Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 septembre 2017 1 11 /09 /septembre /2017 15:09
Image paperblog .

Image paperblog .

Sous-titre : Le capitalisme n'est pas compatible avec la vraie démocratie !

" Peut-on, aujourd'hui encore, s'étonner que des entreprises n'hésitent pas à licencier ? L'essence du capitalisme étant de faire toujours plus de profits, les salariés ne sont que des exécutants interchangeables auxquels on peut accorder quelques droits si on y a intérêt, à un moment donné, ou si un rapport de force provisoire nous y oblige " .

Dans la jungle sans pitié du commerce mondialisé, les salariés seront toujours sacrifiés et exploités, c'est le rôle qui leur est assigné par le système capitaliste . Parler de capitalisme à visage humain est insensé puisque le libéralisme ne tend qu'à la négation de toute véritable humanité . Par l'action dite sociale, on peut à la rigueur poser quelques bandages sur les corps déchiquetés par la guerre économique permanente, mais ces pansements dérisoires n'empêchent pas les exploités de se vider de leur sang . Le vampire économique les pompera jusqu'à l'os avant de les jeter au chômage - de moins en moins bien indemnisé, la période s'y prête - ou à la retraite - de moins en moins bien assurée - l'époque y est propice - dès lors qu'ils ne valent plus rien sur le marché .

Il est donc parfaitement logique et " naturel " que les entreprises licencient, délocalisent, fusionnent, accumulent " les plans sociaux " ... c'est le contraire qui serait étonnant ! Une entreprise florissante qui peut gagner encore plus d'argent si elle se débarrasse de la moitié de son personnel n'hésitera pas une seconde à le faire .

Mais reconnaissons-le, les travailleurs sont à la fois victimes et complices de ce système aberrant qui aboutit à l'échelle du monde, à la mort, à la misère et au gaspillage .Au lieu de se révolter et de chercher une autre voie à celle qu'on leur impose depuis la naissance, dans leur grande majorité, ils se ruent sur la consommation - arme la plus redoutable du système - et la compétition, acceptant les humiliations inhérentes à toute recherche d'emploi . 

" L'esclavage moderne " est bien plus subtil que celui qui s'épanouissait " au temps béni des colonies " puisque le maigre salaire qu'on condescend à accorder au travailleur- esclave n'a qu'une destination : lui faire croire qu'il est libre . Alors qu'en fait, dans cette société, il est toujours prisonnier, la corde de la consommation en permanence autour du cou .

Les dominants ont depuis longtemps compris que des êtres sont prêts à abandonner leur liberté si on leur offre, en échange, quelques " joujoux " - fussent-ils de mauvaise qualité et frappés d'obsolescence programmée, c'est le système low-coast en pleine expansion - 

Les lois censées protéger les salariés, l'action syndicale, le droit de grève, le droit de manifester ne changent rien aux inégalités sociales fondamentales, engendrées par le système . On peut même dire qu'elles peuvent faire office de " leurre " quand elles installent le travailleur dans son statut et couplées au deuxième leurre - un suffrage universel altéré et manipulé - lui donnent le sentiment qu'il existe et a du poids .

Quelles que soient les législations sociales, les lois du marché restent implacables, les plus riches s'enrichissent sur le dos des plus pauvres qui ne cessent de s'appauvrir . 

Le capitalisme est incompatible avec une véritable démocratie . Il exige des gens soumis, des inégalités criantes et le maintien d'un grand volant de " crève-la-faim " exploitables à merci . Il a besoin d'Etats à sa botte et peu lui importe qu'ils prennent la forme de pseudo-démocraties, de tyrannies ordinaires ou de dictatures sanglantes pour faire respecter ses lois et mater les récalcitrants à l'ordre de l'argent .

La vraie démocratie ne peut être fondée sur un gouvernement direct et réel du peuple, sur l'égalité, le partage et l'épanouissement de tous, autant de notions en totale opposition avec la maximalisation des profits, la compétition généralisée, le salariat, l'argent, la propriété des grands moyens de production, le pouvoir des banques, l'exploitation éhontée des richesses naturelles, la marchandisation du vivant ...

" La dignité ne peut se réaliser dans un " travail- prostitution ", le culte de la compétition et du pouvoir " . 

La seule vérité admissible est qu'il y a en chacun de nous une part de génie à exploiter . Peut-on imaginer le gâchis qu'eût-été un Einstein, passant toute son existence comme comptable dans une usine de vente de pots de fleurs ? Eh bien, les salariés sont des sortes d'Einstein que l'on contraint de se mutiler de leurs dons particuliers afin qu'ils acceptent de se sacrifier pour un trois-pièces-cuisine en banlieue et une voiture jetable . 

Leurs capacités uniques ne profiteront jamais à l'humanité qui en a pourtant plus besoin que d'un zéro de croissance à ajouter au taux d'augmentation du commerce mondial .

Et nous n'avons pas osé parler, ici, de ceux qui finissent par mourir dans la rue et dans les dépotoirs .

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by regain2012 - dans Politique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Regain 2012
  • Regain 2012
  • : Pour un retour à la démocratie réelle où le citoyen redevient acteur de son avenir et cesse de déléguer son pouvoir à des partis ou à des dirigeants trop éloignés des souffrances des peuples.
  • Contact

Vous aimerez peut-être :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Recherche

Nuage de tags

Nombre de visiteurs en ligne

Il y a actuellement    personne(s) sur ce blog

Catégories

Liens