Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 juillet 2017 4 06 /07 /juillet /2017 14:09
Gravure lavamedia.be

Gravure lavamedia.be

" Le libéralisme est une valeur de gauche " ( E. Macron, Le Monde du 27/09/2015 ) .

L'aventure politique française dans laquelle E. Macron vient d'engager le pays n'est pas une affaire de génération spontanée : elle a été méticuleusement préparée sur le plan idéologique . 

En 2007, deux économistes italiens, Alberto Alesina et Francesco Giavazzi publient un ouvrage " Il Liberalismo è di sinistra " . La même année, dans un entretien accordé à " La libre Belgique ", le politicien belge Richard Miller déclare : " Le libéralisme est par nature authentiquement social " . En 2013, le journaliste Rainer Hank, déplore, dans la " Frankfurter Allgemeine Zeitung "  la rupture entre " les moralistes de gauche et les idéalistes du libre-marché ", qui gagneraient à être réunis . Le 1er octobre 2015, dans les colonnes de Libération, les historiens Kevin Brookes et Jérôme Perrier, s'étonnent de l'étonnement suscité par le propos d'E. Macron affirmant que le libéralisme est de gauche : rien d'iconoclaste dans ces mots, affirment-ils . Quant à l'écrivain et chroniqueur belge Marcel Sel, plus récemment, il ne fait pas dans la dentelle : Je suis de gauche, " un libéral " de gauche, " la quintessence même de la gauche " .

C'est donc à l'automne 2015 qu'E. Macron lance son imprécation, " le libéralisme est de gauche ", qui lui permettra, quelques mois plus tard, de brandir la bannière de sa campagne : " Ni de droite, ni de gauche " .

Le mécanisme idéologique est fort simple : expurger le mot capitalisme du vocabulaire politique et lui substituer le terme de libéralisme, plastique à souhait ; annoncer que le libéralisme est de gauche ; promouvoir la fin du clivage droite-gauche - qui fleure un peu trop la lutte des classes et structurait dangereusement le vote des Français - ; faire sauter le verrou des partis, lui aussi trop structurant ; laisser entendre enfin que le macronisme est de gauche mais qu'il est également de droite . Et le tour est joué . La confusion est totale . La stratégie de l'arnaque politique est au point .

Comprenons bien le blocage qui vient de sauter . Beaucoup de libéraux - tenants du capitalisme - sont réticents à se revendiquer de la droite, pour des raisons psychologiques autant que stratégiques . L'étiquette de droite est lourde à porter : elle véhicule des idées de pouvoir, de domination, de conservatisme, d'immobilisme, quand la gauche évoque le progrès, l'égalité, les luttes sociales, l'intérêt pour le peuple . Peut-on imaginer un politicien élu sur la base d'un programme prônant ouvertement la dégradation des conditions de vie des travailleurs ? En politique, il y a des choses qui ne se disent pas .

Depuis quatre décennies, deux stratégies se sont offrertes à la droite pour viser au succès . La première était l'inversion des normes : la droite se proclame la force motrice de la société, elle se range du côté de la modernité, elle fait preuve de courage et met en oeuvre les réformes conçues pour vaincre les archaïsmes du système économique actuel, défendus par une gauche favorisant l'inactivité, la paresse et l'assistanat  . La deuxième stratégie, en dépit de tout bon sens, consistait pour la droite à se déclarer de gauche et prend l'apparence de partis socialistes ou sociaux-démocrates : " la droite décomplexée " stigmatisée par Frédéric Lordon . 

Ces deux stratégies arrivaient à bout de souffle après deux quinquennats surréalistes . Une synthèse s'imposait . E. Macron se présenta au grand jury des stratèges libéraux pour l'incarner fort habilement dans la confusion entretenue la plus totale, où l'on vit le génie des médias dominants se déployer en un tableau apocalyptique " d'un conflit meurtrier entre la droite et la droite décomplexée " : " Les Républicains " contre " La République en marche " , à l'occasion des élections législatives .

On pourrait rire du phénomène s'il n'avait des conséquences graves sur l'imaginaire politique et les choix électoraux . Désormais, la France est dominée par un seul courant de pensée : à droite, le capitalisme libéral et à gauche le capitalisme libéral !

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by regain2012 - dans Politique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Regain 2012
  • Regain 2012
  • : Pour un retour à la démocratie réelle où le citoyen redevient acteur de son avenir et cesse de déléguer son pouvoir à des partis ou à des dirigeants trop éloignés des souffrances des peuples.
  • Contact

Vous aimerez peut-être :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Recherche

Nuage de tags

Nombre de visiteurs en ligne

Il y a actuellement    personne(s) sur ce blog

Catégories

Liens