Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 mai 2013 5 31 /05 /mai /2013 14:51

" La gestion de la Cité risque de prendre le goût amer du retour à la case départ " . ( Sociologue africain ) .18541160-homme-d-39-affaires-avec-de-l-39-argent-sur-un-fon.jpg

 

   Depuis hier le gouvernement économique de l'Union Européenne est assuré par la Commission, c'est à dire des technocrates, non élus, n'ayant de comptes à rendre à personne et totalement  inconnus des peuples .

   Bon ! N'allez pas croire que je vais dénoncer " la dictature de Bruxelles " . On n'en est pas encore là !  Les recommandations de la Commission doivent être validées par le Conseil des Chefs d'Etats et de gouvernements . Mais enfin, l'abandon substantiel de souveraineté, dans le domaine économique, ne s'est pas accompagné d'un contrôle démocratique accru des Parlements nationaux ou du Parlement européen .

   Au contraire !  La mise sous surveillance des compétences budgétaires de ces parlements nationaux, c'est à dire la mise sous tutelle de l'essentiel de leurs prérogatives, pour ne pas dire de leur raison première d'être, constitue un recul important de la Démocratie . Et ce d'autant plus que le Parlement européen n'a vu en rien ses pouvoirs augmenter . Il continue d'être une instance consultative, sans plus, en ce domaine .

  Alors, soyons précis !  Du point de vue de l'évolution de la construction européenne depuis trois décennies, aux couleurs du néolibéralisme, tout cela n'a rien d'anormal, voire est tout à fait logique .

   Puisque la doxa ultra-libérale est que " la crise " est née de " la démagogie "  et de l'irresponsabilité des gouvernements élus - et certainement pas de l'appétit des banques - il est devenu nécessaire d'ôter aux élus toute initiative budgétaire, en d'autres termes et dit plus brutalement  : " jeter dehors les peuples, de tous ces domaines " trop sensibles ou trop compliqués .

   Attention !  Cette explication est trés répandue dans les sphères dirigeantes : les peuples ne sont pas éduqués pour avoir leur mot à dire sur ces questions . Cela s'entend à propos du référendum que nos élites actuelles n'aiment pas du tout . Cela s'appelle aussi " le social - libéralisme " qui se définit comme le gouvernement des experts .

   C'est d'ailleurs la même logique qui a conduit à la mise en place de la Banque Centrale Européenne, indépendante des gouvernements, ou avant cela, à l'interdiction faite aux banques centrales de créer de la monnaie, en octroyant ce droit pourtant " souverain " aux banques privées .

   Des éléments essentiels de la Démocratie passent depuis des lustres du contrôle souverain assuré par les représentants élus des peuples, à des intérêts privés qui nous ramènent à des années en arrière .

   J'ai comme le sentiment que  F. Hollande n'avait pas encore pris complètement la mesure de cette dérive !

 

   Certes, nous ne parlerons pas encore de " dictature ", mais les reculs sociaux  que cette logique laisse prévoir sont nombreux . On éloigne les élus des grandes décisions parce que la logique de la " Loi" , votée par des élus, a trop muselé, trop encadré - c'est le mot à la mode pour dénoncer les obstacles à l'enrichissement personnel - les libertés entreprenariales .

   Regardons-y de prés !

  •    L'encadrement du travail des femmes et des enfants, au XIXe s. , c'est la Loi .
  •    L'indemnisation des accidents du travail en 1895, c'est la Loi .
  •    La généralisation des retraites ouvrières et paysannes en 1910, c'est la Loi .
  •    Les congés payés et la semaine de 40H , en 1936,  c'est la Loi .
  •    La création de la Sécurité Sociale et des Comités d'entreprise, en 1945, c'est la Loi .
  •    L'instauration du salaire minimum, en 1950, c'est la Loi .
  •    La retraite à 60 ans, en 1981, c'est la Loi .
  •    Les Droits des travailleurs dans l'entreprise, lois Auroux, en 1982, c'est la Loi .

   Personne ne peut citer une seule grande avancée de la condition des travailleurs qui relèverait d'une négociation d'entreprise, et voilà pourquoi, in fine, la logique néolibérale qui inspire la construction européenne veut éloigner, de plus en plus, l'élu, des grands domaines de décision .

 

   La mort, ces jours derniers , du chanteur Georges Moustaki, m'a fait penser au vers d'une de ses chansons : 

" J'ai vu des rois serviles et des mendiants superbes ... " . Dans nos démocraties, les peuples élisent encore leurs rois et n'aiment pas qu'ils se montrent trop serviles .

   

Partager cet article

Repost 0
Published by regain2012 - dans Politique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Regain 2012
  • Regain 2012
  • : Pour un retour à la démocratie réelle où le citoyen redevient acteur de son avenir et cesse de déléguer son pouvoir à des partis ou à des dirigeants trop éloignés des souffrances des peuples.
  • Contact

Vous aimerez peut-être :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Recherche

Nuage de tags

Nombre de visiteurs en ligne

Il y a actuellement    personne(s) sur ce blog

Catégories

Liens