Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 juin 2017 4 22 /06 /juin /2017 13:57
Le Monde .fr

Le Monde .fr

" Si toute l'agressivité qui meut les insoumis,cultivée en interne et sur les réseaux sociaux, passait dans la vraie vie, avec comme objectif la destruction de tous les lieux de débats, à l'occasion de graves déceptions dans un contexte social tendu, la FI de J.L. Mélenchon pourrait devenir un foyer possible de graves dérives ... "

" Le système " a réussi sa mue : substituer à un fonctionnement politique basé sur l'alternance de deux partis hégémoniques allant dans le même sens l'installation d'une grande étoile avalant tout ce qui gravite près d'elle et rejetant aux marges deux pôles d'intoxication idéologique à même de protéger l'astre naissant .

L'alternance avait fait son temps mais permis au " Capital " devenu intégralement financier de réaliser des progrès notables . Cependant l'alternance fonctionnait trop lentement : en ces temps de forte financiarisation de l'économie où des profits énormes sont possibles en quelques clics, tout frein est vécu par le " Capital " comme une injure à sa domination .  Les progrès n'y étaient pas assez sensibles et ce modèle social français insupportable à une Europe " fer de lance " de la mondialisation sauvage continuait de résister . Il fallait donc passer à autre chose : " une puissante force centrale " écrasant toutes les structures en capacité de ralentir le processus de destruction du modèle français, bien mauvais exemple pour les autres pays de l'Union Européenne  .

Le développement de cette démarche nouvelle suppose que deux exigences soient remplis : mettre en place deux pôles extrêmes aux deux bouts du système ayant pour mission de capter les déceptions, les frustrations, les colères des classes populaires, leur faisant croire que des " jours meilleurs " seront possibles un jour mais loin de toute idée de révolution sociale, les neutraliser en quelque sorte, en même temps qu'on protège ainsi le " Centre " de toute fièvre .

A l'extrême-droite, l'arnaque idéologique était déjà en place, avec  la présence depuis trente ans du Front National, redoutable arme à capter les frustrations populaires mais admirablement encadré par le scrutin électoral, uninominal à deux tours, afin qu'il ne vienne pas, à l'occasion un imprévisible soubresaut de l'histoire, perturber la mécanique à l'oeuvre . 

A l'extrême gauche tout restait à faire . Mais les stratèges du " système " ne mirent pas longtemps à repérer le personnage idoine à la construction du nouvel édifice : d'un égo démesuré, doté de véritables qualités de tribun, fin connaisseur de l'histoire sociale du pays et auréolé du capital politique conquis lors de l'élection présidentielle de 2012, l'homme ferait l'affaire . Certes, ce capital politique était issu d'une unité populaire matérialisée dans le Front de Gauche, alliance de plusieurs partis, mais qu'à cela ne tienne, les faiblesses psychologiques du " héraut " permettaient d'envisager sans crainte l'appropriation de son capital politique au service d'un projet différent .  " Le héraut " s'appellerait J.L. Mélenchon .

" La France Insoumise ", levier de la nouvelle donne, allait être inventée dès le début de l'année 2016, à la faveur de la déclaration de candidature, très précoce, de J.L. Mélenchon à la présidentielle de 2017 . Il s'agissait pour lui de se dégager de toute négociation, notamment avec le PC, de toute référence au Front de Gauche, tout en excluant sa participation à toute velléité de primaire, quand bien même ces différents processus, discussions ou primaires, pouvaient donner à penser qu'ils aboutiraient à sa légitimation comme candidat . De cela, il ne voulait pas .

Dès le mois de février 2016, le lancement de la " France Insoumise " reposait sur une idéologie précise et une " équipe ", issue du Parti de Gauche, clairement identifiée .

L'idéologie de la " France Insoumise " , distillée pendant des mois sur le blog de JLM est finalement d'une grande simplicité . 

Premièrement, on ne parlera plus de lutte des classes, de salariat, de travailleurs et surtout pas de l'antagonisme " capital-travail " : le clivage fondamental oppose désormais " le peuple " - le " peuple populaire " a dit récemment le tribun, dans un pléonasme aussi lourd que le marteau d'un forgeron -, le peuple également appelé les 99%, à " l'oligarchie ", appelée aussi " la caste " .

Deuxièmement, on redéfinit le peuple : " C'est une nation ", la nation française, et son identification en peuple ne peut reposer que sur une symbolique nationale qui doit se substituer aux symboles du mouvement ouvrier . C'est ainsi que peu à peu le drapeau rouge disparaît des meetings du " dirigeant "  pour être remplacé par le drapeau tricolore et que " l'Internationale " y est proscrite en faveur de " La Marseillaise " .

Troisièmement, " le peuple " devient une nouvelle entité à construire dans un mouvement qui n'associe plus des travailleurs exploités, des salariés écrasés et humiliés, des petits paysans spoliés, mais " des individus-citoyens ", que Mélenchon s'emploie à interpeller par ce mot infamant, " les gens ", qui pouvait trouver mieux pour réduire ses soutiens à l'anonymat , mouvement symbolique et national reposant sur deux clefs de mobilisation et de dynamisme :

  • L'identification à une figure, la soumission au chef charismatique, acquise dès le début, dans le cas des insoumis puisque la construction de l'organisation fut voulue et pensée comme totalement verticale, à partir du chef au capital politique indiscutable .
  • L'identification d'un ennemi : la construction d'une identité politique par désignation d'un ennemi . L'ennemi, dans le populisme mélenchonien étant " l'oligarchie " ou " la caste " . Que derrière ces mots, il n'existe que peu de chose, importe peu . La vraie question est que, cette conception est directement empruntée au principal penseur juridique du national-socialisme, Carl Schmitt .     

" Le peuple " doit donc être construit par son chef dans une mobilisation où il se dote de symboles, les uns nationaux et hérités, les autres identifiant le mouvement, ce sera le cas du " Phi ", et par la conviction d'être le regroupement des " victimes " de l'ennemi, s'engageant contre celui-ci . Une mobilisation de " victimes ", c'est un peu court !

Les sentiments sociaux, le mécontentement social, la conscience politique claire de l'exploitation et de l'oppression, s'ils sont encore présents dans l'imaginaire insoumis, ont glissé dans une zone de pénombre bien différente du projet d'organisation du mouvement ouvrier qui cherchait à donner son expression démocratique au mouvement réel de la société . On ne peut pas nourrir la construction d'un peuple avec d'uniques sentiments de frustration, une identification au chef et une simple désignation d'un ennemi vaporeux .

Dans la tradition du mouvement ouvrier révolutionnaire, le mouvement inconscient et spontané de résistance à l'exploitation et à l'oppression doit être rendu conscient, à la fois par la lutte collective, par l'organisation structurée en commun à travers les syndicats, les partis, les conseils qui tous reposent sur le pluralisme et par la théorie politique appuyée sur une culture historique et sur la culture en général, y compris " bourgeoise " . L'oligarchie n'est pas le capital, elle n'est que la finance, plus les médias, plus les hommes politiques . Réduire " l'exploitation capitaliste " à ces seules entités, c'est se condamner à l'échec ...

Partager cet article

Repost 0
Published by regain2012 - dans Politique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Regain 2012
  • Regain 2012
  • : Pour un retour à la démocratie réelle où le citoyen redevient acteur de son avenir et cesse de déléguer son pouvoir à des partis ou à des dirigeants trop éloignés des souffrances des peuples.
  • Contact

Vous aimerez peut-être :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Recherche

Nuage de tags

Nombre de visiteurs en ligne

Il y a actuellement    personne(s) sur ce blog

Catégories

Liens