Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 novembre 2017 5 10 /11 /novembre /2017 16:08
" Dire NON ne suffit pas " !

Naomi Klein: " Nous ne pouvons pas battre les nationalistes en étant de meilleurs nationalistes qu'ils ne le sont ".

L'essayiste canadienne est à Barcelone pour parler de son dernier livre, " Dire NON ne suffit pas " ( Editions Paidòs ), du mouvement indépendantiste et du gouvernement de Mariano Rajoy, qu'elle accuse de pratiquer la " doctrine du choc ", avec la population espagnole .
Etre indépendant, sans changement de modèle économique, ne change pas le pouvoir hégémonique du capital transnational . " Ça ne change pas ton destin, ça ne change pas le fait que le changement climatique va te redessiner les frontières, ça ne change pas les inégalités " .
Jeudi 9 novembre, elle a participé à la seule réunion publique de son séjour, en soutien à la mairesse de Barcelone Ada Colau .

Elle a ensuite mangé avec Yanis Varoufakis, qui est à Barcelone pour parler du conflit catalan . Ils sont d'accord sur presque tout : «Je pense que l'article 155 devrait être supprimé et les personnes emprisonnées relâchées, pour mener un processus démocratique et que le conflit soit résolu par la non-violence », a-t-elle déclaré ce matin . Dans la présentation de son dernier livre, " Saying NO ", édité par Paidós

Elle a ainsi évoqué l'application par Mariano Rajoy de la " Doctrine du choc " qu'elle avait dénoncée dans un précédent livre, consistant à laisser pourrir la crise catalane pour détourner la population des mesures antisociales prises par son gouvernement, de l'austérité imposée, de son alignement sans réserve au néolibéralisme régnant .

L'avocate canadienne de l'autodétermination a fait observer qu'il serait impensable que le gouvernement de Justin Trudeau empêche le Québec d'organiser son propre référendum sur l'indépendance . Son dernier livre est un manifeste urgent pour contrecarrer, précisément, la « politique du choc », avec Donald Trump comme modèle principal . Klein considère que c'est une sorte d'œuvre d'art " dystopique " qui nous montre le monde dans lequel nous vivons, conduit à sa conclusion logique et qui sera dévastatrice .

Comme Adam Curtis, le célèbre auteur de " No Logo ", qui était à Madrid cette semaine, elle pense que la seule façon de lutter contre la vague nationaliste est d'offrir une vision utopique de l'avenir, un plan qui complète la résistance (à la guerre, à l'austérité, aux politiques d'immigration) avec un pacte passionnant apte à effacer le désenchantement de la population . Ses exemples, à cet égard sont Bernie Sanders et Jeremy Corbyn, chef du parti travailliste britannique et Ada Colau, avec laquelle elle a participé à une conférence commune qui s'est tenue le jeudi 9 Novembre, à 19h, à l'Auditorium du Centre Civique Sants Cotxeres .

Le titre de son livre vient d'une conversation qu'elle avait eue avec Alexis Tsipras juste avant qu'il ne soit élu Premier Ministre de la Grèce .

Tsipras était sûr qu'il était temps de dire non, de résister . Mais je crois que ce n'est pas suffisant : nous avons besoin de notre propre stratégie, de nos propres solutions . Et je pense que ce qui s'est passé en Grèce est un exemple du danger que nous courons si nous n'établissons pas une vision alternative de l'avenir et si nous n'arrivons à amener les citoyens à cet endroit . Il ne suffit pas d'être en colère contre les élites et de résister à un gouvernement injuste . Le grand triomphe du néolibéralisme a été de nous convaincre que, sans eux, il n'y aurait pas d'alternative .

En quelque sorte, c'est nous ou le chaos.
Mais la réalité est que c'est sans nous, les résistants, qu'il y aura le chaos : n'a-t-on pas déjà, le terrorisme, l'inflation, l'effondrement économique, les expulsions violentes des migrants de l'UE, le réchauffement climatique, le saccage de la planète .

Vous trouverez toutes ces visions alternatives dans les propositions de Bernie Sanders et Jeremy Corbyn .
Quant aux Etats, il y a aussi de l'espoir . Le parti vert des Pays-Bas a obtenu des résultats prometteurs lors des dernières élections (ils ont remporté 14 sièges en 2017) et est un exemple de parti qui ne se concentre pas sur la personnalité d'un leader. D'autre part, Corbyn est plutôt un " antilíder ", et quand ses soutiens chantent l'hymne anglais dans un stade, ils le font d'une manière ironique . Il ressemble à un professeur de géographie !
Le maire de Palerme [Leoluca Orlando] est un bon exemple : être au premier rang de ce qu'on appelle une crise des réfugiés est une magnifique expression d'humanité, de solidarité . Aux États-Unis, nous avons Pittsburgh, en Pennsylvanie . Quand Trump a déclaré publiquement qu'il retirait les États-Unis de l'Accord de Paris, le maire de Pittsburg, parce que les gens de Pittsburgh l'avaient choisi pour cela, est sorti pour affirmer son désaccord et dire que sa ville poursuivrait sa politique environnementale .

L'essayiste a ensuite parlé de la réponse que Mariano Rajoy a donnée à la crise entre la Catalogne et l'Etat espagnol, un exemple classique de la " Doctrine du choc ". Qu'a-t-elle voulu dire par là ?

Il est clair que Rajoy a vu une occasion d'améliorer son envergure politique en se présentant comme un leader fort, en inversant la proposition catalane contre un ultranationalisme dans le reste de l'Espagne . C'est un domaine dans lequel il se sent nettement plus à l'aise et sûr de lui, où l'économie, le chômage et l'échec de ses mesures ne sont pas discutés . Et il reste à voir comment il va tirer profit de la méthode, nous n'avons pas encore vu l'effet qu'elle aura à long terme . Ce qui est clair, c'est que cela ne réduit pas les effets du choc dans la population mais chaque étape de les élever encore plus .

Elle a comparé le mouvement indépendantiste québécois avec le mouvement catalan et a dit que les mesures prises par Rajoy semblent " incendiaires " et impensables ailleurs . Mais sa principale critique concerne l'Union européenne et son attitude vis à vis du conflit espagnol .

Elle ne mâche pas ses mots : c'est une position moralement corrompue . Et je suis d'accord avec Varoufakis que ce n'est pas une position durable de la part de l'UE . Les frontières changent et changeront encore plus, il y a d'autres mouvements d'indépendance qui surgiront . Il faut trouver un moyen de gérer ceux qui ne se sentent plus partie prenante d'un État .
L'Union européenne a fait des choses que Trump lui-même n'ose pas faire, comme laisser mourir des dizaines de milliers d'immigrants sur ses côtes ou collaborer pour les envoyer à des sites qui sont des choses si proches de camps de concentration . Pouvons-nous nous attendre à ce qu'ils défendent l'autodétermination de la Catalogne lorsqu'ils ont intégré et bureaucratisé ces processus ?
La ligne progressiste du projet européen s'est effondrée . Et ça tombe depuis longtemps .
Y a-t-il un avenir pour l'Union européenne?
Je serais prête à donner une chance à Varoufakis . Avec ses amis, il construit un mouvement pour transformer l'Union européenne . C'est très excitant à suivre.
Ils bâtissent une nouvelle vision du futur, et aujourd'hui, j'ai accepté de faire partie de leur comité consultatif !

L'indépendance catalane offre également une vision, ce qui n'est pas nouveau .

Dans le projet catalan pro-indépendance, il y a plus d'une vision . Et il est dangereux de supposer que ce que vous aimez est celui qui prévaudra à la fin. Nous ne pouvons pas gagner les nationalistes en étant de meilleurs nationalistes qu'ils ne le sont . Ces nationalismes montent dans toute l'Europe . Comme [Jean-Luc] Melenchon, en France, s'en prenant au drapeau européen, avec un discours où il se proclame plus français que la plupart des français .

À quoi bon créer de nouvelles frontières quand nous savons que le changement climatique va les changer, de manière non démocratique, et bien plus violente, dans un avenir pas trop lointain ?

Je suis agnostique quand il s'agit de l'indépendance . Un mouvement indépendant est excitant chaque fois qu'il s'agit de libérer un grand groupe de personnes pour reprendre le pouvoir dans un contexte de crise, ce que nous vivons actuellement . Etre indépendant sans avoir ses propres frontières ne change pas le pouvoir hégémonique du capital transnational . Ça ne change pas ton destin, ça ne change pas le fait que le changement climatique va redessiner ces frontières à ta place et ça ne changera pas les inégalités . C'est seulement si vous changez ces structures qu'alors l'indépendance sera libératrice .

Penser que l'indépendance seule peut vous rendre fort contre les puissances transnationales est un fantasme dangereux . Surtout maintenant que les gens ont désespérément besoin de quelque chose qui leur permet de reprendre le contrôle de leur vie . C'est ce qui est arrivé avec le Brexit, avec Trump . Une tentative désespérée d'une population désespérée de démontrer qu'elle peut encore avoir du pouvoir sur quelque chose . Le système est cassé et vous voulez partir . Quelle absurdité ! Ce qui compte, ce n'est pas comment vous en sortez, mais ce que vous faites ensuite . Et cela, les Catalans ne l'avaient pas préparé !

NB : Entretien à " El diario " du 9 novembre 2017 .
 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by regain2012 - dans Société
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Regain 2012
  • Regain 2012
  • : Pour un retour à la démocratie réelle où le citoyen redevient acteur de son avenir et cesse de déléguer son pouvoir à des partis ou à des dirigeants trop éloignés des souffrances des peuples.
  • Contact

Vous aimerez peut-être :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Recherche

Nuage de tags

Nombre de visiteurs en ligne

Il y a actuellement    personne(s) sur ce blog

Catégories

Liens