Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 octobre 2017 2 24 /10 /octobre /2017 13:23
Castilla La Mancha .

Castilla La Mancha .

Sous-titre : un semblant d'adoucissement des arêtes .

Simplifiez le sentiment religieux en lui conservant son énergie, vous aurez le fanatisme étroit et violent ; simplifiez le sentiment de dignité personnelle, vous aurez l'orgueil farouche ; simplifiez l'amour, vous aurez la jalousie exclusive et toujours menaçante ", ( Alfred Fouillée ) .

Deux siècles de conquête romaine suivis de quatre siècles d'acculturation à la civilisation latine ( de - 197 à 476 avec la fin de l'Empire romain d'occident ) donnent un peuple en évolution, les ibéro-romains acquièrent le sentiment de solidarité et la nécessité d'être unis . 

A la fin du Ve s., les Wisigoths battus par Clovis, en Aquitaine, passent les Pyrénées et s'installent d'abord dans la vallée de l'Ebre ( Catalogne ) puis se répandent dans le centre de la péninsule pour y prendre Tolède comme capiatale, tandis que les Suèves prennent possession de la Galice ( au nord-ouest ) et les Vandales de la Bétique ( Andalousie ) . Les historiens nous indiquent que les Wisigoths furent de tous les peuples germaniques les plus doux et les plus aptes à la civilisation : chrétiens très tôt, parlant la langue de Rome et respectueux des institutions romaines, ils possédaient, à la fois, le courage aventureux et la réflexion des peuples germaniques avec un sentiment très développé de l'importance des libertés individuelles . Chez eux, la royauté élective ne put jamais être abolie, le nouveau roi devant être reconnu et par l'assemblée des soldats, puis celle des grands seigneurs et des évêques et jamais leur roi ne put faire prononcer une loi hors les normes de la justice . Le servage y était adouci et n'avait rien gardé de l'esclavage antique .

Grâce à eux, s'introduisit dans le caractère des Espagnols un élément de véritable individualisme et de sociabilité tout ensemble, le courage germanique, bouillant et expansif, le courage ibérique, résistant et plus intense, produisant une volonté pleine d'énergie, ramassée sur elle-même jusqu'au moment où, d'une seule détente, elle fait explosion et frappe . Des volontés énergiques et en même temps amoureuses de l'indépendance . Parallèlement à ce goût de l'indépendance, ou consubstantiel de ce dernier, se développe un attachement indéfectible à l'honneur et à la dignité personnelle .

Ainsi commence à se dessiner le caractère espagnol dans ce qu'il a de plus admirable .

C'est cet alliage de deux sortes de volontés, l'une entreprenante, l'autre tenace qui va expliquer l'héroïque croisade de sept siècles ( 717 à 1492 ) par laquelle, du rivage océanique et des Monts Cantabriques où il avait été refoulé, l'Espagnol, pied à pied, reconquiert sa patrie contre une nouvelle invasion d'origine sémitique ( Berbères puis Arabes ), jusqu'aux larmes du roi de Grenade Boabdil, pleurant son royaume perdu .

C'est une poignée de Goths, de Germains, qui compagnons du Comte Don Pelayo, réfugiés dans les montagnes de la côte atlantique, devenues le centre de la patrie, amassent des forces pour s'élancer dès 722 contre le royaume Omeyade, à Covadonga dont suivra la reconquête des Asturies, de la Galice, de Leòn ...

Un même amour de la liberté, une même opiniâtreté qui devaient, onze siècles plus tard nous chasser d'Espagne, nous Français, à cause de la folle et coupable invasion de Napoléon Ier .

L'ensemble d'influences ethniques subies par l'Espagne a produit un peuple fort et vigoureux dont le Castillan représente le type moyen . Brun au visage ovale, l'Espagnol ét ait jusqu'à il y a peu, généralement de petite taille, aux muscles fermes, sobre, endurci à la fatigue, capable de supporter toutes les privations et d'un tempérament " bilieux-nerveux " : c'est à dire que, brûlant d'un feu intérieur permanent, il sait comprimer la passion qui le consume . Ce qui signifie aussi qu'il est capable de couver les rancunes à longue échéance . Comme tous les Méditerranéens, il a le goût du plaisir, sur fond de bonne humeur et d'esprit, mais plus que tous les autres il a les passions violentes concentrées et non expansives . Sa sensibilité est irritable, et en même temps, l'amour-propre le domine . Aussi disait-on, au début du siècle dernier, comme pour l'Italien d'ailleurs, " qu'il n'y avait pas loin de la main au couteau " .

Du socle ethnique celtibère, enrichi par l'esprit gothique, l'Espagnol a hérité d'un sens de la loyauté, de la fidélité à la parole donnée qui fait qu'on aime l'avoir pour ami . Il est généreux et hospitalier, plus dans le sud que dans le nord, d'ailleurs, et cependant, il est aussi dur pour les autres, comme il est dur pour lui-même : comme si une absence de bonté sympathique et sociable lui était interdite . 

Cette dureté est un des signes caractéristiques des Ibères et des Berbères des premiers peuplements, comme de l'ethnie sémitique et laisse à penser que l'Espagnol n'a pas reçu assez d'éléments celtiques et gothiques pour avoir plus de douceur dans le sang . Il est demeuré africain : un occidental qui est tout autant oriental . Son insensibilité, dont les Indiens d'Amérique du Sud ou les victimes de l'Inquisition ont largement pâti, atteignit souvent la cruauté froide et la férocité . 

L'imagination de l'Espagnol s'exalte en dedans et se nourrit de visions intenses jusqu'au moment où tout éclate au dehors . Mais cette imagination forte peut parfois se trouver limitée et se rattacher à quelque chose de simple et de monotone, dépourvu d'horizon intellectuel, comme en témoignent les rites religieux, processions et autres supplices pénitentiels ou cultes rendus à des " Vierges " de tous acabits, sans parler du spectacle des " corridas " supposément censé nourrir " la persistance de l'énergie espagnole " .  

De toutes ces coagulations ethniques, aux dosages divers non mesurables, il résulte un caractère permanent de l'âme espagnole : un individualisme, fait de vie ramassée sur soi, inexpansive, impatiente du joug et de la discipline sociale, étrangère à la coopération et à l'effort en commun, plus portée à l'anarchisme qu'au socialisme .

Partager cet article

Repost 0
Published by regain2012 - dans histoire
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Regain 2012
  • Regain 2012
  • : Pour un retour à la démocratie réelle où le citoyen redevient acteur de son avenir et cesse de déléguer son pouvoir à des partis ou à des dirigeants trop éloignés des souffrances des peuples.
  • Contact

Vous aimerez peut-être :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Recherche

Nuage de tags

Nombre de visiteurs en ligne

Il y a actuellement    personne(s) sur ce blog

Catégories

Liens