Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 avril 2013 4 25 /04 /avril /2013 15:06

" La raison qui explique que de nombreux pays en Europe ont un taux de chômage bien plus élevé que chez nous, tient au fait que les salaires et le rendement n'y sont pas en rapport " . (  Angela Merkel . Entretien donné au journal Bild, le 18 avril 2013 . )

 ( Illustration : JDD .com ) .

 

 

Francois-Hollande-Angela-Merkel_pics_390.jpg

 

   Quand le Président de la République française s'adresse aux Français, ceux-ci l'écoutent avec philosophie, voire scepticisme, ils n'en attendent rien . Ils se sont habitués aux discours abscons, auxquels on ne comprend rien, scandés par le mot fétiche du chef de l'Etat : " chocs " . Choc de compétitivité, choc de simplicité, choc de moralité, tant de chocs, qu'aprés tous ces discours prononcés dans la tonalité professorale qu'affectionne le Président, les Français ne sont plus choqués de rien .

   En vérité, ils se sont faits à cette étrange gouvernance, où l'on n'annonce rien mais où l'on frappe, sans prévenir, de tous côtés . C'est un peu comme les supposés propos du légat du pape, lors de la croisade des Albigeois, durant le " sac " de la ville de Béziers : " Tuez-les tous, Dieu reconnaîtra les siens ! "

   L'état mental qui a saisi le Président, qu'on appelle " ataraxie ", sorte de tranquillité de l'âme qui veut que l'on ne soit atteint par rien de ce qui se passe autour de nous, que toutes les préoccupations générales nous sont étrangères, le protège .

 

   La Chancelière allemande n'est pas dans ces dispositions d'esprit . Aprés une éclipse de quelques mois, de nos gazettes, hypnotisées par le débat sur le " mariage pour tous ", Angela Merkel fait son retour . Et elle ne monte pas sur les planches pour rien . En pleine campagne électorale, elle se retrouve attaquée de toutes parts, sur la question de sa politique d'austérité . Agacée, elle se rebiffe et parle clair !

   Aux Etats-Unis, au FMI, au G20, à son allié indéfectible, les Pays-Bas, qui renâcle à poursuivre dans la voie de l'austérité, à tous ceux qui lui disent que les pays qui ont des réserves , grâce en particulier à leur commerce extérieur, doivent pratiquer une politique de relance, en augmentant les salaires, en levant certaines restrictions, elle répond, sans ambigüité, qu'ils peuvent aller se " rhabiller " . Elle ne bougera pas d'un " iota " .

 

   Elle expliquait récemment, sans fard : " Nous n'avons plus la force de mettre en place une deuxième fois de gros programmes de conjoncture sans perdre la confiance internationale " . Ce qui revient à dire, nous avons déjà donné pour le Sud, aller au-delà, c'est, pour l'Allemagne, compromettre la confiance qu'elle a gagnée auprés des marchés, elle se refuse à soutenir à nouveau, comme en 2009, massivement l'économie, en subventionnant le chômage à temps partiel, d'autant plus qu'il s'agit cette fois d'aider les " voisins " et non pas la production allemande .

   Elle ne met pas de gants pour dire à ses alliés, et la France en premier,  qui réclament un soutien actif à la croissance, qu'il y a urgence de se réformer et de consolider les budgets publics .

 

   Mais elle n'en reste pas là . Vraiment agacée par les critiques qui se multiplient, elle s'en prend directement, à l'un des piliers des politiques sociales, en Europe, qui existe dans 21 pays de l'Union, mais pas en Allemagne, si ce n'est dans trois ou quatre branches :  le salaire minimum généralisé - le SMIC français - .

   Pour la chancelière, le salaire minimum généralisé et imposé par les politiques est une hérésie . Partout où il existe, le taux de chômage est trés supérieur au taux allemand , où le salaire minimum n'existe pas, dit-elle . Ses soutiens, les entrepreneurs allemands y vont de leur démonstration . Et de citer, évidemment la France, où le SMIC brut mensuel,  est à 1430 € - 9.43 €de l'heure -  ce qui crée , en France, un chômage supérieur de deux fois au taux allemand .

   Le message est clair : la France doit se défaire de cet anachronisme . ( Entre-nous, le gouvernement français a dans ses cartons un plan de désindexation du SMIC, par rapport au coût de la vie, tout comme pour les retraites ) .

  L'affirmation des milieux d'affaires allemands mérite qu'on y regarde de plus prés . A l'OFCE, l'économiste Eric Heyer est plus mesuré .

   L'Espagne ou la Grèce ont réduit d'un tiers leur salaire minimum -  respectivement, 752 € et 683€ mensuels - , ( une honte : salauds de pauvres, il faut voir comme ils sont exigeants ) et cela  n'a pas empêché le chômage d'exploser dans ces deux pays : l'Espagne a atteint, hier, son record historique de 6 millions de chômeurs, soit un taux de 27.16% . Le Portugal est dans la même situation .

   Un ministre de Merkel a même dit que l'on ne peut pas payer " un balayeur de rues " au même niveau qu'un ouvrier ou un employé .

   Certes, un salaire minimum trop élevé exclut du marché du travail les personnes peu qualifiées . Mais la réponse à l'équation est simple : la formation ! Où vont les 27 Mds d'€ annuels de la formation professionnelle ? F. Hollande si friand de commissions, n'a toujours pas abordé ce sujet, pourtant essentiel , autant pour l'accés à l'emploi, que pour le contrôle des gaspillages et , peut-être de la corruption . Pourquoi tant de prudence ?

   Faut-il envier le modèle allemand ? Le chômage a baissé de 5.5 en dix ans, mais dans le même temps la pauvreté a cru de 3.5 points . 6 millions de personnes vivent avec moins de 8€ de l'heure et 2 millions avec moins de 5 € de l'heure .

   Et ce qui inquiète la communauté internationale, c'est que l'activité industrielle allemande se contracte trés dangereusement depuis six mois : l'indice composite PMI  - compilation chaque mois, auprés d'un échantillon des directeurs des achats d'entreprises du montant des commandes et  achats réalisés ou en cours - a atteint le niveau de 48.8 ;  pour les économistes, en dessous de 50, la récession est là .

   Si l'on baisse encore, ou si l'on supprime, le salaire minimum dans les pays où il existe , ce n'est plus de récession, dont nous parlerons, mais de catastrophe humanitaire .

 

   

Partager cet article

Repost 0
Published by regain2012 - dans Politique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Regain 2012
  • Regain 2012
  • : Pour un retour à la démocratie réelle où le citoyen redevient acteur de son avenir et cesse de déléguer son pouvoir à des partis ou à des dirigeants trop éloignés des souffrances des peuples.
  • Contact

Vous aimerez peut-être :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Recherche

Nuage de tags

Nombre de visiteurs en ligne

Il y a actuellement    personne(s) sur ce blog

Catégories

Liens