancelière à imposer à l'Europe son " austérité ", et qui fait de notre région " l'enfant malade de l'économie mondiale ", doit nous interpeller .

   C'est pourquoi, la semaine dernière, François Hollande, quand il a sifflé la fin de la récréation au Parti Socialiste, à propos d'un débat sur " l'austérité merkélienne " que souhaitaient les militants, a commis une erreur politique .

 

 

   NB :  Informations recueillies sur les sites  www.egaliteetreconciliation.fr / et / www.contrepoints.org/2013 / ...


Partager cet article

Repost 0
Published by regain2012 - dans Economie
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Regain 2012
  • Regain 2012
  • : Pour un retour à la démocratie réelle où le citoyen redevient acteur de son avenir et cesse de déléguer son pouvoir à des partis ou à des dirigeants trop éloignés des souffrances des peuples.
  • Contact

Vous aimerez peut-être :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Recherche

Nuage de tags

Nombre de visiteurs en ligne

Il y a actuellement    personne(s) sur ce blog

Catégories

Liens