Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 juillet 2017 5 14 /07 /juillet /2017 13:47
Réplique de l'Hermione ( mise à l'eau en 2014 ) .

Réplique de l'Hermione ( mise à l'eau en 2014 ) .

" Contrairement à tous les autres alliés de la France, les Etats-Unis d'Amérique n'ont jamais été en guerre contre elle . Cependant, la vérité historique  nous oblige à reconnaître que les alliances entre les deux pays furent toujours conflictuelles ... " ( Guy Konopnicki, journaliste ) .

C'est à Paris que le 3 septembre 1783, les Anglais signent le traité reconnaissant l'indépendance des 13 colonies d'Amérique soulevées contre le colonisateur et fondatrices des Etats-Unis . En 1777, le jeune capitaine Lafayette, imprégné des idées nouvelles et quelques compagnons embarquent pour rejoindre les " Insurgents "  américains, commandés par George Washington, dont l'Angleterre entend écraser la révolte . Le roi Louis XVI ne croit pas au succès de la révolution américaine et désavoue l'initiative du jeune marquis .

Deux ans plus tard le roi fait volte-face et Lafayette obtient du monarque l'envoi, en 1780, d'un corps expéditionnaire de 6000 hommes commandés par le Comte de Rochambeau . Lafayette réembarque à bord de la frégate " l'Hermione " . Communauté d'idées avec les Insurgents ? La bonne blague ! L'occasion est trop belle d'affaiblir l'Angleterre en Amérique du Nord où, 20 ans plus tôt, Louis XV avait abandonné la Nouvelle France laissant la totalité du Canada aux Britanniques .

La revanche française est belle mais l'entente entre les deux nations, la nouvelle et la vieille, sera de courte durée .

En 1789, seules quelques personnalités françaises marquent l'esprit des nouveaux américains : Lafayette et le constituant Brissot - futur chef des Girondins - parce que Washington, premier Président des EEUU regarde avec bienveillance comment l'Assemblée Constituante place sur ses rails la révolution française . Les EEUU vont vite s'inquiéter de la tournure des événements français avec l'arrestation de Louis XVI, le 10 août 1792 . Loin de soutenir le processus révolutionnaire français, ils se rapprochent de l'ancien colonisateur et signent même en novembre 1794, un traité commercial et maritime qui permet aux Anglais - avec leur accord tacite - d'organiser un blocus des côtes américaines et de saisir toute marchandise arrivant chez eux ou partant en France . Le pragmatisme américain est déjà à l'oeuvre : le soutien français était le bienvenu quand il s'agissait d'arracher les 13 colonies à la domination anglaise mais en 1794, l'Angleterre est plus utile que la France, troublée par les événements révolutionnaires et, par ailleurs, au ban de l'Europe .

Les EEUU ne reconnaîtront, par ailleurs, pas la " Convention " car c'eût été accepter l'obligation de rembourser les prêts accordés par Louis XVI à leur révolution mais aussi parce que ces maudits conventionnels avaient eu la mauvaise idée d'abolir l'esclavage ( décret du 16 pluviose de l'An II, février 1794 ) . Quelques tensions maritimes surgissent en 1799, quand au nom de l'alliance anglo-américaine, un bateau de guerre américain est arraisonné par deux frégates françaises près des côtes de la Guadeloupe .

Le Premier Consul, Bonaparte, tentera de jeter un pont entre les deux nations : il vend aux EEUU, en 1803, pour une somme dérisoire - la meilleure affaire commerciale des EEUU de toute leur histoire - la Louisianne, vaste étendue de terres allant des Grands Lacs, au Nord, au Golfe du Mexique . Certes, la Louisiane obéissait de moins en moins à Paris et s'en éloignait progressivement . Les EEUU ne firent rien pour imposer aux Anglais la fin du blocus .

Durant tout le XIXe siècle la France ne manifestera qu'un intérêt intellectuel à l'endroit du nouveau monde, terrain d'évolution d'un nouveau mode de développement économique . Tocqueville et son livre " De la démocratie " en est l'illustration . 

Les relations entre les deux pays sont minimalistes et ne concernent que les échanges économiques, avec un pic d'exaspération quand Napoléon III se pique d'installer à la tête du Mexique un Empereur autrichien . Les EEUU ont déjà dépecé le Mexique de la Californie et du Texas, et la guerre de Sécession terminée, exigent le départ des Français, en 1865, qui s'en vont piteusement, abandonnant à son sort le pauvre Maximilien . 

Relations symboliques aussi, avec Baudelaire faisant connaître aux lecteurs français les oeuvres d'Edgar Allan Poë ou le débarquement en France du spectacle de William Cody ( dit Buffalo Bill ) ou encore Georges Melliès créant, en 1903, la première Major américaine cinématographique, sur la côte ouest .

Les relations politiques, en fait, ne reprendront qu'en 1917, quand le Président Wodrow Wilson déclarera la guerre à l'Allemagne, le 6 avril 1917, suite aux nombreuses attaques dont sont l'objet les navires de commerce américains par les sous-marins allemands . Engagement important mais non décisif, la guerre étant déjà quasiment gagnée par les alliés anglo-français .

Une nouvelle histoire va commencer mais qui ne sera pas sans accroc : dès janvier 1918, Clémenceau laisse entendre qu'il apprécie peu le plan de paix du Président Wilson et la création de la Société des Nations pour imposer la paix à l'Europe . Clémenceau veut, quant à lui, une revanche sur l'Allemagne et l'humiliation de 1871 imposée par Bismarck à la France .

Le résultat de ces désaccords sera un traité de Versailles en 1919, véritable " bouillie ", diplomatique entre les propositions françaises, américaines et anglaises, d'où surgira quatorze ans plus tard l'Allemagne nazie ...

1929 . L'économie est déjà mondialisée . Les EEUU exportent leur crise financière en Europe - ils récidiveront en 2008 - . En 1940, la guerre va à nouveau ravager l'Europe . La France s'effondre . Le Président Franklin Roosvelt maintient ses relations avec le gouvernement de Vichy poussant son légitimisme au-delà du possible et lorsqu'il déclare la guerre à l'Allemagne, en décembre 1941, après Pearl Harbor, il persiste à reconnaître Pétain comme seul chef de la France n'ayant que mépris pour le général de Gaulle . A Alger, en 1944, le président américain tente encore d'élimioner de Gaulle au profit de l'amiral Darlan plaçant ainsi la France libre sous tutelle de l'administration américaine .

En 1960, J. F. Kennedy tentera de s'opposer à l'initiative de de Gaulle de doter la France d'une force nucléaire autonome . La France est couverte de bases militaires américaines . Le 7 mars 1966, de Gaulle annonce - discours de Phnom Penh - que la France se retire du commandement intégré de l'OTAN, condamne la guerre américaine au Viet-Nam puis le 1er septembre qu'il exige le retrait de toutes les troupes américaines stationnées sur le territoire français . 

En 2003, J. Chirac s'opposera courageusement à G. D. Bush, à propos de la guerre en Irak . Exceptionnelle intuition politique !

 Tous les présidents américains de l'après 1945 regarderont la politique française avec beaucoup de méfiance, jusqu'à l'avènement de N. Sarkozy - Sarko l'Américain - qui liquide la politique gaulliste et réintègre la France dans le commandement de l'OTAN, en 2008 .

En 2017, D. Trump répond par un pied de nez à la France, en sortant les EEUU de la COP 21 .

NB : d'après l'article de Guy Konopnicki, " Une amitié tourmentée ", Marianne No 1056 .

 

Partager cet article

Repost 0
Published by regain2012 - dans histoire
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Regain 2012
  • Regain 2012
  • : Pour un retour à la démocratie réelle où le citoyen redevient acteur de son avenir et cesse de déléguer son pouvoir à des partis ou à des dirigeants trop éloignés des souffrances des peuples.
  • Contact

Vous aimerez peut-être :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Recherche

Nuage de tags

Nombre de visiteurs en ligne

Il y a actuellement    personne(s) sur ce blog

Catégories

Liens